vendredi 4 décembre 2009

Les Arabes parlent aux cailleras (ici Londres)

Je suis tombé, dans le courrier des lecteurs du Vieil-Observateur, sur une lettre intéressante. Je ne suis pas sûr d'avoir le droit de la reproduire, mais comme j'emmerde profondément la gauche poutres apparentes, la voici tout de même (je respecte scrupuleusement la typographie reproduite dans l'hebdomadaire) :


« Cette lettre ne concerne EXCLUSIVEMENT que LES CASSEURS, les semeurs de merde, les “hagarines*”, les profiteurs du systême, les bâtards qui, après la victoire de l'Algérie sur l'Égypte l'ont “fêtée” en cassant, en sabotant, en importunant. Je suis un Algérien comme vous. Établi en France depuis trente ans. respectueux de ce pays d'accueil qu'est la France. Mais là, j'ai décidé de m'adresser à vous, avec le langage que vous connaissez bien, le langage ordurier. Je ne vais pas vous faire un discours sur la démocratie, ni la laïcité, ni le respect, ni le racisme, ni la tolérance. Non, je vais parler comme vous.

« L'équipe nationale de football d'Algérie, par sa victoire contre l'Égypte, a rendu espoir à tout un peuple écrasé par plus de dix ans de terrorisme barbare. Elle a rendu sa fierté à des millions de gens... (...) Mais pourquoi casser des vitrines ? Pourquoi brûler des poubelles ? Pourquoi agresser les automobilistes ? (...) Par votre comportement de chiens, vous avez volé cette joie aux honnêtes supporters de l'équipe nationale. Pire. Vous contribuez à donner cette image catastrophique qui nous colle à la peau comme “Maghrébins”. Et vous comprendrez que ni SOS-Racisme, ni le CV anonyme, ni la ligue des Droits de l'Homme ne peuvent venir à votre secours pour vous aider à vous insérer dans cette société qui vous accueille, qui vous protège et qui vous entretient, ainsi qu'à vos parents. (...) Je vomis sur ce comportement qui nous salit et que rien ne justifie, absolument rien. Vous êtes mal-aimés ici. Vous l'êtes encore plus en Algérie, qui ne vous considère que comme une bande de ratés, de tarés, de lâches, de voyous, de voleurs et de menteurs. Vous n'avez aucune identité : ni Français ni Algériens... Vous n'êtes rien si ce n'est des fils de chiens mal éduqués.» Lyess E.
* Hagarine est un terme auquel les “jeunes” sont très sensibles. Il désigne tout comportement d'un fort sur un faible.


(On appréciera, à la lecture de la “note en bas de page”, à quel degré d'approximation langagière sont rendus les journalistes du Vieil-Observateur. On remarquera aussi que, désormais, même la gauche la mieux pensante met des guillemets au mot “jeune”, lorsqu'il s'agit de signifier qu'on ne parle pas réellement de gens n'ayant que peu d'années à leur actif, mais d'Africains délinquants.)

50 commentaires:

  1. Allons bon ! Il faut que je rajoute le Nouvel Obs dans ma blogroll ?

    RépondreSupprimer
  2. Mettez ça ans la bouche d'un desouche et tout le monde va l'agonir d'injures, y compris l'Obs. En est-il seulement conscient ?

    RépondreSupprimer
  3. Sur le fond j'aime bien l'article. Si ils commencent à s'entretuer, on finira donc par avoir la paix... Du moins, celle que notre 'jolie' société prétend nous vendre. Ah bel occident, quand tu nous prends... "L'Europe meurt en Bermuda" disait P.Murray.

    RépondreSupprimer
  4. « ni SOS-Racisme, ni le CV anonyme, ni la ligue des Droits de l'Homme ne peuvent venir à votre secours pour vous aider à vous insérer dans cette société »

    Hélas, si...

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas : je sais, je sais : j'ai de très mauvaises lectures...

    Francis : je me suis posé la même question. sans trouver la réponse.

