jeudi 3 décembre 2009

Banlieues respect, bordel !

J'ai découvert chez Nicolas 1er, jamais en retard d'une connerie bien pensante, même quand il n'y croit pas une seconde lui-même — mais bon, on est numéro un, ça suppose certains accommodements, je peux le comprendre. Donc, chez le gros frisé, on lit ceci (lui-même cite) :

« Le collectif Banlieues Respect, qui regroupe une centaine d'associations impliquées dans l'action au sein des quartiers difficiles, a exprimé dans un communiqué sa "satisfaction" devant cette mobilisation contre "la religion du chiffre". »

Faites-moi plaisir, relisez ce paragraphe lentement, en savourant bien chaque syllabe : il n'y a rien à jeter, comme chantait Brassens.

Le collectif “Banlieues Respect”, déjà (avec un "r" majuscule, comme le respect qui leur est dû) : on a l'impression d'être revenu au doux temps du communisme triomphant, celui qu'on défendait à l'Ouest (les cons bien nourris et libres de brailler) et qu'on subissait à l'Est (mange ce qu'il reste et ferme ta gueule). À l'époque de ma jeunesse, les rideaux-de-ferisés disaient : « Démocratie populaire : deux mots, deux mensonges. » On on est revenu là. La fin de l'Europe se caractérise par un emploi stalinien des mots, consistant à dire l'exact contraire de la réalité, en sachant que personne n'y croit mais en s'en foutant absolument.

Par exemple : Famille recomposée. Désigne de répugnants égoïstes post-modernes se foutant de détruire la famille qu'ils n'ont jamais eu la force de construire, et y englobe les pauvres mômes que l'on balade d'une maman à une autre, d'un papa à un tonton, dans un grand concours de rires festifs et de lâchers de ballons multicolores. Il va de soi que la famille recomposée est encore plus attractive, plus enviable, si jamais papa est devenu pédé après la mort de maman, ou si maman a changé de sexe juste après le divorce et demande aux enfants de l'appeler désormais papa. L'important est qu'il n'y ait plus de père ni de mère (famille d'extrême-droite, le genre à se faire naturaliser suisse juste pour le plaisir de refuser les gentils minarets des gentils musulmans (qui, eux-mêmes, dès qu'on a le dos tourné, décapitent les pédés, les gouines, les trans et les scoubidou-bidou ouah !) – je reconnais que ma phrase est un peu acrobatique, mais pas plus que vos familles de merde), mais des tas de papas et tout plein de mamans : ça sonne plus cool.

Revenons à notre stalinisme actuel. Le mot n'a pas été pris au hasard, bien entendu. Autant la droite, et même cette fantomatique extrême-droite que tous les petits Bonnet invoquent chaque matin devant leur bol d'Ovomaltine, ont liquidé le nazisme qui pouvait parfois être en elles, certes, autant nos amis de gauche font toujours les yeux de Chimène au petit père des peuples. Pas à lui nommément, bien sûr, ce serait tout de même un peu gros, mais aux millions de décérébrés à casquette et mégot sur l'oreille qui ont assuré sa publicité en Occident durant une quarantaine d'années bien tassées – ces cons d'ouvriers blancs qui, depuis la mort de Georges Marchais, ont bien compris que son seul héritier était Jean-Marie Le Pen ; preuve qu'ils sont moins cons tout de même que des électeurs de Bertrand Delanoë.

Donc, Banlieues respect.Un gang, une réunion mafieuse de types qui vivent aussi grassement sur les fonds publics que les noirs bataillons de larves sur la Charogne de Baudelaire. Et l'idée m'est venue.

De même que l'on désigne désormais sous le nom de "jeune" (avec guillemets) tout Africain (du Nord ou sub-saharien) délinquant et un tantinet bolosseur, je propose à tous mes amis nazis (et Dieu sait si j'en ai !) que l'on désigne les "banlieues" (avec guillemets) du nom de Banlieues-respect, pour garder le nom simple de banlieue à ce qu'il a toujours désigné : les alentours des villes où tentaient de survivre les ouvriers, couturières, lorettes, voyous à casquette sur l'œil, Céline, Léautaud, ma grand-mère paternelle, votre grand-oncle gargotier, Maupassant, mon père, peut-être le vôtre, et d'autres encore – toutes gens qui ne se souciaient nullement de ce que pouvait bien être leur identité nationale.

Je demande instamment, à tout lecteur réactionnaire rappelant les heures les plus sombres de notre histoire (nauséabonde, of course) de relayer sur son blog cette nouvelle définition. Merci à tous. Et bonne nuit tout de même.


(Demain, si on a le temps, le courage et l'envie, on examinera le reste des trois lignes citées par Nicolas : elles valent la peine aussi. Notamment, à propos de cette fameuse "religion du chiffre", on parlera de ces couilles molles de gauche que sont en train de devenir les policiers français dans leurs jolis uniformes.)

68 commentaires:

  1. Morbleu ce qu'il est bath le mec de la photo! Y me plait bien ! Le reste ausi quand même!

    RépondreSupprimer
  2. Je préfère le mec de la photo d'en dessous. Le reste aussi quand même.

    RépondreSupprimer
  3. Dommage, Monsieur Goux, que votre propension à l'exagération vous conduise une fois de plus à grossièrement travestir les faits dans ce qu'ils ont de plus avéré.

    Contrairement en effet à ce que vous écrivez, il est désormais hors de question qu'un pro-minaret puisse se compromettre avec le moindre bol d'Ovomaltine.

    RépondreSupprimer
  4. Toujours très douée en photo, Catherine. Par contre, vous pourriez éviter le marcel, ça fait beauf.

    RépondreSupprimer
  5. Superbe photo ! Et un billet comme on les adore !

    RépondreSupprimer
  6. "couilles molles", allez-y donc vous, vous friter avec qui de droit.

    Les flics protesteent contre la religion du chiffre, plus particulièrement dans un contexte où on ne leur donne que des moyens de merde.

    Je traduis : si on te demande de débiter tant de buches de bois, c'est mieux si on te file une scie, c'est encore mieux si on te file une hache, encore mieux si on te file une tronçonneuse...etc...

    En l'occurrence, les flics en question témoignent qu'ils ne peuvent plus assurer leurs missions, plus traiter les plaintes, plus enquêter... Vous confondez flic et chair à canon !

    RépondreSupprimer
  7. Je déteste votre billet mais j'ai une question : l'illustration est-elle inspirée par la ferme des animaux ?

    RépondreSupprimer
  8. Monsieur Didier Goux
    Il faudrait quand même songer à mettre une sourdine sur votre odieux délire réactionnaire qui stigmatise toute une population ne demandant qu'à être heureuse et vivre en paix dans la pratique et le respect des traditions et lois françaises.
    En banlieue, on ne vit pas plus mal qu'ailleurs.Ou alors, c'est la violence que nos institutions, notre police, notre société toute entière font peser sur des êtres sensibles et désemparés.

