mercredi 12 mai 2010

Il vaut mieux entendre ça que d'être homo

Personnellement je m'en fous, n'ayant pas d'enfant. Je m'en fous même doublement car je n'ai jamais porté dans mon cœur le dénommé Robert Ménard, cet agité des médias, ce chevalier blanc de la carte tricolore. Seulement, par les temps qui courent, toute personne qui dérape a tendance à éveiller mon empathie – et plus les temps courent, plus les gens dérapent, c'est connu. Le Ménard, il est carrément sorti de la piste lorsqu'il a déclaré, cet inconscient, qu'il préférerait, tant qu'à faire, que ses enfants soient hétéro plutôt qu'homosexuels, « parce que c'est plus facile dans la société où nous vivons », a-t-il précisé en substance. Il y a encore une quinzaine d'années, personne n'aurait bougé une oreille, tout le monde aurait trouvé cela frappé au coin du bon sens le plus pépère. Mais c'est fini tout ça : dérapage ! stigmatisation ! homophobibi Fricotin ! Oh, personne n'a nié qu'il soit en effet plus facile d'être hétérosexuel que non ! La question n'est pas là : il fallait juste ne pas le dire, c'est pourtant simple. Et, dans un sens, ces bonnes âmes ont raison : c'est tellement évident qu'on ne devrait même pas avoir besoin de le dire, en effet. Du reste, jusqu'à tout récemment, nul n'aurait songé à proférer de tels truismes, avec lesquels tout le monde était d'accord.

Tout le monde, y compris je gage les homosexuels eux-mêmes. A priori, ou bien c'est moi qui n'ai rien compris à la paternité, il me semble qu'un père souhaite toujours que ses enfants soient le mieux armés possible pour affronter la tartine de merde qu'ils vont devoir avaler entre leur naissance et leur mort ; qu'ils rencontrent le minimum de difficultés – enfin quelque chose d'approchant. En vertu de quoi, il me paraît naturel qu'un aveugle souhaite que son fils voie, un sourd que sa fille entende, un nain que son rejeton ait une taille standard : ça leur fera toujours un problème de moins. Et même, tenez, pour me compter dans les rangs, eh bien si j'avais un fils, je le préférerais taillé comme un dieu du stade qu'affligé d'un muscle Kronenbourg surdéveloppé comme son papa. Dans ces conditions, il me paraît naturel qu'un homosexuel se retrouvant père souhaite que son fils – ou sa fille – ne le soit point : c'est supprimer sinon un problème, du moins une source de problèmes. Problèmes qui, selon la région où vous vivez et l'évolution globale du monde, peut aller de la simple moquerie à la pendaison vertueuse. Avec une fâcheuse tendance, me semble-t-il, à revenir vers la seconde. Eh bien, désormais, ces homosexuels, ils ont intérêt à le fermer, leur moulin à stigmate – ou bien ils auront à rendre compte. Eux aussi, comme les autres, malgré leur statut de discriminé de première classe.

Du reste, à l'allure où marche la farandole, on devrait bientôt voir un père mal-entendant, ayant eu l'imprudence naïve de confesser son souhait d'une audition filiale impeccable, se faire traîner devant les tribunaux par telle association auto-chargée de défendre la fierté légitime des durs de la feuille, la beauté intrinsèque des atrophiés de la trompe d'Eustache. Au nom de leur devise : Je suis sourd et j'entends le rester !

Vous vous marrez ? Vous avez tort.

26 commentaires:

  1. Quelle horreur ! Que j'aimerais pouvoir mettre la corde aux cagoulés minables : les grands courageux, ils couvrent leur petite figure de pauvres imbéciles.

    RépondreSupprimer
  2. La photo est affreuse et elle tord l'estomac… et c'est pas bien à c't'heure ! Sinon oui évidemment d'accord sur tout….

    RépondreSupprimer
  3. Et le chômeur qui ne voudrait pas que son fils soit chômeur ? Il stigmatise sa corporation ! D’ailleurs, ils se sont mis en grève récemment.
    Et le cheminot qui oserait préférer que sa fille soit énarque plutôt que de faire de la billetterie ? C’est de la corporatiophobie ça monsieur.
    Vous avez de la chance que la corporation des écrivains en bâtiment soit préservée de ces outrages !

