lundi 14 décembre 2009

Le sida ? C'est la faute à Sarko !

Aaaah ! je m'étais pourtant promis, de ne plus en parler, de cet imbécile ! C'est à croire qu'il le fait exprès... qu'il me cherche... qu'il a besoin d'un relais (& châteaux). Enfin, bon, je tombe sue ce monumental étalage de sottise auto-satisfaite. De quoi ça parle, au juste ? D'un type hyper-moderne, bien dans sa tête, bien dans son corps, qui va faire son petit check-up mensuel. Il est habitué. Ça fait dix ou quinze ou vingt ans que ça dure, c'est devenu une seconde nature. Pendant 29 jours, je baise comme un lapin, je vous le raconte sur mon blog, je vous mets des photos pour vous dire à quel point je suis libéré et cool.

Et le trentième jour, je me pointe au centre Machin. C'est super, c'est propre, on n'attend presque pas, on peut retourner baiser presque tout de suite. En plus, ça ne coûte rien : le contribuable paie pour les lapins. Or, soudain, horreur, la dictature d'extrême-droite pointe le bout de son nez, Pinochet ricane, les heures les plus sombres dansent la gigue devant le guichet, mais que se passe-t-il ? Notre ami découvre qu'il y a VINGT personnes devant lui, imaginez-vous ! Vingt ! C'est le fascisme ! On pourrait lui faire remarquer que les files d'attente de dix-huit heures, c'est plutôt une caractéristique des régimes politiques qu'il chérit, mais ce serait mesquin : il est pressé, ce garçon, quoi, merde !

Car s'il est obligé de passer vingt minutes au lieu de huit dans ce centre médical, notre vertueux lapin, savez-vous qui est responsable de cette odieuse torture qu'on lui inflige ? Hmm ? SARKOZY, évidement ! Cet ignoble salaud qui s'est arrangé pour détourner des médecins spécialisés dans les lapins et les envoyer se soucier de connards ayant jugés bon d'attraper cette grippe à la con, là, qui nécessite des assistances respiratoires, et encore tout un tas de conneries.

Il va de soi qu'il faut absolument lapider d'urgence un président aussi immonde, qui préfère s'intéresser à une maladie contagieuse et vaguement exponentielle, qu'à un bon vieux truc qui ne l'est pas, qui suit son petit chemin pépère, qu'attrape qui veut, en somme. Et, naturellement, il va de soi que Nicolas Sarkozy en personne s'est employé, durant le week-end (pendant que les hétéros dormaient et que les autres baisaient comme des lapins : non, je rigole, c'est juste pour agacer...), à déplacer personnellement les trois médecins qui auraient permis à notre castriste en tutu de ne pas faire la queue à son dispensaire comme n'importe quel salaud de soviétique. – Vraiment, ce président, je ne le souhaiterais pas à mon pire ennemi.


Bon, je viens de rigoler, évidemment, c'était juste pour énerver un peu les malfaisants. Il n'empêche que, si on me poussait à être sérieux, je pourrais dire ce que je pense du sida. Non, ce que je viens de dire est absurde : c'est les cons qui me poussent à employer ces expressions toutes faites. Je ne pense rien du sida. Un être humain ordinaire ne pense rien d'une maladie. S'il est normal, il aimerait mieux qu'elle n'existe pas. Seulement, il constate qu'elle existe. S'il est normal, il n'accuse pas les pouvoirs publics de l'existence d'une maladie. Mais plus personne n'est vraiment normal de nos jours. S'il ne craint pas d'être désagréable, il peut à la rigueur faire observer qu'une maladie non contagieuse ne menace pas réellement l'humanité. Notamment à notre époque, l'attrape qui veut bien. Il fera à la rigueur observer, si jamais il se sentait momentanément une fibre tiers-mondiste, que cette maladie, répandue à une vitesse foudroyante sur toute la planète par des pédés occidentaux ivres de voyages et de baise pas chère (efficacement relayée par des hétéros de même acabit, il faut le dire), touche essentiellement des gens qui n'ont rien demandé à ces mêmes lapins, et qui eux vont assurément en mourir, sans même songer à se plaindre que, lors de leur petit contrôle dominical, il y avait VINGT personnes devant eux.

Bref, s'il était vraiment ricanant et de nature méchante, le gars-qui-cause ferait remarquer qu'il n'y a pas plus occidentalo-égoïste que ces petits crétins angéliques dont il est en train de parler. et il finirait par avouer qu'il ne s'intéresse pas plus aux malades du sida de chez nous qu'aux lépreux qu'il lui a été donné de voir, il y a déjà longtemps, en Afrique, et dont tout le monde se fout, alors qu'eux seraient parfaitement guérissables, pour trois francs six sous, ici et maintenant.

Je comprends très bien que tout le monde se foute des lépreux – moi-même je ne suis pas atteint, ni personne de ma famille. Et, pourtant, c'est quelque chose, je vous jure, un lépreux en "phase terminale" ; j'en ai eu devant moi. Mais, dans ce cas, accordez-moi de me foutre pareillement des gens atteints du sida – y en a pas dans ma famille non plus : on ne se drogue pas, et quand on s'encule, on se protège.