    Criticus : je comprends ce que vous voulez dire, évidemment. Mais il me semble que cet homme parle, lui, d'une insertion RÉELLE, c'est-à-dire venant d'abord de l'inséré et non du corps insérant.

    RépondreSupprimer
  6. Pendant les émeutes de 2005, il y a une école qui a brûlé, en zup. Certains parents arabes du quartier ont été émus et furieux. Les mères voulaient occuper les écoles avoisinantes, la nuit, pour les protéger,et les pères faire des rondes, en groupe, pour choper les adolescents avec des allumettes dans les poches.
    Laissez la police faire son métier, qu'on leur a répondu, rentrez chez vous et surveillez vos gosses. Dommage.

    RépondreSupprimer
  7. (je suis la représentante neu-neu du courant réacto-islamophobe, je sais, je sais)

    RépondreSupprimer
  8. Je ne comprend pas qu'avec le génie qu'on a dans ce pays (à défaut de produits pétroliers), on n'ait pas encore inventé la poubelle ignifugée. Ils font quoi les chercheurs, alors ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Je connais quelques épiciers maghrébins qui pour désigner les jeunes racailles utilisent le mot "boug.....s". Ils votent FN et ne s'en cachent pas : "tu comprends je bosse presque toute l'année de 7h à 22h et j'en ai marre de me faire racketter par ces ordures".

    RépondreSupprimer
  10. "Vous êtes mal-aimés ici. Vous l'êtes encore plus en Algérie, qui ne vous considère que comme une bande de ratés, de tarés, de lâches, de voyous, de voleurs et de menteurs."

    C'est exactement les propos que m'a tenus il y a quelques années une jeune Algérienne qui faisait ses études en Angleterre et que j'avais rencontrée là-bas : "vos racailles, on n'en veut pas chez nous".

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne (et les autres) : j'ai failli, à l'issu de ce billet, laisser trois ou quatre lignes de mon cru, qui auraient dit, en substance ceci : « Cet homme est mon frère, mon ami, mon pote de comptoir, par-delà sa race, sa nationalité, son origine, etc.

    Un homme debout, très différent d'une Céleste couchée, un type que j'aimerais connaître. Un mec à qui j'ouvre les bras, et j'en ai connu, des comme lui. Un homme, quoi.

    C'est une vraiment bonne nouvelle qu'il existe des Arabes de ce genre. Des Français, en fait.

    RépondreSupprimer
  12. Il serait bon, me semble-t-il, que cet homme et ses semblables ouvrent leur gueule et fassent fermer la leur aux Céleste, aux Circé, etc – à toutes les hétaïres ménopausées qui nous polluent l'existence.

    RépondreSupprimer
  13. J'ai connu des africains du nord (des arabes en fait...) qui jugeaient très sévèrement les méfaits des plus jeunes. Mais ils les jugeaient et c'est tout... Après, c'était "Inch'Allah"...
    Ah oui, c'était à Dunkerque, une ville pourrie socialement et ultra festive...

