dimanche 27 décembre 2009

Comment Balzac vient de me faire gagner 1500 euros (nets)

Je ne sais plus trop pourquoi on a pris un apéro. Laissez-moi le temps... Ah, oui : l'Irremplaçable a eu envie d'écouter un poème d'Aragon musiqué et chanté par Ferré. Or, à partir de six heures du soir, après la bouffe des chiens, chez nous, qui dit musique dit verre d'alcool. Or, il n'y avait rien. Je suis donc redescendu à Pacy chercher deux ou trois choses à licher. Mes Arabes (dans leur épicerie à porte ouverte, gelée) m'accueillent comme un ami (un client), tout se passe au mieux, comme d'habitude : j'aime beaucoup ces deux hommes.

Je reviens donc avec de quoi boire. Et nous nous mettons à causer...

On commence à parler, brièvement, de ce qu'elle lit, elle : Des choses cachées depuis la fondation du monde. Je suis fou de joie que Catherine se soit plongée dans René Girard (et dans Dostoïevski, grâce à Girard).

Moi, pendant ce temps, j'ai eu envie de relire la deuxième partie des Illusions perdues, grâce à Philippe Muray, qui en parle bellement dans ses Exorcismes intellectuels II.

Et, du coup, à Catherine qui a lu une vingtaine de volumes de Balzac, mais s'est arrêtée juste à l'orée de l'œuvre majeure – de l'une des œuvres majeures (pour lire autre chose que je l'ai pressée de découvrir : je suis parfois pénible...) –, je réaffirme qu'il est nécessaire de lire Illusions perdues, ainsi que sa suite, Splendeurs et misères des courtisanes. Là-dessus, on se ressert un verre (on n'est pas des premiers communiants) et je lui raconte un peu de quoi causent les Splendeurs et misères des courtisanes. Et je lui apprends l'existence du policier génial, proche de faire tomber Vautrin, dont le nom est CORENTIN.

Corentin, comme le héros des BM. Et, bien entendu, si le héros des BM s'appelle Corentin, c'est parce que Balzac : l'inventeur de la collection était tout sauf un crétin inculte, n'est-ce pas...

Là-dessus, on démarre, on dérape. (J'espère que le créateur de la BM ne me lira pas.) Je dis à Catherine à quel point NOTRE Corentin a été raté, dès le départ (Alain Delon avec des cheveux frisés : ça existe dans un film idiot, c'est totalement absurde). Comment j'ai essayé, lorsque le créateur s'est retiré, d'enrichir un peu l'affaire. Je lui dis surtout que, depuis que le créateur a disparu, j'ai tenté de “réenclencher le temps”. Ainsi, dis-je, il serait temps que les jumelles d'Aimé Brichot (personnage récurrent totalement raté depuis le début) accèdent enfin à l'adolescence, depuis 25 ans qu'elles existent.

Du coup, une idée point, évidemment. Les jumelles Brichot, Rose et Colette. Une se retrouvant témoin de ce qui arrive à une amie (un peu plus agée mais pas trop). Un serial killer éminemment sexuel qui a déjà massacré deux ou trois filles. Il en massacre une autre, au chapitre I et sous les yeux d'une de mes jumelles. Qu'il capture à la fin du chapitre premier, parce qu'elle l'a vu déployer son protocole macabre.

Plus tard, dans le livre, ne sachant pas que sa "prisonnière" est une jumelle, il croisera l'autre. Pensant devenir fou, il essaiera de la kidnapper à son tour. Elle lui échappera. Puis ira raconter ce qui vient de lui arriver à son père (flic, héros de la BM : suivez, merde...).

Or, son père, plongé dans l'enquête initiale, en sera écarté à partir du moment où l'une de ses filles sera impliquée. Sauf que que, sachant, par son autre fille, des choses que la police ne sait pas, il va tenter de mener sa propre enquête...

(Tout cela n'est pas un billet : juste des notes à ne pas oublier...)

Ce qui est amusant, finalement, si on replonge au fin fond de cette discussion, c'est qu'elle est partie de Philippe Muray – auteur de nombreux BM...


Carburant : Cidre et whisky pour l'Irremplaçable ; pastis pour moi.

Environnement sonore : œuvres pour piano de Szymanowski.

17 commentaires:

  1. "(Tout cela n'est pas un billet : juste des notes à ne pas oublier...)"

    Heu...

    RépondreSupprimer
  2. 1500 euros pour ça ???
    Je veux bien m'y mettre.

    RépondreSupprimer
  3. Ah, la ficelle, les jumeaux ou jumelles !

    ChristineB: essayez donc un peu... Ce n'est pas si facile que ça en a l'air d'écrire un p'tit polar ou un p'tit porno qui tienne la route...

    RépondreSupprimer
  4. Oui mai s c est facile d' en ecrire qui la tienne pas duttout <m

    RépondreSupprimer
  5. (La nuit, Petula boit, et frappe avec ses trois mains à huit doigts...)

    RépondreSupprimer
  6. Muray auteur de BM ?!?!! Il est temps pour moi d'étendre ma Kulture dans cette direction. J'en suis tout bouleversé de cette révélation .... Les gauchistes vont se foutre de notre gueule mais on s'en fout

    RépondreSupprimer
  7. Juste pour rire et étendre ma culture, Didier, il y a eu des gauchistes qui ont écrit des BM ?

    RépondreSupprimer
  8. Le coup des jumelles, c'est un peu téléphoné, tout de même !
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Mais non, Monsieur Poireau, je vous assure j'ai connu ça, le coup des jumeaux (pour moi) et c'est vraiment un truc pas mal, plein de chemins à explorer.

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas : oui, finalement, à la relecture matinale, ça fait tout de même un semblant de billet (sauf vers la fin)...

    Christine : oui, bon, il faut encore trouver le reste de l'histoire, les péripéties, les indices, les circonstances, inventer les personnages et découper tout ça en une quinzaine de chapitres.

    Suzanne : c'est une question d'entraînement : on fait toujours un peu la même chose, au fond.

    Petula : tapa tors au font...

    PRR : oui, il a vécu en grande partie de ça durant une quinzaine d'années : il écrivait la moitié des titres, moi l'autre.

    Yibus : si ma mémoire est bonne, il a dû y en avoir un, oui...

    (Smiley.)

    Poireau : mais le deuxième héros de la BM a effectivement des jumelles depuis le début de la série ! Ce serait bête de ne pas s'en servir, non ?

    Emma : hé bé, dites donc...

    RépondreSupprimer
  11. "Illusions perdues", c'est aussi mon préféré de Balzac.

    RépondreSupprimer
  12. Petula prolongeait son réveillon? (smiley)

    RépondreSupprimer
  13. Didier, non ce n'était pas une "aventure", mais un quiproquo, très déroutant, mais pas de choses galantes !

    RépondreSupprimer
  14. Comment distinguer les BM que vous écrivez, de ceux écrits par d'autres auteurs?

    RépondreSupprimer
  15. Déjà en ne restant pas anonyme quand on me pose une question...

    RépondreSupprimer
  16. Oups désolé!...
    Donc je reprends : peut-on distinguer vos BM des autres?

    RépondreSupprimer
  17. Par contre, je n'ai pas d'URL à indiquer, n'ayant aucun blog... J'espère que ce n'est pas rédhibitoire!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.