vendredi 22 octobre 2010

Dernier apéro en état de péché...


Bizarre et méandreuse conversation, pour ce dernier apéro avant la purification de demain. Dans un premier temps (donc pas saouls le moins du monde), nous avons réglé les détails de nos enterrements respectifs. L'Irremplaçable tenant à être incinérée et moi enterré selon la tradition (et dans un suaire, non dans un costume imbécile !), il fut décidé que, d'une manière ou d'une autre, ses restes seraient saupoudrés sur mon corps redondant et excessif, avant que de refermer ma bière (!). Et que nous ferions graver sur notre pierre tombale commune ce vers de François Villon :

Et nous les os devenant cendre et poudre,

ceux de Catherine étant effectivement en cendre et les miens promis à la poudre. Comme discussion de veille de mariage, ça se posait là.

Comment, en fin de parcours, avons-nous dérapé sur Céleste ? Nul ne saurait évidemment le dire. J'ai brillamment développé l'idée que cette grosse dinde stupide était l'exact équivalent du plus beauf des touristes de ma jeunesse : les uns se plaignant de ne pas trouver de bon camembert à Ouagadougou, ou de pinard buvable à Lhassa, tandis que l'autre se scandalise de ne pas voir ses droits de l'homme ou de la femme régner dans tous les endroits reculés et improbables où elle fourre ses putain de pieds. Bref, j'ai tracé en deux temps trois mouvements un portrait de la Céleste en touriste-à-bob-Ricard, assez étincelant et verveux je dois dire (et sans me vanter). J'ai aussi lancé une piste de réflexion, à laquelle je n'avais jamais songé avant qu'elle ne franchisse le seuil de mes lèvres : que dans les billets de cette malheureuse, on chercherait en vain la moindre notion (ou notation) de regard, dès lors qu'elle parle des Français ou, plus généralement, des Européens, ou, encore plus généralement, des blancs. Chez Céleste, seul l'étranger lointain, pauvre et pouilleux est doté d'un regard (toujours candide, toujours émerveillé, toujours pur, etc.). L'homme blanc, lui, est dépossédé de cette faculté de regarder, donc de voir : nous sommes, dans cette petite cervelle encagée et touristique, de sinistres aveugles malfaisants – un peu, le comique en moins, l'équivalent de Claude Brasseur dans Nous irons tous au paradis, saccageant un bar entier du bout de sa canne blanche.

Là-dessus, on est passé à table, et on a oublié ce fantôme du passé, ses éructations gentilles, son inaltérable et terrifiante bonté bonne. On a bien mangé, merci.


Carburant : fond de whisky et fond de Ricard...

Environnement sonore : pièces pour piano d'Alexis de Castillon de Saint-Victor.

32 commentaires:

  1. Je suis passé par là y a pas longtemps, je vous embrasse (oui) chaleureusement et amicalement ^___^

    (bon weekend)

    RépondreSupprimer
  2. Nous avons eu une énième discussion avec notre grand ado et je suis prête à le réduire en cendres.Et j'ai pas encore mangé.

    RépondreSupprimer
  3. Faucon : merci à vous.

    Crevette : ben, moi, je crois qu'il me reste une bière dans l'frigo...

    RépondreSupprimer
  4. Comment ça, le bar est vide, veille de mariage ! soupirs...

    Bisou prénuptial aux futurs jeunes mariés

    RépondreSupprimer
  5. tous mes voeux pour cette cérémonie (je parle du mariage) puisqu'elle semble importante à vos yeux

    RépondreSupprimer
  6. tiens, zavez choisi la pleine lune pour vous marier, pourquoi pas après tout, au moins les choses seront claires et nettes. Toi, tu es Poissons (la fin si je me souviens bien), en ce moment Jupiter et Uranus transitent ton Soleil (ou pas loin) : c'est de bon augure, à moins que la foudre ne se mêle de la partie ;) (Uranus) mais, par Jupiter, la chance sera avec vous. Amour, gloire et beauté... quel beau programme ! Soyez heureux.

    RépondreSupprimer
  7. mais vous allez arrêter de déconner. Tout vivant étant pécheur, j'ai cru que vous annonciez votre prochain décès.

    Et nous les mots redevenant pendre et coudre !

    RépondreSupprimer
  8. Se marier en pensant à Céleste...

    RépondreSupprimer
  9. Tous nos voeux vous accompagnent ! Amitiés à vous deux et excellente journée !

    RépondreSupprimer
  10. Voeux de bonheur d'une lectrice fidèle.
    Aurons-nous des photos de ce jour mémorable ?
    Puis-je me permettre de vous embrasser tous les deux ?
    Marilo

    RépondreSupprimer
  11. Meilleurs voeux de bonheur !

