mardi 5 octobre 2010

Didier Goux s'engage au nom de l'équité

Las d'assister jour après jour aux tortures que font subir ses locuteurs à la langue française, horrifié de la voir traitée pis qu'une quelconque Fantine par les fils de bourgeois de la ville un soir de Noël, j'ai compris que l'heure de l'engagement militant avait sonné pour moi. Ainsi, à partir de ce jour, ayant constaté que le mot problème avait été banni par son rival omnipotent, souci, j'ai décidé de faire exactement l'inverse afin de tenter de rétablir un semblant d'équilibre. Désormais, je déclamerai Baudelaire ainsi :

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le problème,

tandis que nous cheminerons à travers l'Allemagne, vers le château de Sansproblème, sur les traces du grand Frédéric. Puis nous en reviendrons aux rivages de France, en compagnie du Malherbe :

Beauté, mon beau problème, de qui l'âme incertaine
A, comme l'Océan, son flux et son reflux,
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,

Ou je me vais résoudre à ne le souffrir plus.

Et n'allez pas penser que ce combat est vain. Car un peuple peut sans dommage voir amputer son territoire de quelques provinces. Mais c'est lorsqu'il commence à perdre les mots de sa langue qu'il a vraiment du problème à se faire.

52 commentaires:

  1. Et que dire de la Belgique, qui référence deux langues officielles et de nombreux dialectes locaux, dits "patois"...

    RépondreSupprimer
  2. No souci, je suis avec vous surcecouplà.

    RépondreSupprimer
  3. "Mais c'est lorsqu'il commence à perdre les mots de sa langue qu'il a vraiment du problème à se faire."
    Du "problème à se faire" ou du mouron?
    Perdriez-vous notre belle langue?

    RépondreSupprimer
  4. Ah j'oubliais:
    http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/251/se-faire-du-mouron/

    RépondreSupprimer
  5. « Du "problème à se faire" ou du mouron?
    Perdriez-vous notre belle langue? »

    Carine, on remplace Nicolas surcecouplà ?

    RépondreSupprimer
  6. J'ai un problème je sens bien que je t'aime
    J'ai un problème, c'est que je t'aime aussi
    Ces mots-là restent toujours les mêmes
    C'est nous qui changeons, le jour où on les dit
    J'ai un problème, j'ai bien peur que je t'aime
    J'ai un problème, j'en ai bien peur aussi
    En perdant on y gagne quand-même
    Et puis après tout on n'a pas choisi.

    RépondreSupprimer
  7. C’est souciatique votre truc. Je suis problèmeux de voir, enfin de lire, les prochains chapitres de votre croisade. Comptez-vous faire un nouveau dictionnaire modernoeud des synonymes ?

    RépondreSupprimer
  8. Carine a dit...

    Du "problème à se faire" ou du mouron?

    Carine....
    Voyons: relisez le billet plus lentement tout s'éclaircira.

    Mr Goux vous aimez les batailles perdues d'avance...

    RépondreSupprimer
  9. En parlant de bataille perdue d'avance, Fredi, pourriez-vous arrêter,on vous en prie, d'appeler "le taulier" Mr Goux ?

    RépondreSupprimer
  10. Georges:
    Ah non, pas ça! Pas venant de vous!

    RépondreSupprimer
  11. Encore que vous avez raison et que je n'avais pas lu le coeur du souci.

    RépondreSupprimer
  12. Homer : ne disons rien de la Belgique, c'est plus prudent.

    Nicolas : c'est ça, l'effet papillon ?

    Georges : je m'en doutais...

    Carine : le mouron, les piafs l'ont becqueté.

    Anonyme (dont je devrais en principe virer le commentaire...) : ça sonne très bien : “J'ai un souci, c'est que je t'aime aussi ”. Encore plus ridicule que l'original.

    Mifa : ben oui, je ne peux quand même pas vous mettre de mauvais poil tous les jours, hein ?

    Le Plouc : je garde votre "souciatique".

    Fredi : ce sont les seules qui vaillent.

    RépondreSupprimer
  13. Pas ça quoi, Carine ?

