lundi 22 août 2011

À la Poste, l'anthropomorphisme et l'anglolâtrie font rage


Il y a quelques jours ou semaines, l'Irremplaçable a jugé bon de s'ouvrir une nouvelle boitamel, ou un compte supplémentaire, enfin quelque chose comme cela, à quoi je n'entends rien. Pour ce faire, il lui fallait une identité qui fût différente de celle qu'elle utilise d'ordinaire, à savoir Catherine Goux, voire Goux Catherine lorsqu'elle est particulièrement en vrac. Elle a opté pour le premier nom qui lui traversait l'esprit à ce moment-là. Et c'est pour cette raison que, ce matin, Dame Factoresse a déposé dans notre boîte à courrier une enveloppe de format commercial adressée à :

Mr Elstir Goux

À l'intérieur se trouvait une lettre fort courtoise, par laquelle La Poste remerciait Elstir de la confiance qu'il avait bien voulu mettre dans cette vénérable maison – remerciements que nous lui avons scrupuleusement transmis, ainsi qu'on l'imagine. L"animal a a eu l'air très satisfait de ce témoignage de considération, mais aussi un peu surpris que l'on s'adressât à lui comme s'il était sujet canin de Sa Gracieuse Majesté. Alors que tout le monde sait bien que le bouvier bernois est suisse et fier de ses racines.

95 commentaires:

  1. Pratique un bouvier bernois pour se déguiser en Helvète au moment de passer la frontière quand on va placer ses petites économies de l'autre côté du Léman!

    RépondreSupprimer
  2. Enfin une photo vraiment agréable à contempler sur ce blog !

    RépondreSupprimer
  3. Pangloss : mais a-t-il conservé la double nationalité ?

    Mildred : vous, vous cherchez la bagarre !

    RépondreSupprimer
  4. Seriez pas jaloux de votre chien tout de même ?

    RépondreSupprimer
  5. Vanessa Taprendra22 août 2011 17:02

    1 Mr dernière lettre
    2 Mme deux dernières lettres
    3 Mlle trois dernières lettres

    C'est-y pas cohérent ?

    RépondreSupprimer
  6. Mildred : vous, vous cherchez la bagarre !

    J'appelle Tonnégrande, dernière photo vivante sur ce blog.

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que quelqu'un a déjà cité le Littré, qui accepte le Mr pour "Monsieur".

    "2. On écrit souvent par abréviation Mr ou M. pour monsieur, et Mrs ou MM. pour messieurs."

    Maintenant, chacun est libre de considérer Littré comme un cafard anglomane de merde, évidemment.

    RépondreSupprimer
  8. "On écrit souvent par abréviation Mr ou M. pour monsieur, et Mrs ou MM. pour messieurs"

    Heu... non. On n'écrit absolument jamais Mrs pour Messieurs. Si c'est dans le Littré, alors le Littré est effectivement un dictionnaire de merde.

    On écrivait, il fut un temps, MM. pour Messieurs, et c'est effectivement l'abréviation correcte, bien qu'elle soit maintenant passablement vieillie.

    Peut-être a-t-on écrit Mrs à une époque, mais cela a totalement disparu de l'usage et depuis bien longtemps. Je n'ai jamais lu cela nulle part. En tous cas je serais bien curieux de savoir où le Littré a pêché cela, et quels sont ses exemples.

    Sinon, je vois que le fonctionnaires de la poste sont toujours autant à la ramasse. Ils sont tellement coupés du monde réel qu'ils n'ont même pas assimilé le fait que sur Internet, beaucoup de gens utilisent des pseudonymes.

    Non, pensez-vous : une adresse de messagerie, c'est forcément le vrai prénom et le vrai nom.

    Vu la façon dont ce brillant service public a construit son usine à gaz, il y a forcément des gens qui ont déjà reçu chez eux des lettres destinées à M. Bitenfer ou à Mme Mélamoi. Sans avoir jamais rien demandé à personne. Petit succès garanti auprès du facteur et des voisins.

    Je suppose que le directeur de la poste a encore un Minitel sur son bureau, et le pneumatique chez sa secrétaire. (Remarquez, c'était bien commode, le pneumatique. Voilà un truc que "c'était mieux avant". Je parie que 60 % des lecteurs de ce blog ne savent même pas ce que c'est...)

    RépondreSupprimer
  9. Et bien oui ! pourquoi un si doux molosse n'aurait-il pas le droit de recevoir du courrier, rien que pour lui. On fait tant de choses pour nos amis les bêtes ( hotels de luxe spécialisés, psychologues, cure de thalasso, comprimés anti-arthrites...etc) alors pourquoi pas du courrier ?

    RépondreSupprimer
  10. Ce doit être un Arabe ou un noir, ce Littré, Marchenoir est si formel!