    "Les plus gros fouteurs de merde ne sont pas des basanés mais de petits connards bien pâles, avinés, mysogines, complètement abrutis par une idéologie nationaliste nauséabonde."
    Fabrice, dans le blog avec nos gueules

    (sinon, je trouve que le parallèle "famille recomposée, pays recomposé", est un peu lapidaire.)

    RépondreSupprimer
  9. Et les Banlieues-Respect, ce sont les Banlieues-Sensibles ?

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. A propos de gouines, de Baudelaire et de noirs bataillons :

    "Je sens fondre sur moi de lourdes épouvantes
    Et de noirs bataillons de fantômes épars,
    Qui veulent me conduire en des routes mouvantes
    Qu'un horizon sanglant ferme de toutes part"

    Il se répétait le père Charles, non ?

    Autre chose :

    Pour ceux qui auraient de vagues envies de se pendre ou de tuer tout le monde, voici, toujours sur Baudelaire et les horreurs de l'époque, qui devrait achever de les en décider :

    http://www.youtube.com/watch?v=TE1rcGk4NvU

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai franchement rigolé à lire ces méchancetés sur les familles recomposées ; pas un blog où l'on ne nous fasse pas la morale en ce moment.

    RépondreSupprimer
  13. M'est avis, à par cela, que parler de Staline à tout rompre a quelque chose de commun avec cette manie qu'on d'aucuns de voir Hitler partout.

    Il est temps de croire que nous sommes passés à autre chose : l'histoire ne repasse pas les plats, comme disait l'autre cinglé.

    RépondreSupprimer
  14. Pétula : oui, hein ?

    Mifa : vous êtes trop classique, ma chère !

    Chieuvrou : même les Chinois se shootent à l'Ovomaltine ? sont trop forts, ces Suisses !

    Nicolas : je l'attendais, celle-là...

    Pluton : je crois que tout le monde ne l'a pas adoré...

    Dorham : mais oui, on est d'accord ! Vous n'allez pas me chercher des pous à chaque billet résolument et volontairement outrancier que je ponds, tout de même ?

    Cela dit, pour reprendre votre métaphore, même si on fournissait nos bûcherons en tronçonneuses, tout le monde hurlerait au fascisme s'ils faisaient seulement mine de les utiliser.

    Laure : ce billet n'était guère destiné à être aimé, vous savez. En tout cas, pas de tout le monde...

    Quant à l'illustration, je ne me souviens déjà plus où je l'ai trouvée, désolé.

    Suzanne : je vais tâcher de me surveiller, c'est promis...

    Amiral : tiens, oui, en effet, il bafouillait, le poète ! Pour Staline, vous avez raison, mais je n'ai pas pu résister : mon côté gamin...

    Mtislav : moi, ce qui me fait rire, c'est ce concept de familles "recomposées", pour ne pas avoir à dire "détruites".

    RépondreSupprimer
  15. Mtislav, alors là je plussoie, c'est hyper méchant. Ce malheureux Didier a tourné sa veste tant et si bien qu'il a enfilé la djellabah:

    "Tout est fait, dans l’islam, pour protéger le couple et la famille. La préservation des charmes des femmes doit être vue dans cette optique, protégeant le regard des hommes mariés de tentations auxquelles ils sont trop sensibles . Le divorce est la chose la pire qui soit autorisée par Allah aux êtres humains. Enfin, la pire des actions diabolique est celle qui aboutit à la séparation d’un couple.

    La transmission des valeurs de l’islam aux enfants doit être un souci majeur des couples musulmans, surtout dans nos sociétés occidentales. Ceux qui y renoncent doivent malheureusement s’attendre à de grosses épreuves de la part de leurs descendance devenue adolescente puis adulte."
    (c'est sur oumma.com)

    et aussi:

    Dans la plupart des pays occidentaux le taux de divorce atteint les 60%. Quel est la signification de ces chiffres? Cela veut dire tout simplement que la structure sociale en occident détruit le mariage . Ce résultat est facile à prévoir. En occident, les fréquentations mixtes sont libres, la consommation de l’alcool est répandue et le manque de pudeur des femmes aidant; l’adultère est chose facile pour ceux qui ne craignent pas Dieu. Dans tous ces pays, la formule est la suivante: hommes + femmes + alcool + nudité + fréquentations libres = enfants illégitimes + destruction du mariage + enfants malheureux.
    Par contre avec l’Islam on obtient la formule opposée: Séparation des hommes et des femmes + alcool interdit + pudeur féminine = enfants légitimes + protection du mariage + protection des enfants.
    Il est grand temps pour les spécialistes occidentaux en sociologie et psychologie de sérieusement considérer les statistiques concernant les problèmes familiaux engendrés par leur système moral et de les comparer avec les résultats obtenus dans les mêmes catégories dans les sociétés musulmanes. Il devient évident donc que le système moral de l’Islam est le seul remède à tout ces problèmes.

    L’Islam protége la famille et les enfants au sein du mariage.

    L’Islam garantie aux enfants de naître avec de parents unis par les liens du mariage, protégeant ainsi l’environnement dans lequel grandira l’enfant.

    C'est sur le merveilleux forum de la grande mosquée de Lyon (où l'on peut entendre des prêches encore bien plus merveilleux)

    RépondreSupprimer
  16. C'est décidé : je me convertis !

    (En plus, j'ai déjà porté la barbe, le plus dur est donc fait.)

    RépondreSupprimer
  17. http://2.bp.blogspot.com/_9lUugIaaNO0/SwBDvCM7qkI/AAAAAAAACQw/ZHSLRUuqy8A/s1600-h/390b416967064d92957feb0.jpg

    Une bonne illustration des propos de "Fabrice".

    "Banlieue Respect", c'est la doxa "multiculturaliste post-coloniale" et la langue de bois du M.I.R, le mouvements des Zindigènesdelarébusplique (repris en choeur la bouche en coeur et la main sur le) de ceux qui les soutiennent comme Fabrice, Mathieu etc...

    Votre article en est une bonne parodie. Ceci dit, je ne suis pas d'accord avec vous lorsque vous évoquez de façon systématiquement péjorative ce qui est "festif", et qui n'est pas nécessairement synonyme de violence.

    Quant aux familles recomposées, vos clichés caricaturaux m'ont fait rire parce qu'ils recouvrent une part de vérité, surtout quand ce sont précisément ceux qui n'ont pas d'enfants à faire certains discours, comme vous le faites remarquer.

    Cependant, un nombre considérable de beaux-pères ont servi de père, bien des femmes ont élevé des enfants qui n'étaient pas les leurs, fort heureusement car les enfants s'en sont certainement mieux portés que de se retrouver à la DASS.

    Enfin, sans etre nazillonne, une certaine droite conservatrice et populiste, archaique et inculte comme la Ligue du Nord en Italie ne peut à mon sens rien apporter de positif. Nous ne vivons plus dans les années 60.

