mercredi 8 avril 2009

Palinodie, Doudou, dis donc !

Après Lomig, Criticus ! Ce matin, il ne reste plus, pour faire partie du déjà fameux réseau Renovatio occidentalis, et à l'exception de l'excellent Opus XVII, que des blogs qui penchent en effet d'un côté où je ne souhaite pas aller. Par conséquent, « je me retire à mon tour », comme disent les étalons épuisés en plein milieu du gang bang. Tout en déplorant que ce mouvement de retrait se soit effectué dans la précipitation, et comme sous l'injonction et les menaces à peine voilées des procureurs de la vertu agissante.

Didier Goux prend donc à nouveau ses aises tout seul : retour au statu quo ante – et les vaches sacrées continueront d'être bien gardées.

63 commentaires:

  1. T'as pas mieux à faire que d'entrer et de sortir sans arrêt. Ça fait des courants d'air !

    RépondreSupprimer
  2. Quelles menaces !

    J'en aurais entendu de belles pour un billet de quelques lignes.

    RépondreSupprimer
  3. Ah, ben c'est malin !
    Ah, ben c'est malin !
    ah, ben c'est malin !

    Qui va rénover l'Occident, maintenant ?

    Ouf.

    RépondreSupprimer
  4. Quand ils sont venus chercher Lomig, je n'ai rien dit, je n'étais pas libéral.
    Quand ils sont venus chercher Criticus, je n'ai rien dit, je n'étais pas sarkozyste.
    Mais quand ils sont venus chercher Didier Goux, là, j'ai râlé : c'était son tour de payer l'apéro !

    RépondreSupprimer
  5. Mais, au moins, vous restez toujours un vieux con? Vous n'avez pas décidé de devenir de bonne foi et intelligent, au moins?

    ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Du coup, ceux qui vous ont enlevé de leur blogroll vont vous y remettre puisque vous avez pris une bonne douche purificatrice et fait amende honorable.

    Je me rappelle un de vos billets : "j'aime mes amis de gauche avec leurs idées, ils m'aiment malgré celles que j'affiche".

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve le billet d' Anonyme assez drôle, dommage qu'il soit anonmyme !

    RépondreSupprimer
  8. "je médite un petit billet qui sera une sorte d'éloge du colonialisme, qui devrait me faire définitivement basculer dans le camp des monstres à trois têtes et à pustules verdâtres..." et bien non, Didier vous venez de basculer définitivement dans le camp des petits kéké à tête de linotte. Cette histoire a fait pchiiiiiiiiittt! Bon, je sais que vous avez assez de bagou pour vous sortir rapidement de cette ridicule affaire, sans compter que les lecteurs fr. ont la mémoire courte. Mais bon, à votre place - Zeus m'en préserve! -, je me sentirais quelque peu humilié...
    C'est triste......

    RépondreSupprimer
  9. Si vous ne vous souvenez plus de ce que vous aviez bien pu écrire, submergé par l'enthousiasme, vous retrouverez votre prose ici, Didier.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  10. Vous vexez pas si quelqu'un vous laisse un pièce, il y en a qui vont penser que vous essayez de vous rendre utile.

    RépondreSupprimer
  11. C'est vraiment trop d'un coup.

    Je propose qu'on en fasse un téléfilm français.

    RépondreSupprimer
  12. Catherine : c'est toi qui voulais que je fasse de l'exercice !

    Nicolas : des menaces ? Où ça ?

    Suzanne : de toute façon, il est foutu, alors...

    Anonyme : ce sera ma tournée quand vous aurez un nom.

    éric : oui, je vous rassure : dans ce monde où tout s'effondre, l reste quelques valeurs stables.

    Suzanne : ils m'y remettront en effet. Mais pas tout de suite : là, je sors de l'enfer, il me faut faire mon temps de purgatoire. Vous savez combien formalistes ils sont, nos petits juges...

    Scheiro : il est dans votre nature de vous sentir humilié, c'est ce qui exprime votre hargne et votre fiel à tout propos.

