dimanche 7 août 2011

Les blogauches s'ennuient le dimanche…


Je me suis souvent demandé comment un blogueur de gauche faisait pour occuper sa journée du dimanche. Non, non, ne riez pas : c'est une vraie question. Déjà, on sait qu'il ne lit pas de livres – puisque de gauche. Il n'a pas non plus la possibilité d'éplucher la presse de son bled, dans la mesure où il n'y a pas, ou presque pas, de quotidiens le dimanche. Si le temps s'y prête, il peut toujours faire quelques pas avec Mamour en direction de cet avenir radieux qu'il a toujours en ligne de mire, et en profiter pour passer chez Ikéa acheter de nouveaux tapis de salle de bain, puisque ces salauds de capitalistes libéraux sont ouverts le jour du Seigneur ; mais bon : le temps ne s'y prête pas, pour l'heure. Il ne peut pas non plus aller au putes, puisque la prostitution est une honteuse exploitation du corps de la femme. Alors ? Évidemment, il y a toujours le bistrot d'en bas, et j'en connais qui y sacrifient volontiers. Mais enfin on ne peut pas y passer sa vie non plus, de peur de se bloquer une cirrhose qui viendra enrichir les ignobles laboratoires pharmaceutiques, lesquels testent leurs nouveaux médicaments sur de petits nègres crevant la dalle en situation de malnutrition en voie de rassasiement. Pas davantage question de travailler plus pour gagner plus : il est au chômage longue durée. Ou prof.

[À propos de ce mot, prof, je me demandais l'autre jour si les camarades enseignants – obsédés par les nains jusqu'à en deviner au plus haut sommet de l'État – ne le revendiquaient pas avec autant d'empressement que dans l'espoir que l'on ne les prît point pour Simplet.]

Bref, à l'instar des enfants de Charles Trenet (un petit bonjour à Marie-George au passage), les blogauches s'ennuient le dimanche. Sauf quelques-uns qui, aujourd'hui même, se sont trouvé une nouvelle activité, ô combien passionnante et utile.

Ils envoient un signal fort aux marchés.

Si vous ne me croyez pas, allez voir ici ou ou ailleurs. Et la liste est loin d'être limitative, Blogauche aimant se rendre au marché en troupeau, sous la houlette de son bon berger.

« Dis donc, Mamour, et si on envoyait les gosses porter un signal fort aux marchés ? Ça nous laisserait le temps de tirer un petit coup avant que ta mère n'arrive pour déjeuner… »

31 commentaires:

  1. Vous avez dit moutons de Panurge?

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, en voyant le pouet-pouet de Guy Birenbaum, je me demandais qui oserait suivre. merci pour cette synthèse.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Heureusement que vous êtes là, Didier, pour suppléer aux carences de Reuters et AFP : Ne fréquentant pas les mêmes guignols que vous sur la toile, après votre aimable com' de tout à l'heure chez moi j'ai ratissé les dépêches sans succès pour déceler ce "signal fort"... Vos blogauches sont bien timides et enflés de la malléole...

    RépondreSupprimer
  4. Cher Didier, je suis très sincèrement flatté d'avoir mon premier lien chez vous. Depuis que je suis sur internet, j'attendais ce moment. Grand merci !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Moi, Juliette G, leftblogueuse7 août 2011 à 18:48

    Je hais les dimanche

    RépondreSupprimer
  7. @Didier

    Seriez-vous une espèce de nouvel anthropologue ? Il y a du Claude Lévi-Strauss en vous !;+)

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  9. "Envoyer un signal fort aux marchés", c'est de la novlangue pour dire "ne rien foutre du tout en vrai pour que quelque chose change", c'est ça ?
    :0)

    RépondreSupprimer
  10. Trepel : MUTINS de Panurge !

    Corto : Quand Missié Guy y en a dire un truc, tout le monde y a suivre.

    Le Plouc : je viens d'appeler la bourse de New York : on commence à sauter par les fenêtres de trouille, à l'approche de ce signal fort venu d'Europe.

    Nicolas : heureusement, vos petits camarades en ont pour moi.

    Yann : c'est normal, c'est chez vous que j'ai découvert le truc.

    Juliette : et notamment les dimanches invariables, à ce que je vois…

    Denis : compte tenu des divers propos que Lévi-Strauss a tenu sur l'islam, j'accepte la filiation !

    Sophie K : je me demande si on n'est pas déjà au-delà de la novlangue.

    RépondreSupprimer
  11. Au fond, ‘’envoyer un signal fort aux marchés’’, c’est la nouvelle façon ‘’numérique’’ donc modernoeude de faire rugir le moteur au point mort de la Bastille à la Nation. C’est tout aussi efficace et ça présente l’avantage d’éviter les conflits de comptage de la ‘’participation’’ entre ‘’organisateurs’’ et Ministère de l’Intérieur…

    RépondreSupprimer
  12. Il n'y a pas une campagne contre les clichés, là ?
    Comment ça, les gauchistes ne lisent pas ?

    Umberto Eco ré-écrit "Le Nom de la Rose" en version simplifiée pour pour que les PSistes, grands amis de la rose, qui n'entravent que dalle au latin d'église ou d'ailleurs, lisent pendant les vacances ! (La Lecture, ya qu'ça d'vrai pour éduquer les masses)

    RépondreSupprimer
  13. Tiens je ne savais pas que l'enlisement avait une orientation préférentielle, l'ennui dite vous..
    Et l'embonpoint, il se tient à gauche aussi ?
    Vous stigmatisez Didier, vous stigmatisez !
    Mesurez la profondeur de vos propos car il y a des indices qui ne comblent aucun trou.
    Bien à vous,
    Bonne semaine Msieur Didier !