    Belle journée !

    A vous deux qui formez une si belle complémentarité...

    Et que la fête commence...

    RépondreSupprimer
  12. C'est le grand jour,

    Mazel Tov !

    Mes prières vous accompagnent.

    RépondreSupprimer
  13. Quoi, Mazel Tov ? Ils sont juifs, les Goux ?

    RépondreSupprimer
  14. Merci à tous !

    Georges : se découvrir juif le jour où on se marie à l'Église, c'est tout de même la déveine absolue.

    RépondreSupprimer
  15. félicitations mon ami!
    (il était temps...aprés il eut fallu recourir à quelque indulgence pour effacer ces années de péché mortel)

    et vive la mariée!

    RépondreSupprimer
  16. "se découvrir juif le jour où on se marie à l'Église, c'est tout de même la déveine absolue"
    Mordelol!
    Allah pourrait montrer qu'il est grand en venant visiter le nouveau marié au moment de la bénédiction nuptiale, aussi. La suite du blog nous chamboulerait allègrement.

    RépondreSupprimer
  17. Suzanne,
    mordelol aussi!
    Non, mais vous voyez ça d'ici? Allah se penchant sur ces grands infidèles?
    Ca va devenir un blog oecuménique ici.
    J'ose pas y penser...
    En attendant: prosit les jeunes mariés!

    RépondreSupprimer
  18. Qu'est-ce que c'est encore que cette histoire de mariage ?

    RépondreSupprimer
  19. Ah ! Je le savais bien que c'était n'importe quoi ! Est-ce que je me marie, moi ?

    RépondreSupprimer
  20. Georges,

    Et oui, les chrétiens sont aussi sémites.

    RépondreSupprimer
  21. Bon,
    allez,
    pour Georges
    et Saint Pie X,
    à chanter pendant l'eucharistie :

    "Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi : miserere nobis.
    Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi : miserere nobis.
    Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi : dona nobis pacem."

    RépondreSupprimer
  22. 16 ans : noces de saphir. Félicitations. Noël ! Noël !

    RépondreSupprimer
  23. Georges a dit...
    Quoi, Mazel Tov ? Ils sont juifs, les Goux ?

    Vous savez bien que nous le sommes tous un peu...
    Tous mes voeux aux jeunes mariés.

    RépondreSupprimer
  24. Bon Dieu, Dorham, elle fait jamais relâche, la lourdeur, chez vous ?

    RépondreSupprimer
  25. Bon, ça va les chevilles les deux futurs squelettes en poudre ? Par saint François Rabelais, déjà que le Didier était réac grave, une fois pacsé, il va nous devenir puritain sinistre, je le sens.
    Catherine, vous avez dit "non" j'espère !
    Tous mes voeux de bonheur quand même à tous les deux... (on va en chier, je vous le dis)

    RépondreSupprimer
  26. Si vous insistez, je peux chanter le petit bonhomme en mousse.

    RépondreSupprimer
  27. Dorham,

    Là, tu vires franchement réac.

    RépondreSupprimer
  28. Tu préfères un truc plus collectif ?

    Pose les deux pieds en canard
    C'est la chenille qui se prépare
    En voitur' les voyageurs
    La chenill' part toujours à l'heure
    Accroch' tes mains à ma taille
    Pour pas que la chenill' déraille
    Tout ira bien et si tu veux
    Prie la chenill' et le bon Dieu.

    Si tu crois qu'j't'ai pas vue
    Faire la petit' ingénue
    Avec Pierrot dans le tunnel
    Allez sois pas jalouse
    C'est un copain, c'est tout
    Tu sais qu'nous deux c'est pas pareil.

    Hé ! vous deux les pip'lett's
    Lâchez-nous les baskets
    Avec vos histoir's de nanas
    On va être en retard
    Voilà le chef de gare
    Qui nous fait sign' pour le départ.

    [Refrain]

    Regarde l'éléphant bleu
    Qui dans' sur l'arc-en-ciel
    Sous les bravos des hirondelles
    Viens là le troubadour
    Je vais lire dans ta main
    Tes joies, tes chagrins, tes amours.

    Hé ! vous les amoureux
    Remuez-vous un peu
    C'est pas l'moment de roucouler
    A la prochaine station
    Restez dans le wagon
    Et n'essayez pas d'en profiter.

    Final :
    La chenille, la chenille,
    La chenille, la chenille,
    La chenille, la chenille,
    La chenille, la chenille,

    RépondreSupprimer
  29. Tiens , je me fais un petit Bourgogne aligoté en votre honneur!!!

    RépondreSupprimer
  30. Il doit être salement murgé, le compère.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.