    RépondreSupprimer
  14. Tiens, nous sommes d’accord sur ce point irritant : la mise entre guillemets du mot “jeunes” pour désigner en sous-main des “délinquants Français d’origine Nord-africaine”, ou “petites têtes de mules qui se laissent entraîner par de plus cons qu’eux”…
    Cette hypocrisie est délirante et met finalement dans le même sac délinquants et personnes du même âge qui n’ont absolument rien fait et n’emmerdent personne.
    Ou comment faire le pire (amalgamer tout le monde sous le titre de “délinquant” et faire peser le soupçon sur toute une population) en disant faire le mieux (par cette fausse prudence sous forme de pseudo-litote qui désigne des petits cons brûleurs de voitures sous l’expression si vague de “jeunes”)… Bravo le "Vieil-Obs" ! Pas étonnant, d’ailleurs, car…
    Seuls les vrais gens de droite autour des Bayrou/Chirac/Villepin/sarko/lepen (etc.) peuvent prendre le "Vieux-Nouvel-Obs" pour un journal de gauche. Perdriel est le vrai patron; il n’aime pas qu’on montre les faillites du capitalisme et du néolibéralisme car il craint d’être dévoilé : pas question qu’on puisse dire “le roi est nu !”. Pas de remise en question, donc, chez lui. Mais du veloutage pipolisant (people “mieux” disant) et du brassage merdoyant pour faire croire que son journal a l’esprit large : ben oui, on parle aussi “social”, n’est-ce pas, au "Vieil-Obs", quitte à faire croire qu’on permet l’expression des plus faibles (mais personne de vraie gauche ne s’y laisse prendre). Il adore que ses journalistes endossent une couleur presque rose pour flouter joyeusement ses vraies conceptions du monde, et se cacher comme Peau d’âne sous ce qui le protègera en cas d’alternance (de fausse alternance précisons-le) du pouvoir. Des avancées d’apparat (vive les homos, luttons contre le sida, être d’avant-garde c’est avoir l’esprit large sur les mœurs…) pour qu’on ne touche pas à l’essentiel (repenser la société sur d’autres bases, plus égalitaristes)…
    Soyez heureux, sieur Goux, votre Vieil-Obs est bien de votre côté, celui des blogs réacs, n’en doutez pas une seule seconde…

    Passante

    RépondreSupprimer
  15. "L'Europe meurt en Bermuda" disait P. Murray.
    (anonyme)


    “L’Europe se dore aux Bermudes”, suggère P(assante). Murène…
    (Anonyme Passante - qui garde le P majuscule, c’est capital !)

    “Et les DidierGoux se dorent aux Beur(re mou)… ? Da !”
    (Passante…)

    RépondreSupprimer
  16. Je propose qu'on remplace la lecture de la lettre de Guy Môquet par celle-ci.Parce qu'ils ne connaissent pas le Nouvel Obs.
    Qui ça "Ils"? mais les "jeunes" bien sur!
    Enfin pas tous... ceux qui parlent en SMS, qui ont une capuche sur la tête et la lèvre inférieure qui pend.
    Enfin vous voyez quoi!

    RépondreSupprimer
  17. Newrown : des Africains du Nord, j'en ai connu pas mal, ayant vécu deux ans en Algérie deux ans, en 1969-1970. (J'étais très jeune, certes, et mon opinion de ce fait n'a que peu d'intérêt.)

    Cela étant, j'en ai connu pas mal, ensuite, en France. Aucun de ceux dont je me souviens n'aurait supporté ces petites crapules que nos grandes consciences de gauche excusent quoi qu'ils fassent. Encore une fois, je n'ai rien contre les immigrés, ni même contre les clandestins : à leur place, je pense que je ferais pareil. En revanche, je hais ces pseudos-Français, les Bonnet, les Céleste, les Circé, etc., ces idiots utiles qui, par détestation d'eux-mêmes, veulent absolument faire crever mon pays. En vérité, j'espère, au moment des affrontements (inévitables à mon sens, hélas) qu'ils se prendront la première balle dans leur tête de cons.

    Passante : désolé, mais, pour moi, il ne s'agit pas de délinquants français d'origine nord-africaine : il s'agit d'Africain ayant, par une aberration momentanée, un carte d'identité française.

    Pour le reste de votre commentaire, c'est amusant, car je pense (je sais), moi, que le Nouvel-Obs est évidemment de votre côté (si j'ai bien compris quel était votre coté : celui de la tolérance, des ballons festifs, etc.). C'est dur, de se parler, hein ?

    RépondreSupprimer
  18. « j'espère, au moment des affrontements (inévitables à mon sens, hélas) qu'ils se prendront la première balle dans leur tête de cons. »

    Sauf que ces têtes de cons auront soin de détourner ces affrontements sur les Français comme vous et moi, comme les jacobins se sont appuyés sur le lumpen-prolétariat pour tuer les gardes-suisses et les Girondins.

