mercredi 2 février 2011

L'unité est de Dieu et la diversité du diable

« Frédéric II interdit, sous peine de confiscation des biens, à tous les hommes et jeunes filles de Sicile de contracter un mariage avec des étrangers, c'est-à-dire avec des personnes qui n'étaient pas nées en Sicile, s'ils n'avaient pas une permission spéciale de l'empereur. Il justifie ces dispositions avec une profonde sagesse : « Souvent déjà nous avons constaté avec douleur qu'après que des peuples différents se sont mêlés, l'intégrité de notre royaume a souffert de la corruption du fait des mœurs étrangères. Depuis que les hommes du royaume de Sicile se sont mêlés avec des filles de non-Siciliens d'origine, la pureté des hommes s'est ternie et le mal et la faiblesse des sens allant croissant, la pureté a diminué parmi le peuple, salie par les paroles et les usages des autres. Ainsi le troupeau de nos fidèles sujets a été souillé par la semence de ces étrangers. » Cela explique que l'empereur ait édicté l'interdiction du mariage avec des étrangers, comme un remède contre l'“avachissement de la race” et contre la “bigarrure de la population du royaume”.

« Rien mieux que cette mesure ne saurait exprimer plus clairement la volonté de l'empereur de faire des Siciliens un peuple homogène, même par le sang. (…) Dans cet État rigide, fondé non seulement en théorie mais en pratique sur la necessitas rerum, tout tendait à l'unité, car l'unité était de Dieu, la diversité, du Diable. »

Ernst Kantorowicz, L'Empereur Frédéric II, chap. V, 2.

16 commentaires:

  1. J'aime beaucoup "bigarrure de la population".

    RépondreSupprimer
  2. Faut savoir : je croyais que c'était le métissage qui anéantissait la diversité...

    RépondreSupprimer
  3. Les parents du petit Frédéric sont demandés de toute urgences à la crèche impériale sicilienne pour vérification d'identité.

    RépondreSupprimer
  4. Dorham : vous avez déjà vu des réacs xénophobes faire preuve de logique, vous ?

    RépondreSupprimer
  5. En remontant plus avant, les ancêtres de néandertal étaient réputés trainer leur femme par les cheveux, c'était bien aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Ainsi le troupeau de nos fidèles sujets a été souillé par la semence de ces étrangers

    Je connais des chasseurs qui affirment dur comme fer qu'une chienne de race qui a été couverte une fois par un bâtard est fichue pour toute descendance à venir.

    La pureté de la race et la peur de la souillure... tiens tiens, ça me rappelle quelque chose...

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi il avait peur que la ndrangheta du sud de la botte ne vienne mettre ses mauvaises coutumes dans la mafia sicilienne ?

    RépondreSupprimer
  8. "Avachissement, bigarrure et altercopulation sont les deux mamelles qui fournissent le pain dont s’abreuve la diversité pour l’unité du genre humain" Vive la faiblesse des sens !
    C’est d’une logique imparable qui montre bien votre incohérence de réac xénophobe…

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne : ouais, vachement nauséab', le Frédo.

    Romain : Le sud de l'Italie faisait partie de la Sicile, je vous le rappelle.


    Le Plouc : vive l'altercopulation à titre individuel (si je puis dire) !

    RépondreSupprimer
  10. @ Romain Blachier – C’est peut-être grâce à Frédéric que la maffia sicilienne a pu garder suffisamment de "pureté" pour exporter sa riche culture jusqu’au Nouveau Monde. Que serait Hollywood et JFK aurait-il été élu sans ça ?

    RépondreSupprimer
  11. @didier: certes. Il avait alors peur que d'autres moeurs viennent corrompre la mafia, la camorra et la Sacra Corona unita ou leurs ancêtres...

    RépondreSupprimer
  12. @plouc émissaire: en effet. Et répandre ses bienfaits...(-;

    RépondreSupprimer
  13. Soit dit entre nous, L'empereur Frédéric II était quand même un petit peu allemand pour un Sicilien, non?

    D'un autre côté, cette "limpieza de sangre" Sicilienne est méritoire de la part d'un peuple qui au fil des siècles a connu, au moins dans sa partie insulaire, plus d'invasions qu'un curé peut en bénir...

    Peut-être que les envahisseurs successifs prenaient soin de ne jamais se mêler aux Siciliens de souche?

    RépondreSupprimer
  14. "Avachissement, bigarrure et altercopulation sont les deux mamelles..." : il me semble en compter trois. Peut-être sont-elles la conséquence d'une altercopulation avec un petit bonhomme vert.

    RépondreSupprimer
  15. La consanguinité était pourtant interdite par l'Eglise ... elle l'est toujours. Evidemment le moyen de la résoudre est de ne pas faire d'enfants, c'est plus simple. Mais comment devenir le peuple le plus prolifique d'Europe avec votre système ? Car si j'en crois les statistiques on note une nette réduction de spermatozoïdes chez certaines catégories d'hommes en France.

    RépondreSupprimer
  16. Kantorowicz semble envisager ces mesures avec une certaine sympathie...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.