samedi 16 octobre 2010

Mais comment a-t-il fait pour décrocher le Nobel, celui-là ?


« Toute bureaucratie est intrinsèquement socialiste. »

Les Enjeux de la liberté

25 commentaires:

  1. Prems"
    Peut-être bien parce qu'il n'écrit pas que des conneries ...

    RépondreSupprimer
  2. et vice et versa. Intrinsèquement itou.

    RépondreSupprimer
  3. ou qu'il ressemble à Yves Montand

    RépondreSupprimer
  4. Mouais... il aurait pu écrire que tout socialisme est intrinsèquement bureaucratique...

    RépondreSupprimer
  5. désolé PRR, vous l'aviez déjà dit...

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Vous bossez pas dans un bureau, vous ?

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas, soyez gentil : ne vous faites pas plus con que vous ne l'êtes...

    RépondreSupprimer
  8. Sinon, plus sérieusement, je n'adhère pas vraiment à ce qu'il raconte. Je crois bien n'avoir vraiment pas la tripe libérale. La loi du marché, adoptée par ces anciens gauchistes (Vargas Llosa en fait partie), ne me satisfait nullement.

    RépondreSupprimer
  9. Mais c'est parce que je suis pire, sans doute...

    RépondreSupprimer
  10. Didier,

    Didier,

    Devant ce genre de connerie, si. Un de mes clients emploie 160000 personnes et est une immense bureaucratie ET un symbole du libéralisme ambiant.

    Vous vous lancez dans une caricature que même un blogueur réactionnaire n'oserait pas pondre.

    RépondreSupprimer
  11. Ah merde ! Avec l'iPhone on ne voit pas ses coms et, Didier, je n'avais pas lu vos deux suivants.

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas : je ne me sens pas libéral. Mais alors pas du tout. En revanche, je pense que vous et vos pareils avez une image parfaitement caricaturale des libéraux. (Et sans doute moi aussi.)

    Je reste parfaitement "réactionnaire", c'est-à-dire aussi éloigné du socialisme que du libéralisme que prône Vargas Llosa.

    RépondreSupprimer
  13. Vargas Llosas a ses faiblesses, ses longueurs lassantes. N'empêche "La Tante truc-muche et le scribouilard" m'ont bien fait rire (surtout le scribouillard). "Les tours et détours de la vilaine fille" m'ont plu tout en me lassant parfois.

    Il y a du grand écrivain chez Vargas-Llosa. Du bien plus grand que chez nos enculeurs de mouches locaux sur lesquels se pâment nos semi-grabataires "amoureux des lettres".

    J'ai comme une impression que l'Amérique du Sud fait vivre une littérature splendide alors que celle du Nord vend du papier et que l'Europe* tente de hisser des chiures de mouches au niveau de l'Universel.
    *A l'exception de l'Angleterre où l'on écrit encore avec talent.

    RépondreSupprimer
  14. D'un autre côté, il nous reste Georges, arbiter elegantiarum litteraturae et aliorum dominorum.

    Tout n'est donc pas perdu!

    RépondreSupprimer
  15. @Nicolas ? Moi avoir iphone et moi voir toutes les coms! Toi pas se servir comyfaut du tien???!! Ça être surprenant!

    Je suis d' accord pour les personnages de Balzac ( un de mes rêves étant de pouvoir "faire" des personnages aussi ceci- cela ) ils sont vivants!!! ( mais contrairement aux zapparences, c'est pô facile)

    RépondreSupprimer
  16. C'est un Nobel mérité. Une rareté, vu le palmarès de ces dernières années...

    RépondreSupprimer
  17. "C'est un Nobel mérité."

    On ne saurait mieux dire.

    RépondreSupprimer
  18. Geargies,

    Vous n'avez pas besoin d'intervenir dans une conversation qui est visiblement entre Didier et moi. Sauf si vous êtes un trou du cul. Ah ? Pardon.

    RépondreSupprimer
  19. Je me souviens avoir lu et beaucoup aimé, il y a au moins 35 ans, l'un des premiers romans de lui : Conversation à "La Cathédrale" (la cathédrale en question étant le nom d'un bistrot...). Mais je n'en ai aucun souvenir précis.

    Nobel mérité en effet. Pour une fois.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne sais pas si Geargies est un trou du cul, mais Nicolas ne s'est pas essuyé depuis fort longtemps, on le sait dès qu'il l'ouvre…

    RépondreSupprimer
  21. Non, Georges, je t'aime bien accroché à mes fesses.

    RépondreSupprimer
  22. Commence par les accrocher à ton coccyx, les pauvres.

    RépondreSupprimer
  23. Ce Nobel pue la CIA à plein nez.

    RépondreSupprimer
  24. Cet anonyme pue la connerie à plein nez.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.