vendredi 30 janvier 2009

Les somnambules sont dans la rue

Sur un blog où je ne suis pas le bienvenu mais où je vais quand même, je viens d'apprendre avec effarement que l'un des slogans arborés hier par les manifestants était Rêve général. Peut-on avouer plus ingénument que l'on s'est abîmé dans le sommeil et qu'on est bien décidé à n'en plus sortir ? Que la réalité a été chassée par la porte et qu'il est hors de question qu'on la laisse rentrer par la fenêtre pour venir gâcher la fête perpétuelle ? J'ai pensé à Philippe Muray, allez savoir pourquoi...

4 commentaires:

  1. Ah, oui, vous avez raison ! C'est donc encore pire que je ne le pensais...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, eh bien quoi! Rêve général, c'est connu, c'est quand on a une pollution nocturne!

    RépondreSupprimer
  3. "Rêve général", ça me ferait plutôt penser à Bill Murray, l'acteur qui joue dans "Lost in Translation".

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.