    RépondreSupprimer
  11. C'est moi qui ai cité le Littré dans un précédent message. Autrement, il y a aussi le Trésor de la langue française qui atteste l'usage, en citant des exemples :


    "Abrév. Mr, M. (sing.), Mrs, MM. (plur.) ds Ac. 1835, 1878; M. (sing.), MM. (plur.) ds Ac. 1935."

    http://bit.ly/n6kq0I

    Le dictionnaire de l'Académie édition 1835 serait-il de la merde ?

    RépondreSupprimer
  12. Sébastien : le dictionnaire de 1835 n'est assurément pas de la merde, mais il a une grosse faiblesse : il est en grande partie obsolète. L'usage, aujourd'hui, et depuis un petit paquet de décennies au moins, est d'écrire M. pour Monsieur et MM. pour Messieurs, il convient donc, si l'on veut rester intelligible de s'y conformer. En ce sens je suis pleinement d'accord avec M. Marchenoir.

    S'il devait se produire que Mr en vienne à le supplanter largement, alors Mr deviendrait la règle et il conviendrait de s'y conformer.

    La langue est un subtil équilibre, sans cesse mouvant, entre évolution et résistance à celle-ci, un combat pas toujours feutré entre l'usage et le Bon Usage.

    RépondreSupprimer
  13. Il faut aussi noter que ce dictionnaire n'indique pas Mr comme abréviation de Monsieur, ni Mrs comme abréviation de Messieurs, mais la lettre M majuscule suivie des lettres r ou rs dans un corps beaucoup plus petit et placées en haut de la lettre précédente.

    Ce n'est pas du tout la même chose.

    L'abréviation Mrs. signifie en anglais Madame, et vu la prévalence de l'anglais aujourd'hui, c'est une raison de plus pour qu'absolument personne ne comprenne que Mrs typographié ainsi puisse signifier Messieurs.

    Un dictionnaire n'est jamais qu'un outil ; il faut savoir s'en servir.

    RépondreSupprimer
  14. Exact ! Le “r” était très souvent placé en exposant (ce que je suis incapable de faire sur ce clavier misérable). Comme m2 pour mètre carré.

    RépondreSupprimer
  15. Bon, MM (ou Mrs) Goux et Marchenoir, vous vous défendez bien, mais avec l'énergie du désespoir. Les dictionnaires ne sont en effet que des outils (dixit Marchenoir), mais alors il ne faut pas se placer en champion du lexicalement correct ! Il faudrait expliquer aussi en quoi l'abréviation "Mr" est fautive, alors qu'elle est au contraire fort utile pour éviter de confondre "Mr Bertrand" et "Michel Bertrand" (dont le prénom serait abrégé). Les Anglais, toujours pragmatiques, ne s'y sont pas trompés. J'affirme donc haut et fort que les lettres "Mr" sont préférables à la seule et misérable lettre "M", à moins de me proposer un argument plus fort en sens contraire. L'idée infiniment ridicule qu'il s'agirait d'un anglicisme ne mérite pas une réfutation, mais je la livre quand même, par pure charité : en quoi l'abréviation "Mr" serait-elle en effet licite en anglais et pas en français, alors que dans les deux cas il s'agit de prendre la première et la dernière lettre du mot ? Pourquoi donc seuls les Anglais auraient droit à cette possibilité ? Quel Français véritable accepterait de s'autolimiter ainsi, en laissant l'initiative à nos voisins d'outre-Manche ? De plus, le grand, l'immense Littré m'autorise ce "Mr", et je ne vois pas pourquoi Messieurs Goux et Marchenoir me l'interdiraient. Evidemment on peut toujours prétendre que le "taulier" fait ce qu'il veut, mais alors nous sombrons en pleine tyrannie. Et si le maître des lieux exigeait que nous rotions pendant le repas, si possible dans la gueule du voisin, faudrait-il s'exécuter ?
    Non, Messieurs, j'en appelle à votre sérieux. Il est des combats que l'on s'honore de perdre, et il est temps pour vous de reconnaître votre défaite. Nous vous promettons de ne pas abuser de notre victoire.

    RépondreSupprimer
  16. Il est mignon, lui ! Pour un peu j'aurais de la sympathie pour Bob.

    RépondreSupprimer
  17. Nicolas, c'est pour rigoler, quoi.

    RépondreSupprimer
  18. Personne n'a encore fait remarquer que Mrs. pour les anglo-saxons veut dire Madame.
    Mais on va encore dire que je cherche la bagarre.

    RépondreSupprimer
  19. Ah si ! Robert Marchenoir l'a dit !

    RépondreSupprimer
  20. Euh... pour l'anthropomorphisme, je pense que la Poste n'est pas vraiment en cause... en revanche, on ne peut pas en dire autant de Mister and Mrs Goux, hein !...