    RépondreSupprimer
  4. Il avait également fait parler de lui il y a quelques temps lorsqu'il avait relativisé l'émotion que lui susciterait la condamnation à mort d'un type comme Dutroux. Et comme par hasard on le retrouve sur une émission journalière sur i-télé censée pourfendre le politiquement correct...
    Je me demande dans quelle mesure tout ceci ne fait pas parti d'un plan marketing habilement déguisé en petites phrases dont l'effet est connu à l'avance. Le Ménart est rusé et a sans doute flairé le bon coup. Cela voudrait-il dire que la langue de bois et les mots vidés de leur sens vivent leurs derniers instants ? Méfions-nous, sous peu, nous serons peut-être récupérés par des Séguela & Co...

    RépondreSupprimer
  5. Laissant provisoirement Robert Ménard et ses habituelles gueulantes de côté, je vous signale que votre avant-dernier paragraphe fait écho, si je puis dire, à l'un de ces « problèmes de société » dont la presse se montre friande, en l'occurrence, cette histoire dont elle a pas mal parlé il y a deux ans.

    Le cas était cependant différent de celui que vous vous plaisez à imaginer, et le problème était même pour tout dire inversé puisque les parents potentiels, entièrement sourds, désiraient eux-mêmes un enfant ayant le même handicap qu'eux. Certains commentateurs toujours prompts à donner leur avis sur tout n'y virent qu'une lubie ou la marque d'un égoïsme irresponsable, alors que, pour choquante qu'elle puisse paraître (pour moi le premier, je le précise), un tel souhait avait vraisemblablement des raisons plus profondes et plus douloureuses.

    Mais tout cela, j'en conviens, n'a que peu à voir avoir nos histoires de discrimination et de justiciers sourdophiles courroucés.

    RépondreSupprimer
  6. http://didiergouxbis.blogspot.com/2008/10/je-sens-que-je-vais-passer-pour-un-con.html

    rien à voir

    RépondreSupprimer
  7. Vu dans la vitrine d'une librairie "psychos-socio" du 5ième, un livre qui portait le titre : "être né de parent du même sexe". J'en suis pas revenu.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai rien compris du tout au raisonnement ! Il est homo pour dire cela selon vous, Robert Ménard (avec un d) ou non ? Si j'en crois sa bio, il semblerait que non, mais on ne peut trop juger puisque le mariage (ou la préparation à la prêtrise) n'empêche pas de fâcheux penchants pour le vice anti-naturel. Auriez-vous donc des révélations inédites à nous faire sur la sexualité réelle de Robert Ménard (avec un d) ? Et qu'est-ce que cela aurait à voir avec le fait de souhaiter que son enfant ne lui ressemble pas ? J'avoue que je me gratte le front en essayant de comprendre ce qui peut justifier cette mise en évidence d'une balourdise.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis en accord total et bien placé pour en parler !
    Autant être chaste que de baiser avec des noeuds ! et puis ce vide, ce vide !

    RépondreSupprimer
  10. Emma & Geargies : J'aurais pu trouver plus "soft", c'est vrai...

    Le Plouc : Un écrivain en bâtiment souhaiterait sûrement (s'il est normal, ce qui est rare dans cette profession) que son fils soit écrivain-tout-court...

    Vlad : c'est fort possible : Séguéla est notre fin ultime, notre clown eschatologique.

    Chieuvrou : oui, mais des raisons peuvent être profondes sans devenir recevables pour autant, non ?

    PRR : les Laurence Pernoud de l'avenir vont être très folkloriques, je le sens !

    Dominique : Ménard n'était que mon point de départ ! Vous étiez fatigué, hier soir ? Je dis ça parce que, relisant le billet ce matin, par grand soleil, je le trouve plutôt clair...

    Gay Savoir : merci de votre caution morale !

    RépondreSupprimer
  11. Eh bien vous voyez, Emma, eux au moins, "les cagoulés minables", ils n'ont certainement pas eu le choix, faisant ce que vous leur reprochez. On ne peut pas en dire autant de vous.

    RépondreSupprimer
  12. « Que j'aimerais pouvoir (…) »

    RépondreSupprimer
  13. Hypersusceptibilité de réaction à tout ce qui, dans la moindre déclaration, laisse supposer qu'on puisse déroger au devoir de ne pas voir de différence entre les êtres, sauf évidemment pour l'exalter s'il s'agit de victime des phobes.

