samedi 10 janvier 2009

Vraiment parano, la maman de Samuel !

Il y a une douzaine d'années, juste avant sa retraite, mon collègue et ami Samuel a décidé de se faire construire une maison en Caroline du Sud et de quitter définitivement la France – ce qu'il a fait quelques mois plus tard. Comme je lui demandais le pourquoi d'une décision qui me paraissait si étrange, il m'avait répondu quelque chose comme : « Ma Mère est persuadée que nous, les juifs, on ne sera vraiment en sécurité qu'aux États-Unis. Alors, comme elle commence à être vieille... » J'avais fait un effort pour ne pas me montrer moqueur : quelle parano, la maman de Samuel, tout de même !

Cet après-midi, à Paris, près de cent mille personnes, pour la plupart arabes, ont défilé aux cris de "Israël assassin", ponctués de nombreux Allah Akbar, sous les yeux humides de tout ce que la gauche française compte d'idiots utiles et l'extrême-gauche d'incendiaires volontaires. Dans le même temps, à Nice, des "jeunes" jetaient des pierres contre la façade du casino Ruhl : « Parce que c'est des juifs » a expliqué l'un d'eux.

Quelle parano, la maman de Samuel, tout de même...

11 commentaires:

  1. L'un des jeunes, c'était pas Olivier Besancennot, il avait un alibi, il cassait à Nation.

    RépondreSupprimer
  2. Bon, ça ira pour cette fois : circulez !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos différents billets sur ce thème, Didier. C'est une bouffée d'air frais dans l'atmosphère quasi irrespirable qui se répand depuis ces derniers temps dans la plupart des médias.
    La situation au Proche-Orient est certes loin d'être simple mais, très honnêtement, je ne pensais pas que la désinformation - et le parti-pris haineux - puissent atteindre ces sommets en France !

    RépondreSupprimer
  4. Geneviève : il était malheureusement assez prévisible que nous en arrivions là. Encore l'expression "en arriver là" était-elle optimiste : je crains qu'il ne faille plutôt dire : « il était assez prévisible que nous en passions par là », dans la mesure où nous sommes encore loin du point d'arrivée.

    Ferocias : merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
  5. bohh, juste quelques incivilités...c'est bien cette conscience politique précoce..

    RépondreSupprimer
  6. Et même du point de chute pourrait-on dire, vu la dégringolade...

    RépondreSupprimer
  7. ""Moi, je réponds à la violence réelle de l'ennemi par ma violence réelle, et je me fiche pas mal que Time magazine m'approuve. Parce qu'il faut bien voir que les journalistes, ils en ont marre du Juif qui fait fleurir le désert, c'est devenu barbant. Ils en ont marre des Juifs qui se font attaquer par surprise et qui gagnent toutes leurs guerres, ça aussi, c'est du réchauffé. À présent, ils préfèrent le Juif avide et cupide, celui qui outrepasse ses frontières - ça donne l'Arabe en bon sauvage contre le Juif capitaliste, colonialiste, dégénéré./.../ Autrefois, c'était ces apatrides qu'on trouvait étranges, incompréhensibles, pas fiables, aujourd'hui, ce qui est incompréhensible, c'est cette prétention des Juifs à prendre leur destin en main comme n'importe quel autre peuple dans sa patrie. Vous voyez, l'Arabe peut rester ici, et moi aussi, et nous pouvons vivre en bonne intelligence. Il peut vivre comme il l'entend, avoir tout ce qu'il veut, faire toutes les expériences, sauf celle du gouvernement. Si c'est un État qu'il veut, s'il ne peut pas s'en passer, alors qu'il aille vivre dans un État arabe. Il a l'embarras du choix. il y en a quinze, à moins d'une heure de voiture, pour la plupart. Sa patrie arabe est vaste, elle est énorme. L'État d'Israël n'est qu'une tache miniscule sur la carte du monde, on pourrait en faire entrer sept comme lui dans l'Illinois. Mais c'est le seul endroit de la planète où les Juifs fassent l'expérience du gouvernement, et voilà pourquoi nous ne céderont pas un pouce de terrain !""
    La Contrevie, Philip Roth.

    RépondreSupprimer
  8. Je me demande ce que les français feraient si les suisses balançaient tous les jours des roquettes sur la Haute-Savoie depuis le canton de Vaud.
    Enfin, si ça se trouve, ils se rendraient!

    RépondreSupprimer
  9. Une chose est sûre, en tout cas : comme le montre cette photo, les grands bénéficiaires de la guerre (remplacez ce mot par opérations ou tentative génocidaire, selon le bord que vous aurez choisi) actuelle dans la bande de Gaza semblent être les fabricants de keffiehs palestiniens, lesquels se déclinent désormais également en calottes (cf personnage de droite) ou en masques anti-grippe (cf jeune-à-capuche, sur la gauche).

    Attention, cependant, à exiger de l'authentique car la concurrence fait rage ici aussi et peut conduire, si l'on n'y prend garde, à tuer le petit commerce.

    RépondreSupprimer
  10. Silencieuse : merci pour ce texte.

    Manutara : on excuserait les Suisse en s'appuyant sur leur taux de chômage élevé. Et l'on irait répétant que, étant supérieure militairement, la France ne doit pas répliquer militairement à une attaque militaire – ce qui est d'une cohérence aveuglante.

    Je propose la création d'un impôt exceptionnel sur le keffieh, afin de financer des envois d'armes accrus vers Israël...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.