    RépondreSupprimer
  18. Si je vous ai fait rire avec mes familles recomposées, mon but est atteint, puisque je ne prétendais à rien mieux, comme vous l'avez compris.

    Pour le reste, vous avez raison : ce n'est pas parce qu'on vomit la gauche festivus que l'on devrait avaler toutes les conneries sépia de certaines droites.

    RépondreSupprimer
  19. Didier, c'est le côté alimentaire le plus raide... enfin pour moi !

    RépondreSupprimer
  20. "Vous n'allez pas me chercher des pous à chaque billet résolument et volontairement outrancier que je ponds, tout de même ?"

    Vous plaisantez ?

    RépondreSupprimer
  21. J'ai rien compris à l'histoire de la famille recomposée ! Catherine aurait changé de sexe ou bien ?
    :-))

    [Quoi ? Une Famille-Respect ? J'vois pas… :-) ].

    RépondreSupprimer
  22. Contribution vaticane aux heureuses familles fondées hors mariage : le Ciel ne reconnaît pas votre fidélité, vade retro, familles diaboliques ! (mais on dit cela bien sûr avec humanité et pour votre bien…)

    RépondreSupprimer
  23. Passante (qui veut devenir Rasante, autant qu'elle le peut)4 décembre 2009 à 22:20

    C’est fou que, pour vous, Charles évoque “la Charogne” ; là, vous me donnez le spleen, c’est pas l’idéal, alors que Baudelaire évoque, pour moi, plutôt, tout ce que son âme ressentit pour les “Yeux des pauvres”


    Oh ! Hôte de ce blog : vous brocardez l’intégration ? Ne désintégrez pas, alors, l’exactitude des mots : respectez vous-même l’intégrité des noms, comme celui de cette association : par exemple laissez le pluriel à “Respects” ; au départ, les associations rassemblées sous cette appellation s’attendaient peut-être à établir un respect réciproque, d’où le probable pluriel vu dans “Banlieues Respects” ? Quant à la majuscule incriminée, autant s’attaquer à toutes celles que les administrations d’Etat ou territoriales et à toutes celles que les entreprises octroient systématiquement aux titres et aux noms : Directeur Un Tel de Tel Service, Président Machin-Chose de La Très Belle Entreprise Futile-Dépense, etc.
    Banlieues Respects est d’ailleurs un collectif d’associations qui tiennent à l’insertion et à la citoyenneté (dont les associations aux doux noms suivants, entre autres : l’association Citoyenneté et Démocratie, le club Allez France, le Forum citoyen des cultures musulmanes, Débarquement Jeunes, Ni Proxo ni Macho, Droit Devoir Citoyenneté, l’Afrique en mouvement, Médiation citoyenneté, CIQ 21 ou Commerçants intervenant dans les quartiers, Droit de cité, association Caméléon (caméléon, digne symbole de l’intégration, non ?), Cercle de réflexion citoyenneté, Regards citoyens), contrairement à ce que vous insinuez sans avoir mis le nez un seul instant dans le réel, il vaut mieux en effet rester vague et ignorant de la vérité quand on cherche comme vous ici à flatter “pour rire” la partie fosse à purin de votre lectorat (bon, je sais, “fosse à purin”, j’exagère, mais à peine, puisque vous vous complaisez, vous tous, à vous autoproclamer “nauséabonds” par provocation, je souscris sans remords à cette métaphore filée), qui n’aime rien tant que faire semblant de croire qu’elle est la seule, bien entendu, à former une classe de “bons et honnêtes citoyens” (arf !).
    Monsieur Goux, quand même, renseignez-vous d’un peu plus près pour être un peu moins injuste dans vos élucubrations, je sais bien que personne ne vous attendra en Enfer ou au Paradis pour vous reprocher toutes vos… (je me censure, là), mais bon sang, qu’un bon petit Purgatoire vous serait utile (aux sens médical et “spirituel” du radical, pourquoi pas… l’-atif hâtif remplacera bien l’-atoire à boire) !
    Un peu d’honnêteté, que diable ! Il est vrai qu’il est trop tard, peut-être, pour qu'un réac mal embouché attrape l’honnêteté intellectuelle et tente de vivre avec… Pas facile, en effet, surtout en vieillissant : simple pour personne, il faut le reconnaître, car il est plus aisé de jouer sur le “sourire entendu” et complice entre “bons Français plus ou moins blancs-roses” que sur tout autre corde à faire vibrer…

    Passante
    (mes souliers s'usent à revenir sur votre blog, je ne vais quand même pas finir par m'appeler "Restante"!)

    RépondreSupprimer
  24. Passante : vos associations, je leur pisse à la raie, pour tout vous dire. Elle pompent le fric commun et ne servent évidemment à rien (sauf à faire faire une minable carrière politique à leurs deux ou trois dirigeants).

    De toute façon, puisqu'on en parle, je pense que les immigrés n'ont pas à avoir d'associations, ni de porte-parole : ils ont juste à fermer leur gueule, à travailler et à devenir français : soit ce qu'on fait des générations de Polonais, d'Italiens, d'Espagnols, de Portugais, pour qui j'ai le plus grand respect et la plus grande affection.

    Mais, voyez-vous – allez, tiens, j'avoue –, je n'aime pas trop les Africains, qu'ils soient du Nord (Arabes) ou du Sud. Et je ne vous reconnais pas le droit de me juger raciste. Je NE SUIS PAS raciste, dans le sens où je sais bien qu'un noir n'est pas essentiellement inférieur à moi sous prétexte qu'il est noir.

    En revanche, oui, je trouve que les Africains devraient vivre en Afrique, et non venir nous concasser les burettes ici, chez nous. Et je pense que, pour ceux qui sont déjà ici, ils devraient cesser de pleurnicher sur leur sort et prendre modèle sur les Asiatiques, eux aussi colonisés, mais parfaitement persuadés d'être au moins nos égaux.

    Pour résumer : les musulmans ont très bien compris que leur religion piteuse les a plongés dans la merde où ils sont aujourd'hui. Il leur restait deux solutions : soit se prendre en main (ce que de plus en plus d'intellectuels africains préconisent, mais sans le moindre relais dans nos petits journaux de merde), soit pleurnicher et récriminer, ce à quoi les encouragent les connasses ménopausée – et heureusement bientôt mortes – évoquées plus haut, et qui, le Ciel en soit loué, seront les premières égorgées par leurs amis d'hier, quand on cessera de rigoler.

    RépondreSupprimer
  25. La vache, j'espère qu'il n'y a pas trop de burette à casser chez Saint Pierre et Miquelon !