    Toujours très intéressants, les "profils" :

    « La Bible (oui !) : l’AT surtout la Genèse le Deutéronome et le Siracide (on peut zapper le Lévitique les Rois et les Prophètes…) et tout le NT (surtout l’épître aux Galates…) et puis aussi : "L’île mystérieuse" de Jules Verne la série BD "XIII" des romans : "Les deux étendards" de Rebatet (çà date un peu…) "Le camp des saints" de Raspail "Le bûcher des vanités" de Tom Wolf "Le parfum d’Adam" de J.C.Rufin etc. Ah oui bien sûr aussi les chroniques d’Alexandre Vialatte (recueil des Chroniques de la Montagne chez Laffont) »

    RépondreSupprimer
  14. Fredi oui, je viens de lire.
    Voilà ce que c'est que de lire la conclusion avant le texte et de dégainer trop tôt.

    RépondreSupprimer
  15. Georges a raison par ailleurs : Mr = mister, M. = monsieur...

    RépondreSupprimer
  16. Georges:
    "Pas ça quoi, Carine ?"
    Je répondais à cela: "Carine, on remplace Nicolas surcecouplà ?"

    RépondreSupprimer
  17. Mon "impatience" portait plutôt, Didier, sur le fait d'appeler quelqu'un "Monsieur Machin", car pour le Mr / M., je ne suis toujours pas entièrement convaincu par les arguments de ceux qui proscrivent le Mr, même si je penche plutôt moi aussi pour le M..

    Il est bien plus facile de faire comprendre qu'on n'aime pas le Mr (en lieu et place du M.) que de faire admettre qu'on désire se faire appeler monsieur tout court, ou, pour être plus exact, qu'on a beaucoup de mal à supporter le "monsieur Machin".

    RépondreSupprimer
  18. Georges a raison par ailleurs : Mr = mister, M. = monsieur...
    Oui merci ça je savais.
    Bon. Je cesserai d'user de cette marque de respect un peu trop chargée d'ironie.

    RépondreSupprimer
  19. Ce n'était pas bien méchant, convenez-en. Je voulais seulement dire que vous aviez lu trop vite.

    RépondreSupprimer
  20. Carine a dit...
    bon bref, bonne soirée
    Avouszaussi.

    RépondreSupprimer
  21. Ah oui, je suis tombé à côté, en effet. N'est-ce pas Renaud Camus qui déplore l'abandon du nom de famille employé seul ? Appeler les gens directement Goux ou Tartempion, sans ces "monsieur" ou "cher", etc. ?

    RépondreSupprimer
  22. Didier, moi aussi j'en ai marre de ces "soucis" à répétition.
    Donc je vous soutiens!

    RépondreSupprimer
  23. N'est-ce pas Renaud Camus qui déplore l'abandon du nom de famille employé seul ?

    Comme le faisaient nos profs de l'ancien temps?
    Me souviens de ça en effet. Mais ils s'adresaient à des mômes, des ados, pas vraiment des Monsieurs.

    RépondreSupprimer
  24. Je ne sais pas. J'ai toujours eu du mal avec les "Goux" ou "Tartempion" seuls, peut-être en souvenir de l'école. Je crois que je fais partie de la génération qui est venue juste après, mes frères aînés devraient, selon cette idée, être mieux armés pour affronter les rigueurs un peu viriles du Tartempion-Sans—Rien. Il m'est donc plus naturel d'employer les "prénoms et noms". Mais à tout prendre, vous avez raison, je préfère encore ça (le patronyme seul) à ces "monsieur Tartempion" que je trouve vraiment affreux.

    RépondreSupprimer
  25. Pas d'accord, Fredi. Les "Maque" de mon temps étaient adressés à mes aînés aussi bien. Et d'ailleurs les "adolescents" de ces temps très anciens n'existaient pas. On était déjà des "petits messieurs" à 16 ans.

    RépondreSupprimer
  26. Vous avez raison Didier. D'ailleurs en math, je n'ai jamais eu que des problèmes et jamais soucis !

    RépondreSupprimer
  27. "S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème"
    Proverbe Schadok

    Duga

    RépondreSupprimer
  28. Donc si je comprends bien ici Boileau sera remis à l'honneur?

    NB : pouvez-vous effacer le commentaire sous l'intitulé "nocountryforwhitemen", une erreur de manip de ma part.

    RépondreSupprimer
  29. Dites donc, Georges, il vous a fait quoi mon profil ? Le monde fréquentable n'est pas fait que de gens vautrés dans les grands auteurs et les vieux grimoires avec du Bach en conserve dans les oreilles.