    RépondreSupprimer
  14. ô mais c'est lundi ce billet n'a plus cours.. désolée le jour s'est levé on peut se chanter la chanson du petit prince a dit ..
    Lundi matin, lalalalala,
    Mardi matin,..
    Ainsi de suite !

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis actuellement devant mes écrans bloomberg et je peux vous l'assurer : les marchés vous ont entendu !!

    D'ailleurs mon téléphone n'arrête pas de sonner, des clients et des traders pris de panique qui se demandent vraiment d'ou vient ce signal...

    Humour...

    RépondreSupprimer
  17. Didier c'est ennuyeux mais hier j'ai lu. Bon y'avait du roman de gare (vous connaissez je crois ) au milieu genre Moorcock mais sont venues se greffer quelques pages de Lautréamont et un peu de François-René de Chateaubriand. Sinon apéro à la maison avec des bons trucs. Y'avait même des gens de droite. C'est vous dire les occupations néfastes. Et du jambon serrano avec le vin du Rhône.

    RépondreSupprimer
  18. Romain : vous l'avez fait exprès pour me contredire, parce que vous avez mauvais fond.

    RépondreSupprimer
  19. LOL.... vos chers "marchés", cher Môôôssieur Goux, n'ont pas attendu "notre signal fort" pour se péter la gueule en beauté...

    C'est la fin du système que vous encensez tant, depuis des années.
    C'est la démonstration éclatante de l'incompétence des gouvernements de Droite, de VOTRE droite, qui sont tous en train de paniquer au fur et à mesure que le mur se rapproche à grande vitesse.

    Pour ma part, je prépare juste le popcorn, je me cale bien profond dans mon meilleur fauteuil, et je me prépare à profiter du spectacle.

    Merci pour tout, Mr "blogueur" /vomisseur/littérateur autoproclamé/réactionnaire de "droite"!

    RépondreSupprimer
  20. Vous m'avez souvent entendu “encenser le système”, ici ?

    Et mes amis libéraux vous expliqueront que c'est le socialisme, en vigueur à peu près partout, qui nous a conduits où nous sommes. Donc, je vous laisse avec eux…

    RépondreSupprimer
  21. "C'est la démonstration éclatante de l'incompétence des gouvernements de Droite"

    Encore un inculte qui ne sait toujours pas que c'est Mitterand et Fabius qui libéralisèrent le systéme financier français ne 1982 et 1985...

    Et la France à peut être un gouvernenement ce droite, mais tous les autres pays en crise ont eu des gouvernenements de gauche (Portugal, Espagne, Grèce etc...)

    Mr Goux, j'ai adorer votre commentaire chez Nicolas. Quand des degauches discutent d'économie je suis toujours fasciné par la médiocrité intellectuelle des propos et la méconnaissance totale que ces gens peuvent avoir de tous ce qui touche de près ou de loin à l'argent (sauf quand il s'agit de taxer ces salaud de riches...).

    RépondreSupprimer
  22. Jacques Etienne8 août 2011 à 13:57

    Ces gens de gôche qui semblent se réjouir d'un possible naufrage semblent oublier qu'eux aussi sont à bord du "Titanic".

    De quoi ririons-nous si nous ne les avions pas ?

    RépondreSupprimer
  23. Didier: vous venez de me faire ricaner bêtement derrière mon ordinateur, c'est malin ;)

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. et beh... ya de la censure dans l'air aujourd'hui, par ici...

    RépondreSupprimer
  26. GdC : jamais de censure ici : on n'est pas chez vos amis ruminants…

    Simplement, j'ai annoncé il y a déjà quelque temps que, dorénavant, je supprimerais systématiquement tous les commentaires anonymes. Et je me tiens à cette décision, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  27. "on sait qu'il ne lit pas de livres – puisque de gauche"

    Vous vivez apparemment dans un certain rêve doré que les gens cultivés se portent naturellement à droite. Il semble que vous confondiez la culture avec "l'éducation", la politesse, le bon ton, bref "ce qui ne s'apprend que dans les salons" !

    En fait, à l'heure actuelle, il suffit de se promener et d'ouvrir les oreilles et les yeux pour s'en rendre compte : les plus atroces beaufs, les plus gras incultes, sont "de droite". Sauf intérêt pécunier, c'est à dire sans avoir des sous à défendre contre une trop généreuse redistribution des richesses, seule l'ignorance peut justifier le choix d'un bulletin UMP (sans parler du vote FN, exemple extrême). A moins d'être vicieux... Ou plus exactement porteur d'une aigreur misanthrope susceptible de générer quelque trouble envie de nuire au genre humain dans son ensemble : le vote UMP s'impose alors.

    RépondreSupprimer
  28. Pourquoi tu te fais chier à tromper le vieux ? C'est à lui de troller les blogs de gauche. N'inversons pas les rôles.

    RépondreSupprimer
  29. Antennerelais : on ne dit pas pécunier mais pécuniaire.

    RépondreSupprimer
  30. "Le "Littré", pourtant normatif, signale dans son article "pécuniaire" : « On dit quelquefois pécunier. »"
    http://fr.wiktionary.org/wiki/p%C3%A9cunier

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.