    RépondreSupprimer
  19. Criticus : non, vous avez tort (je crois). Les idiots utiles sont toujours les premiers à se prendre la fameuse balle dans la nuque. Simplement parce que les vainqueurs n'aiment pas avoir à se souvenir qu'on les a aidés.

    Le plus divertissant est que, souvent, les condamnés sont d'accord pour être tués. au nom de l'avenir-radieux-qui-chante.

    Je pense que je ne verrai rien de tout cela (vu mon âge), mais vous, oui...

    RépondreSupprimer
  20. Voui, c'est dur de se comprendre, trop d'interprétations du monde différentes à partir d'une même réalité. Trop d'ensemble flous (et de sous-ensemble flous).
    Pour le "Vieil-Obs(édé)", je sais aussi, j'y ai momentanément bossé (en passante...): c'est un "canada dry" de la gauche.

    Passante

    RépondreSupprimer
  21. Didier, vous avez raison sur l'ingratitude des vainqueurs.

    En revanche, je crois que vous vous bercez d'illusions lorsque vous croyez échapper au désastre : les choses vont s'accélérer, et à partir d'un moment, elles vont s'emballer.

    Cela peut aller très vite maintenant.

    RépondreSupprimer
  22. Ah voilà! (Eurêka!)
    C'est un blog pour catastrophistes! Fallait le dire avant! Enfin, si j'avais lu plus tôt votre propre description, M'sieurGoux, j'aurais compris : les "baudets d'escarmouche que j'enfourche régulièrement ici même doivent aux yeux de certains me ranger dans la même catégorie des fous catastrophistes, des médaillés d'or à l'idée fixe"...
    C'est tellement vrai!

    Passante (pas marrante, je sais, je sais)

    RépondreSupprimer
  23. Didier, cette semaine, vous lire fut un pur bonheur.

    RépondreSupprimer
  24. Criticus : c'est que je ne suis plus tout jeune, que je fume et picole ! Tout s'accélère, certes, mais rien ne devrait devenir critique avant au moins dix ou quinze ans. Or, en mettant les choses au mieux, c'est à peu près ce qu'il me reste à vivre : pour la suite, vous vous démerderez !

    Passante : mais si, vous êtes très marrante, au contraire ! Vous avez quel âge, à propos ? Non, c'est juste pour savoir si vous faites parti des connasses ménopausée, genre C., qui seront crevées avant la catastrophe qu'elles appellent de leurs vœux, ou bien si vous êtes assez jeunes pour terminer vos jours les yeux baissés à chaque fois que vous croiserez des vrais mâles...

    PRR : ah, ben... merci ! Y a des s'maines, comme ça...

    RépondreSupprimer
  25. Qu'un grand nombre d'habitants du Maghreb, si ce n'est même la plupart d'entre eux, éprouve rien de moins que de la honte en voyant les agissements racailleux de certains de leurs cousins ou neveux encapuchonnés de nos banlieues bétonnées, voilà qui ne devrait plus surprendre grand monde, depuis le temps qu'on l'entend dire (notamment par Malika Sorel, qui ne se lasse pas de le répéter).

    Ainsi, les fameux sifflements contre notre joli Chant de guerre lors du match de l'équipe de France de mollets contre celle d'Algérie, furent, paraît-il, douloureusement ressentis d'Oran à Constantine, et pas seulement par les adorateurs locaux de balle-au-pied.

    À titre d'illustration, je ne saurais trop conseiller la lecture de l'article d'un certain Akram Belkaïd, mis en lien ici (ou, encore mieux, , sans la pub pour les loukoums qui font maigrir), dont est extrait le passage suivant :

    Le plus souvent, le blédard refuse absolument d’être confondu avec un beur. Dans ses rapports avec les « Français de souche » ou les « Gaulois » voire les « BBR » (bleu-blanc-rouge), il s’arrange rapidement pour mettre les choses au point. En un mot, son message c’est : « Je viens de ‘là-bas’. La cité, SOS Racisme et le reste, je ne connais pas ou peu. Et si c’est possible, je préfère ne pas connaître ».