    RépondreSupprimer
  21. Gaston : vous m'avez mal lu, on dirait. Il ne s'agit nullement de savoir si Mr est mieux ou moins bien que M., mais de se conformer à un usage qui, le temps aidant, s'est transformé en Bon Usage. Vous pouvez toujours me dire que le panneau "sens interdit" serait beaucoup mieux avec sa barre blanche verticale plutôt qu'horizontale, mais enfin, il se trouve que la règle veut qu'elle soit horizontale, cette barre, et que c'est ainsi que le panneau est clairement identifiable par tous.

    Au fond, si l'on me poussait un peu, je serais tout prêt à reconnaître que Mr a la logique pour lui, comme vous le soulignez. MAIS le Bon Usage dit que Monsieur s'abrévie en M., donc Mr est (est pour le moment, tout cela peut changer de mille façons) une faute et une confusion.

    Du reste, ce même Bon Usage n'autorise pas à abrévier les prénoms, par conséquent votre exemple de confusion possible entre Michel et Monsieur ne tient pas.

    RépondreSupprimer
  22. Antoine : ah mais nous, nous sommes des anthropomorpheurs assumés et même déclarés !

    RépondreSupprimer
  23. La seule question vraiment importante, maintenant, c'est de savoir si, depuis qu'il est anglais, Elstir fait "waf" au lieu de "ouah".

    RépondreSupprimer
  24. Cher M. Goux, vous prenez la peine de me répondre avec sérieux, alors j'en ferai tout autant, mais sans omettre de signaler à nouveau que tout ceci reste, au fond, un peu dérisoire, d'autant que j'utilise moi-même l'abréviation "M" pour "monsieur". Il n'empêche, ce qui est intéressant, ici, c'est la volonté farouche de préserver la langue, y compris quand elle n'est pas en danger, comme c'est le cas avec ce "Mr" parfaitement recevable (et le petit "r" ne doit pas être placé en exposant, ça ne s'est jamais fait, sauf par vice, et on aura du mal à trouver une justification). L'abréviation de "Monseigneur" est "Mgr" et non "Mr", puisque "Mr" était déjà pris. Et le "Mrs" n'est évidemment pas un anglicisme qui viendrait de "Misses" (qui a pu se tromper à ce point ? En plus, c'est l'abréviation de "Mistress", d'où le "r") et prouve au contraire le caractère bien français du "Mr"

    On trouve sur internet des centaines d'exemples de ce "Mr" dans des ouvrages anciens ou récents parfaitement sérieux, et parfois même chez des grammairiens et lexicographes célèbres. Il me paraît donc très exagéré de partir en croisade contre lui, surtout qu'il est, au moins, toléré (et en réalité, plus correct que le simple "M", que j'emploie pourtant, moi aussi, par facilité et pour ne pas faire croire que je suis ignorant). Ce qui est donc follement amusant c'est de s'obliger ainsi à bannir une formule correcte et parfaitement française pour ne pas passer pour un idiot qui écrit en anglais sans le savoir. Vous avouerez que c'est pénible. Un peu comme dans le cas de "ils se sont succédé", où tout le monde pense que vous vous gourez gravement. J'imagine que l'usage va finir par l'emporter et que le "s" sera toléré, et après tout c'est aussi bien.

    Enfin, peut-on dire que l'usage fait gagner le "M" ? Ce serait plutôt le contraire, le "Mr" semblant vouloir l'emporter. Je parlerais plutôt de mode, d'ailleurs.
    Et encore une fois, personne ne devrait venir vous embêter si Littré est d'accord avec vous. Non pas qu'il ait forcément raison, mais il représente un usage, et un bon, et une autorité, qui valent bien ceux de l'Académie d'aujourd'hui, non ? Donc nous avons raison tous les deux, mais vous êtes le seul à avoir crié que j'avais tort. Et c'est donc vous, finalement, qui avez tort (de faire le malin et la leçon aux autres).

    Ceci dit sans vouloir vous froisser, car vous êtes un excellent manieur de la langue, bien meilleur que moi, mais on gagne toujours à s'épargner certains tics. Et ne croyez pas que je fasse la leçon à mon tour; je récuse seulement la vôtre.

    RépondreSupprimer
  25. Quant à M. Marchenoir qui fait la leçon à la Poste et en profite pour glisser sa haine du fonctionnaire, il convient de le féliciter. Sentant sa cuisante défaite sur le terrain lexical, il a tenté cette subtile diversion sur celui des idées.
    Encore et toujours de la belle ouvrage, mais au service de causes peu nobles, hélas !

