jeudi 22 janvier 2009

Tu reviendras à l'abbé Alphonse-Louis Constant

Qui connaît l'abbé Alphonse-Louis Constant ? Pas grand-monde, assurément, en tout cas sous ce nom-là. En 1853, défroqué, il se rebaptisera lui-même Éliphas Lévi, nom déjà un peu plus connu, notamment par les illuminés de l'illuminisme. Avant cela, il aura publié deux livres, dont les titres – mais surtout celui du second – me ravissent en extase : en 1841, L'Assomption de la femme, et, trois ans plus tard, La Mère de Dieu, épopée religieuse et humanitaire.

Relisez ce dernier intitulé lentement, en savourant bien chaque mot : La Mère de Dieu, épopée religieuse et humanitaire...

Ne croirait-on pas voir se résumer notre époque, ses aspirations, les forces profondes qui la travaillent ? La féminitude comme avenir et fin ultime de la dégradante et dégradée virilité, cause de tous les maux ? Et cette "épopée humanitaire", n'est-ce pas nous, nous tous, que l'objectif a saisis ?

Le pire est que l'abbé Constant, n'est pas un illuminé isolé : les occultistes pullulent, en ce 19e siècle, ils sont le camp du Progrès, presque toujours socialistes, et leurs idées, leurs aspirations se réaliseront pleinement, un siècle après eux. Ainsi Marie Deraismes, fondatrice du Droit humain, un organisme fémino-théosophique qui propose rien de moins qu'une sorte de guerre sainte, en quatre points :

1) Remettre à la mode l'Inde et le Tibet où subsistent les cultes maternels. Les mouvements naissants de libération nationale dans ces pays contribueront à la réussite de cette opération.

2) Utiliser la franc-maçonnerie pour venir en aide au mouvement théosophique trop faible pour s'attaquer seul aux trois religions du Livre.

3) Introduire les doctrines d'Orient en Occident.

4) Défendre et promouvoir les valeurs féminines comme le pacifisme et l'égalité des sexes.

Le plus effrayant n'est pas que des idées aussi stupides aient pu être émises au 19e siècle, mais bien qu'elles se soient réalisées au 20e.

La matière de ce billet est tirée du livre de Philippe Muray, Le 19e siècle à travers les âges, réédité par Tel - Gallimard, dans lequel il s'attache à mettre en lumière les liens nombreux, organiques qui, au 19e siècle mais aussi au suivant, ont uni l'occultisme triomphant et le socialisme naissant.

10 commentaires:

  1. Ah, quel homme sympathique !

    Enfin une figure positive!

    Suzanne (qui se sauve à petits pas)

    RépondreSupprimer
  2. « 3) Introduire les doctrines d'Orient en Occident. »

    J'ai d'abord lu : « Introduire les latrines d'Orient en Occident », et j'ai eu un très bref instant une bouffée de haine, car je suis turcophobe.

    Où puis-je me faire soigner ?

    RépondreSupprimer
  3. On a dans la même veine, en plus moderne, "La femme celte", de Jean Markale.

    Suzanne.

    RépondreSupprimer
  4. Suzanne : au coin, tout de suite !

    Ygor : on ne vous soignera pas ici, en tout cas !

    Suzanne-bis : oui, Markale est bien allumé aussi, dans le genre.

    RépondreSupprimer
  5. Yanka, pour vous soigner, quelques livres de Pierre Loti et vous allez redevenir normal, au moins pour ce qui concerne les Turcs.

    RépondreSupprimer
  6. Ou alors, pour Yanka, "Les Sept piliers de la sagesse" de T.E. Lawrence.

    RépondreSupprimer
  7. Remarquable, le programme de Marie-Deraismes. Où puis-je trouver l'original de cette citation ? A-t-elle exposé ce programme dans un discours, une lettre, un livre ?
    Merci d'avance,
    Stéphane

    RépondreSupprimer
  8. Stéphane : je ne peux malheureusement pas vous aider beaucoup : j'ai trouvé cette citation dans Le XIXe siècle à travers les âges, de Philippe Muray, lequel ne cite aucune de ses sources...

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour votre réponse.
    Il est toujours difficile de faire la part entre les élucubrations réelles des maçons et autres occultistes et celles, fantaisistes, que leur prêtent ceux qui dénoncent les occulto-progressistes...

    J'imagine que ce brouillard pour profanes flatte l'initié au plus profond de l'âme qu'il a vendu !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.