    RépondreSupprimer
  30. « Le monde fréquentable n'est pas fait que de gens vautrés dans les grands auteurs et les vieux grimoires avec du Bach en conserve dans les oreilles. »

    J'adore le "Bach en conserve dans les oreilles". Mais "vautrés dans les grands auteurs" n'est pas mal non plus. Vous voyez, votre profil ne ment pas.

    RépondreSupprimer
  31. Bien sûr que mon profil ne ment pas... Ce devrait toujours être le cas.
    Le vôtre non plus d'ailleurs et c'est bien ainsi.
    Si le mien a pu vous faire glousser une fois de plus dans la poussière de votre bibliothèque j'en suis ravi pour vous.

    RépondreSupprimer
  32. On était déjà des "petits messieurs" à 16 ans.

    C'est vrai. N'empêche que ça me faisait drôle.
    Mais pour en revenir au billet de M..., de Didier, où avez vous vu que le mot "problème" en avait?
    Problème, dans nôtre siècle emasculé, c'est un peu dur, tandis que souci nous fait une fleur: ne pas voir le problème. Mais dans quelles circonstances l'avez vous vérifié?

    RépondreSupprimer
  33. Didier Goux s'engage ! Cela promet de belles choses !

    En fait je voulais surtout vous dire que j'avais fort apprécié le billet précédent et j'ai pensé qu'il n'y aurait pas de blème à vous le signifier ici.

    RépondreSupprimer
  34. Non mais clairement, t'as trop raison,même si amha, osef, quoi. ou pas.

    lol

    RépondreSupprimer
  35. Nefisa a dit...
    Non mais clairement, t'as trop raison,même si amha, osef, quoi.

    Ouf!
    Ah ben oui du coup je me sens pousser des rides!
    Méga lol hein!

    RépondreSupprimer
  36. "horrifiée"? le Mr aurait un problème ?

    RépondreSupprimer
  37. Nathalie : bingo ! Je corrige, le rouge de la honte au front...

    RépondreSupprimer
  38. Quel tire au flanc ce Didier...
    Je repose ma question:
    Où avez vous vu que le mot "problème" était disqualifié au profit du mot "souci"?

    RépondreSupprimer
  39. Fredi, quand vous arriverez sur Terre, faites nous signe, qu'on vienne vous accueillir.

    RépondreSupprimer
  40. Fredi : j'allais faire la même remarque que Georges : vous sortez dans la rue, parfois ? Allez chez les commerçants ? Au guichet de la Poste ? Etc. ?

    RépondreSupprimer
  41. À propos de souci (le vrai), regardez cette terrible video.

    RépondreSupprimer
  42. Georges, vous tenez tant que ça à me pourrir mes soirées ? Déjà, personne n'a appris à ce connard qu'on ne parle pas aux gens avec des lunettes noires ? Que le regard est une chose importante ? Et que les tables d'orientations sont là pour signaler des choses dignes d'être vues ?

    RépondreSupprimer
  43. J'en ai assez, de ce pays de fiotes, vraiment...

    RépondreSupprimer
  44. Didier Goux a dit...
    J'en ai assez, de ce pays de fiotes, vraiment...


    Ce pays de fiotes comme vous dites, je crois que nous y sommes nous-mêmes devenus totalement étrangés.
    Je suis en train de relire "l'argent" de Peguy, ecrit il y a tout juste un siècle et c'est absolument fou comment en si peu de temps un pays et un peuple peuvent disparaîtrent. Je croyais que 14 avait signé notre effacement, mais celui-ci avait commencé bien avant et 14 ne fut que le coup de grâce.
    Je vous ferai un petit résumé, mais comment des Joy Star comprendraient de quoi parle Péguy quand nous-mêmes avons du mal à l'envisager désormais?

    RépondreSupprimer
  45. Je n'ai pas pu le regarder jusqu'à la fin.
    Un tel parti-pris de mauvaise foi, ça hérisse.
    Il s'étonne que le métro n'aille pas jusqu'aux "quartiers". Mais s'il y allait, il serait caillassé et les conducteurs et passagers agressés.

    RépondreSupprimer
  46. Carine a dit...
    Je n'ai pas pu le regarder jusqu'à la fin.

    Carine....
    Ne prenez jamais le métro!

    RépondreSupprimer
  47. Carine, si vous n'avez pas regardé jusqu'à la fin, vous avez tout raté.

    RépondreSupprimer
  48. Je regarderai jusqu'à la fin ce soir.
    Pas le temps ni le courage là.
    Ca doit être vers la fin la vieille dame qui fait chaud au coeur, je présume.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.