lundi 13 avril 2009

Pour s'éclater la rate (mais juste au figuré)

À propos de l'agression raciste dans un bus, dont tout le monde parle en ce moment (sauf les blogs de gauche, tiens, au fait...), j'ai trouvé, chez l'excellent Xyr, cet irrésistible pastiche de réactions de diverses "personnalités". Allez-y de ma part...

10 commentaires:

  1. Putain ! Faites chier. Les blogs de gauche étaient au bistro. On peut pas tout faire, non plus !

    RépondreSupprimer
  2. Moi, je sais pourquoi je n'en parle pas. Agressions d'anti français comme rixes de skinheads, cela ne m'intéresse pas. Ce sont des faits divers.

    Les sociétés ne seront jamais exempts de ce type de violence raciste. Imaginer qu'elles ont un sens (je veux dire : un sens social) (quel qu'il soit : expression d'une incompatibilité des civilisations ou expression d'un sentiment d'exclusion : là, je schématise les positions qui s'affrontent) est une sottise.

    Savez-vous que dans les cités, bien souvent, arabes et noirs s'affrontent également et forment deux clans bien distincts ?
    La xénophobie, la défiance vis à vis de l'autre est la chose la mieux répandue du monde.

    La seule chose à faire, c'est de continuer à la stigmatiser pour qu'elle reste marginale.

    RépondreSupprimer
  3. Dorham : mais nous sommes entièrement d'accord. Et, ayant lu ce billet d'Elisabeth Lévy, j'en viens à regretter l'emploi que j'ai fait du mot "raciste", dans ma petite présentation.

    RépondreSupprimer
  4. Dorham, il ne fait rien que dire mieux les choses que moi, il m'énerve !!!
    Bref, donc, prendre un fait divers comme symbole de quelque chose, c'est quand même sérieusement daté comme procédé !
    :-))

    [Tiens, n'est ce pas sur un fait divers que la guerre 14 a pris forme ?].

    RépondreSupprimer
  5. C'est plutôt bien ce billet. Disons que c'est très cartésien. En tout cas, ça dit une chose : une agression raciste est effective si elle le racisme est en effet le nerf du crime, si il en est la justification. L'intention.

    Si tel n'est pas le cas, peu importe alors que pendant le tabassage, des insultes soient proférées, le racisme n'est pas le mobile de l'agression.

    Je trouve cela intelligent - et juste - de le rappeler. Quoi qu'il en soit, cette histoire, comme je le pense et comme elle le démontre est un enjeu. Comme ont pu l'être les décès de Malek Oussékine, de Makomé, de Thibaut ou de ce jeune marocain jeté dans la Seine par des skinheads.

    C'est déplorable, c'est comme si par dessus tout (avant d'infirmer ou de confirmer l'existence d'un racisme rampant détruisant notre société) l'Homme cherchait à nier ce qu'il sait être depuis des lustres : il est un loup pour lui-même !

    Elle dit aussi quelque chose de très bien : les victimes d'agressions ont tendance à excuser presque leurs victimes. C'est une bien étrange tare que voilà.

    En revanche, par pitié, laissons l'expression "tendre l'autre joue" un peu tranquille. Et les chrétiens aussi par la même occasion.

    RépondreSupprimer
  6. Cela étant, je rappelle que le but premier de ce billet était de faire marrer, au moyen des pastiches mis en lien...

    RépondreSupprimer
  7. C'est vrai ça. J'avais oublié de cliquer sur le lien.

    RépondreSupprimer
  8. Didier : je ne les ai pas trouvé bons ces pastiches, c'est juste mon avis ! :-))

    RépondreSupprimer
  9. C'est avec ça que vous comptiez rénover l'Occident ?
    Il est dans le (petit) réseau des "ethnodifférentialistes", pas si dangereux que ça en fait : le réticule ne tue pas ...

    RépondreSupprimer
  10. D'accord avec Poireau !

    C'est Pouet Pouet, comme du Patrick Sébastien quoi ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.