    RépondreSupprimer
  26. Et pendant ce temps-là, Messieurs et dames, ça débarque sec (si j'ose dire) à Lampedusa.
    Mais est-ce si grave ?

    RépondreSupprimer
  27. Non Carine : "Mesdames et Messieurs", dans le bon ordre s'il vous plaît. Revenons à l'essentiel.

    RépondreSupprimer
  28. Merci cher Didier pour la barre de rire.

    Sinon, je n'ai jamais compris cette notion d'anthropomorphisme.
    Qu'est-ce que ça veut dire, que nos animaux domestiques, qui sont des "bêtes", expriment pourtant des sensiments qui ressemblent aux nôtres? Qu"ils sont parfois jaloux, coléreux, peinés, fidèles contre leurs intérêts, capaples d'empathie, roublards... Bin oui, et c'est ce décalage qui fait qu'on les aime bien. A priori, ils ne sont pas pourvus de ces sentiments, mais qui aime les animaux exerce sa sensibilité pour percevoir ce qui ne se voit pas.

    C'est pour ça que les crétins bornés sont généralement tout à fait insensibles à leurs charmes. Je fiche mon billet que Chevènement ou Besancenot doivent trouver tout à fait ridicule de s'attacher à une bête.

    RépondreSupprimer
  29. En réalité, le bon usage veut que l'on n'abrège pas, si c'est possible, tout au moins sur les enveloppes, sur lesquelles on doit écrire Madame, Mademoiselle ou Monsieur en toutes lettres. Mais le "tout technique, allons vite" l'a emporté.
    (Sinon, le "tout technique" foirant toujours à un moment ou à un autre, je me suis pour ma part fait récemment bombarder "Général" (mais pas "Générale", ni Gnl.(!), quand même) par Flammarion, ce qui m'a valu un bon fou-rire.) (Rompez, comme disait l'autre.) :0)

    RépondreSupprimer
  30. Gaston : vous touchez là un point essentiel et très irritant en effet (“ils se sont succédé”…), celui des tournures que l'on n'ose plus employer, de peur d'être compris à rebours ou de passer pour un âne (“éponyme” est un autre exemple de cela, très actuel. Ou “sauf à” suivi de l'infinitif).

    Pour l'abréviation de Monsieur, encore une fois – hormis mon petit billet gamin de l'autre soir –, je n'en fais pas une affaire de principe mais d'usage. Et je crois avoir dit, dans mon précédent commentaire, que, tout compte fait, Mr avait de bons arguments à faire valoir en sa faveur – ce que vous vous êtes employé à faire, d'ailleurs. Seulement, il y a la volonté (relevant sans doute pour une part d'un certain snobisme) de ne pas passer pour un plouc ignorant, voire pour un fonctionnaire rédacteur de circulaires administratives internes et de lettres types.

    RépondreSupprimer
  31. Sophie K : ah, mais il ne saurait être question d'abréger sur les enveloppes, ni, d'une façon plus générale, lorsqu'on s'adresse à la personne concernée : sur ce point, nous resterons intransigeants !

    RépondreSupprimer
  32. XP : je n'ai rien contre l'anthropomorphisme en soi : j'aurais bien mauvaise grâce à prétendre le contraire.

    Mais il arrive souvent que, si on le pousse trop loin, il devienne nuisible à l'animal que l'on croit ainsi avoir “promu”. Petit exemple tout con : affubler son chien d'un manteau, sous prétexte qu'il fait zéro degré dehors et que l'on a soi-même froid. Ou encore, plus grave parce que perturbant : interdire à un chien de faire telle ou telle chose, mais l'autoriser voire l'encourager à le faire certaines fois, pour le “récompenser” de ceci ou de cela. Etc.

    RépondreSupprimer
  33. Depuis quelques années , les parents sont libres de donner à leur progéniture, le prénom qui leurs convient et ne sont plus dans l'obligation d' utiliser le calendrier de La Poste.

    Ce qui nous vaut des prénoms comme Cerise ou Myrtille voir pire, je suis certains que certains chiens ont des noms moins idiots.

    Pour les employés des Poste, ils ne passent plus de concours pour accéder aux divers métiers postaux. J'ai du surveiller un des derniers concours pour être facteur.

    Lors du tri de plus en plus effectué par des machines même pour les plus grosses lettres et paquets, l'intitulé de Monsieur ou Madame soit bien ou mal écrit, seul compte l' adresse et le code postal.

    Nous considérons que les administrés connaissent mieux la vile de destination que le code postal surtout si ce dernier est petit village ou un lieu -dit mais il m'est arrivé de voir 92000 Paris.

    Pour Bob Blackmarket,il y a de moins en moins de fonctionnaires à la Poste et de plus e plus de contractuels recrutés directement à l' ANPE et pris dans le vivier local.