    On voudrait faire entrer de force, tellement de force que la morale en devient grinçante, on chasse le mal dans les mots avec la même vigueur qu'on employait autrefois pour chasser les péchés par intention. C'est dommage parce que dans les grandes lignes, tout le monde (ou,enfin, tous les lecteurs de ce blog, disons) est d'accord pour qu'il n'y ait pas de discriminations envers les vieux, les nains, les infirmes et tout et tout. C'est bien, les trottoirs accessibles aux fauteuils, tout tout ce qui permet de ne pas ajouter à l'injustice de la nature. Il y a assez, énormément même à faire pour se battre contre les discriminations manifestes, les vraies saloperies, les violences évidentes, les carences, sans chercher des poux dans la tête à un type qui dit qu'il n'a pas envie que ses enfants soient homosexuels. Comme si ça faisait de lui un pourfendeur d'homosexuels. Comme s'il avait un pouvoir démiurgique sur sa progéniture et sur le reste de l'humanité. Comme s"il était assez con pour ne pas savoir qu'on ne choisit pas, d'être homosexuel ou pas.

    Ou alors, il faut condamner la phobie des parents qui espèrent de toutes leurs forces, de la conception à l'accouchement, que leur enfant sera intelligent, beau, vigoureux (et fort en maths).

    RépondreSupprimer
  14. Force et Guimauve13 mai 2010 à 12:01

    Emma ! Le Service Action t'appelle ! Laisse tes camarades blogueurs à leurs cajoleries réconfortantes. Tu es prête maintenant. Nous observons tes progrès depuis ton apparition ici, à la base de recrutement. Nous avons besoin de personnels motivés de ta trempe. Tu es affectée au Commando Schaeffer spécialisé dans la guerre psychologique. Le commando est actuellement dirigé par El Commandante Jorge, ancien patron du G.R.M.C. Et Jorge c'est pas un PD !

    RépondreSupprimer
  15. Mais c'est pas un peu fini, là-dedans ?

    RépondreSupprimer
  16. Quand ce genre de débiles m'addresse la parole, mon cerveau se ferme et pense à autre chose. C'est devenu automatique. C'est une journée où la télévision ne doit pas être regardé et la radio non-écoutée. Comme ça ils parleront en boucle entre eux.
    Une mesure de salut public en gros.

    RépondreSupprimer
  17. Parfois une angoisse me poigne : est-ce qu'on va continuer de rire de ces pompeux crétins, ou bien allons-nous nous y habituer et finir par considérer tout cela comme normal ?

    RépondreSupprimer
  18. Je ne peux qu'être d'accord avec Suzanne, qui a fort bien dit ce qui devait être dit. A part cela Ménard en intervieweur est lamentable en ce fait qu'il parle et ne ne laisse en aucune façon parler ses invités. A éliminer.

    RépondreSupprimer
  19. À éliminer ? Et pourquoi pas à épurer, tant que vous y êtes ? Ah, ces gens de gauche, ils sont vraiment incorrigibles...

    RépondreSupprimer
  20. Vous aimez les dérapages ? Notre ami Christian Vanneste, l'excellent député des Corons, s'y colle encore !

    Lire

    RépondreSupprimer
  21. Récidiviste ? espérons que, cette fois, ce sera le pilori en place de Grève ! Qu'on rigole un peu.

    RépondreSupprimer
  22. Calmos, il me reste un peu de Dolethal pour les "happy few", au cas où...

    P'tain, va falloir aiguiser la faux un de ces quattre.

    Pluton dérape grave, wouarf !!!

    RépondreSupprimer
  23. Ça brûle bien un gay ? C'est sec ce truc ? Ça ne pue pas un peu ?

    Attention hein : je pose de simples questions (je suis moi-même un simple, une victime de... des... de la... puis de... et encore de... ). On ne fait pas plus victime que moi, alors doucement dans vos accusations de... et de..., puis de... Je veux seulement carboniser deux ou trois lopettes, M'sieur l'juge !

    RépondreSupprimer
  24. Coluche a échappé à la corde médiatique du 21ème siècle quand il disait qu'il est plus facile d'être blanc, riche et et en bonne santé que noir, pauvre et malade.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.