    Et rassurez-vous, je n'ai nulle besoin d'archiviste pour me souvenir de ce que j'écris.

    Mtislav : les pièces sont toujours bonnes à prendre.

    Dorham : à condition de convaincre Galabru de jouer mon rôle.

    RépondreSupprimer
  13. En tout cas, Didier, LUI, n'efface pas ses billets, n'a pas honte de ses amis, de ses fréquentations bloguesques, de ses idées, de ses coups de tête, et ça n'a pas de prix.
    Le billet que cite Sheiro n'est plus que dans le cache de Google, Criticus l'a effacé de son blog.

    Toute cette aventure n'a donc jamais existé, ce n'était donc qu'une méprise.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai l'air fin moi maintenant ! Pour une fois que je me syndique ! Pour une fois que j'allais consentir à manifester, à tout faire péter comme nos excellents amis libertaires, autonomes, anarchistes, (w)altermondialistes, fumistes et autres psychopathes à roulettes et coiffure rasta(popoulos)... Pfff. J'ai encore acheté trois camions de TNT pour rien. 'Tain !

    RépondreSupprimer
  15. Ygor : gardez le TNT, on finira bien par en avoir l'usage.

    RépondreSupprimer
  16. Ou revendez-le aux altermondialistes pacifistes pour-un-monde-meilleur, afin qu'ils n'arrive pas les poches vides, lors de leur prochain week-end strasbourgeois.

    RépondreSupprimer
  17. bon tout est bien qui finit bien !

    je m'interroge quand même sur le sens de cette phrase « je me retire à mon tour », comme disent les étalons épuisés en plein milieu du gang bang.

    RépondreSupprimer
  18. Olympe : exactement : les gardiens du zoo ont froncé les sourcils, les hyènes que nous sommes sont rentrées dans leurs cages, l'ordre règne.

    RépondreSupprimer
  19. Je ne suis pas certain d'avoir bien compris ces histoires de réseaux. Donc on monte une entreprise de sauvetage, style SNSM, rien que des bénévoles, on publie des statuts, on se congratule, l'idée est noble, la tâche titanesque, manque de chance, on espérait secourir un luxueux paquebot de croisière, disons le Queen Elisabeth, et c'est le Clémenceau (encore lui)qui pointe son étrave rouillée à l'horizon, chargé de clandestins pas très propres sur eux, du coup tous les sauveteurs, capitaine en tête, se carapatent ventre à terre en se demandant s'il reste vraiment quelque chose à sauver. Ai-je bien saisi l'essence même du réseau?

    RépondreSupprimer
  20. Oui, ça ce voit, vous êtes vraiment vexé, Didier au point d'avoir recours au plus pauvre des procédés de rhétorique, tenter de renverser la situation en "c'est celui qui le dit qui l'est". Sauf que depuis la maternelle, tout le monde sait que cet artifice est éventé. En tout cas je ne vais pas vous faire perdre votre tps. Dans le fond ce n'est pas grave, juste un peu trop d'emballement... A votre âge... tsss...
    Suzanne a raison, méprisons.

    RépondreSupprimer
  21. C'est pas de l'essence, en l'occurrence, mais du charbon.

    RépondreSupprimer
  22. Didier et Yanka, s'il vous reste un peu de TNT, je suis preneur...

    RépondreSupprimer
  23. On rentre, on sort, on avance, on recule, mais comment voulez vous après... ?

    RépondreSupprimer
  24. L'ONU a raison: bannissons les mots blasphématoires! Chassons le blasphème de nos pensées.
    Le mot Occident est un blasphème chargé d'extrême-droite donc virons-le de notre vocabulaire et de nos pensées.
    Devenons tous des Orientaux, c'est mieux. De plus, la bouffe est bonne. Et c'est Scheiro qui va être content^^

    RépondreSupprimer
  25. Puisque nous bouffons tous du porc, pourquoi ne deviendrions-nous pas des Porccidentaux – mot parfaitement acceptable et frais comme cuisse de jouvencelle, comme haleine de brebis. Qu'en pensent l'ONU et le Politburo ?