    L'année de la parution de cet article était créé, chez nous, le Mouvement des Indigènes Anti-sionistes, ou un truc du genre.

    RépondreSupprimer
  26. Hôte (bien ou mal) veillant qui se veut veilleur... ne m'obligez pas à devoir me parer de mon âge pour vous asséner le fait que je pourrais bien vivre plus longtemps que vous afin de prouver que j'ai raison -et que vous avez tort, donc. Cet âge me permet encore de "paraître" jeune, merci, âge que mon compagnon partage à quelques mois près, et nous avons encore l'un pour l'autre les yeux amoureux, ce qui m'aide à ne pas craindre les époques affreuses que vous nous dépeignez à brosse(s)-effrayées-que-veux-tu. Demandez à votre entourage féminin si être "men opposé" est un état qui justifie d'être lié aux injures lancées contre vos détractrices (que je ne connais pas, mais j'irai voir leurs blogs, puisque des prénoms apparaissent dans vos cauchemars, semble-t-il, et dès lors dans vos textes)... m'étonnerait que votre entourage féminin souscrive à ce genre de lien irrationnel. Quant à moi, encore trop jeune pour vous parler d'expérience (quoique: vous savez sans doute que dès 20 ans certaines ont la déception de découvrir qu'elles le sont...), je trouve que vous jouez un peu trop les beaufs machistes pour l'être totalement. Trop de surenchère tue la provoc.
    Quant aux vrais mâles... le mien en est un, mais un gentil, un adorable, grand, puissant mais doux, intelligent. Je n'en changerais pour rien au monde. Et je ne baisse pas les yeux, contrairement aux femmes françaises des décennies précédentes, à qui l'on permit, après des siècles de bataille pour obtenir les mêmes droits, tout juste de voter en 1945, tout juste d'être comprise comme autorité parentale à la fin des années 60, etc.
    Les Français traditionalistes n'ont vraiment rien à apprendre des pires machistes d'où qu'ils viennent.
    Et pourtant les Françaises ne les craignent plus vraiment. Vous croyez qu'il n'en sera pas ainsi dans l'avenir proche ou lointain?
    Peuh!

    Passante

    RépondreSupprimer
  27. Zut, il y a des coquilles, vous corrigerez tout seul, ça vous fera les yeux.

    RépondreSupprimer
  28. "Après l'Histoire, y a plus d'histoire..." Et oui encore du Murray. Relisez le et la pilule du grand 'y a plus rien qui compte' passera mieux. Quitte à voir tout disparaitre, nos racines, notre culture (la vraie, j'insiste..) par toutes ces idées qui ont fait la France depuis 1945, autant donc voir crever notre occident en riant. Comme ce fameux sourire des têtes de mort...
    "La prétention au bonheur..." disait Céline, à son retour de Moscou.

    Pour Mr Goux : C'est Newtown le pseudo, celui des lumières, et mon nom traduit en anglish...

    RépondreSupprimer
  29. Didier et Criticus: vous me faites froid dans le dos, à toujours parler de guerre. On dirait que vous l'appelez de vos vœux.

    RépondreSupprimer
  30. En plus, c'est avec le Maghreb que vous allez l'avoir, la guerre, si vous voulez renvoyer toutes les racailles de banlieues chez eux. Ils n'en veulent pas, et on se demande pourquoi ils en voudraient, ce ne sont pas eux qui les ont élevées, ils n'en sont aucunement responsable. On ne brûle pas les voitures de ses voisins à Alger ou à Casablanca, et il est hors de question de demander chez eux de différer la date d'un procès sous prétexte de ramadan. (L'article que Chieuvrou met en lien est très intéressant.)

    RépondreSupprimer
  31. Il y a des milliers d'années que les hommes prévoient des catastrophes futures, Criticus passe, il est politisé, ça sert ses convictions, mais vous ce radicalisme millénariste, ne vous sied pas, vous valez mieux que ça!

