lundi 19 janvier 2009

Aenigma

Ce matin, au saut du page, l'Irremplaçable me dit : « Je n'ai rien compris à ton billet d'hier soir... » Moi, pétri de candide innocence et néanmoins très sobre : « Ah ? » Évidemment, je me précipite pour le relire, vous pensez. Elle a raison : moi non plus je ne me comprends pas. Ou plus. Je devine à peu près ce que j'ai voulu dire, je discerne plus ou moins les mots manquants, ceux qui sont restés coincés dans le clavier, mais ça ne va pas plus loin.

Donc, bien se remémorer la règle de base du blogueur : ne jamais écrire de billet les soirs d'apéro. Sinon, on aboutit à ce genre de poulet, que j'appellerai les textes "Je-me-comprends", ceux où les choses paraissent si claires à l'esprit embrumé qu'il n'est pas besoin de les énoncer dans leur entier ; ceux, aussi, où trois idées différentes s'entrechoquent et où l'on croit avoir trouvé le moyen de les exprimer toutes d'un seul élan. À l'arrivée : une bouillie. Un projet de billet. Une illusion de parole. Et un léger mal de crâne.

24 commentaires:

  1. Didier,

    Figurez vous que j'ai envoyé un mail à Poireau, ce matin, pour lui demander ce qu'il comprenait à votre billet.

    RépondreSupprimer
  2. "ne jamais écrire de billet les soirs d'apéro".

    Vous auriez pu écrire :

    "ne jamais écrire de billet le soir", ça aurait économisé des caractères.

    RépondreSupprimer
  3. Non, non, pas du tout : l'apéro est devenu l'exception, ici !

    Et alors, Poireau, il a compris quelque chose ? Ça m'intéresserait, moi, de savoir ce que j'ai voulu dire...

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas, non, non, il y a beaucoup de soir sans apéro. Mauvaise langue ou langue sale comme disent les Québécois.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai pensé que vous aviez une crise de goutte, ou que vous testiez un personnage de roman, type Fulminator à qui le barman a demandé un supplément pour l'eau du pastis ou le coca du whisky. Je m'apprêtais à vous l'écrire, d'ailleurs, avec la gentillesse et le sens de la diplomatie qui me caractérisent.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  6. Catherine,

    Mauvaise langue peut-être mais observateur.

    Didier,

    Figurez-vous, sérieusement, que ça m'intéresse aussi vu que je semble implicitement concerné, voire Poireau aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas, non, non, nous ne prenons presque plus l'apéro.
    Didier, ce billet doit avoir un rapport avec ton père.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je ne voyais pas mon commentaire je l'ai refaits, voilà les deux... pfff, je vais me recoucher...
    Suzanne, mdr ! Je trouve dommage que vous n'ayez pas eu le temps de faire un commentaire "gentil et diplomate". C'est ceux que je préfère.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : ah, non, je ne crois pas du tout que vous soyez concernés ni l'un ni l'autre (je me souviens tout de même plus ou moins de ce que j'avais dans l'idée...).

    Catherine : oui, évidemment. Le brouillage vient du côté "trois en un" de ce billet.

    RépondreSupprimer
  10. Didier,

    Les petites crapules "qui exigent de mes amis de blogs qu'ils choisissent entre eux et moi"...

    Je ne vois pas de qui d'autre il peut s'agit (pas les petites crapules, les amis de blogs).

    RépondreSupprimer
  11. Ah, là, oui, bien sûr. Mais vous êtes concerné par rebond, si je puis dire. Vous n'êtes pas "visé".

    RépondreSupprimer
  12. Alors la règle s'applique aux commentateurs, ne jamais répondre les soirs d'apéro?

    RépondreSupprimer
  13. Je ne suis visiblement pas le seul à n'avoir rien compris. Ca me rassure

    RépondreSupprimer
  14. Didier,

    Je n'ai pas dit "visé".

    Olivier P,

    Oui, mais toi, que tu ne comprennes pas, est assez normal.

    RépondreSupprimer
  15. Mélina : ça s'applique SURTOUT aux commentaires ! Mais, ça, j'ai fini par apprendre et ne plus le faire...

    Olivier : à l'impossible nul n'est tenu.

    Nicolas : langue sale !

    RépondreSupprimer
  16. Vous vouliez dire (?) que proche est le moment où le monde sera totalement déliquescent, que proche est le moment où vous n'aurez plus rien à y perdre (y compris la vie), que proche est le moment où vous comprendrez enfin votre vieux père,
    et que cette conjonction d'événements vous permettra d'être pire que ce que quiconque pourrait imaginer. Un vieil homme au milieu du chaos qui n'en a plus rien à cirer ?

    Quand même, c'est un peu mégalo...

    Mais...cela dit...si la catastrophe est si imminente, vos ennemis bien pensants seront occupés à d'autres choses également...(si je suppute bien)...
    et vous hurlerez dans le désert, comme le type de La Route...

    (c'est pour ça que je dis que c'est mégalo)

    (je sens que je suis à coté de la plaque, mais pas tellement en fait)...

    RépondreSupprimer
  17. Ou alors (permettez-moi de toucher là un immonde tabou), vous nous dites que vous allez mourir, que vous en ressentez le stigmate physique.

    Beuh...ça m'arrive tous les jours...

    Finis les apéros, M'sieur Goux !

    RépondreSupprimer
  18. Dorham, sortez immédiatement du corps de mon mari ! Ou du cerveau...

    RépondreSupprimer
  19. Bon, ben, je crois que Dorham a tout compris. C'est limite fout-la-trouille. Je crois que je vais reprendre un p'tit ouisqui.

    (Merde, non : j'ai tout bu hier !)

    RépondreSupprimer
  20. Catherine et Didier,

    Oula, comme vous y allez :)

    C'est juste que ce texte n'est pas si incompréhensible pour qui a l'habitude de rédiger des textes que personne ne comprend.

    Je suis hélas bien plus doué pour la déduction que pour l'évidence.

    RépondreSupprimer
  21. Moi aussi je n'avais rien compris...
    Et dire que j'avais attribué mon incompréhension au Vacqueyras !

    RépondreSupprimer
  22. Dorham : si vous voulez, on fonde un groupe sur Facebook, les amis qui pondent des textes imbitables.

    Pluton : le Vacqueyras n'a peut-être rien arrangé...

    RépondreSupprimer
  23. Je vous rappelle que vous avez quitté Facebook.

    RépondreSupprimer
  24. Rassurez-vous Didier, Dieu doit savoir ce que vous vouliez dire. Il le peut, et vous expliquera un jour.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.