    [C'est amusant comment la haine des ritals et des polacks qui venaient manger le pain des français [parce qu'à l'époque, on avait du pain, môssieur !] se réécrit très vite. Ça laisse de l'espoir à l'humanité, pour le moins ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  26. Au passage, ce ne sont pas "mes" associations. Soit dit en passant... le coût de ces associations n'atteindra jamais les millions censés subventionner les plus petits salaires, versés aux entreprises pour "aide" virtuelle à l'emploi et empochés sans contrepartie réelle par des patrons. En fait de scandale, vous vous trompez de cible. Vous chassez petit au lieu de chasser le gros gibier.

    Quant à vos craintes évoquées, elles se basent sur des clichés.
    Je vous imaginais moins martial et moins naïf, plus réfléchi que ce que cette tirade laisse entrevoir.

    Vous devriez aller voir le musée national de l'Histoire de l'immigration (à l'ancien Palais des colonies), et approfondir le sujet des histoires de l'immigration. Tout ce que vous venez d'écrire sur les autres immigrations (européennes notamment) est faux, et potasser un peu les revues qui donnent un état des recherches sur cette histoire vous ferait le plus grand bien (ça calmerait un peu tout le monde)...

    Passante

    RépondreSupprimer
  27. "parfaitement persuadés d'être au moins nos égaux"...
    Et même, si j'en crois les discours raciaux-nationalistes en Asie, certains seraient plus égaux que d'autres, voire carrément supérieurs
    (puisque, me disent fièrement les Chinois de mon quartier et d'ailleurs, les Chinois ont tout inventé, et les Occidentaux rien, ils ont tout juste volé au Moyen-Orientaux ce que ceux-là avaient emprunté à la Chine; deuxième discours sous-jacent tenant haut les découvertes scientifiques chinoises dont des revues spécialisées chinoises - en anglais - parlent abondamment: gare à ceux qui tenteraient d'arrêter notre expansion)...
    Il est fort possible que les terribles batailles sanglantes dont vous parlez avec tant d'effroi existent un jour, mais êtes-vous sûrs que ceux qui tiendront les couteaux et fusils seront venus d'Afrique...?

    Passante

    RépondreSupprimer
  28. Passante : c'est exactement ce que je voulais dire : les Chinois se pensent (se savent ?) supérieurs à tout autre civilisation. Comme d'ailleurs toute civilisation, y compris les Occidentaux, jusqu'à la bisounourserie mortifère actuelle. Une civilisation DOIT se penser supérieure aux autres, sinon, elle est déjà morte.

    Et nous sommes déjà morts.

    RépondreSupprimer
  29. C'est amusant cette manière de voir la civilisation comme un ensemble toujours fermé et fini. J'ai le sentiment que tout vient de là, pour ma part, un léger problème de définition au départ !

    [Et puis quoi, qu'ils viennent pas bouffer nos MacDo culturels, quoi ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  30. Pour les batailles sanglantes de l'avenir, évidemment, je ne sais pas qui elles opposeront. Ce dont je suis à peu près certain (mais je ne suis qu'une intelligence ordinaire : je peux me tromper), c'est qu'elles auront lieu. D'abord parce qu'il est dans la nature de l'homme de se battre. Ensuite parce qu'aucun peuple, jamais, n'a accepté sans renâcler d'être évincé au profit d'un autre. donc, bain de sang il y aura, en effet.

    Une chose me semble à peu près certaine, cependant : les noirs l'auront dans le cul, comme ils l'ont toujours eu, les malheureux. Leur intérêt, mais ils ne le voient pas, serait que les actuels mapitres de l'Europe (nous, donc) soient les vainqueurs. si ce sont les Arabes qui gagnent, comme le veulent par haine d'elles-mêmes les armées Céleste, les noirs retomberont dans l'esclavage où les Arabes les ont toujours maintenus. en tout cas jusqu'à ce que, grâce à la colonisation, les Européens les débarrassent de cette engeance malfaisante.

    RépondreSupprimer
  31. "cette manière de voir la civilisation comme un ensemble toujours fermé et fini"...
    D'accord avec M. Poireau (sur ce thème).
    Je ne pense pas qu'elles soient "mortelles" comme l'écrivit Paul Valéry (c'était pourtant bien tourné, le "Nous autres civilisations...") mais que l'interaction entre toutes est ce qui constitue émulation, avancée, enrichissement pour les humains, à condition de savoir négocier ce qui peut être abandonné et ce qui ne doit pas l'être (égalité, fraternité, et surtout liberté)...
    Je connais de près la méfiance (réelle, et dite dès lors qu'on parle de confiance) de nombre de Noirs envers les Arabes, elle tient tout autant en effet de l'histoire (colonisations, esclavages, guerres territoriales et raciales) que du fantasme autour de clichés, là aussi (mais enfin, l'histoire est importante, il est vrai, tout comme celle qui nous fit profiter des Africains pendant des siècles).
    Par ailleurs...
    Vous fantasmez trop, monsieur notre hôte, et c'est à votre aise (d'où le nom du blog)...
    Mais accueillir l'autre, et lui permettre de rester lui dans la cohérence d'une nation qui a ses lois, ce n'est pas se laisser marcher sur les pieds, ni abandonner son moi pour le remplacer par celui qu'on accueille. C'est lui permettre de vivre en étant lui tout en se coulant dans les rails des lois du pays: à condition aussi de ne pas l'acculer (non, pas de mauvais jeu de mots, merci!) à la provocation et au retrait dans un personnage fermé, régressif, par le mépris qu'on lui oppose constamment...

    Passante (trop sérieuse pour convaincre par l'humour, et bien désolée de ce constat)

    RépondreSupprimer
  32. @ Passante
    "Mais accueillir l'autre, et lui permettre de rester lui dans la cohérence d'une nation qui a ses lois, ce n'est pas se laisser marcher sur les pieds, ni abandonner son moi pour le remplacer par celui qu'on accueille."

    Naturellement chère Passante, vous habitez près d'une mosquée ou chaque vendredi les rues sont barrées pour cause de prière, on ne trouve plus l'ombre d'un commerce non hallal dans votre quartier, vos enfants vont dans une école où il y a 80% d'enfants issus de l'immigration et où les vôtres se font traiter de "sales français" ou de "faces de craie", et vous adooorez ça, c'est tellement interethnique et multiculturel, n'est-il pas?

