jeudi 22 janvier 2009

Prêcher le phò pour savoir le vrai

C'est une remarque que j'ai formulée (entre parenthèses) dans un commentaire à ce billet ayant fait couler encre, malentendus, aigreurs et polémiques, qui s'intitule Pauvre kéké ! (nom commun, donc : on se calme...). Comme en passant, je me demandais (et l'interrogation ne date pas d'aujourd'hui, en ce qui me concerne) pourquoi les Vietnamiens, les Chinois d'Indochine, les Laotiens, etc. ne faisaient jamais parler d'eux.

Pourquoi ces Asiatiques ne se sont-ils pas lancés dans la course actuelle à qui-sera-la-plus-belle-victime-du-monstre-occidental ? Pourtant, ils ont été colonisés, exploités, méprisés par nous, comme n'importe quel Africain ou Arabe, que je sache. Qu'est-ce qui fait qu'ils semblent ne pas nous en vouloir ? Ou, nous en voulant peut-être, qu'est-ce qui fait qu'ils ont choisi de ne pas pleurnicher à tous les carrefours ?

Pourquoi leurs enfants ne sont-ils pas "en situation d'échec scolaire", selon l'expression actuelle pour désigner les cancres ? Par quel hasard, les adolescents aux yeux bridés et à la peau délicatement cuivrée ne s'éclatent-ils pas à brûler les voitures de leurs voisins de palier chaque 31 décembre que Dieu fait ? Qu'ils semblent tout ignorer du plaisir d'une bonne tournante, dans le local à poubelles ? Ou d'une festive descente sur les Champs-Élysées, à la gare du Nord ou sur le parvis de la Défense, avec barres de fer et armes à feu ?

Pourquoi est-ce que la HALDE et autres officines staliniennes ne s'occupent-ils jamais d'eux ? Pourquoi n'ont-ils pas bidouillé un équivalent du CRAN, afin d'obtenir qu'il y ait davantage de petits Niakoués dans les feuilletons télé ?

En un mot, d'où leur vient cette sorte de dignité, dédaigneuse et souriante, que chacun peut leur constater ?

C'est une simple question, il n'y a pas de piège, mais elle me semble très intéressante. Je crois avoir deux ou trois pistes de réflexion. Et vous ?

40 commentaires:

  1. Mettez-les au rancart.

    Dites-moi, ça fait longtemps que vous n'êtes pas venu dans le 13e ?

    RépondreSupprimer
  2. Dorham, on y va régulièrement pour faire le plein de riz, sauce soya etc...

    RépondreSupprimer
  3. Alors là j'ai jamais vu de brocolis dans une soupe chinoise, vietnamienne ou thaï.
    VOus êtes sûrs que vous vous faites pas embrouiller dans le 13ème, les Goux?

    Parce que du coup, j'aurais peut-être une réponse, ce fameux sourire qui fait tout passer, même le pire, genre les brocolis.

    RépondreSupprimer
  4. Didier, c'est très simple et ça date de la plus haute antiquité du soleil levant et d'autres empires célestes : Quelle que soit leurs racines et leur lieu de "chute", les Asiatiques ne vivent et ne travaillent qu'entre eux et pour eux. Certes ils ont des clients de toutes les couleurs et ils savent les soigner autant que les niquer.
    Pourquoi on ne les entend pas ceux-là ? Parce qu'ils savent que faire chier les autres communautés ça forcerait les "autorités" du cru à mettre le nez dans leurs affaires et ça, ils détestent, mais alors ils détestent.
    Par ailleurs, ce sont des bosseurs nés et zen et ils n'ont pas trop le temps de s'occuper de nos gamineries sociales, économiques, culturelles, religieuses et politiques.
    Alors, heureux ?

    RépondreSupprimer
  5. J'ajoute qu'ils savent désormais qu'ils sont trois à quatre fois plus nombreux que tous les autres réunis : Pour le mépris, cela aide beaucoup.
    Cela étant, je respecte énormément tous ces peuples.