    RépondreSupprimer
  26. Yanka! Arrête de dénoncer :
    "Puisque nous bouffons tous du porc" ! Tu parles pour toi là!

    RépondreSupprimer
  27. Euh... j'aime aussi le poulet ! Un CRS à la crapaudine, c'est SSucculent, nein ?

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  29. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  30. Tiens, il y avait longtemps que je ne m'étais pas censuré un ou deux petits commentaires, moi...

    RépondreSupprimer
  31. Marine : j'ai supprimé également votre avant-dernier commentaire, puisqu'il faisait référence à ceux "censurés" juste avant. Mille excuses, hein...

    RépondreSupprimer
  32. Oui, c'est dommage parce que Marine avait relevé une tournure de phrase qui n'était pas à mon avantage et qui aurait pu dire le contraire de ce que je pensais.
    Merci, Didier, en suppriment les commentaires, vous m'avez sauvé la mise: je n'aurai pas à me sortir de cette trop hâtive mise en forme syntaxique au sujet du patrimoine. Bien sûr, un de vos intervenants, abonné au fil pourrait le ressortir... Mais, puisque Marine à l'air satisfaite...

    RépondreSupprimer
  33. Bon, ben... si tout le monde est content...

    RépondreSupprimer
  34. Inutile non plus de sauter sur le système de modération de Blogger; vous ne risquez plus rien, j'arrête les commentaires, ici.
    Byebeye, les beaubobos bien mis, bien profonds.

    RépondreSupprimer
  35. Je n'étais pas spécialement inquiet, vous savez.

    RépondreSupprimer
  36. ouf, tout est bien qui finit bien^^

    RépondreSupprimer
  37. Allons bon !

    "comme sous l'injonction et les menaces à peine voilées des procureurs de la vertu agissante" Didier censure les commentaires !

    RépondreSupprimer
  38. arf. Toute cette histoire, pour pas grand-chose. Je vais maintenant lancer la contre-offensive : faire la chasse à tous les blogs d'extrême-gauche, et dénoncer comme de dangereux dictateurs en puissance tous ceux qui les linkent. Y'a pas de raison : c'est normal de faire la chasse aux racistes et aux xénophobes, mais de tous les côtés, alors.

    à bientôt,

    PS : Didier, je vois que Scheiro vient aussi chez toi te faire profiter de son caractère amène et très urbain. Je crains que quelques synapses ne se soit endommagées récemment.

    RépondreSupprimer
  39. Lomig : Oui, rions finalement. Mais (entre vous et moi), il n'y a pas tellement de quoi, si on prend la peine d'y réfléchir. Toute cette histoire me rend assez triste, simplement parce qu'elle me confirme dans ce que je pensais avant.

    (Les vrais réactionnaires, dont je me flatte de faire partie, ont cette particularité : ils savent bien qu'ils ont perdu d'avance, il n'embrassent que des causes perdues – c'est d'ailleurs pour cela qu'ils ont toujours raison.)

    Que disais-je ? Oui, je suis un peu triste de constater que j'avais absolument raison, quant au caractère stalinoïde de tous ces petits jeunes gens (de votre âge : à vous de les combattre un peu plus efficacement que vous ne venez de le faire) persuadés d'être l'Avenir, le Bien, l'Humanité en marche, et tout ce que vous voudrez du moment qu'on y met une majuscule initiale.

    Voilà, ils sont cela : des jeunes gens à majuscule initiale. Ils sont possédés par le Bien, fouaillés par la Justice, écartelés par la Vertu. Ils me font peur, et d'autant plus que, ayant lu quelques livres, je sais de quoi ils seront capables, dès qu'on leur indiquera où elle le mal (non, ça, ils le savent déjà), surtout qui il faut frapper, éliminer, pour que, enfin, l'humanité accède au bonheur éternel.

    Tous ces jeunes gens aspirent à deux choses : une cible et une arme. Ils viennent de le prouver, une fois de plus. La cible vient de prouver qu'elle se reconnaissait comme telle. Pour l'arme, ils sont encore maladroit dans son maniement, mais ils apprendront vite.