    RépondreSupprimer
  32. @ Passante
    "tout juste de voter en 1945, tout juste d'être comprise comme autorité parentale à la fin des années 60, etc."

    Voilà le discours type que je ne supporte plus, pas plus que je n'accepte certains discours réducteurs de notre hôte ou de certains de ses lecteurs.

    Vous n'avez pas amené les turques qui ont eu le droit de vote avant nous sur votre tapis, c'est curieux, généralement celles qui tiennent votre genre de discours ne manquent pas de les y mettre.

    Laissez moi vous dire qu'à l'époque, j'aurais nettement préféré être française plutôt que turque, même sans droit de vote.

    Mais vous l'avez vu, le film "Yol" ou vous étiez trop jeune (et dans ce cas louez le DVD) ? Dites un peu, ce n'était pas il y un siècle, et elles avaient le droit de vote.

    RépondreSupprimer
  33. Floréal,
    D'où sortez-vous vos Turcs? ils n'apparaissent dans aucune discussion ici...
    Si c'est un "argument" pour faire valoir combien c'est mieux d'être française, pourquoi pas, c'est vrai, moi aussi, je trouve que c'est plus simple d'être française de nos jours, c'est sans doute plus facile ici qu'ailleurs, et pourtant je ne dresserai pas comme vous un satisfecit (ni ne signerai de blanc-sein) aux hommes d'ici... encore du boulot sur la planche pour les femmes, ici aussi.

    Passante

    RépondreSupprimer
  34. J'ai pris l'exemple des turques, Passante, parce qu'il nous ai souvent amené, de même que celui de "sociologues" comme la Mernissi (marocaine, elle) et sa "taille 38" avec laquelle elle nous bassine pour nous faire croire que mais oui mais c'est bien sûr, les occidentales sont aussi soumises à ce diktat ou à celui des talons hauts, comme dirait la Delphy (que affectionnez particulièrement je suppose) que les musulmanes à leur foulard, par des femmes qui comme vous tentent de nous faire croire qu'en fait elles sont aussi libres que nous et que nous devrions même prendre exemple sur elles.

    Et je prétends que c'est un MENSONGE, que c'est FAUX. Je prétends qu'il valait mieux être une femme en France même sans le droit de vote il y a 60 ans qu'être turque ou marocaine, et que cela vaut mieux aujourd'hui également avec le droit de vote. Et ce même s'il n'y a pas de quoi délivrer un satisfecit aux occidentaux.

    RépondreSupprimer
  35. @Floreal,
    Passante pratique la mémoire sélective, ce qui lui permet de tenir ce discours qui semble ne douter de rien.

    RépondreSupprimer
  36. @Didider:
    "Tout s'accélère, certes, mais rien ne devrait devenir critique avant au moins dix ou quinze ans. "
    Ca peut aller beaucoup plus vite. Voyez comme les choses ont bougé en une semaine, grâce à nos amis suisses germanophones. Voyez les sondages partout.
    Et ce maire à qui on demande de débattre sur l'identité française et à qui on rentre dans le lard simplement parce qu'il a dit" qu'il y en a marre de se faire bouffer! -par qui, par quoi? (ça, c'est le journaleux) -ben, ils sont au moins 10 millions à être payés à rien foutre..."
    Il n'a pas dit qui, il a laissé l'interprétation ouverte.
    Cela voulait dire "suivez mon regard", il n'a mentionné personne. Et tous les medias, ainsi que l'UMP, de le lyncher.
    Donc, Tous les media, la gauche plus l'UMP ont interprété à leur façon (sans doute la bonne, d'ailleurs). Tout le monde A VOULU qu'il ait parlé des immigrés. C'est donc que tout le monde, UMP comprise, media, gauche, pense la même chose mais c'est tabou. j'ai trouvé ça joli, pour ma part, comme aveu.

