mercredi 30 septembre 2009

Avec ou sans sucre unijambiste ?

Jusqu'à dix minutes dans le passé, je n'avais aucune idée de ce que je ferai le 15 octobre prochain, entre 14h et 15h30 (deux heures et trois heures et demie de l'après-midi, pour les gens civilisés).

Désormais, je le sais : je ne manquerai pour rien au monde le rendez-vous qui m'a été courtoisement donné à l'auditorium du grand groupe de presse m'employant. Il s'agit d'un... (C'est bon, vous êtes calé dans votre fauteuil à roulettes ? Bien accroché à vos béquilles ?)... d'un...

Café gourmand de sensibilisation au handicap

Cette manifestation, dont j'attends de grandes jouissances intellectuelles et morales, est organisée (je suppose que, dans ce contexte échevelé, je devrais plutôt écrire initiée...) par la “mission handicap” dudit groupe. Laquelle a pris finement pour nom : “handi cap”, avec, rajouté comme à la main et en rouge, au-dessus de la partie barrée, les mots “je suis” : prometteur, n'est-il pas ?

Il serait intéressant, en fait, au lieu d'aller subir le baratin lénifiant et moralisateur de la “consultante spécialisée dans le handicap” à l'intérieur de l'auditorium, de se poster à l'extérieur et, aux personnes entrant, demander si elles viennent plutôt pour le café gourmand ou plutôt pour le handicap ; et, dans les cas de réponse N°1, affiner le sondage en leur faisant préciser si elles ont été davantage attirées par le breuvage lui-même ou par les petites pâtisseries déposées autour.

Par une dernière ligne, au bas de l'affichette, la même mission handicap & mastroquet nous remercie pour notre visite. Outre que je trouve curieux d'être remercié par anticipation, j'aurais tout de même préféré l'être de ma visite.

Avec tout ça, on ne précise nulle part s'il y aura de l'aspartam à disposition pour les personnes en situation de handicap pondéral : ne pas oublier d'en parler à la consultante spécialisée. Va m'entendre, celle-là...

11 commentaires:

  1. Excellent !! (billet)

    J'en ferais bien une copie pour mon chef, avec qui j'ai partagé pendant quelques années l'élaboration du programme d'insertion des travailleurs handicapés du département, si je ne craignais pas de devoir lui expliquer qui vous êtes (un odieux réactionnaire prônant la pédophilie rubicone avec handicap pondéral et tout ça tout ça :) ).

    (ça me devient de plus en plus insupportable cette langue de bois. J'ai peur de ne plus arriver à la voir, un jour, à force qu'elle envahisse tout)

    RépondreSupprimer
  2. Mais vous avez raison de vous inquiéter : c'est une chose très insidieuse qui nous pollue tous, à des degrés divers. Et certaines professions – comme je suppose la vôtre – sont encore davantage exposées parce qu'elles touchent à des domaines "sensibles", et en contact avec le public.

    Mais, bon : le rire est là comme antidote.

    RépondreSupprimer
  3. Vous trollez aussi les conférences, maintenant ?

    RépondreSupprimer
  4. c'est plutôt le café gourmand qui m'interpelle. Gourmand ? Je connais des gourmands mais aucun qui soit café. Un café avec pâtisserie ? Un café avec sucreries ? gâteries ? Et puis d'abord, un café gourmand c'est un café citoyen ? Méfiez vous si ce n'est pas le cas. S'ils vous servent un petit noir, c'est des racistes. Et puis cette histoire de sensibilisation, c'est très bizarre. Je savais que vous étiez insensible à tout, Didier. Votre employeur a du s'en rendre compte. Remarquons qu'être insensible est un handicap sérieux. Bon, vous allez vous régaler, j'en suis sûr.

    RépondreSupprimer
  5. Excellents antidotes que vos billets cher Didier !

    RépondreSupprimer
  6. c'est à pleure de rire, tout ce fatras de connerie moderne: un café gourmand de sensibilisation au handicap!!!

    sans déconner, c'est un des traits de notre époque que de produire à jet continu des inepties sémantiques au mètre!

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : je trolle tout ce qui passe !

    PRR : un "café gourmand", dans les bistrots-restos plus ou moins branchouillard, c'est un café ordinaire que l'on vous accompagne de deux ou trois bouchées de pâtisseries à faire dégueuler un rat et que, de ce fait, on vous facture quatre fois le prix d'un bon café dans rien autour. Capito ?

    Pluton : antidote à quoi ? A la grippe ? A la connerie ? Vous me surestimez grandement !

    Hoplite : oui, hein ? J'étais plutôt grognon, juste avant de tomber sur cette affiche : ça m'a vraiment requinqué.

    RépondreSupprimer
  8. Je me souviens avoir été invité à la projection d'un film produit par Action Contre la Faim suivi d'un "cocktail dinatoire". Je n'y suis pas allé, ça m'a coupé l'appétit.

    RépondreSupprimer
  9. Vous auriez pu aussi laisser tomber le dînatoire et profiter du cocktail.

    (Ou vous empiffrer du dînatoire et le leur vomir sur les chausses.)

    RépondreSupprimer
  10. Heureux homme, je comprends que vous vous pourléchiez par avance.

    J'espère quant à moi que le territoire de vie sociale de mon quartier saura organiser sous peu semblable manifestation.

    RépondreSupprimer
  11. "Outre que je trouve curieux d'être remercié par anticipation, j'aurais tout de même préféré l'être de ma visite."

    Question de pure forme au terme de ma lecture: y a-t-il une règle régissant l'emploi de l'une ou l'autre de ces prépositions après "remercier"?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.