23 commentaires:

  1. Un bon moyen de s'assurer de la réussite du billet précédent...

    RépondreSupprimer
  2. Vos promesses ne durent pas longtemps... N'importe quoi...

    RépondreSupprimer
  3. Didier: j'ai cliqué sur le lien vers ce billet, et je n'en ai pas du tout, du tout, la même lecture que vous.

    J'ouvre la page, et je vois en premier l'image érotique à droite.

    Il y a bien le titre "la lutte contre le sida otage de la propagande gouvernementale", mais que dit le texte, en gros, in fine et en hurlant ?
    Je n'ai pas le sida (je peux le prouver avec un certificat médical de moins d'une semaine), et je suce qui veut gourmandement et sans capote, dans les bains-douche, backrooms ou là où tu voudras, beau mec à la bite savoureuse.

    RépondreSupprimer
  4. L'article dans l'ensemble, je veux bien ; mes réserves de compassion sont très limitées pour les gens qui écrivent: "Pour ma part, je suis prudent, mais une capote à une pipe, je ne peux pas, sans saveur, c'est imbitable !" Même si pour le moment je ne jetterai pas la pierre sur ceux qui pensent que cette grippe est une maladie de rien du tout et le vaccin une dépense inutile (j'attends de voir son évolution, quite à pleurnicher si j'ai eu tort et que je dois enterrer toute ma famille).

    Par contre vos "lapins occidentaux" qui contaminent l'Afrique, ça me fait un peu sourire. Je ne suis pas une spécialiste de l'histoire de cette maladie, mais je crois vraiment que les africains se sont très bien débrouillés seuls et que c'est pas quelques boy toys noirs qui ont tout commencé là bas.

    RépondreSupprimer
  5. Good day !.
    might , perhaps very interested to know how one can make real money .
    There is no initial capital needed You may begin earning with as small sum of money as 20-100 dollars.

    AimTrust is what you haven`t ever dreamt of such a chance to become rich
    The company represents an offshore structure with advanced asset management technologies in production and delivery of pipes for oil and gas.

    Its head office is in Panama with affiliates everywhere: In USA, Canada, Cyprus.
    Do you want to become an affluent person?
    That`s your chance That`s what you really need!

    I`m happy and lucky, I began to take up income with the help of this company,
    and I invite you to do the same. It`s all about how to choose a proper companion utilizes your money in a right way - that`s the AimTrust!.
    I earn US$2,000 per day, and my first deposit was 1 grand only!
    It`s easy to get involved , just click this link http://uxozocim.ibnsites.com/rosiwur.html
    and lucky you`re! Let`s take our chance together to get rid of nastiness of the life

    RépondreSupprimer
  6. Les pédés n'ont qu'à bien s'tenir. Tous des enculés ! Puis se faire sucer avec une capote, autant se branler avec des gants.
    Sinon, oui, il existe des gens qui pensent bizarre. Qui s'expriment bizarre. Qui colèrent (oui, je sais, ça ne se dit pas) négatif. Mais, de temps en temps, un bon coup de boule, ça fait du bien.
    Tac-tac, boule-boule ! C'est canon. Si je puis me permettre la pantomime.

    RépondreSupprimer
  7. Suzanne
    mort de lol
    Didier
    j'ai cliqué sur le lien. Force est de constater qu'il mérite bien votre courroux.
    On peut dire, comme Desproges, mort d'un cancer, "le cancer, je l'aurai jamais, je suis contre"

    Pour ce qui est du SIDA, c'est quand même la seule maladie qu'on choppe de son plein gré, quand on veut pas bâcher, ni prendre une aiguille propre!

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Olivier: pas de courroux pour moi, et je ne suis pas si affirmative pour le Sida: une capote peut se déchirer,être poreuse, se déplacer, il y a les aléas de la transfusion, un baiser avec des lèvres juste un peu écorchées, je ne sais pas...

    Ceux qui jouent exprès avec le virus sont un peu gonflés de râler qu'on ne leur donne pas leur certificat de non contagion assez vite, et ceux qui croient l'amoureux(se) du moment qui argue, pour ne pas mettre de préservatif, qu'il est indemne, sont inconscients. Si ça se trouve, vingt minutes avant, leur amant(e) du moment a eu un rapport contaminant, et toc on gagne au tirage.
    Donc, dès qu'on s'éloigne des recommandations pontificales, chasteté d'abord et fidélité après, on prend des risques, plus ou moins. (Mais on ne va quand même pas se marier 178 fois dans sa vie, bon sang).
    Vivement le sidotest qui te dénichera le plus vicieux des virus, même bien planqué, en temps réel. Un peu comme un éthylotest, qu'on sortirait de sa poche juste avant: allez, souffle dans le ballon, et si ça vire au rouge... tu peux aller relire Sainte Thérèse d'Avila !

