lundi 21 décembre 2009

Prière de l'homme terminal

Notre père qui es odieux,

Que ton nom soit démystifié,

Que ton règne s'abîme,

Que ta volonté soit fête

Dans la nurserie universelle.

Donne-nous aujourd'hui notre prime et nos jeux.

Pardonne-nous nos absences,

Comme nous recrucifions ceux qui se sont absentés.

Ne nous soumets pas à la discrimination

Et délivre-nous du mâle.

Moteur !

18 commentaires:

  1. Mais qu'est-ce que vous êtes réactionnaire, alors !

    "Amen", c'était la France d'avant : maintenant, on dit "moteur !"...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai l'esprit rapide: ce n'est qu'aujourd'hui que je vois que vous avez échangé votre machine à écrire bien sympathique contre une tête d'Angkor (?) ricanante. Ben vrai, je préférais l'autre. L'autre quoi d'ailleurs? Le terme m'échappe!

    RépondreSupprimer
  3. Avatar, Orage : on appelle ça un avatar. Pour savoir d'où il vient, demandez à Suzanne : je crois me souvenir que c'est à elle que je l'ai piqué.

    Et ça ne fait jamais que deux ou, trois mois qu'il est là...

    RépondreSupprimer
  4. Moins que deux ou trois mois Didier puisque, si j'ai bonne mémoire - et j'ai bonne mémoire... -, entre la machine à écrire et la tête empruntée à Suzanne il y a eu un verre d'infecte petit jaune.

    RépondreSupprimer
  5. Et moi j'aimais bien le troll mais bon...

    RépondreSupprimer
  6. L'avatar "machine à écrire" était mon préféré, et depuis qu'il a disparu, il me manque. Orage vous avez bien parlé !

    RépondreSupprimer
  7. Christophe : vous avez raison !

    Les autres : c'est quoi, ce mouvement revendicatif ? On n'est pas à l'Éduc' Nat' ici !

    RépondreSupprimer
  8. Blasphématoire: je ne cautionne pas. Sinon, chef Orage a bien parlé. J'ai dit.

    RépondreSupprimer
  9. Elle dit quoi, la page de la photo ?

    RépondreSupprimer
  10. Mais d'où vient ce texte inutile ? Bon blague à part, moi je ne rigole pas en fait. C'est trop facile, c'est con...
    (même si c'est vrai, qu'on soit d'accord.. pour ceux là !)

    RépondreSupprimer
  11. Puisque Suzanne semble marquer une pause, précisons à sa place que c'est ici qu'on trouve la bêbête en question.

    Histoire de jouer les anciens combattants à peu de frais, je signale que j'avais un faible quant à moi pour le Babar au drapeau inversé du temps de Didier Goux habite ici (alors que je n'aime pas trop, en fait, l'utilisation comme « avatars » d'illustres personnages qui n'ont rien demandé à personne, et Babar, à n'en pas douter, est de ceux-là).

    RépondreSupprimer
  12. Mifa : c'est le Notre Père en syriaque...

    RépondreSupprimer
  13. Merci, je ne lis pas couramment le syriaque !

    RépondreSupprimer
  14. Moi, j'aime bien ce petit texte, pas tout à fait aussi vain qu'il y paraît.

    RépondreSupprimer
  15. Et est-ce que le etxte syriaque dit la même chose que vous, Didier, ou bien est-il le Notre Père tel qu'on le connaît ?
    Henri Bès

    RépondreSupprimer
  16. Héhé... Joli!
    Antiprière de choc!
    Qui évoque...
    le chaos, selon vous, donc?
    à défaut de jouer les pleureuses crucifiées devant un supposé âge d'or révolu, il est certes plus drôle d'ironiser vis-à-vis d'un temps beckettien, et de jeter le gant à travers la goule de cet Univers "médiatico-médiochrist" et pourquoi pas "humanystérico-gynépotent".
    (selon ce que je de ces quelques lignes)
    Malin.
    Pour terminer votre Pathé(r), j'aurais choisi plutôt le mot "Menteur"!

    RépondreSupprimer
  17. Fatigue fatigue: manque un mot.
    "selon ce que je comprends de ces quelques lignes"
    (évidemment)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.