    RépondreSupprimer
  33. Je pense que s'il est un blog sur lequel on peut débattre utilement c'est celui-ci. Merci à son concepteur de nous en donner l'occasion (au fait, je me suis fait censurer sur le blog d'un juge, adepte de la tolérance, dont j'ai déjà oublié le nom).
    Sur la question de l'identité nationale (et forcément de l'immigration), je pense que les mentalités changent, lentement mais sûrement. On ne se contente plus de ramasser des idées, on se met à penser par soi-même, nourri de son expérience quotidienne. On n'attend plus les sempiternels mots d'ordre servis par des bibles "citoyennes" trop longtemps restées incontournables. Maintenant, il y a l'Internet et la France d'en bas peut enfin s'exprimer autrement que dans le "courrier des lecteurs". Les élites, que les médias de gauche utilisaient à bon escient, doivent désormais revoir leur copie de plus en plus souvent ; elles commencent à perdre du terrain et leurs trépidations n'y feront pas grand-chose. Je crois que c'est cela qui déplaît à Passante. La votation suisse n'est pas correcte : elle est légale... mais pas légitime pour les bonnes consciences qui pensent naïvement que la tolérance est devenue un élément indépassable de la démocratie moderne. (A quand un référendum, comme en Suisse, faudra-t-il aller le chercher avec les dents ?) Car, quoi qu'on en dise ou pense, la démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple et non une accumulation d'entourloupes tel celui, entre autres, du regroupement familial, décret signé dans le dos des Français en vacances et dont on continue à mesurer les graves conséquences aujourd'hui. (Saurons-nous juger un jour les initiateurs et complices de ce qu'il est difficile de nommer aujourd'hui autrement que "génocide" ? L'avenir nous le dira.)

    RépondreSupprimer
  34. Floréal
    - soupir -
    C'est cela, caricaturez-moi, c'est plus simple pour votre besoin de boxer un peu...
    Vous habitez naturellement dans cet arrondissement et parlez d'expérience? ça m'étonnerait!

    Vous usez de fausses comparaisons (comme les Turcs dans l'autre com') pour tenter de rediriger une discussion vers un autre champ de bataille. Procédé connu - dont le nom m'échappe pour l'instant - et placé dans les moyens de rhétorique "malhonnêtes"...
    Vous ne cherchez pas à discuter mais à asséner votre regard sur le monde (par le petit bout de la lorgnette), inutile de m'entraîner à être votre punching-ball
    Inutile qu'on se parle:
    vous caricaturez tout pour que le réel colle à vos détestations.
    S'il fallait vous caricaturer vous-même, je vous dessinerais telle quelle, ne changez rien.

    Vous ne seriez pas la Nadine-Morano de Didier Goux, par hasard?

    Passante

    RépondreSupprimer
  35. Quant au mot de "tolérance" trop souvent appelé à l'aide pour enfermer les uns dans leurs contradictions apparentes... je ne l'utilise pas (en tout cas pas dans ce sens), il me fait trop penser à ces maisons de "tolérance" (que j'appellerais plutôt maisons de concentration) dont une partie de la droite voudrait apparemment le retour.
    On n'a pas à "tolérer" ce qui est déjà donné comme légitime dans la loi. On l'accepte, ou on modifie la loi. Qui est-on pour seulement "tolérer" l'existence de ceux qui ont le droit de vivre tout comme nous l'avons?
    Passante

    RépondreSupprimer
  36. Et vous qui êtes-vous, anonyme Passante sans blog ni inscription sur cette plateforme? Une "sociologue musulmane"? Une "féministe musulmane"? Une sympathisante des Indigènes de la république? Fourbe que vous êtes.
    Bien sur, que je connais et très bien, des quartiers qui correspondent à ce que je décris. Ce ne sont pas des choses que j'invente, et vous le savez aussi bien que moi. Par conséquent lorsque vous m'accusez de caricaturer la réalité, vous MENTEZ.

    Vous ne venez pas pour "discuter". Vous venez pour discuter à sens unique. Pour placer votre doxa et votre morale. Et vous vous posez pour ce que vous n'êtes pas. Vous avez vos oeillères et ne regardez que ce qui vous arrange et votre rhétorique n'est qu'un prêche qui lui n'a rien d'honnête. J'ai sur l'autre fil donné des exemples concrets mais vous évitez de répondre, c'est vous qui chercher à faire dériver le discours en tentant de noyer le poisson. Et vous prétendez à l'honnêteté?

    Pourquoi devrait-on accepter de passer 8 par jour dans un bureau avec une femme qui vous impose son foulard alors que qu'on ne lui demande rien, et surtout pas quelle est sa religion? Pourquoi devrait-on accepter des menus hallal pour tout le monde dans les cantines scolaires parce que faire deux cuisines complique les choses en temps et en budget? Pourquoi devrait-on faire le boulot du collègue musulman empêché par ses prières et ses rites divers et variés en plus du sien propre pour le même salaire? Au non de quoi? Et ce ne sont que quelques exemples. Ou est la réciprocité dans ce bel "accepter l'autre" que vous prônez?

    Répondez, et clairement, au lieu de distiller votre moraline mielleuse.

    RépondreSupprimer
  37. Floréal : la cuisine halal, c'est pas plus compliqué que la cuisine à l'huile ! :-))

    RépondreSupprimer
  38. Je sais parfaitement en quoi elle consiste, Poireau. Donc, je sais aussi (contrairement à vous peut-etre) qu'il faut 2 batteries de cuisines pour ne pas mélanger les aliments considérés purs et impurs. Vous devez donc faire 2 cuisine parallèles dans le meme laps de temps. C'est pourquoi là où la demande hallal est forte, les cantines ne servent qu'un seul menu: hallal. Auquel cas vous n'avez d'autre choix que de soumettre vos enfants au régime hallal. Il est donc normal que bien des parents préfèrent mettre leurs enfants dans d'autres établissement.

    RépondreSupprimer
  39. Floréal : bon, si les gens préfèrent que leurs enfants bouffent la merde des industries de restauration collective, tant pis pour eux. La cuisine halal, c'est quand même vachement plus sain !
    :-))

    RépondreSupprimer
  40. Rembarquez vos leçons culinaires et votre suffisance, Poireau. Ce n'est pas parce qu'on ne cuisine pas hallal qu'on doit opter pour la restauration industrielle. Vous tombez avec moi d'autant plus mal que j'ai travaillé dans l'hotellerie et je sais de quoi je parle.

    RépondreSupprimer
  41. Floréal : je regrette que de plus en plus de cuisines municipales abandonnent la cuisine sur place au profit des plateaux repas vendus tels quels. Y'a plus qu'à réchauffer et c'est moins cher !
    Le hallal oblige au moins à voir ce qu'on prépare ! :-))

    RépondreSupprimer
  42. Pas de discussion possible avec vous, Floréal, qui faites une généralité d'un exemple utilisé et usé jusqu'à la corde. Votre discours est juste raciste et vous tentez de faire paraître rationnel vos haines en donnant des exemples piochés dans l'argumentaire du FN.
    En face de votre question sur le collègue musulman qui s'arrêterait pour ses prières: j'ai eu des dizaines et des dizaines de collègues musulmans dans divers domaines, enseignement, vente, entreprises d'informatique, en presse, et même en faisant les vendanges dans ma jeunesse... aucun d'entre eux ne s'est arrêté pour prier, aucun d'entre eux ne réclama du halal, certains apportaient leur Tupperware cuisiné, et rien ne les distinguaient de mes autres collègues. Votre manière de faire croire qu'une attitude individuelle et fantasmée serait globale et massive est d'une malhonnêteté grotesque.
    Une autre question, en revanche, reflète une réalité à laquelle je suis confrontée constamment:
    "Pourquoi devrait-on faire double boulot pour le même salaire, en faisant, en plus du sien propre, le boulot du collègue viré par le patron pour faire des économies?"
    Scoop: ça, c'est une situation réelle et très actuelle...