    RépondreSupprimer
  34. @ Didier : :0)
    Ceci dit, là, on se bat pour un truc d'arrière garde : en rédigeant mon commentaire, j'ai pensé à tous ceux qui auraient écrit, désormais, "fait bombardé" à la place de "fait bombarder". (D'ici à ce que ça devienne la norme, j'en frémis, haha !)

    RépondreSupprimer
  35. (...ou pis encore : "je me suis faite bombarder"...)

    RépondreSupprimer
  36. Vive l'Angleterre ! Go save the queen!

    RépondreSupprimer
  37. Gaston : il n'y a aucune défaite de ma part. Vous ne savez même pas lire un dictionnaire. Ce que disent les dictionnaires cités ici, c'est qu'il ne faut pas utiliser Mr pour Monsieur, ni Mrs pour Messieurs. Mais vous ne l'avez toujours pas compris, apparemment.

    Quant aux fonctionnaires, oui, ce sont toujours des enculés, pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  38. Faut pas s'énerver, M'sieur Marchenoir, et faut apprendre à lire le Littré (je n'ai pas vérifié si Littré était un enculé de fonctionnaire; dans l'affirmative, évidemment, on peut se torcher avec). Il y a aussi les centaines de livres très savants et très officiels où l'on trouve cet horrible "Mr", mais ce sont tous des livres d'enculés, sans doute. J'attends que vous argumentiez un peu sur le petit "r" en exposant, aussi, parce que celle-là était bien bonne.
    J'aime votre finesse, votre sens de la discussion, cette volonté toujours en éveil de tenir compte d'autrui. Ce qui est dommage c'est de ne pas pouvoir se rencontrer, vous ravaleriez beaucoup de votre arrogance. Continuez à faire le brave sur internet, amusez-vous. Il n'y a aucune conséquence, aucun risque.

    RépondreSupprimer
  39. "Ce qui est dommage c'est de ne pas pouvoir se rencontrer, vous ravaleriez beaucoup de votre arrogance. Continuez à faire le brave sur internet, amusez-vous."

    Ca c'est le genre de truc qu'eo dit bien planqué derrière son ordinateur. Je suppose que ça en défoule certain.

    Et puis quand on est incapable de tenir une conversation, on se met à rêver qu'on pourrait compenser sa nullité par l'intimidation physique, comme une racaille.. Et dans la foulée, on est assez con pour reprocher à celui qu'on aimerait faire taire par la force de ne pas respecter ses interlocuteurs.

    Mon Dieu, ces trolls...

    RépondreSupprimer
  40. Ben non, Xp, traiter les fonctionnaires d'enculés, c'est possible, mais c'est plus facile devant un écran que devant un fonctionnaire. Moi je n'ai insulté personne, ne profitant nullement de mon impunité. Vous voyez la différence ? Vous percevez la logique ? Vous vous trompez donc de personne, et même si vous pensez comme Marchenoir que les fonctionnaires sont des enculés, ça ne fait pas de lui un brave qui ose s'exprimer en prenant des risques. Et j'ajoute que les insulteurs-sur-internet se disqualifient d'emblée. Quant à la puissance du discours de M. Marchenoir (les "fonctionnaires, oui, ce sont toujours des enculés, pourquoi ?"), auquel je n'aurais rien à répondre selon vous : pfff...

    RépondreSupprimer
  41. Et un mot sur la dénonciation des Trolls : c'est quoi au juste, un Troll ? Quelqu'un que vous ne connaissez pas et qui intervient sur un blog ?

    RépondreSupprimer
  42. @ grandpas
    Moi j'avais un chien qui s'appelait Jules.
    L'ennui c'est que j'ai fait ami-ami avec un monsieur du même nom ce qui m'a obligé a débaptiser mon chien dare-dare.
    C'est sûr que si cet ami s'était appelé Cerise, je n'aurais pas eu ce problème.
    Parfois le monde est mal fait !

    RépondreSupprimer
  43. Personnellement, je suis contre le fait de donner des prénoms humains aux chiens. Je trouve cela un peu malsain.

    RépondreSupprimer
  44. En tant que lectrice intermittente de Proust, il me semble qu'Elstir...
    Mais je ne voudrais pas qu'on m'accuse à nouveau de chercher la bagarre.

    RépondreSupprimer
  45. Je trouve même que donner des prénoms humains aux fonctionnaires est encore plus honteux!

    RépondreSupprimer
  46. Mildred : Elstir est un nom proustien, et pas un prénom. De même que Swann et Bergotte.

    RépondreSupprimer
  47. Dans un esprit de conciliation, j'aimerais avoir votre opinion sur les noms de présidents de la République donnés aux chiens.
    Je me souviens m'être retournée sur un "Pompidou" péremptoire, il y a quelques années.
    Je pense que nous n'allons pas tarder à assister à une floraison de Sarkozy ou de DSK à quatre pattes.

