vendredi 16 octobre 2009

Les red necks d'Europe

Prix Nobel, donc. Jean Daniel, le patron du Nouvel Observateur (cet hebdomadaire dans lequel on vante les livres de Jean Daniel : on voit tout de suite ce que vont devenir les petits journalistes qui acceptent de se livrer à ce genre de grotesque manipulation : tant pis pour eux) – Jean Daniel, disais-je, trouve merveilleux que Barack Obama obtienne le prix Nobel de la Paix. En principe, Jean Daniel devrait savoir ce que représente le prix Nobel de la Paix : zéro. Nada. Nichts. Nothing. Exactement comme le prix Nobel de Littérature. Ou même d'économie. Ce sont des prix inventés pour que les Africains en aient parfois quelques-uns. (Là, je vais vraiment passer sous les fourches caudines...)

Personnellement, si j'étais M. Obama, je me sentirais humilié par ce prix. J'aurais l'impression qu'on me l'a attribué juste parce que je suis noir. Et j'aurais horreur de ça, qu'on m'attribue un prix (même sans signification) uniquement pour me féliciter de ma couleur de peau.

Mais nos petits post-modernes, eux, trouvent ça super. Vraiment super. Ils ne voient pas ce qu'ils sont en train de fabriquer : un monde où l'ethnique prime sur tout le reste. C'est-à-dire un monde de violence déchaînée. Ils ne voient pas davantage, tous ces petits Jean Daniel, qu'ils mettent en avant des choses dont on pensait être débarrassé : la couleur de peau, l'origine raciale, et toutes ces sortes de choses.

Jean Daniel est un vieux con – il n'est malheureusement pas le seul. Toute une troupe se presse derrière ce sépulcre blanchi, qui pense en effet qu'il est important d'accorder un prix Nobel à ce président des États-Unis qui n'a rigoureusement rien fait (mais qui excite les filles de gauche de chez nous), pour la simple raison que le temps ne lui a pas encore été accordé.

Au fond, nos petits cerveaux déliés européens voient Barack Obama de la même manière que les red neks du middle west : en fonction de sa couleur de peau. Ici, on crie victoire, là-bas on se désespère de l'Amérique : deux faces d'une même connerie. Connerie absolue et définitive, je le crains.

16 commentaires:

  1. "Ce sont des prix inventés ...."
    Ouah ! même moi je n'aurais pas osé.

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Au fait ! J'ai, en stock, un gros noir à barbe blanche, qui refuse de donner son opinion sur cette nomination. Que puis-je faire ?

    RépondreSupprimer
  3. « Ce sont des prix inventés pour que les Africains en aient parfois quelques-uns. »

    Considérez-vous Le Clézio comme un Africain ?

    RépondreSupprimer
  4. PRR : une petite provoc de temps à autre, ça entretient la forme.

    Nicolas : il n'y a pas marché aux esclaves, le samedi matin, au KB ?

    Roman : je n'ai pas dit attribué UNIQUEMENT à des Africains ! Du reste, ce n'était qu'une boutade pour énerver le monde...

    RépondreSupprimer
  5. Un prix Nobel de l'Aspect pour Obama, si j'understande bien ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Vous vous méprenez, en tant que post-moderne gauchiste de merde et tout ce que vous voudrez, car j'en suis, je trouve ça aussi nul que la politique d'Obama.
    Et j'agree à mort sur ça : "un monde où l'ethnique prime sur tout le reste. C'est-à-dire un monde de violence déchaînée." Totalement d'accord.
    Dommage que vous ne l'appliquiez pas à vos propres écrits, lorsque vous tenez absolument à défendre la (soi-disant menacée, perdue pour l'humanité et j'en passe) race blanche (à vous lire parfois, forcément pacifiste, douée de raison et supérieure) contre les autres. Mais bon. I'm pissing in a violin, I guess.

    RépondreSupprimer
  8. Marie-Georges : je m'en fous comme de l'an quarante, de la race blanche ! Je veux dire par là que je la (nous) considère comme largement responsable de ce qui est en train d'arriver. En un sens elle n'a que ce qu'elle mérite.

    Néanmoins, dans la mesure où j'en fais partie, et mes parents avant moi et leurs parents avant eux, j'aimerais bien qu'elle ne disparaisse pas trop vite tout de même. Voilà.

    RépondreSupprimer
  9. J'ajoute que ce n'est sûrement pas chez moi que vous avez pu lire des textes prétendant à une supériorité des blancs, cette idée m'étant parfaitement étrangère.

    Mais il est vrai que je ne crois pas davantage à la rédemption de l'homme blanc par l'immigré pauvre, comme il paraît que l'on doit.

    RépondreSupprimer
  10. Didier, c'est beau comme de l'antique, votre billet. Aussi vache et percutant que du La Bruyère. J'aime beaucoup ce que vous faites.
    Henri Bès

    RépondreSupprimer
  11. Cher Henri, votre appréciation me va droit au cœur !

    RépondreSupprimer
  12. Ah putain, il est noir Obama ?
    On ne m'avait pas prévenu !
    :-))

    RépondreSupprimer
  13. mais.. est-ce que prix Nobel,ça veut pas dire un million de dollars? quelque part??

    geargies

    RépondreSupprimer
  14. Tiens ! Eric ! C'est toi qui trolle Goux, maintenant ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.