    RépondreSupprimer
  6. Dorham : je pensais plutôt à leur "visibilité" dans les journaux, à la télévision, etc. Sinon, comme l'a dit Catherine, nous retournons très régulièrement dans le 13e, où j'ai passé de longues années et que je n'ai jamais cessé de fréquenter.

    Mélina : il y a quantité de soupes vietnamiennes différentes. Le phò est une soupe "de pauvre" venant du Vietnam du nord (pas de fruits de mer, contrairement à la soupe saïgonaise, plus "riche"). Cela étant, vous avez raison : quand j'ai détaillé la photo, j'ai été un peu surpris de ce que j'y voyais. Et je suis un authentique spécialiste du phò : j'ai dû en avaler plusieurs centaines de litres, depuis 30 ans.

    Martin-Lothar : je pense que vous avez en grande partie raison. Mais je trouve que la question mériterait d'être approfondie (pas forcément ici, du reste). Il est aussi une autre chose, qu'il convient de ne pas dire : mon vieil ami Bernard, de parents vietnamiens mais né en France et aussi français qu'il se puisse être, m'a toujours expliqué que les Chinois étaient les plus grands racistes de la terre et qu'ils nous méprisaient tellement, étaient à ce point convaincus de leur supériorité sur nous qu'ils pouvaient se permettre d'être toujours gentils, souriants, aimables, etc. Un peu comme nous le sommes avec nos animaux domestiques, si vous voulez. C'est une théorie qui n'engage évidemment que lui.

    Quant au nombre, vous avez raison : c'est en dernière analyse le seul critère vraiment "agissant".

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu pour ami jadis un Laotien né là-bas et venu en Belgique adulte. Il était confondant de gentillesse et plein de sollicitude, d'une discrétion exquise. Je m'étais pris d'affection pour lui parce que les autres joueurs du club de foot où nous exercions nos respectives absences de talent, se moquaient de sa fiole et l'appelait Tchang (il se prénommait Wong), voire Milou. Plus tard, à Liège, un Chinois depuis deux ans en Belgique suivait en ma compagnie des cours du soir. Il parlait le français mieux que le Turc né en Belgique et que la Marocaine née en Belgique qui nous accablaient de leurs incessantes références à l'islam et à leur propension à revendiquer ceci puis cela. Mon Chinois, pas bavard pour un sou, bien froid sans être du tout constipé, suivait les cours et prenait des notes abondantes. Un an plus tard le gars reprenait un kiosque à journaux, l'un des plus achalandés de la ville, ou je me faisais un plaisir d'aller acheter mon quotidien, histoire d'échanger quelques paroles avec mon impeccable Chinois, dont le français était devenu très acceptable (il passait son temps à lire). J'ai perdu de vue la Marocaine, mais après cinq ans le Turc était toujours au chômage et il réclamait toujours ceci, puis cela. Je n'en fais pas une théorie, mais je crois volontiers que la paresse n'est pas née en Asie (je parle de l'Asie non musulmane). Pour le reste un Asiatique est facilement blessé, mais pudique, il ne s'en plaindra pas. L'Arabe n'est que susceptibilité, arrogance, violence plus ou moins contenue, et il est vindicatif. Cela n'est pas un caractère racial, mais religieux, je crois (je ne parle pas de croyance mais d'ambiance culturelle). J'ai observé par exemple que les protestants de vieille souche ressemblaient à leur culte : ils sont souvent très libéraux en matière de mœurs et d'affaires, pragmatiques en diable, mais ils ont un balai dans le cul, comme cela se constate aux Pays-Bas. Les cathos quant à eux vivent de compassion et de culpabilité. Un match de boxe Musulmans-Cathos n'a aucune de se conclure en faveur du Christ. Nous n'avons pas la force de gagner ce match-là. L'intelligence peut-être, à condition de s'en servir...