    RépondreSupprimer
  40. Didier, je savais bien que vous étiez un vieux loup/singe/con (rayer les mentions inutiles) trottinant à l'aise parmi ce peuple incroyable et délirant de moutons parnurgiens égarés (et garés souvent sycophantes) à droite ou/et à gauche dans un faux décor de fin du monde à deux balles.
    Si vous avez besoin - mais j'en doute - d'une vieille, mais encore bonne mâchoire d'apocalypse, je me tiens à votre disposition hein !

    RépondreSupprimer
  41. Martin-Lothar : votre mâchoire ne sera pas forcément inutile, croyez-le. Gardez-la intacte, pour quand on vous donnera des choses à mâcher...

    RépondreSupprimer
  42. Désolé Didier, je suis mis en cause directement. Je ne peux pas laisser LOmiG, qui vient de se ramasser une déculottée qui restera dans les anales de la franco-bloggotruc, une mémorable raclée infligée par de "jeunes gens à majuscule initiale" ainsi que vous venez de le concéder, faire le kéké.
    LOmiG, ne fait donc pas ta petite Ségolène, car celui qui a cramé ses trois petits neurones, c'est bien toi en reculant sous la première semonce, alors que l'enjeu n'était que purement symbolique, sans même prendre le risque d'une confrontation physique. Haaaahaha ! Quel HOMME! Rousseau que tu ne peux pas blairer avait bien raison: entre faire un homme et faire un citoyen, il faut choisir, sachant que faire l'un, c'est renoncer à l'autre. Et, c'est bien ton attitude de citoyen qui rend si triste ton nouvel ami Didier.

    Alors, s'il te plaît, oublie moi et ne m'oblige pas à venir te répondre jusqu'ici, sur le blog de Didier à qui j'ai promis de foutre la paix. J'ai un blog, et même un mail, tu peux me contacter, sans emmerder tout le monde. Oui, je sais, tu cherches un peu de soutient, un peu de réconfort, ça se comprend, les temps sont durs... pfffff!!!

    RépondreSupprimer
  43. « Ils sont possédés par le Bien, fouaillés par la Justice, écartelés par la Vertu. »

    Ouche ! Ça doit faire mal tout ça. Pire que le supplice de Tantale. Je conçois qu'ils se révoltent. Pauv'choux !

    RépondreSupprimer
  44. @ Didier Goux : je suis d'accord avec toi (excuses le tutoiement, je trouve ça plus direct - dis moi si tu veux que je sois un plus poli et respectueux). C'est exactement pour cela que le libéralisme humaniste me parait un horizon indépassable : chaque individu devrait avoir le droit de vivre sa vie comme il l'entend, du moment qu'il n'emmerde pas les autres. Même s'il veut vivre comme un ours dans une caverne.
    Les constructivistes, ceux que tu décris comme les gens à majuscule, pensent qu'il est possible de trouver un consensus sur l'organisation de la société souhaitable. C'est évidemment une connerie sans nom, et la seule chose qui soit à notre portée, c'est de faire en sorte d'éviter les totalitarismes de toutes sortes qui broyent les individus sous les majuscules. C'est ce que l'histoire récente (ou pas) nous apprend. Le XXeme siècle et ses centaines de millions de mort le montrent.

    S'il faut une majuscule, mettons là une bonne fois pour toute à Justice, en disant que la seule société juste c'est celle qui permet à tout homme de vivre librement sa vie. Point barre. Le reste tombe systématiquement dans des argumentations un peu creuses, et arbitraires.

    @ Scheiro : ????

    RépondreSupprimer
  45. Ah ! On retrouve le Scheiro de me grande époque : taré et odieux. Ça fait du bien.

    RépondreSupprimer
  46. @Didier et Lomig.
    Soyons clairs, Scheiro jubile^^, il croit triompher...et il a le triomphe insistant et braillard. Il n'y a que lui qui n'a pas compris et approuvé le comportement digne de Criticus.
    Il ignore le repli stratégique que l'on peut adopter quand on sait que l'on a raison, comme le fait notre ami. Laissons Scheiro à ses gesticulations et braiements d'âne (non, c'est trop mignon, les ânes, qu'ils me pardonnent la comparaison)

    RépondreSupprimer
  47. Tu veux que je te parles de ton grand-père, Marine, tu sais le type qui te faisais sauter sur ses genoux?

