lundi 18 octobre 2010

Christophe Bohren is well, alive and so on...


Ce digne garçon ayant vu son blog se faire disperser façon puzzle par un hébergeur abusant du droit à la connerie et à la lâcheté, il s'est empressé d'en ouvrir un nouveau.

Il est ici.

22 commentaires:

  1. Je ne connais pas ce garçon, n'est jamais lu ses textes mais crier à la censure quand dans quasi l'heure qui suit on peut à moindre frais ouvrir de nouveau un autre blog, c'est peut-être un peu exagérer.

    RépondreSupprimer
  2. Le fait de pouvoir ouvrir un blog ailleurs n'empêche pas que son précédent a bel et bien été détruit sans sommation (si j'ai bien compris) par son hébergeur.

    RépondreSupprimer
  3. Voyons voyons...
    Il n'y avait pas matière à censure sur son blog. Ou bien ça m'a échappé.

    RépondreSupprimer
  4. Didier,
    Vous avez censuré le mauvais texte !
    Lire : "n'ai jamais lu..." !

    RépondreSupprimer
  5. P/Z,

    Vous avez un blog, sur lequel vous avez écrit des pages, et des pages, et des pages, parfois des mauvaises mais aussi des bonnes et puis...tout disparait d'un coup d'un seul, on vous désintègre.

    Si ce n'est pas de la censure, c'est un procédé plutôt violent, il me semble.

    Je me suis déjà fait virer de forum, on m'interdisait l'accès, mais on n'allait pas jusqu'à détruire mes anciens messages (exceptés les incriminés)...

    RépondreSupprimer
  6. J'aurais bien aimé lire les discussions précédant l'exclusion de Dorham d'un forum !

    Incroyable que ça tombe sur Christophe, lui qui est si conciliant, accommodant et courtois.

    RépondreSupprimer
  7. Dohram
    Figurez vous que ça m'est plus ou moins arrivé ! Pour des raisons techniques.
    - si j'avais vraiment attaché de l'importance à mes "textes".J'en aurai fait une sauvegarde afin de les publier autre-part. Cela n'a pas été le cas.
    Mais je peux comprendre l'irritation de cette personne. C'est le terme censure que je trouve exagéré. Disons que j'ai trop de respect pour la censure et ceux qui la subissent.

    RépondreSupprimer
  8. Ben, PZ, se faire carrément supprimer un blog parce vous avez publié un texte qui déplait, vous appelez ça comment, vous ?

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne,

    Rien de très glorieux je le crains, notamment la dernière fois.

    Une idiote n'arrêtait pas de m'asticoter et de brosser de moi un portrait de pervers achevé parce que j'avais écrit un jour que j'aimais le style de Sade et également la littérature pronographique (en fait, ce n'était que partiellement vrai).

    Elle faisait du cheval et j'ai tenu quelques menus propos sur les qualités érotiques des pommeaux de selle.

    ---

    P/Z,

    Vous avez du respect pour la censure, vous ? (pas moi)

    Vous voulez dire que vous la prenez au sérieux, plutôt... Non ?

    Bon, allez, vous avez un peu raison. Tout cela est dérisoire, nos occupations internetiques sont dérisoires et la censure qui nous touche l'est donc aussi... Mais c'est néanmoins de la CENSURE. CENSURER, c'est empêcher un propos d'être tenu.

    Parfois, faut pas voir midi à quatorze heures.

    RépondreSupprimer
  10. C'est peut-être le procédé façon catacombes que l'hébergeur n'a pas aimé. Il fallait faire de la spéléo, descendre en rappel pour aller les lire ses lettre au Christophe.
    Sinon voilà une Angela que Yannick n'est pas prêt de chanter.

    RépondreSupprimer
  11. Je dis tout ce vous voulez que mon hébergeur est un con, qu'il faut le pendre etc... mais je dis aussi qu'une société qui m'offre la possibilité de publier le même texte, sur un autre blog n'est pas une société où règne la censure. C'est tout. Ce qui ne m'empêche pas de compatir au sort de cette personne.

    RépondreSupprimer
  12. Dohram,
    Pour être plus exact, je n'ai pas d'à-priori contre la censure. Je ne suis pas pour mais c'est quelque chose qui ne me paraît par essence le mal absolu.
    D'autre part je ne vois pas dans une société ouverte (je souligne) ce qui peut interdire à une personne privé de publier un de mes textes si ce dernier n'a pas l'heure de lui plaire. Au nom de quoi doit-il accepter mes opinions si j'ai la possibilité de les exprimer ailleurs ? Ma liberté de m'exprimer n'implique pas l'absence de liberté de celui qui me publie. Tout au contraire (je me répète dans une société ouverte)

    RépondreSupprimer
  13. zut (je suis fatigué). il faut lire :
    "...ce qui peut interdire à une personne privé de ne pas publier un de mes textes..."

    Mille excuses.

    RépondreSupprimer
  14. attendons la suite des explications,

    RépondreSupprimer
  15. Merci Didier d'avoir fait suivre.

    RépondreSupprimer
  16. Tiens...
    faut que je songe à m'offrir, ou me faire offrir, ça.

    RépondreSupprimer
  17. Mais votre lien, Fredi, ne fait pas éclore la fragrance :-(

    RépondreSupprimer
  18. La Gerbille des Ciments a dit...
    Mais votre lien, Fredi, ne fait pas éclore la fragrance


    Ah non hélas pas encore.
    Mais ce parfum est des plus chic et des plus agréable.
    Et puis Guerlain c'est très, comment dire...réac depuis 48 heures.

    RépondreSupprimer
  19. Merci Didier.

    Bon, j'en dis un peu plus ici...

    RépondreSupprimer
  20. Tout à fait d'accord avec P/Z.
    Les blogeurs oublient bien souvent qu'ils sont eux mêmes les hôtes d'un hébergeur privé qui peut tout à loisir décider de virer ce qui le gêne s'il en a décidé ainsi, et sans nécessairement se justifier.
    C'est ainsi.
    Ensuite, il est tout à fait possible voire nécessaire de faire la publicité de ce type de comportement, et des élus qui usent de pression pour éliminer ceux qui les gênent.
    Ce qui empeche la censure, c'est la transparence, la diffusion de l'information.

    RépondreSupprimer
  21. "Être d'accord avec P/Z"…

    Moi il m'arrive d'être d'accord avec Roland Tarte, dans la chambre du fond.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.