mardi 22 septembre 2009

Balbec nous en voudra-t-il, du fond de son enfer de chien ?

Voilà, c'est quasiment certain. Ça s'est fait tout à l'heure, en terrasse. L'Irremplaçable et moi étant entièrement d'accord pour dire que deux chiens c'était sans doute trop, on a décidé d'un commun accord d'en prendre un troisième.

Pas n'importe lequel. Un petit bouvier bernois mâle – un Balbec ressuscité, en quelque sorte, malgré le côté un peu malsain de l'affaire. Les bouviers bernois, c'est un peu comme les Asiatiques ou les Africains : on croit qu'ils se ressemblent tous quand on ne les connaît pas, mais en fait, non. (Phrase sottement provocatrice, on l'aura compris, mais qui donne néanmoins à réfléchir, pour peu que.)

J'hésite encore, cela étant. Chaque fois que je croise un bouvier bernois, une sorte d'élan imbécile me pousse vers lui. Mais, dans la même seconde, je vois bien qu'il ne s'agit pas de Balbec, et le recul s'opère, de la même manière mécanique et douloureuse.

Que dire ? Que je me sens assez stupide ? Oui, bien entendu, mais encore ? Si l'envie de ressusciter Balbec reste présente ? S'il est possible, par simple décision, de faire réapparaître quelque chose qui lui ressemble, je devrais m'en priver ?

J'ai envie de me désengluer de ce chien, forcément ; il ne me semble pas raisonnable de continuer d'y penser et de l'aimer à ce point. Mais un petit et futur lui-même y suffira-t-il ? On va voir, au fond. Il suffit de le trouver, de l'acheter, de le ramener à la maison...

18 commentaires:

  1. Il est tellement mignon ! Ce n'est pas juste, vous avez trois chiens et moi, je n'ai pas le droit d'en avoir un - alors que je ne demande qu'un tout petit bouvier bernois, moi aussi.

    Et puis une page choupi-kawaï chez Didier Goux, c'est suffisamment rare pour être noté.

    RépondreSupprimer
  2. Qui résisterait à celui de la photo ? Aimer 2 ou 3 ou 4 chiens, ou autres, ce n'est pas être infidèle au 1er qui, comme dirait Dom Juan, n'a eu que l'avantage d'être rencontré le premier. Ou comme dirait Hugo, chacun en a sa part et tous l'ont tout entier... Vive l'abondance, la profusion et les débordements, quand on aime on ne compte pas.
    @ Camille : comment peut-on "ne pas avoir le droit" d'avoir un chien ??? Chéri est-il musulman ?

    RépondreSupprimer
  3. Hé ho ! Vous m'aviez promis d'adopter Tonnégrande, avant tout.

    RépondreSupprimer
  4. Oh, laissez-vous tenter ! il est trop mimi... et personne, même pas votre disparu ne vous en voudra. Imaginez quel bonheur, ce bébé, pour vos deux amours déjà en place.

    RépondreSupprimer
  5. Camille : non, non, pour l'instant, seulement deux.

    Christine : c'est tellement peu raisonnable qu'on va sûrement le faire...

    Nicolas : c'est que j'ai déjà deux chiens noirs : s'agirait pas d'effrayer les villageois non plus !

    Juliette : on ne l'imagine que trop bien...

    Falconhill : qui vous en empêche ?

    Dorham : rien non plus.

    RépondreSupprimer
  6. "il ne me semble pas raisonnable de continuer d'y penser et de l'aimer à ce point".
    Qu'y a-t-il de raisonnable en amour?
    Je continue à aimer tous les chiens que j'ai eus et perdus.

    RépondreSupprimer
  7. Et j'apprends maintenant, en creux, de manière subliminale, que vous n'aimez pas les chiens - je sais vous lire, n'est-ce pas ?

    Décidément, Didier, vous êtes insaisissable.

    RépondreSupprimer
  8. Orage : oh, vous savez, je suis déjà plus qu'aux trois quarts convaincu !

    Suzanne : ouiiii ! Ou il se camussise, également (il y a eu jusqu'à sept labradors, à Plieux).

    Christophe : ça doit en effet être vachement subliminal, alors !

    RépondreSupprimer
  9. D'accord, si vous venez avec les trois le jour où, peut être, nous nous reverrons.

    RépondreSupprimer
  10. Pas de problème : on débarque avec la meute !

    RépondreSupprimer
  11. > Christine,

    Chéri n'est pas musulman, il soutient seulement qu'un bouvier bernois dans un deux-pièces cuisine, c'est pas possible.

    où se niche la maniaquerie, je vous le demande.

    RépondreSupprimer
  12. Camille : "Chéri" a tout faux ! Un bouvier bernois (comme la plupart des races d'ailleurs) n'est heureux que s'il est couché au plus près de vous. Si vous aviez une maison de 600 m2, avec quatre hectares autour, il serait quand même couché sur vos charentaises.

    RépondreSupprimer
  13. J'ai un peu l'impression que chaque chien est l'ombre du précédent... le mythe du chien originel, qui était génial, et les successeurs, de plus en plus stupides...

    RépondreSupprimer
  14. @Camille
    Didier a raison! Je dis ça d'expérience, lui aussi.

    RépondreSupprimer
  15. nice, cute ! mais j'aime les chats

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.