    Ce sont des généralités, hein. Inutile de me flinguer : je le suis déjà.

    RépondreSupprimer
  8. Il y a au moins une faute et un mot oublié ci-dessus. Me suis pas relu, tant pus !

    RépondreSupprimer
  9. Merci à M. Yanka d'avoir fait la distinction entre race et religion (je dirai même plus : "culture").

    RépondreSupprimer
  10. En complément de l'interminable commentaire que je laissé sur votre précédent post qui en comportait déjà une centaine, je dirais que les asiatiques ne cherchent à aucun prix à s'intégrer et à ressembler aux français, en l'occurence.
    Ici, aux marquises, l'un des rares commerces d' "alimentation générale, linge en tout genre, ustensiles de cuisine" comme le proclame fièrement le panneau fixé à l'entrée, est tenu par un chinois, comme l'est tout ce qui fonctionne en Polynésie. Lorsqu'il s'est agi de trouver femmes pour ses trois fils, il leur à payé le voyage pour Singapour afin de ramener, non pas l'élue de leur coeur mais du sien. Quand je vis la noce collective revenir au pays et n'ayant pu cacher un début de consternation devant ce lointain choix, je posai une question au père: et pourquoi pas une épouse polynésienne? La simple mention de cette possibilité le fit se tordre de rire, rire qui se termina par une douloureuse toux grasse qui mit fin à l'entretien de manière abrupte. Peu importait qu'elles fussent trébuchantes, ces épouses, pourvu qu'elles fussent chinoises et sonnantes. Enfin, il doit quand même se passer des trucs pas catholiques à Singapour, la pollution, le stress, la qualité du riz, je ne sais quoi, pour que cette triade d'épouses fût affublée d'un physique aussi difficile. Mais il se passe en Polynésie la même chose qu'en France: la communauté chinoise est parfaitement acceptée, alors que les français de France, adeptes du métissage et du langage bisounours, sont unanimement honnis.

    RépondreSupprimer
  11. Le problème c'est que vous n'avez pas le courage d'exprimer vos opinions de façon claire, vous le faites en allusion.
    Maintenant, vous faites une caricature de ce que sont les personnes que vous croyez décrire. Contrairement à ce que vous dites, une majorité de ces personnes n'aspire qu'à une égalité de traitement, et non à être davantage visible.
    Ensuite, ce genre de généralités sur les peuples et les hommes, on peut en faire pour tout le monde, et alors ? Je veux dire qu'est ce que vous essayez de démontrer, de dire ?

    RépondreSupprimer
  12. "Cela n'est pas un caractère racial, mais religieux, je crois (je ne parle pas de croyance mais d'ambiance culturelle). "

    c'est ça. question de civilisation, d'èthos. pour notre malheur.

    RépondreSupprimer
  13. "L'Arabe n'est que susceptibilité, arrogance, violence plus ou moins contenue, et il est vindicatif."

    Je suis arabe et je vous emmerde.

    Suzanne.

    RépondreSupprimer
  14. C'était ma première réaction.

    C'est exactement ça, pour moi, le racisme.
    Je ne suis pas arabe, mais si je l'étais, musulmane d'éducation, je serais, je pense, comme Boualem Sansal, comme les femmes journalistes qui prennent position pour l'égalité des femmes et tout et tout malgré les menaces de mort et tout et tout. Le Jaune, l'Arabe, le Nègre, la Femme, le mulâtre....
    La Femme ne dit que des conneries, je sais. Elle est comme ça.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  15. Cela fait un beau défilé de clichés; au mieux une analyse manquant de nuances,au pire une condamnation ou une célébration de l'autre en tant qu'il est différent de ce que l'on imagine être soi-même, c'est-à-dire,archétype de l'humaine condition.

    RépondreSupprimer
  16. "Les cathos quant à eux vivent de compassion et de culpabilité."