    RépondreSupprimer
  48. Marine,
    Mais non ! C'est un plaisir. Ça me rapelle la fois oú Scheiro avait expliqué dans un commentaire les pratiques sexuelles de ma mere. Et de ma soeur, mais c'est moins gênant, c'était avec des animaux,
    Après il donne des leçons aux gens. C'est un plaisir d'être abonné aux commentaires on les reçoit avant la censure par le taulier.

    RépondreSupprimer
  49. Ah ! Les commentaires se croisent. Amusant.

    RépondreSupprimer
  50. Nicolas, tu es sur la bonne voie: fille encore quelques cacahouètes à Marine et c'est dans le sac, camarade.

    RépondreSupprimer
  51. La rénovation occidentale continue ici et ici.

    Regroupons les intelligences par delà les barrières idéologiques.

    RépondreSupprimer
  52. Ah ! La dépression... Scheiro, le suicide tu y penses ?

    Anonyme,
    Merci de nous tenir au courant, on avait oublié ce truc.

    Didier,
    On papote, on papote...

    RépondreSupprimer
  53. Nicolard, tu radotes, mon ami, ça fait au moins trois fois que tu me répètes cette vanne. Mais, c'est peut-être ta nouvelle amie Marine qui t'as donnée un cours sur le comique de répétition. N'oublie pas de lui filer aussi une boite de sardine, à la Marine....
    Allez, je vous laisse, essayer de pas trop vous vomir dessus.
    A un de ces 4!

    Signé: Scheiro, l'ami des charclots du Web.

    RépondreSupprimer
  54. Scheiro,
    Ce n'est pas à toi que je raconte mais à Marine afin qu'ellene s'offusque pas de tes propos en comprenant ta maladie mentale. Avec un peu de chance, elle éprouvera de la pitié.

    RépondreSupprimer
  55. @Nicolas:
    Merci de conforter un avis clinique qui se faisait jour sur Scheiro! j'avais bien un doute, me voilà rassurée: juste une petite fixette sur les grands-pères. Il a dû trop voir le film canadien de prévention des abus sexuels qu'on passe aux enfants en 6ème, vous savez le truc "quand ça dit oui ou quand ça dit non" ? Je le savais que ça allait traumatiser les gamins! Forcément, ça lui parlait.Tsssssss...

    RépondreSupprimer
  56. On comprendra si Didier nettoie tout ça lol ^^

    RépondreSupprimer
  57. Goux autonome et indépendant, c'est comme ça que je le préfère.

    RépondreSupprimer
  58. Bien, je vois qu'on ne s'est pas ennuyé durant mon absence...

    On m'excusera, je l'espère, de laisser tout cela sans réponse. D'autant que personne ne semblait me parler, alors...

    RépondreSupprimer
  59. 61 commentaires, pfff! Je renonce à les lire tous. Pour parfaire la palinodie vous pourriez postuler aux leftblogs, ou créer votre propre réseau contretoutiste.

    RépondreSupprimer
  60. @ Didier Goux
    Moi je vous aurais bien parlé, j'étais même prête à rénover l'Occident avec vous pour le plaisir d'échanger des considérations vaines et précieuses sur le temps qui passe, mais je m'en vais quatre jours et en mon absence se révèle la fugacité de toute entreprise humaine...
    Je ne suis pas encore initiée aux arcanes de vos réseaux : c'est un prétexte pour multiplier les pots d'accueil et de licenciements ? Qui joue le DRH ? Et quel rôle au juste jouent les choeurs effarouchés ? C'est à eux qu'on sert la bière ?
    Si je repasse, j'aimerais beaucoup partager une coupe avec quelqu'un qui sait encore ce qui est irremplaçable sur cette terre...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.