    RépondreSupprimer
  48. Et Albertine, alors ? Pour une jolie petite chienne au poil roux ça irait ?

    RépondreSupprimer
  49. Non, non, pas de concession, même pour les prénoms proustiens !

    Je reste également très réservés quant aux noms de personnes réelles, même mortes. Mais, évidemment, tout est question de degrés : un Pompidou me heurte, alors qu'un Clovis ou un Raspoutine ne me gêneraient nullement.

    RépondreSupprimer
  50. En raison de leur plus ou moins grande proximité avec nous, ai-je oublié de préciser.

    RépondreSupprimer
  51. Raspotine ne me g^nerait pas non plus !
    Mais Clovis, ce roi franc qui convertit son royaume au christianisme, ça va pas la tête ?

    RépondreSupprimer
  52. Proximité ou pas, je trouve que DSK pour un de ces clébards qui saute sur tout ce qui bouge, c'est nickel !

    RépondreSupprimer
  53. Mildred,

    Vous désirez que ce pauvre chien passe sa vie chez un sexologue et surtout risquer de rencontrer Cruella du Poitou.

    RépondreSupprimer
  54. grandpas,
    Mais pas du tout ! Ce chien serait au contraire sûr de son bon droit, il en remontrerait à tous les sexologues qui n'auraient plus qu'à retourner à leurs chères études.
    Et quant à toutes les Cruella du Poitou et d'ailleurs, il saurait leur clouer le bec avec...
    Non ! Je ne peux pas continuer, mais référez-vous à vos journaux préférés : tout ceci est décrit par le menu.

    RépondreSupprimer
  55. Gaston : rassurez-vous, je ne rencontre que les gens qui en valent la peine. Nul risque en ce qui vous concerne.

    RépondreSupprimer
  56. Putain, ça casse... Je ne sais pas si je vais m'en remettre.

    RépondreSupprimer
  57. Mr Marchenoir, considérez-vous que tous les fonctionnaires sont des enculés au sens large ?

    RépondreSupprimer
  58. "Je ne rencontre que les gens qui en valent la peine"...

    Cette phrase est magique. D'abord, elle témoigne d'un complexe de toute puissance (comme si on pouvait ne rencontrer que les gens qu'on veut rencontrer...)
    Ensuite, elle en dit long sur l'idée de rencontre chez Marchenoir. Ce n'est pas après avoir rencontré les gens que celui-ci sait s'ils valent la peine d'être fréquentés, mais avant, donc sans les connaître. C'est la science infuse, l'intuition divine, le pressentiment magique.

    Ma conclusion est simple : Marchenoir ne fréquente personne, n'a pas d'amis, et c'est d'ailleurs pour cela qu'il poste autant sur les blogs.

    Autre hypothèse : Marchenoir écrit n'importe quoi et ne se rend plus compte du ridicule de ses phrases.

    RépondreSupprimer
  59. Bonjour. Je ne voudrais point paraître buvard ou carbone parmi toute cette noble imprimerie humaine Monsieur Didier Goux mais serait-il possible à l'occasion d'obtenir une progéniture de Monsieur Lechien ? ( C'est pour mon fils ) au cas où je suis joignable suffit de me le faire savoir. Et pour en revenir Dame Sand me plaìt bien merci.

    RépondreSupprimer
  60. Elstir est à croquer sur cette photo!

    Et c'est le Gololâtre qui le dit.

    RépondreSupprimer
  61. Dame Sand,
    Merci de nous ramener au sujet initial, à savoir :
    Monsieur Elstir Goux !
    Et tous les Marchenoir, Gaston et autres popaul, à la niche !

    RépondreSupprimer
  62. Dame Sand : c'est malheureusement impossible, pour une raison simple mais rédhibitoire : les chiens, chez nous, sont “opérés”, comme le sont les chats…

    RépondreSupprimer
  63. Vous trouvez qu'ils seraient plus heureux de sentir toutes les femelles en chaleur à la ronde sans aucune possibilité de les rejoindre ?

    RépondreSupprimer
  64. "Les chiens chez nous sont opérés comme le sont les chats..."
    Vous avez avoué ce forfait sans même essayer de vous en tirer par une pirouette !
    La honte soit sur vous !

    RépondreSupprimer
  65. Et vous, comment vous en êtes-vous tiré, quand vous avez senti "toutes les femelles en chaleur à la ronde" ?
    N'avez-vous pas trouvé le moyen "de les rejoindre" ?
    Croyez-vous que votre chien, mû par un instinct autrement plus fort que le vôtre, n'y serait pas parvenu ?
    Je suis consternée !