    RépondreSupprimer
  10. Suzanne
    On sait que ce genre de test du lendemain pour la veille ne veut rien dire et que 6 mois sont nécessaires avant d'avoir une certitude.
    On sait aussi que si le sida regagne du terrain, c'est paradoxalement le progrès des traitements qui induit une baisse de la vigilance.
    n'y vois aucun propos délatoire, mais je pense que mettre la viande sous cellophane reste le moyen d'éviter une maladie qui peut s'avérer mortelle ( et puis ça peut aussi être un jeu érotique et en plus si ça emmerde le pape, faut pas se priver non plus)...
    Quant à se marier 178 fois, quand on sait ce que coûte un divorce...

    Cela dit, Clarissa a raison, j'imagine que sucer du latex peut manquer de charme.

    RépondreSupprimer
  11. Ca doit bien faire 20 ans que je n'ai pas lu de telles conneries sur le sida.
    Sans doute un de vos relents de beaufitude.

    RépondreSupprimer
  12. (il n'y a plus qu'Audine pour engueuler Didier... un peu de nerf, les autres !)

    RépondreSupprimer
  13. Tiens, une note de Didier écrite au printemps dernier. Passons.

    RépondreSupprimer
  14. Suzanne,

    Han han, l'intervention d'Audine est parfaite comme elle est. Là où elle est. The right woman at the right place !

    Parce que franchement le couplet sur les malades qui l'ont bien cherché et les autres à qui c'(est tombé dessus...franchement... c'est vrai que je pensais moi aussi que c'était passé de mode...

    Il faut croire que non.

    RépondreSupprimer
  15. "Cela dit, Clarissa a raison, j'imagine que sucer du latex peut manquer de charme."

    Hmm... Je disais justement dans mon commentaire que je ne comprenais pas qu'on prétende être très prudent tout en ne se protégeant pas lors des fellations.

    Ceci dit, sucer du latex manque *en effet* de charme, mais si on s'y refuse absolument, on se trouve une relation stable - ou alors on assume le fait qu'on joue avec sa vie.

    Mais j'aurais aussi bien pu me taire et laisser parler Suzanne, qui a dit ce qu'il y avait à dire sur les vraies "victimes innocentes"... et les autres.

    RépondreSupprimer
  16. Heureusement qu'Audine est là, tiens. Sinon, j'aurais vraiment l'impression de ricaner dans le désert, moi...

    RépondreSupprimer
  17. Didier, désolée de devoir te contredire, tu peux me croire, mais je voudrais t'assurer qu'on en meurt du Sida, et ce sans l'avoir cherché... Ma soeur a succombé à cette horrible maladie, le 1er mai dernier, et, figure-toi, qu'elle ne s'était ni droguée, ni n'était pédé, mais que, tout bêtement, à l'âge de 20 ans, en 1983 ou 84, elle a eu un petit ami qui lui a passé ce qui à l'époque n'avait même pas encore de nom... Elle ne l'a appris qu' en 1986 (son petit ami, lui non plus ne se droguant pas, ni n'étant pédé, lui avait recommandé alors qu'ils étaient déjà séparés d'aller vérifier), quand les premiers tests ont été mis sur "le marché", et ironie du destin, ces tests portaient son prénom, Elisa. Elle a lutté 23 ans... et les dix derniers furent assez rudes.

    Pour le reste, je l'ai quand même trouvé drôle ton billet (toujours ton style, comme dire ce cher Léo).

    RépondreSupprimer
  18. Lucia Mel : je sais bien qu'on en meurt ! J'ai d'ailleurs failli rajouter après coup, ce matin, une phrase pour dire en substance que j'excluais de ma diatribe (si c'est bien le mot) ceux qui avaient été contaminés au début, à cette époque précisément où la maladie "n'avait pas encore de nom", comme vous le dites.

    De toute façon, il me semblait aller à peu près de soi que dénoncer certaines dérives, exagérations, attitudes, etc. n'excluait nullement d'éprouver de la compassion à l'égard des personnes atteintes et souffrantes.

    RépondreSupprimer
  19. @Didier : aujourd'hui les jeunes, aussi, semblent se prendre pour des super-héros invincibles... (parce qu'ils croient que ce ne sont que les drogués ou les "pédés" qui sont touchés) et ils risquent, par ignorance ou bravade, d'attraper cette poisse, comme ma soeur à leur âge. Pardon de pourrir un peu l'ambiance...

    RépondreSupprimer
  20. @lucia mel
    Votre soeur aurait aussi pu subir une intervention chirurgicale qui aurait nécessité une transfusion de plasma (chirurgie esthétique par exemple). On a appelé ça l'affaire du sang contaminé, et on évite d'en parler...

    RépondreSupprimer
  21. Je suis d'accord qu'il aille se faire enculer ...

    // j'ai pas pu résister, c'est comme "caca boudin" quand j'étais tout petit....

    RépondreSupprimer
  22. J'ai mis un commentaire sur son blog.

    RépondreSupprimer
  23. Est-ce le genre de billet qui veut concurrencer les couvertures à retape de "Marianne", ou bien?...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.