    Passante

    RépondreSupprimer
  43. Vous Passante, vous etes de la clique "multiculturel -pro-voile &Cie" dont parlait Goux en faisant allusion à une certaine Céleste. C'est à dire que vous etes une garce, hypocrite, qui appliquez exactement aux autres, en l'occurrence moi, qui ne vous suivent pas et sont en désaccord avec vous ce que vous leur imputez parce que ça vous arrange: ça grandit votre égo et ça vous fait mousser, ça vous conforte dans la bonne opinion que vous avez de vous.

    Vous avez donc décrété, du haut de votre superbe, qu'il n'y avait pas de discussion possible avec moi, au prétexte que je piocherai dans un argumentaire d'une chapelle que je n'ai jamais fréquenté. Pour laquelle je n'ai jamais voté.

    Je ne fantasme rien, et je ne suis pas née d'hier. J'ai donc eu le temps de me faire une opinion par moi-meme. Parce que figurez-vous que j'ai travaillé moi aussi avec des musulmans, et dans l'ensemble et je n'en garde pas un souvenir ébloui, loin de là.

    Alors vos accusations gratuites de racisme, c'est tellement commode et ça ne vous coute rien, je l'ai bien compris, vous pouvez vous les carrer, et bien profond.

    RépondreSupprimer
  44. Floréal : "ça vous conforte dans la bonne opinion que vous avez de vous."
    Cet effet n’était pas recherché au départ mais à vous lire, en effet, le résultat est là…
    (Vous parlez de mes "accusations de racisme", non : moi, j’appelle cela constat et observation d’une forme de racisme, grâce à l’attention que j’ai portée à votre ton (ou style), et en regard du type d’argument dont vous vous parez pour jeter tous les musulmans dans un même sac.)
    Je ne suis pourtant pas un ange : je ne suis même pas pro-voile, au contraire, à condition que le consensus discuté de façon citoyenne ait conduit à une loi. (un vrai dragon: je ne suis pas non plus pour que les collégiennes arrivent à moitié dénudées comme dans certains établissement, trop d'intérêt pour la mode et la séduction peuvent éloigner les cerveaux des apprentissages plus sérieux: on est loin de la "tolérance" dont vous nous remplissez les oreilles...)
    Je ne suis pas naïve non plus, je comprends bien qu’il y a aussi un acte politique à choisir pour certaines le voile, que d’aucunes considèrent être subversif. Mais c’est un sujet qui touche à trop de domaines pour être débattu avec vos certitudes (en gros sabots)et votre autosatisfaction qui tape sur les autres comme on frappe une enclume.
    Vous, en revanche, votre style vous fige dans un personnage que vous ne méritez peut-être pas de paraître (voir votre dernière phrase, tout de même); mais l’idée qu’on se fait de vous, Floréal, dépend de la manière dont vous savez rester calme (les injures sexuelles ne font pas partie des réparties posées, non…) que ce soit devant un adversaire qui vous répond ou devant un autre qui dédaigne de le faire pour des raisons qui se défendent tout aussi bien. Et, dans nombre de vos interventions (avec d’autres, pas seulement avec moi), vous avez manqué par trop de nuance, de scrupule, d’objectivité et d’exactitude dans vos affirmations pour que je prenne au sérieux votre argumentaire.
    Vous êtes tout d’une pièce ? ça plaît à ceux qui pensent exactement comme vous, certes… Libre à vous, mais ne vous étonnez pas de ne pas intéresser ceux qui aimeraient débattre. Sans "tabou", bien sûr…

    Passante

    RépondreSupprimer
  45. Coquilles de ... (censuré): "établissements", "sur une enclume", etc.

    RépondreSupprimer
  46. Passante : votre avis en général et en particulier me semble juste, en tout cas relevant d'une analyse du monde à peu près réaliste. Mais vous tentez de discuter avec Floréal qui n'a ni oreille ni capacité à sortir de ses réflexes autoprogrammés. Autant pisser dans un violon, cette femme est simplement raciste et s'en trouve fort bien ainsi, dans la détestation d'elle-même !
    :-))

    RépondreSupprimer
  47. Vous avez raison, M. Poireau.

    Sinon: jamais encore eu l'occasion de "pisser dans un violon", c'eût été une expérience enrichissante... J'aurais pu ainsi mieux comprendre le fameux "pisser à la raie des associations" éj... - euh- émis par notre hôte.
    Ah, mais toute cette histoire ne ressort sans doute que de l'urinoir politique!?

    RépondreSupprimer
  48. Passante : je pense sincèrement que quelqu'un comme Floréal est dans une telle détestation d'elle-même [pour des raisons qui sont les siennes et qu'elle pense juste, bien entendu !] que pour contourner sa souffrance, elle ne peut que tourner sa haine contre un objet exutoire. C'est tombé sur l'immigration alors qu'elle pourrait tout aussi bien s'en prendre au macramé, aux cruciverbistes ou aux adorateurs des œufs Kinder. Elle se fabrique ainsi la belle illusion de faire partie d'un groupe alors qu'elle est au fond si seule avec sa haine !
    Il ne sert à rien d'ouvrir les yeux des aveugles volontaires mais rien n'interdit de jouer un peu avec eux. Colin-maillard peut être tout à fait amusant !
    :-))

    [Je prends Floréal en tant qu'exemple mais elle/ils sont plusieurs dans son cas, bien sûr, notamment par ici ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  49. Câlin-maillard serait fort amusant.

    Par ailleurs je m'en voudrais de détourner qui que ce soit de sa thérapie (de groupe), si votre explication est la bonne.
    Le blog de DG est accueillant à tous les com', s'il est en plus curatif... C'est une perle! (DG ne lisez pas ça, trop de basse flatterie pourrait vous tuer!)

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  50. @ Passante & Poireau

    Pour faire court: une salope et un saligaud. Vous vous etes bien trouvés.

    Je ne viens pas très souvent sur le blog de Didier Goux, Passante. Je ne squatte pas son blog. Par conséquent votre histoire de thérapie, ça tombe un peu à plat. D'autant plus que vous me taxer de racisme et que vous en dédouanez Didier Goux quand sur ce point mon discours n'est pas différent du sien. Je vous définierais donc une personne lèche-cul, ce que je ne suis pas. Didier Goux le premier est venu sur mon blog, m'avait mise en lien, c'est moi qui lui ai demandé de le retirer. Je vous laisse donc pérorer en choeur avec les autres, y compris à mes dépends et pour m'y nuire, si vous ne savez pas faire autre chose.