    RépondreSupprimer
  66. Voilà : ils auraient défoncé trois clôtures, nous auraient fâchés à mort avec les propriétaires des femelles engrossées et, pour finir, se seraient fait écrabouiller par une camionnette en rentrant à la maison.

    Alors que, là, ils sont peinards, dans la mesure où ils ne savent même pas qu'ils auraient pu avoir une vie sexuelle. En fait, vous nous faites là une vraie crise d'anthropomorphisme, ce qui est parfaitement raccord avec le sujet du billet !

    RépondreSupprimer
  67. J'ai eu beaucoup de chiens. Par bonheur toujours des chiens dominants.
    Je n'aurais pas supporté que devant d'autres chiens, le mien soit obligé de se tenir l'oreille basse et la queue entre les jambes !

    RépondreSupprimer
  68. Mais la castration n'empêche nullement un chien d'être dominant, voyons ! Lorsque nous avons récupéré les deux labradors mâles (et non castrés) de Renaud Camus, à Plieux, en 2009, ils se sont tout de suite placés d'eux-mêmes sous la domination de Swann, pourtant opéré.

    RépondreSupprimer
  69. Quand même,si on aime les animaux, on les prend comme ils sont. Moi je n'en ai pas. J'ai des gosses à la place, mais je ne les fais pas castrer.

    Cela dit, je taquine. Ce que vous avez fait à vos pauvres bêtes est contestable, pas ignoble.

    RépondreSupprimer
  70. Ne dirait-on pas que vos chiens sont plus intelligents que vous ?
    Si vos deux labradors de Plieux ont accepté de se mettre "sous la domination de Swann", c'est qu'ils avaient intériorisé l'antériorité de Swann dans la maison : ils étaient chez Swann, et agissaient en conséquence.

    RépondreSupprimer
  71. Quel dommage, aussi, de refuser aux femelles les joies de la maternité. Est-on une véritable chienne ou chatte si l'on ne connait pas cet état deux fois par an ? Et puis, c'est si joli dans nos villes et campagnes, si naturel , les chattes se roulant sur les toits , dans les jardins et dans les rues, feulant de concert avec trois voisines... Ah, les beaux combats de mâles auxquels on assiste alors, et comme on est fier de son greffier ou de on cador quand il revient les oreilles déchirées, prêt à remettre ça la nuit suivant... Mais c'est la nature, et le respect des animaux, faut pas déconner avec ça. Et quand il ne revient pas, quand il met trois jours à crever dans un fossé, le bassin écrabouillé, le dos en marmelade, touché par la décharge d'un type qui aimerait bien dormir la nuit ou par le camion qui ne freinera pas pour si peu, c'est encore à la nature et la sélection naturelle qu'on obéit.

    RépondreSupprimer
  72. Mildred, non. Swann n'était pas chez lui.

    RépondreSupprimer
  73. Catherine,
    Je sens qu'on me cache des choses pour mettre à mal mes théories sur la psychologie des animaux.
    C'est bas !

    RépondreSupprimer
  74. J'interveiens en tant que premier concerné par le sujet.
    La castration a du bon. Cela me calme.
    Je conseille d'ailleurs à Robert Marchenoir d'envisager cette solution aussi pratique qu'efficace.
    Ouaf !

    RépondreSupprimer
  75. Popaul : je parlais à Gaston, qui me faisait le coup classique du "vous n'oseriez pas me dire ça en face", etc.

    Passons sur le fait que cet "argument", omniprésent sur les blogs, n'est ni plus ni moins qu'une menace physique voilée -- au demeurant sans aucune conséquence pour celui qui la profère, parce qu'évidemment ce genre de lâche ne va jamais, non plus, casser la gueule à personne.

    Comme si, d'ailleurs, la propension à casser la gueule à quelqu'un était un étalon de vertu. Voilà qui en dit long sur sur la mentalité des stato-gauchistes.

    Ce que j'ai vu de Gaston me suffit amplement pour savoir s'il valait le coup d'être rencontré ou non. Et la réponse est non.

    Vous êtes bien gentil de prétendre me dicter quelles doivent être mes fréquentations. Je suppose que cela fait partie de la conception du monde des socialistes, ça aussi.

    Evidemment, il est plus facile de se livrer à des calomnies sur la vie privée de ses contradicteurs que d'expliquer en quoi les fonctionnaires ne seraient pas des enculés.

    Puisque tel était le sujet.

    Le sujet abordé par Gaston, dois-je le rappeler.

    Evidemment, il est plus facile de m'accuser de "n'avoir pas d'amis" que de justifier la stupidité et l'incompétence insondables des "responsables" de la poste française, capables de concevoir un logiciel informatique qui trahit la confidentialité des adresses Internet de ses clients.

