dimanche 18 janvier 2009

Les yayas sont partout

C'est une petite comédie sans prétention. Le fait qu'elle ait explosé le box-office aux États-Unis ne plaide guère en faveur du bon goût cinématographique de nos amis américains, mais enfin, c'est amusant, plaisant à regarder, le temps file sans ennui. De toute façon, même nanti de 372 chaînes, il ne faut pas se montrer trop exigeant, le samedi soir, à la télévision. Donc, va pour Mariage à la grecque.

En fait, la meilleure surprise du film, pour l'Irremplaçable qui le découvrait et pour moi qui le revoyais, fut de s'apercevoir que la famille Portokalos était affligée d'une véritable yaya alzheimerisée (en bas à gauche sur la photo), et que ses petits-enfants l'appelaient effectivement Yaya (mot orthographié "yiayia" dans les sous-titres français).

Du coup, nous avons eu une pensée mi-émue, mi-amusée pour ma nièce adoptive, la lointaine Nefisa.

8 commentaires:

  1. Pour les fans du film :
    Donne authentique yaya grecque. urgent. je paie même les frais de port. Pièce unique ayant servi de modèle à celle du film.

    RépondreSupprimer
  2. Eh, oh, déconne pas, gamine : c'est pas une poubelle, la France !

    Quoique...

    RépondreSupprimer
  3. T'as bien des lecteurs canadiens non? le plus loin de notre prochaine destination serait le mieux.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, oui, pas con, on pourrait essayer de la refiler aux Canadiens. D'ailleurs, dans le film, les Portokalos sont censés être canadiens, bien que vivants à Chicago (j'ai l'impression qu'un truc m'a échappé, là...).

    RépondreSupprimer
  5. Je saurais pas t'expliquer tonton, j'ai pas vu le film, heureusement avec un nom pareil j'aurais rigolé tout le temps. ( portokali = orange) ...

    RépondreSupprimer
  6. Oui, c'est largement expliqué dans le film !

    RépondreSupprimer
  7. Ça avait pourtant l'air bon, tous leurs trucs cuisinés à l'huile d'olive...

    RépondreSupprimer
  8. Oh purée je suis destinée à en devenir une.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.