    D'où "l'illusion de faire partie d'un groupe" Poireau, non ça c'est vous qui ne passez pas un jour sans venir mettre ici votre grain de sel minable, pas moi. Sincèrement, vous vous croyez bon? Se repaitre d'une supposée haine chez l'Autre (vous faites pourtant bien partie des prècheurs d'amour de l'autre, si je ne m'abuse), c'est de la bonté? Je suis tellement aveugle que je n'ai vu votre bonté nulle part dans votre prose baltringue. Je n'ai vu que la suffisance de votre connerie, de votre méchanceté mesquine, là, vous ne manquez pas d'épaisseur.

    RépondreSupprimer
  51. "pour m'y nuire": rien de grave, ne vous victimisez pas, ça n'en vaut pas la peine. Votre vocabulaire suffit à vous nuire (sans aide, comme un grand!)... Faites comme si je n'existais pas, je fais pareil.
    Pour les autres "gentillesses" que vous offrez si généreusement, inutile de vous fatiguer: je ne cherche nulle part absolution ou intégration dans un groupe, l'infidélité de Net surfeuse sans blog fixe me convient, d'où mon pseudo, et si je passe plus longtemps que voulu chez DGPSA, c'est qu'il est plus pêchu que vous, c'est tout! Y a pas que les sujets racistes-colériques, dans la vie, Floréal...
    Je ne vous pas vous nuire, ignorons-nous donc.

    Passante

    RépondreSupprimer
  52. Veux (manque dans la dernière phrase, le vilain)

    RépondreSupprimer
  53. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  54. Floréal : que vous me détestiez me conforte dans le point de vue que j'ai de vous.
    Contrairement à Didier, vous n'avez aucune culture et ne savez rien analyser. Vous vous contentez de répondre de manière agressive. Votre ressentiment ne s'appuie sur aucun raisonnement, aucune mise en perspective, pas une once de compréhension, vous n'êtes qu'un pur réflexe de haine envers vous-mêmes mais n'avez pas même le courage de le mettre en pratique.
    Ce que vous appelez bonté, je l'appelle humanisme et ce que vous tentez de salir par vos petits insultes est à ce jour l'humanité.
    Vous l'exécrez, j'en suis fort aise. Puissiez-vous longtemps continuer à nous amusez de vos petits aboiements de roquet.
    Grande gueule et petites pattes, au pire, vous ferez quelques dégâts sur la moquette !
    :-))

    [Enfin, pour quelqu'un qui publiquement annonçait qu'elle ne viendrait plus dans ces contrées à cause des cons (dont je suis) qui les fréquentent, je vous trouve très présente. En plus, donc, vous n'êtes pas fiable dans vos dire ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  55. "Puissiez-vous longtemps continuer à nous amusez de vos petits aboiements de roquet."

    Venant de vous, Poireau, c'est amusant... Et je préfère ne pas trop avoir affaire à votre "humanisme", de même qu'à celui de certains de vos amis, vous avez tout d'un rééducateur-maton et je vous verrais fort bien à l'ouvrage chez ce que Didier Goux appelle les Légions Célestes".

    Si j'ai moi-meme demandé à Didier Goux à ne pas figurer sur sa blogosphère, c'est qu'à l'évidence je ne tenais pas à figurer en compagnie de gens qu'il semble apprécier et qui ne sont absolument pas ma tasse de thé, qui par contre n'ont pas l'air de vous déranger, et chez lesquels on chercherait en vain un commentaire de ma part. Je n'ai du reste ni le temps ni l'envie d'y faire de la mise en perspective, de l'argumentation. J'ai un blog pour cela. Et la présence de commentaires de militantes, féministe dont une d'Amnesty, suffit à démonter vos calomnies ignominieuses, vos dires diffamatoires, d'une bassesse et d'une mesquinerie réductrice. Entre sa parole et la votre, il n'y a pas photo!

    Enfin vous n'etes pas psy, pour vous permettre des "analyses" sur ma personne. Vous n'en etes que plus grotesque.

    "vous n'êtes qu'un pur réflexe de haine envers vous-mêmes mais n'avez pas même le courage de le mettre en pratique." Que voulez-vous dire, individu pour le coup haineux, abjecte, veule et visqueux? Que je devrais me suicider?

    @ Passante

    A vrai dire, c'est vous qui m'etes rentré dedans et non le contraire, Je vous ai fait une observation sur l'autre fil qui n'avait rien d'agressif. Vous avez un esprit retors qui vous tient lieu d'intelligence. Vous etes une garce, je le maintiens, médisante, planquée derrière votre anonymat qui vous tiens lieu de courage. Tiens donc ma loute, vous me proposez un status quo? Dégoisez donc à votre aise, si c'est la seule chose qui peut vous grandir à vos propres yeux comme il apparait ici clairement.

    RépondreSupprimer
  56. Le halal ne vous fait pas beaucoup de bien à la mémoire, monsieur, Poireau, ou il vous rend bien hypocrite...

    Monsieur Poireau on 24 novembre 2009 chez Hypos 12:06 a dit…

    On ne va quand même pas argumenter auprès de gros cons, non ? Les réactionnaires ont une lecture filtrée du monde (une autre grille que les gauchisses !) et c'est un peu vain de vouloir les convaincre…

    RépondreSupprimer
  57. Anonyme et hors contexte, je ne vois pas le rapport !
    :-))

    RépondreSupprimer
  58. @Floréal
    Quel intérêt à vous lire: l'insulte vous sert de style... c'est le fond de votre e-commerce sur la Toile où il me sied d'être un pas léger de pseudonyme qui passe plutôt qu'une veuve noire qui déborde et dépasse ses limites.

    RépondreSupprimer
  59. @ Passante
    Ecoutez, je n'ai que faire de la critique "littéraire" que votre fatuité de pied-léger de la prose blogeusque, et ne vous accorde pas plus d'estime qu'au Poireau littéraire. Je ne tiens, contrairement à lui, aucun commerce d'aucun genre sur la Toile, gardez donc vos critiques de rombière faisandée.

    Vous frétiller le pied léger bras dessus-bras dessous avec Poireau, un type qui m'a tout de même proposé rien que moins qu'une incitation au suicide, non dénuée d'une intention malsaine autant que mauvaise d'injonction subliminale, ce qui ne vous honore pas. Je trouve même cela assez grave venant de personnes se prétendant "cultivées" et ayant prétention à me juger.
    Cela ne m'est arrivé qu'une seule fois, de la part d'un jeunot dysorthographique issu de l'immigration. Je n'avais donc pas relevé. Venant de votre part c'est très différent.

    Et puis, en bon prêcheurs de bonté bonne, vous aurez le front de blâmer (les blâmables) Telecom pour leur responsabilité dans les suicides de leurs employés? N'est-il pas?

    C'est d'autant plus dégueulasse que j'ai déjà fait une tentative de suicide, il y a longtemps, quand j'ai su que j'avais un cancer du sein. Ce que Poireau n'ignore certainement pas, mais peu importe, on m'en a guérie et je me doute bien que ça vous emmerde, mais il faut vous faire une raison.