    RépondreSupprimer
  37. Ils sont dix millions les réactionnaires ? Mazette, ils se reproduisent super vite, alors ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  38. Je voudrais ajouter combien j'ai admiré le texte de MONSIEUR Lyess.
    Tout espoir est permis.
    @Passante:
    Je ne vois pas trop où vous voulez en venir, mais bon, c'est pas grave.

    RépondreSupprimer
  39. Monsieur Poireau démontre à quel point on y voyait ce qu'on voulait, dans ces 10 millions.
    Extraordinaire que tous les bien-pensants aient compris que les immigrés étaient visés.
    10 millions, ça fait certes beaucoup, mais c'est un effet de style. Bien sûr qu'il voulait dire les rentiers, les banquiers, les profiteurs de tout poil ;)
    De mauvaise foi, moi?
    Mais ça ne change rien aux faits. Il n'a cité personne.

    RépondreSupprimer
  40. "payés à rien foutre", j'ai cru qu'il parlait de l'équipe de France de football et de l'ensemble des entraineurs derrière elle mais en fait, ils sont beaucoup plus nombreux…
    :-))

    RépondreSupprimer
  41. Marine, à dix millions vous risquez d'y être dedans et moi aussi, et je me demande ce maire, s'il est payé à faire quelque chose de bien!

    RépondreSupprimer
  42. @ Suzanne

    « vous me faites froid dans le dos, à toujours parler de guerre. On dirait que vous l'appelez de vos vœux. »

    Non,nous la redoutons tous les deux.

    @ Henri

    « Il y a des milliers d'années que les hommes prévoient des catastrophes futures »

    Et ils ont parfois raison.

    RépondreSupprimer
  43. Extraordinaire réaction!

    Commentaire sans rapport avec votre billet, je vous signale simplement mon changement d'adresse (je l'ai simplifiée):

    http://leblogdusoussol.blogspot.com/

    Merci de faire le changement dans votre blogroll, si vous en avez l'occasion

    RépondreSupprimer
  44. Ca alors !!!! je en pensais pas que mon texte allait servir un blog comme ceci....
    voulez vous que je vous adresse le texte original adressé au Nouvel Obs ? vous rirez moins car la rage que j ai contre les casseurs je l ai aussi contre sarko et son harem coloré : les fadela amara, dati, ramayade.... J'ai parlé aussi de la dtresse des hommes et femmes seules, des impots, des bras cassés, du marché de la solitude, de la delinquance "gouvernementale"... du mal etre au travail.... bref...
    J ai dis a ces batards de casseurs que les francais ont SARKO !! et que cela leur suffit comme chatiment supreme et que si en plus de SARKO on leur casse leur outil de travail je trouve cela lache !!!

    RépondreSupprimer
  45. VOICI UN TEXTE QUE J AI REUSSI A FAIRE PUBLIER PAR LE FIGARO IL YA UNE DIZAINE D ANNEES ET QUI EST TOUJOURS D’ACTUALITE. CA DEVRAIT FAIRE PLAISIR A CERTAINS D ENTRE VOUS….