    Comme le prouve le billet de Didier ici.

    Ce qui était le sujet de la discussion.

    Mais un troll va toujours chercher à faire oublier le sujet en faveur de calomnies à l'encontre de ceux qui en parlent. Les petites méthodes merdeuses des socialauds sont toujours les mêmes ; ça commence à se voir.

    RépondreSupprimer
  76. à Marchenoir :
    Vous prenez l'affaire trop au sérieux, je trouve. Et votre propos sur les fréquentations est en effet absurde. Il faut d'abord rencontrer les gens pour savoir si l'on veut les fréquenter, non ? Evidemment ce n'est pas ce que vous vouliez dire, je le sais, vous vouliez simplement lancer une vanne.
    Sur les fonctionnaires, vous êtes dans l'obsession totale, alors qu'il y a de vrais sujets, par exemple l'opportunité de la castration pour les animaux excités.

    RépondreSupprimer
  77. Le sujet, c'est ces enculés de fonctionnaires ?

    RépondreSupprimer
  78. Marchenoir, Gaston et popaul, ça recommence ?
    Allez donc faire un tour chez Chavez, peur-être que ça vous calmera !

    RépondreSupprimer
  79. C'est Marchenoir, M'dame, y fait rien qu'à m'embêter !

    RépondreSupprimer
  80. Popaul,
    Oui, eh bien je ne veux pas le savoir !

    RépondreSupprimer
  81. Si Bob n'aime pas les fonctionnaires qu'il ne demande l'aide des pompiers, des agents de Police, des gendarmes et surtout des services d'urgence des hôpitaux, là il sera en parfaite osmose avec ses idées ou alors avant ils leurs dit : " Bande d'enculés de fonctionnaires".

    Pour la photo du bouvier, cela est plus sympathique qu' une de Chavez.

    RépondreSupprimer
  82. En fait, vous nous faites là une vraie crise d'anthropomorphisme

    J'en connais qui trouvent malin de donner à leur clébard des noms de philosophes...

    RépondreSupprimer
  83. frede maque,
    Ce qui serait encore plus amusant ce serait de donner des noms de clébards aux philosophes !

    RépondreSupprimer
  84. et les cyniques, c'est fait pour les chiens ?

    RépondreSupprimer
  85. Je me souviens de m'être un jour assis dans une gargote du marché aux puces de Clignancourt à la table voisine d'un éphémère ministre des finances qui mangeait là avec un pote à lui( broc probablement) son chien assez quelconque roupillant à ses pieds le nez dans sa queue. Le genre de chien à pisser n'importe où, à renifler les poubelles, se gratter les puces comme font tous ses congénères. Piqué par on ne sait quelle mouche, le chien se lève et entreprend de faire les allées biblottantes. Et son illustre maître de le rappeler à l'ordre:
    -Nietzsche ! Nietzsche ! Ici ! Couché !
    Avouez que ça fait drôle tout de même.
    J'ai regardé le chien revenir la tête basse se coucher aux pieds de son maître en me demandant comment une telle association d'idées avait bien pu naître en lui.

    RépondreSupprimer
  86. Z'avez vu? 87 (maintenant 88) posts pour Elstir!

    Vos chers poilus intéressent plus que l'actualité...

    Et j'ajoute: heureusement!

    RépondreSupprimer
  87. Z'avez vu? 87 (maintenant 88) posts pour Elstir!

    Vos chers poilus intéressent plus que l'actualité...

    Et j'ajoute: heureusement!

    RépondreSupprimer
  88. bon, personne n'a remarqué mon magnifique et subtil jeu de mot ?
    cynique, chien, noms de philosophes...
    Faut tout expliquer ?

    RépondreSupprimer
  89. Vanessa Taprendra25 août 2011 20:35

    Ici on ne pratique que l'humour façon Nicolas Jegoun, alors si vous nous prenez au dépourvu...

    RépondreSupprimer
  90. Allons bon ! C'est qui cette grosse connexes qui croit malin de m'inquiète dans les commentaires d'un billet de plusieurs jours.

    Chez les tracs, on s'attendrait pourtant à trouver des commentateurs avec un minimum de savoir vivre...

    Et qui ne déforment pas les noms des gens.

    Pauvre fille.

    RépondreSupprimer
  91. Vanessa Taprendra25 août 2011 21:22

    Popaul est un petit nouveau, alors je l'aide dans ses débuts, je l'aide à engager le dialogue avec des gens importants dans le monde de l'humour numérique. Maintenant je vais essayer de lui permettre de contacter XP pour qu'il polisse son style, mais ce sera plus difficile car il n'est pas toujours abonné aux commentaires.

    RépondreSupprimer
  92. Si c'est pour recevoi tes conneries...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.