dimanche 7 mars 2010

¡ Ahora y siempre !

Nous parlions de Pablo Neruda, il y a quelques jours, ici même. Et, cet après-midi, nous avons rendez-vous avec lui, en sa demeure. Car, en 1971, le poète-ambassadeur s'est offert une maison à Condé-sur-Iton, soit à un jet de fronde de chez nous. Certes, cette Demeure de l'esprit, l'auteur de Residencia en la Tierra y résida fort peu – et sur la terre pas beaucoup davantage, puisqu'il était de retour au Chili dès le début de 1973 – et pour y mourir, au lendemain du golpe pinochétique.

Profitant de ce qu'il fait beau et très froid, de ce que Roselyne semble disposée à nous accorder sa stoïque assistance, et encore de la présence, en ce Condé-là, d'un château, nous allons donc nous transporter en ces lieux afin d'y effectuer une promenade dûment balisée de six kilomètres, dans le village et sur les bords de l'Iton, en compagnie de nos deux plus fringants cadors.

Ce qui précède n'est qu'une introduction à la promenade, une mise en jambes et en souffle : si je suis inspiré, vous aurez peut-être droit ce soir à un chant plus général....

6 commentaires:

  1. Mifa groupie de Neruda7 mars 2010 à 13:15

    Bon, vous avez gagné, je bave carrément d'envie!

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien...
    que j'aie hâte d'entendre "ce chant plus général"

    RépondreSupprimer
  3. "en compagnie de nos deux plus fringants cadors."
    Aaaaa baaaaas la sélection!

    Qui sont les heureux zélus, qui reste à la maison?

    RépondreSupprimer
  4. Mifa : c'était un après-midi fort agréable.

    Jeffanne : ben... finalement...

    Marine : réponse dans le nouveau billet !

    RépondreSupprimer
  5. Ah! El Gran Canto General!!! Je l'avais en disque autrefois..

    RépondreSupprimer
  6. Tiens donc,
    on lit du semi-bougnoule maintenant et de surcroît coco ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.