    (heu... Je peux parler en connaissance de cause, vous vous plantez dans les grandes largeurs)

    D'ailleurs, être vindicatif tient davantage à l'éducation, à mons avis. Sans doute, cela tient également à l'endroit dans lequel on grandit.

    Tout catho que je suis, par exemple, je contiens davantage de violence en moi que l'un de mes meilleurs amis, musulman, très pratiquant et essentiellement spirituel (celui-là, pour l'énerver, il faut savoir s'armer de patience).

    Vous allez bientôt me dire que les juifs sont un peuple à nuque raide. C'est du grand n'importe quoi !

    Et puis, les corses (là aussi, je parle en connaissance de cause) sont également très belliqueux. Je crois savoir que les deux départements de l'île sont ceux où l'on recense le plus de crimes passionnels.

    ---

    Didier

    Je vous taquinais sur le 13e, je sais que vous vous y rendez fréquemment.

    Pourquoi les asiatiques passent-ils pour des modèles de calme et de sagesse ?

    Parce que leur volonté de faire partie de la société française est nulle. Absolument nulle. Ils ne revendiquent rien, absolument rien d'autre (dans leur grande majorité) que de vivre à l'intérieur de leur communauté. En réalité, ils n'en veulent pas à l'occidental, ou au blanc, ils l'ignorent.

    C'est étrange que vous nous mettiez en garde contre une bascule de notre identité, dans la mesure où des pans entiers de la capitale sont aujourd'hui entièrement asiatiques. Tiens, les Olympiades par exemple, dans le 13e, où Belleville-Jourdain, ancien quartier juif racheté par nombre de commerçants asiatiques, uniformisant tout.

    Personnellement, je ne le leur reproche pas, étant relativement peu (voire pas du tout) nationalistes. Mais malgré tout, étant assez soucieux de la notion de société, je préfère un type agité qui a un désir de "faire partie", d'intégrer, qu'un autre qui se donne les moyens de créer un territoire à l'intérieur d'un autre territoire.

    En somme, c'est de l'encloisonnement. Dans le 13e, les gosses sont vraiment de toutes origines (et j'en suis heureux, pour ma part). Ils se comportent à peu près tous de la même façon, en fonction de leurs inclinaisons.

    On n'en parle pas dans les médias parce que les médias ont des idées fixes et que, surtout, tout est utilisé à des fins d'étiquetage. l'arabe est violent, le noir est paresseux et vit dans des squatts, l'asiatique fait des nems avec nos chiens, le turque est sale...etc...

    Une somme de clichés sur laquelle à mon avis, il faut éviter de s'interroger.

    J'ai une proposition générique néanmoins : la connerie.

    RépondreSupprimer
  17. A vrai dire Suzanne, je crois que ma mère n'est pas très loin d'être arabe.

    RépondreSupprimer
  18. Pas le temps de répondre à qui que ce soit pour l'instant : il faut que je m'occupe du père de l'enfant de Rachida D...

    RépondreSupprimer
  19. J'ai bien parlé de généralités, basées sur ma petite vieille expérience de quelques êtres exilés, comme je le suis moi-même désormais. Je me moque pas mal d'être objectif, et je n'ai pas du tout envie d'étudier la question sous l'aspect sociologique ou anthropologique.

    En vérité, malgré ce que j'ai dit et les deux exceptions soulignées, je déteste les Asiatiques en général, pour toutes sortes de raison : physiques, linguistiques, etc. J'ai davantage d'affinités avec les Arabes avec leur tempérament excessif, pourvu qu'ils ne me gonflent pas avec leur islam. Je ne suis pas dupe de leurs salamalecs, mais avec eux, au moins, on sait à quoi s'en tenir. L'Arabe est lion, l'Asiatique serpent.

    Ce qui est vrai aussi, c'est que je me fiche des Jaunes, des Noirs et de tous les colorés du monde. Je leur demande seulement de ne pas venir m'emmerder chez moi avec des revendications excessives et prétendre m'imposer leur manière de vivre et de penser. Je suis moi-même un immigré (Blanc chez des Blancs et francophone chez des francophones il est vrai) et je ne cherche pas à dire aux Québécois comment ils doivent vivre et penser. Je n'ai pas honte non plus d'être un Européen et ne cherche en rien à faire mon Québécois (sauf pour m'amuser, quand je parle comme eux).