    Alors, chère rombière frétillante au pied littéraire léger, je crois que vous et Poireau feriez mieux, beaucoup mieux, de fermer votre gueule.

    RépondreSupprimer
  60. @ Passante

    Je n'ai que faire de votre critique, pied-léger littéraire, n'ayant pas davantage d'estime pour vous que pour votre ami Poireau, c'est à dire aucune. Et contrairement à lui je ne tiens commerce d'aucune sorte sur la Toile.

    Il me semble par contre assez grave que vous ne remarquiez pas la gravité de l'induction au suicide que me propose votre acolyte, ce qui en dit long sur vous aussi, et votre bonté
    Cela ne m'est arrivé qu'une fois sur le web, de la part d'un jeunot dysorthographique issu de l'immigration, je n'ai donc pas relevé. Mais là c'est tout à fait différent, venant de la part de personnes se voulant "cultivées" comme vous et Poireau, et cela ne vous fait certes pas honneur.

    J'ai déjà fait une tentative de suicide quand j'ai su que j'avais un cancer du sein, ce que Poireau n'ignore sans doute pas. On m'a guérie, je sais, ça vous emmerde sans doutes, mais rassurez-vous si cela doit vous arriver (c'est très fréquent chez les femmes), ça se soigne très bien si c'est pris à temps.

    Et puis vous viendrez blâmer (les blâmables) Telecom pour leur responsabilité dans les nombreux suicides, dans votre bonté bonne sans doutes... N'est-il pas?

    Aussi, frétillante rombière au pied léger et à la grasse bonté bonne, au lieu de me donner vos conseil en matière de style, je vous enjoindrais de fermer votre gueule. Ainsi au moins du style, vous en aurez.

    RépondreSupprimer
  61. Well. Un doppione. C'était pas voulu. Mon ordi a cafouillé ou bien.... mon post n'apparaissait pas et j'ai dû le réécrire à peu près de mémoire vu que (contrairement à l'habitude - les italiens étant volontiers chicaneurs autant que procéduriers, j'ai adoptés certains us et coutumes- je n'avais pas pris la précaution de le copier sur word) je ne l'avais pas sauvegardé. ça démontre au moins que le second était moins colérique que le premier, mais faudrait pas non plus s'y fier, le troisième pourrait etre pire.

    RépondreSupprimer
  62. ça fait du bien de rire.
    Mais, comme pour le Téléthon, devant le malheur, on évite d'être rigolard, aussi, puisque vous êtes une ex-victime du cancer, je m'en voudrais de pousser vos cellules à forniquer de nouveau et je brise là.
    On ne me dira pas que je pousse une (ex?)malade au suicide, au moins!

    Mais prenez plutôt soin de vous, évitez les blogs où l'on s'amuse à s'étriper, et n'échangez qu'avec vos pair(e)s, ce sera moins dangereux.

    RépondreSupprimer
  63. "où l'on s'amuse à s'étriper"

    Au moins, on vois le fond de votre personnalité et où se loge votre bonté bonne.

    Ce n'est pas la raison pour laquelle je fréquente, et relativement peu ce blogue. Je n'y viens pas pour m'amuser. J'y viens entre autre pour régler certains comptes avec certaines personnes, pas pour médire bêtement et gratuitement comme vous et Poireau. Donc occupez-vous de vos affaires au lieu de vous occuper des miennes, ça vaudra mieux pour vous.

    RépondreSupprimer
  64. "ça vaudra mieux pour vous":
    des menaces de vieille momie, ça peut marcher, remarquez, si vous arrivez droit d'Egypte.
    Vous êtes schizo? vous vivez dans l'un des derniers asiles à l'italienne? Vous réglez des comptes avec des personnes... fort bien, attendez au moins qu'elles viennent gratter vos poux sur votre blog.
    Aboyer comme un roquet ne fait peur à personne, vous devriez changer de stratégie.
    Autant échanger avec un zombie rempli de bonbons de psy... Continuez à déblatérer où vous voulez, je ne vous prends plus au sérieux, si jamais je l'ai fait.

    Passante

    RépondreSupprimer
  65. Vous etes comme Céleste, qui prétend que je l'ai menacer et qui le beuglait sur son blog à la face de tout l'alter-monde, me disant qu'elle le conservait dans ses archives comme mesure de rétorsion. Mais je la défie bien de sortir un mail de ma part ressemblant de près ou de loin à une menace. Et le cas échéant je vous répète que c'est au tribunal, le cas échéant qu'il faudra qu'elle le prouve, auquel cas c'est de calomnie qu'il s'agirait. Et c'est un délit, au tribunal.

    Ce n'est pas une menace, pauvre andouille, c'est une prédiction. Qui s'avérera indubitablement.

    Maintenant allez vous occuper un peu de ce qui vous regarde, au lieu d'insister comme une débile. Mais que voulez-vous donc? Vous avez donc tant d'agressivité à défouler sous vos air faux-cul pleins de bonté bonne ?

    RépondreSupprimer
  66. Passante (A-H1-N1 2009)9 décembre 2009 à 01:16

    ttt ttt ttt...
    Décidément, même fortement émoussés, les crocs des tout petits roquets ne lâchent jamais.
    Personne ne vous a jamais montré telle que vous apparaissez, en vérité (voyez, je reste en dessous, même, de cette vérité, je suis trop gentille !) ?
    Quant à moi, ni menace, ni prédiction de ma part, juste une constatation, à lire vos envolées amphigouriques qui se veulent insultantes : passer quelques secondes en votre piètre compagnie, c'est en quelque sorte passer une saison en... Italie!

    Passante
    (ce ping-pong stérile m'indique qu'à fréquenter vos injures déroulées, j'ai attrapé moi aussi le syndrome de neuneuïte aiguë! vite, j'arrête! ah dites-donc, à quel prix sauver sa santé mentale!)

    RépondreSupprimer
  67. Décidément, même fortement émoussés, les crocs des tout petits roquets ne lâchent jamais.

    ça se voit Passante, ça se voit! Vous en donnez une excellente démonstration puisque vous etes toujours là accrochée à mes basques.

    On se demande bien pourquoi, d'ailleurs. Vous avez à l'évidence incroyablement besoin de vous faire valoir en cherchant à démolir l'autre, comme ça gratuitement. Si ma compagnie vous déplait, il est parfaitement incohérent de votre part de revenir à la charge. Vous avez décidément une hargne peu commune qui dément les prêches de bonté bonne que vous prétendiez dispenser.

    De même qu'on se demande bien en vertu de quoi, de quelle capacité, vos "constatations" auraient une quelconque valeur, vu que vous n'etes rien de spécial.

    Les liens que vous donnez en disent plus long sur vous que sur moi. Ils vous ressemblent.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.