samedi 25 avril 2009

Quitte le nid si tu y es bien

C'est fou comme le temps passe, n'est-ce pas ? Hier encore, ce n'était que deux petits oeufs fraîchement pondus, et aujourd'hui, on est à la veille du service militaire, ou peu s'en faut.

En tout cas, que les jeunes tourterelles soient ou non appelées sous les drapeaux, une chose est indubitable : hier, les deux qui sont nées dans notre cerisier ont quitté le nid et pris leur envol, sous le regard vigilant de leurs parents (qui, entre nous, s'en sont remis un petit coup dès ce matin, sans doute pour pouvoir livrer la deuxième nichée dans les temps impartis).

En fait, on ne sait pas trop si les petits ont réellement volé ; il est possible qu'ils se soient contentés de sautiller du cerisier au tilleul, profitant de l'entrelacement des branches de ces deux arbres. Mais, enfin, le premier pas est accompli.

13 commentaires:

  1. C'est joliment écrit! Petit moment de poésie.

    RépondreSupprimer
  2. et c'est reposant...On s'arrête et on regarde.

    RépondreSupprimer
  3. Didier, vous devenez gâteux à vous extasier devant des machins qui ne sont même pas encore assez gros pour finir dans une assiette.

    RépondreSupprimer
  4. Superbe photo, merci.

    Les tourterelles, je les aime bien, sauf quand elles me réveillent à 5 h du matin et que je me suis couchée à 1 h !

    RépondreSupprimer
  5. Si j'ai bien tout compris Nicolas, vous préférez les bécasses...?!!

    RépondreSupprimer
  6. Marine, merci, mais vous êtes sans doute trop indulgente. Et puis, cessez e bouder et revenez sur l'autre blog ! Je vous rapelle que vous êtes sous ma protection, là-bas...

    Nicolas : ça vous surprend vraiment, qu'un vieux con devienne gâteux ?

    Flèche : vous exagérez un peu : en ce moment, à 5 h, il fait encore nuit et les tourterelles roupillent ! Et couchez-vous plus tôt, d'abord, fille de mauvaise vie !!!

    Pluton : arrêtez de jeter de l(huile sur le feu, malheureux !

    RépondreSupprimer
  7. Aïe ! aïe ! pourvu qu'elles n'aient pas raté une branche.
    Vous avez des chats chez vous monsieur Goux ?

    Coach Berny

    RépondreSupprimer
  8. @Didier Goux:
    Quelle protection? Vous me protégez de quoi?
    Merci, c'est gentil, mais je n'ai pas besoin d'être protégée, sauf dans la vraie vie, quand je prends le tram. Comme tout le monde. Comme vous, sans doute, ainsi que vos mâles satisfaits d'eux-mêmes (non, je n'ai pas dit vos mâles heureux). Sauf que pour eux, c'est le métro ou le bus.
    Pour le reste, ça va très bien, merci. Et je n'ai rien à faire là-bas.
    Pour faire quoi? Me révolter à chaque billet? Applaudir et faire semblant de rire avec vous et vos pré-ados? Je sais que tout ça, c'est de l'humour, mais comme le dit Nicolas, je ne comprends rien (ou je ris secrètement et vous n'avez pas besoin de le savoir^^). Donc il vaut mieux réserver ce registre à vos potes qui semblent s'y éclater et des "femelles" qui apprécient.
    C'est plus humain ici, chez vous.

    RépondreSupprimer
  9. Ils refont des œufs, c'est pour continuer à toucher leurs allocs ?
    :-)))

    [Ouai, ça va cinq minutes la naïveté poétique, hein ?!!? :-) ].

    RépondreSupprimer
  10. En fait, ce sont les merles qui chantent dès 5 heures le matin en ce moment, car ils se mettent à chanter à peu près une heure avant le lever du soleil.

    Je me couche quand je peux !!!

    RépondreSupprimer
  11. Exact, pour les merles : ils commencent à chanter dès le premier soupçon de lueur, sous l'horizon. Et, le soir, ce sont encore eux qui sonnent l'extinction des feux.

    RépondreSupprimer
  12. Le plus souvent ce sont les parents qui poussent leurs petits à sortir du nid et à se débrouiller tout seuls et quelquefois, je crois, comme chez les merles si les parents ne peuvent plus suffire à élever leur seconde nichée, quelques ainés prennent la relève...Je me suis amusée à regarder cela dans le jardin...

    Et puis que voulez-vous, Monsieur Goux, faut bien qu'ils s'amusent encore, les parents, non mais....

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.