    Le Blanc est réputé raciste et parfois il l'est (plus que le Noir ???). Toutefois ce sont les Africains qui se font parfois blanchir la peau et souvent défriser les cheveux, les Asiatiques qui se font débrider les yeux et allonger les jambes pour ressembler au prototype européen, pour ne rien dire de ces femmes arabes occidentalisées qui finissent blondes.

    En fait, j'aime la diversité, mais pas forcément au même endroit. Un Papou (ma femme aime les Papoux) dans sa Papouasie est infiniment moins ridicule qu'un Allemand à bedaine et en short sous le soleil de Marbella. Un Noir en boubou, je trouve que ça a de l'allure. Le même sanglé dans un costume avec une cravate qui l'étrangle, c'est risible. Etc.

    RépondreSupprimer
  20. Didier, je me suis fait les mêmes réflexions que vous ! Mais d'diou, quels fleuves de commentaires sur les derniers billets !

    Tiens, pour la fin de semaine, comme disait Albert : un dernier calcul et on s'en va ...

    RépondreSupprimer
  21. Ah, si c'était juste du bavardage, alors...

    RépondreSupprimer
  22. Au bar des Clubs Méditerranée, on doit entendre les mêmes banalités...

    RépondreSupprimer
  23. Bon, là, je me suis un peu laissé déborder : pourquoi ce genre de discussion intervient-il quand je suis à France dimanche et non durant les quatre jours où je suis tranquille chez moi ? Vous êtes pénibles, à la fin !

    (OK, OK, c'est moi qui ai commencé...)

    Yanka : pas le temps de commenter votre commentaire, mais je sais que vous vous en fichez (avec raison).

    Dorham : qui a dit que c'était du simple bavardage ?

    Henri : on voit bien que vous n'êtes jamais allé au Club Med : d'après mon expérience, on y picole sévèrement, on mate les filles (ou les mecs), on essaie de baiser si on est jeune et célibataire, and that's all.

    RépondreSupprimer
  24. Didier,

    Dire un truc sans nuances, pour ensuite dire : ce n'est que sentiment personnel, c'est bien du bavardage...je maintiens. Et du bavardage particulièrement creux.

    Il y a d'ailleurs beaucoup d'incohérence dans ce bavardage (comme dans tout bavardage ; cela ne signifie pas que je ne m'y vautre jamais, hein...).

    Par exemple, je relève Yanka, que vous nous dites être un immigré. Soit. Vous demandez aux autres immigrés de ne pas faire chier les français avec d'incessantes revendications. Vous nous dites que cela vous énerve.

    Très bien, en tant que français (je ne suis pas immigré du tout) je vous demande instamment de ne pas nous faire chier, nous les français, si en tant que français, nous estimons que notre pays a vocation (et ce, depuis le début du siècle) à construire avec les gens qui viennent sur son sol. Si même nous souhaitions joyeusement détruire notre nation, ça nous regarde...

    Les français eux-mêmes revendiquent sans cesse. Cela fait partie de leur culture. Celui qui recommande donc le silence et le consentement silencieux à certains d'entre eux fait obstacle à cette étrange coutume.

    Pliez-vous à l'exigence que vous avez formulé :

    lâchez-nous la grappe ! Ou venez grossir le rang des grévistes !

    Bon, et puis, j'arrête là, deux jours de suite, je commence à saturer...

    (A dans quelques jours si vous le voulez bien)

    RépondreSupprimer
  25. Je ne peux pas modifier mon commentaire, mais j'ajoute néanmoins que si vous revenez résidez en France un jour, Yanka, nous accepterons dès lors vos revendications de non-revendications...

