lundi 3 mai 2010

Et in Ikéarcadia Lego

J'avais décidé de me taire. Oh ! ne vous réjouissez pas trop vite : seulement pour ce soir. Mais enfin, au moins jusqu'à demain, je voulais vraiment laisser M. Finkielkraut seul maître à bord de ce taudis qui me sert d'espace détente. Or voilà que, soudain, sur un blog par ailleurs considérablement dénué d'intérêt – en tout cas pour moi – où je m'étais comme égaré, je tombe sur ce titre :

Des chômeurs grévistes occupent l'immeuble Domino

Relisez-le... lentement... mettez-vous bien chaque mot en bouche... Vous les sentez comme il convient, ces chômeurs grévistes ? Tanniques, non ? C'est pas de l'oxymore qui gouleye, ça ? On avait déjà les clandestins revendicatifs, place aux chômeurs grévistes. Aux chômistes gréveurs. Aux gromistes rêveurs. Aux chimistes graveurs. Aux agronomistes ravers. À un laton raveur en prime. À tout ce que vous voulez, pourvu que ça bouge, pourvu que ça danse – que ça avance, que ça progresse dans le bon sens au lieu de régresser vers l'arrière.

Ce que ne nous dit pas le titre, mais qu'on découvre dans l'article dont je vous ai épargné l'éprouvante lecture, c'est que nos chineurs thomistes occupent le Pôle-Emploi. Lequel se trouve donc installé dans l'immeuble Domino. Le Pôle-emploi de l'immeuble Domino... Plus une petite armée d'inoccupés qui cessent brusquement de ne rien faire. Comme ça, sans préavis. Qui prennent l'immeuble Domino en otage. C'est Jules Grévy au pays des Schtroumpfs. Avec Dame Tartine repeinturée en Dolorès Ibarruri.

Et in Ikéarcadia Lego.

Devise du monde.

17 commentaires:

  1. Bon là c'est la grosse colère. Je relance pour "chômeurs grévistes" :Christos EVERMEUGS ou Somerset CUVERGHSI

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Didier.

    Là-dessus, je ne suis franchement pas d'accord avec vous - remarquez, il était temps...

    En effet, je pense que si l'article incriminé avait titré "chômeurs en colère" - après tout, il y a peut-être matière... - et non pas "chômeurs grévistes" (bien vu le président Grévy), vous n'auriez pas sorti l'artillerie lourde, plus justement un hilarant exercice de style.
    Et puis quoi, dans "ce cher et vieux pays", comme disait le Général, tout le monde est en colère dans tous les sens et sans arrêt, des paysans aux buralistes en passant par les motards.
    Cela étant, j'ai bien ri, alors, rien que pour ça, merci.

    RépondreSupprimer
  3. Ah merde ! Je vire réac complet, moi !

    Que des chômeurs arrêtent de ne pas travailler pour manifester leur colère est réjouissant.

    RépondreSupprimer
  4. Jacques ETIENNE3 mai 2010 à 23:09

    Là, je ne vous comprends pas Monsieur Goux! Et pourquoi les chômeurs ne se mettraient-ils pas en grève? Le droit de grève n'est-il pas un droit inaliénable conquis de haute lutte par notre bon peuple?
    En gros en quoi consiste-t-il? Les travailleurs, rémunérés pour leur emploi, cessent le travail et conséquemment ne touchent pas de salaire. Cela ennuie les gens à qui ils sont censés rendre des services et, bien davantage, leur employeur, monstre sanguinaire, qui s'engraisse sur leur dos. Le monstre sanguinaire et, accessoirement ceux qui attendaient le service rendu, en sont fort marris. Et être marri, ce n'est pas drôle. Pas drôle du tout. Du coup, le monstre cède.

    Si l'on suit cette logique, le chômeur, qui est payé à ne rien foutre, pour se mettre en grêve devrait travailler sans toucher un centime. Imaginez la tête que ferait Pôle emploi, privé d'ayant droits! La panique qui envahirait l'esprit de tout ceux qui vivent de l'industrie chômardienne! Ils ne tarderaient pas à céder!

    En fait, cette grève des chômeurs est une bonne idée. La seule chose qui cloche là-dedans, c'est un manque de logique.

    Un peu de pédagogie et tout devrait rentrer dans l'ordre...

    RépondreSupprimer
  5. C'est la luuuuuuuuuuuteeeeeeeeee finaaaaaaaaaaaaaaaleeeeeeeeeeeeee (…)

    RépondreSupprimer
  6. Parler de « grève de chômeurs » me semble à moi aussi passablement grotesque, mais, je vous rassure, Monsieur Étienne, vos petites économies ne craignent rien car, de son trône, notre valeureux Neuilléen qu'a pas été élu pour élever les impôts veille à ce que ces feignasses de « sans-emploi » ne soient pas tous payés à rien foutre.

    RépondreSupprimer
  7. En Allemagne Monsieur Goux, les chômeurs travaillent pour 1 euro par jour + leur assurance ... on y vient. Quant au reste j'ai fort bien connu des FLICS-TEMPORAIRES-OCCASIONNELS-A-TEMPS-PARTIEL ! Fallait surtout pas leur parler de grève à ceux-là, c'étaient les plus fin-fin ...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, là, c'est vrai, c'est con.

    Si les chômeurs font grève, ils ne seront pas "payés"... ça va baisser nos cotisations.

    RépondreSupprimer
  9. Il me semblait aller de soi que ce billet ne portait que sur l'oxymore employé : en dehors de ça, je puis parfaitement comprendre que des chômeurs soient en colère et le fassent savoir. Mais qu'ils "cessent le travail", n'est-ce pas...

    RépondreSupprimer
  10. Toujours très étonnant qu'il faille expliciter certaines choses, sur la bloge…

    RépondreSupprimer
  11. Oué mais les rômeurs chévistes ont-ils prévu un service minimum?

    RépondreSupprimer
  12. Il faut ABSOLUMENT regarder ça !

    Y en plus que marre !

    RépondreSupprimer
  13. Ah, mais il l'a tout de même bien cherché ! Petit-fils de résistant, souchien, ancien militaire, et en plus il stigmatise les dealers ? Fourrez-moi ça au bloc !

    Je mets la vidéo en ligne de ce pas, tiens.

    RépondreSupprimer
  14. Les Français se sont forgé des armes contre eux-mêmes.
    Demandez à Despointes ce qu'il pense du Mrap, de la Licra et autres touche pas à mon pote. Lui, il a juste dit qu'il préférait que ses petits-enfants aient les mêmes cheveux que lui. Il s'est mangé toutes les assocs: apologie du génocide, incitation à la haine raciale etc...
    Dans un autre domaine, c'est la même répression de la parole que celle que subit Jonathan.
    la famille du délinquant en question a trouvé un bon truc pur se faire rembourser le fric qu'elle ne "gagne" plus avec le fils disparu, qui la faisait sûrement vivre.

    RépondreSupprimer
  15. Ca n'a pas fini de brûler dans les banlieues:
    "Un jeune homme de 17 ans a été très grièvement brûlé par la caténaire d'un train, dans la nuit de lundi à mardi, en prenant la fuite lors d'un contrôle de police à la gare du Nord à Paris." (Libé)
    http://fr.news.yahoo.com/76/20100504/tfr-un-mineur-grivement-brl-en-fuyant-un-dbac7e9.html

    RépondreSupprimer
  16. La vidéo est en ligne dans un nouveau billet...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.