    A propos de l'immigration

    En France, terre d'accueil, les immigrés sont globalement l'objet de deux discours : l'un, les considérant comme source de tous les maux sociaux actuels de ce pays : c'est l'extrémisme de la haine, de la démagogie, de l'obtusion, voire parfois de l'ignorance et de la naïveté ; l'autre les imaginant comme des anges, victimes absolues de la crise économique et de son corollaire « naturel », le racisme : c'est l'extrémisme « angélique », débonnaire, romantique et parfois condescendant.
    Au-delà de leur aspect réducteur et bêtifiant, les résultats convergeants de ces deux discours sont là : les immigrés sont de plus en plus mal-aimés ; ils agacent ; ils sont en observation permanente. Hélas, je crains que le racisme ne puisse à lui seul expliquer tout le malaise réel ressenti positivement par ceux qui ont fait de l'immigration leur fonds de commerce, négativement par les « sans-voix » et «sans-pouvoir» . Les immigrés dérangent tout le monde : les médias, les français, et la classe politique. Ils subissent une «crise de discours » extraordinaire.
    Pour certains, la France est devenue une passoire pour les clandestins. Horripilant ! Faut-il rappeler l'extraordinaire dossier qu'un ressortissant d'un pays dit « à risque » doit fournir pour pouvoir bénéficier d'un visa de séjour de moins de trois mois ?
    D'autres considèrent que l'absence d'une politique de fermeté a fait des banlieues des zones de non droit. Ébouriffant ! Un ascenseur saccagé, une boîte aux lettres cassée, un mur « tagué », un autoradio volé, un trafic de drogue, un acte de violence quel qu'il soit, un non-respect d'une réglementation sont autant de voix pour le Front National. Se contenter d'accuser la classe politique française de « jouer » avec le FN par alliances et contre alliances interposées, la veille des élections, c'est faire preuve de gagatisme. Si ce « jeu » existe, n'est-il pas entretenu par les « événements » des banlieues ?

    RépondreSupprimer
  46. D'autres encore « justifient » les actes de violence et de vandalisme des jeunes des banlieues comme des réponses au désespoir envahissant. Consternant ! Certains remettent même en cause l'architecture des banlieues ! Ahurissant ! Justifier les actes de violence dans les banlieues par le désarroi et le chômage est facile. Combien d'agriculteurs français travaillent 16 h par jour pour un revenu de moins de 3000 F ? Combien de chômeurs français, en fin de droits, vivent dans un dénuement total sans faire parler d'eux ? Combien d'étudiants français financent leurs études en travaillant parallèlement ?
    Les parents des banlieusards qui posent problème bénéficient de tous les droits de la République (allocations diverses, protection sociale… ). Ils réagissent chaque fois qu'un de ses droits est remis en cause. Pourquoi restent-ils muets devant les actes de vandalisme de certains de leurs enfants ? Non ! Je ne suis pas un thuriféraire du régime. Je voudrais simplement que les immigrés ne soient pas les boucs émissaires d'une situation économique et sociale loin d'être « alarmante » compte tenu des potentialités de la France.
    Par le comportement de certains « durs », la banlieue est devenue synonyme de vol, de viol, de violence, de vandalisme, de voile, de vagabondage, de vice et autres mots aussi venimeux que ceux-là. Et certains de proposer la boxe, « Nique ta mère » ou le Rapp comme solutions aux problèmes des banlieues.
    Le combat des idées puériles du FN passe d'abord par les rangs des immigrés en particulier par ceux qui posent problème. Le FN se nourrit des comportements et des actes de la partie de la population la plus marginalisée des banlieues. Son « programme politique », puisé et inspiré des faits divers des quotidiens régionaux n'aura plus de raison d'être si les immigrés réussissent à donner d'eux une image autre que celle colportée, déformée et entretenue par les médias notamment la télévision qui aura réussi une formidable entreprise de bêtification de larges couches de la population. C'est aussi simple que cela ! Dans un pays où un simple fait divers peut basculer une opinion dans un sens comme dans l'autre, ignorer cette évidence et compter sur les Taguieff, Jacquard, Henry-Levy et autres Bourdieu, « intellectuels de service » pour lutter efficacement contre le racisme, c'est se leurrer. Sans oublier la plupart des journalistes de la télévision, incapables de contrer le Président du FN qui les ridiculise dans leur propre fonction et qui tansforme souvent ses « interviews » en véritable discours électoral. Je suis persuadé que sans la presse écrite, extrêmement vigilante sur un sujet aussi sensible, le FN pesera non pas 15 % mais 30 ou 40 % de voix des électeurs.
    On entend souvent dire « l'immigration… une chance pour la France ! » ; je voudrais compléter cette belle litote par «… et pour les immigrés ! ».

    RépondreSupprimer
  47. Didier,

    comme troll vous faites petit joueur.

    RépondreSupprimer
  48. ???? sincerement je ne comprends pas.... troll ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.