    RépondreSupprimer
  26. Dorham : je n'ai nul besoin de défendre Yanka, qui est un grand garçon. Néanmoins, votre "nous", à propos de la France, à propos de cette volonté que nous aurions de "construire" ce pays avec les gens qui viennent sur notre sol, permettez-moi de ne m'y associer que de très loin et avec des pincettes.

    Sinon, d'accord avec vous, concernant la lassitude : passons à autre chose, au moins pour quelques jours...

    RépondreSupprimer
  27. Dorham : apparemment, ce qui est prévu n'est pas que Yanka "revienne" vivre en France (de toute façon, il est Belge, hein...), mais que Catherine et moi allions vivre au Québec. Et qu'on se gave de chablis, de saucisson et de camembert au lait cru.

    (si j'ai bien compris.)

    RépondreSupprimer
  28. Didier,

    c'était volontairement provoc...mais il paraît qu'on est les plus nombreux à penser comme ça. En République, c'est le poids du nombre qui compte.

    Allez, oui, zou...

    Saussiflard et Nuits St Georges,
    c'est très bien.

    RépondreSupprimer
  29. Nuits-Saint-Georges, carrément ? Eh bien, pour un jeune homme de gauche, vous avez des goûts oenophiles plutôt bourgeois, je trouve !

    RépondreSupprimer
  30. Didier,

    On va dire que le vin, c'est comme le jazz, j'aime les esthètes, les mathématiciens fous, les mecs qui calculent le temps d'exposition, le pourcentage d'inclination de l'arpent, le cépage...etc.

    Comme j'aime les Coltrane, les Dolphy, les Mingus et les Ellington...

    Cette absolue diversité que représente le pays bourguignon (Vosne-Romanée surtout) en termes de vins recueille évidemment ma préférence (indéfectible).

    Je dirais qu'en réalité, tout ce qui est de goût est de gauche (je veux dire, vraiment de gauche, me sortez pas Ségolène et Martina Navratilova) tout ceci a juste été mis sous clé par d'odieux types de droite.

    Ma mission sur terre est d'aller rendre à César ce qui est à César...

    RépondreSupprimer
  31. « Si même nous souhaitions joyeusement détruire notre nation, ça nous regarde... »

    Certes, oui... sauf que je me sens concerné, étant né à la frontière de votre destructible France (c'est sentimental mon affaire) et surtout parlant français, ne désirant pas devoir changer de langue maternelle pour complaire à de nouveaux et très arrogants envahisseurs (et ça, c'est un peu plus que sentimental).

    Belge, c'est ma nationalité. Ma culture, elle est française... que cela plaise ou non aux Français.

    « ... nous les français, si en tant que français, nous estimons que notre pays a vocation (et ce, depuis le début du siècle) à construire avec les gens qui viennent sur son sol. »

    Euh... c'est ironique ? Parce que si vous remplacez « France » par « Sénégal », vous allez être taxé de colonialisme rampant. Je ne sais vraiment pas pourquoi seule l'Europe aurait vocation à accueillir par sacs entiers les populations joyeuses et basanées des autres continents, surtout pour se voir traiter ensuite de tous les noms. Masochisme ?

    L'antiracisme est une névrose et voilà tout. Les « autres » se fichent bien de cela et ne craignent pas de nous voir comme des comiques. Je ne leur en fais pas grief, car ils ont raison. « Stupid white man », comme disait à J. Depp l'Indien du remarquable « Dead man » de Jarmush.

    RépondreSupprimer
  32. «
    Je dirais qu'en réalité, tout ce qui est de goût est de gauche »

    Vous êtes un comique méconnu, très cher !

    RépondreSupprimer
  33. Pluton, vos contrepèteries ( faciles ...! ) ne font rire que vous...

    RépondreSupprimer
  34. Emma, fatigue de fin de semaine excuse la facilité...

    RépondreSupprimer
  35. Didier,

    oui, elle est bonne...

