dimanche 6 décembre 2009

Le puceau se dévoile...

C'est juste pour le plaisir. Cette rue, là, je ne la reconnais pas. J'ai vécu à Châteaudun, pourtant, en 1971 et 1972. Je n'ai pas pas grand-chose à en dire. Mais enfin, puisque depuis hier je parle des filles que j'ai aimées... Il y a tout de même Brigitte. Brigitte Bichoux : c'était son nom.

Brigitte avait une particularité : il lui manquait un bout de langue. Petite fille, elle avait collé sa langue sur une prise électrique et, du coup, un bout lui manquait. Néanmoins, elle me plaisait énormément. Le pire est que je crois qu'elle m'aimait aussi beaucoup. Il est probable que, moi juste un peu moins con, cette Brigitte et moi nous serions embrassés — voire davantage. Et on ne l'a pas fait, parce que je n'avais que 15 ans, et que j'étais parfaitement con.

J'ai été amoureux de très peu de filles, finalement. Vraiment peu. Certaines m'ont gentiment envoyé chier, d'autres ont attendu que je me déclare.

Elles n'ont rien perdu, je crois.

1 commentaire:

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.