dimanche 18 janvier 2009

Vous avez un père, vous ?

On appelle ça le point de fuite. Dix minutes avant, vous êtes persuadé qu'il ne vous arrivera jamais rien, que votre âge s'est finalement arrêté, miraculeusement ; le temps vous a reconnu comme un ami intime, il vous sourit, il vous assure qu'entre vous et lui il n'y aura jamais le moindre... le moindre quoi ? Rien ! On est ami pour la vie, le temps et moi, il me l'a assuré – je devrais n'y pas croire, à votre avis ?

J'y crois, comme un con. (Ah, oui, j'ai oublié de vous dire : je suis largement aussi con que vous l'êtes vous-mêmes, mes drôles.) Et le temps se poursuit lui-même, il fait semblant de m'ignorer – il m'arrive d'y croire. Je vous jure : parfois, le temps me redevient ce qu'il est pour vous, mes jeunes amis : une sorte de traînée d'espoir, une temporisation, une construction d'avenir. On se sépare ici, précisément ici. Pensez-vous réellement que l'avenir travaille pour vous, qu'il ne vous connaît pas de votre naissance ?

Je vous lis, vous savez. Tous autant que vous êtes. Même les basses petites crapules (mes futurs surveillants de mirador) qui, sous prétexte de génuflexion devant le Bien, s'apprêtent à me kalachnikover, qui exigent de mes amis de blogs qu'ils choisissent entre eux et moi, mais qui, finalement, s'agenouillent, pantalon aux chevilles, sourire ignoble, voix dégoulinante de miel, odeur de sanie, face à deux ou trois vrais hommes les envoyant chier, gentiment, humainement (je m'incline devant ceux-ci qui se reconnaîtront).

Que disais-je ?

Le point de fuite, ah oui. Cela n'a plus guère d'importance. Je commence à le voir, je l'attends depuis un certain nombre d'années déjà. Il arrive. Rien n'est encore certain, mais je crois que... Enfin, il arrive.

Attendez une seconde ou deux que la catastrophe se produise : vous allez voir à quel point je vais devenir méchant ! Ça va cogner tous azimuts, je vous le dis ! Les petits enculés arabophiles n'ont qu'à bien se tenir, Papa, tu vas voir : on va finir par se rejoindre, si ça se trouve.

4 commentaires:

  1. L'unanimité, ça ne vous plairait certainement pas ! Il faut que ça frotte, que ça fritte !!!
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Je monte partout c'est cause que sinon on me voit pas.
    Et comme je suis du Sud, forcément, quand je me déplace, je monte.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.