    Nan, mais c'est pas parce que je suis de gauche que je suis obligé d'aimer le Beaujolais Village...

    Mettons que le vin est de droite, le jazz aurait à mon avis du mal à l'être et Bird faisait au moins deux fois votre poids, ne le fâchez donc pas...

    ---

    Yanka,

    non, si je remplace dans cette phrase, "France" par "Sénégal", je deviens alors sénégalais et je fais preuve d'ouverture et d'hospitalité. Un sénégalais qui vit au Sénégal aurait du mal à se coloniser lui-même. Curieux raisonnement ! En outre, c'est absurde, le sens d'une proposition dépend toujours de la personnalité (et donc de l'histoire) de celui qui l'énonce, donc, il faut toujours veiller à comparer ce qui est comparable.

    "Pourquoi l'Europe aurait seule vocation...etc ?"

    Mais qui a dit ça ? Où ? Quand ? Les Etats-Unis ne sont-ils pas un pays d'accueil également ? Le Canada ? L'Australie ? Personne n'a dit ça. En revanche, nécessairement, on ne quitte pas le Rwanda pour aller au Bangladesh, ça me semble une évidence.

    Cela dit, l'Europe a non seulement survécu à nombre d'immigrations (voire d'invasions, on parlait de Rome, mais remerciez les, les romains, au lieu de pleurer des ivrognes à moustache - smiley) et il est absolument manifeste que c'est ce qui a fait une partie de sa richesse. Suffit d'aller en Andalousie, en Sicile, ou de considérer ce qu'ont fait pour la France d'après-guerres (au pluriel) les italiens, portugais, polonais et espagnols crève-la-dalle vilipendés d'hier (comme le sont les arabes d'aujourd'hui ((qui, d'ailleurs dans 20 ans - et je veux bien parier maintenant - grossiront vos rangs contre de "nouveaux" envahisseurs ; vous verrez, vous serez tous comme "cochons")).

    Dans un second temps, je ne peux que dire la vérité, je ne suis pas un antiraciste. Cette question là ne me touche pas vraiment, disons que je ne vois pas les choses de cette façon là. Cet "angle d'attaque" ne m'intéresse pas (comme vous marquez votre désintérêt pour l'objectivité) (pourquoi d'ailleurs vous désintéressez-vous de quelque chose qui n'existe pas ? comment est-ce possible, ça ?).

    En revanche, le couvre-chef ne faisant pas le voyageur, on se demande de quoi donc vous parlez quand vous mentionnez boubou ou je ne sais quels autres attributs culturels et vestimentaires. Ce matin, j'ai manqué blaguer sur Tintin au Congo, et on me dit que vous êtes belge. Je trouve cela rassurant.

    RépondreSupprimer
  36. J'avais promis d'arrêter...

    Là, c'est décidé, désyntox de polémique...



    J'ai ma femme qui rentre, je me décrète derechef Terre d'accueil.

    RépondreSupprimer
  37. Hm Dorham... Les USA, Le Canada et l'Australie sont par définition des pays d'immigration, relativement récente qui pis est (plus ou moins 3 siècles). Les autochtones là-bas y sont rares « comme de la marde de pape » (comme on dit ici). Ma femme, pourtant Québécoise pure laine, était irlando-poitevine il y a 3 siècles. Je pourrais vous donner des noms, j'ai fait son arbre généalogique. Moi, je suis Belge depuis au moins le tout début de XVIIe siècle, sans mélange. Je peux aussi vous donner des noms et des villages (tous fort peu distants). Je ne m'en vante pas : c'est un constat. Je ne me sens pas « pur », je dis ça pour évacuer cette sottise qui prétend que nous sommes tous des immigrés.

    La population européenne est certes issue de brassages, mais elle est homogène (où l'était ?). L'immigration massive en Europe est un phénomène récent, et je la considère (parce que massive) comme un danger, non pour la « pureté » de la race, mais pour la culture. Sibelius, Bach, Monteverdi, de Falla, c'est tout de même autre chose que le rap et les djembés. Je ne critique pas la culture des autres, mais j'interdis qu'on conchie la mienne, surtout quand les conchieurs s'installent chez moi.

    Vous savez très bien que votre Sénégalais ne dira jamais ce que vous lui faites dire. Il vous accueillera peut-être personnellement et fort chaleureusement pour un bref séjour, mais ne faites pas mine de vous installer à Dakar avec vos enfants, tantes, cousins et amis bretons, normands, auvergnats, etc., surtout si, au surplus, vous exigez qu'on vous serve du cidre, de la teurgoule, du kouing amann et autres douceurs bien de votre chez vous d'avant.

    L'immigration peut être une richesse effectivement, si elle est modérée et si les nouveaux venus s'intègrent à une société qui n'a pas honte d'elle-même. Je conçois qu'on ne veuille pas s'intégrer à une France qui se flagelle historiquement. Voyez les États-Unis pour la fierté nationale, à laquelle les immigrés s'identifient très vite.

    Je ne demande pas à voir des Grecs en fustanelle, mais j'aime assez les vêtements typiques et je ne trouve pas du tout un boubou ridicule, ni un sarouel, ni même un pagne. Quand je vois des ministres africains en costume à l'européenne, je les regarde comme des clowns. Khadafi a une sacrée sale gueule, mais il a de l'allure habillé en bédouin (c'est très beau, un bédouin, à tous égards).

    Pour ce qui est de l'objectivité... Comment l'être ? Et pourquoi l'être ? Tout le monde a le droit de vivre, oui, et je ne suis pas plus important au regard des étoiles qu'un quelconque paysan birman - mais cela ne résout nullement la question de savoir s'il est sain de vouloir à toute force mélanger les torchons et les serviettes, mettre le chat auprès du chien dans un seul et même panier, faire cohabiter dans l'harmonie le crocodile et le gnou. Je suis subjectif, parce que je ne prétends rien. Je donne mon avis, sans prétendre avoir raison. Dire ce qu'on est et ce qu'on ressent, ce n'est pas énoncer un dogme. Bref, je n'ai aucune théorie à proposer. Je fous la paix au monde : qu'on me foute la paix pareillement.

    PS - Ce n'est pas parce les Romains nous ont envahis que j'en suis un. Ils n'ont pas débarqué en famille pour former une communauté distincte (le ver dans la pomme). Ils nous ont envahis militairement et politiquement. Nous avons assimilé leur culture, sans devenir des Romains pour autant. Les Gaulois ont disparu en tant que « civilisation », mais pas physiquement. Les Incas et les Aztèques n'existent plus comme tels, mais allez dire aux Indiens d'Amérique du Sud qu'ils descendent de Cortès !

    RépondreSupprimer
  38. Juste une précision :
    je ne vous reprochais pas d'être subjectif, je pense que l'objectivité est une illusion.

    RépondreSupprimer
  39. Yanka "surtout si, au surplus, vous exigez qu'on vous serve du cidre, de la teurgoule, du kouing amann et autres douceurs bien de votre chez vous d'avant."

    Et qu'on nous construise des églises en plus.

    RépondreSupprimer
  40. Bravo Didier, vous n'avez même plus besoin de les faire boire pour les faire parler, tout ce petit monde marche à la baguette. Vous débrouillez fort bien: je suis persuadé que vous étiez chef d'orchestre dans une vie antérieur. Et là ça braille !!! Mention spécial à celui qui à sorti ça "cela ne signifie pas que je ne m'y vautre jamais, hein..." !!!! Je ne sais plus qui c'est mais vous le reconnaîtrez ! Hahahaha, je me tord de rire ! Vous les tenez, de façon magistrale vos zèbres :-) A la réflexion, c'est pas chef d'orchestre, que vous étiez, mais dompteur de puces savantes, et vus n'avez pas perdu la main !!!!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.