jeudi 11 mars 2010

Se faire interdire de Comète : codicille

Tout à l'heure, j'ai appris par le billet de Nicolas que l'incident décrit succinctement plus haut (donc plus bas) avait trouvé son origine dans le fait que le taulier de l'abreuvoir où nous stationnions m'avait, à voix haute et intelligible par tous, traité de gros con. Du coup, la vague honte que je ressentais d'être à l'origine de ce barouf s'est aussitôt évaporée.

Car j'ai passé l'âge de me faire insulter par un limonadier, à plus forte raison lorsque je fourre dans sa caisse enregistreuse de quoi assurer sa pénible et superfétatoire existence. Par conséquent, je ne suis pas fâché, mais alors pas du tout, d'avoir flanqué mon houblon dans la face de ce jean-foutre. Suis même prêt à recommencer avec un bol de chocolat. Parce que ça brûle les têtes de nœud et que ça colle.

53 commentaires:

  1. Oui, enfin, c'est quand même un verre payé avec mes sous à moi que vous avez jeté.

    RépondreSupprimer
  2. Je vous dois un bière. Mais plutôt à l'Aéro, alors...

    RépondreSupprimer
  3. Je vous croyais capable d'abuser du [ thé russe] mais de chocolat chaud, je n'en reviens pas...

    RépondreSupprimer
  4. Un Incorrigible, m^^eme moitié de l'Irremplaçable, c'est... Irrécupérable!
    (Franchement, pour ^^etre raccord, vous devriez ^^etre compréhensif, alors, quand ceux que vous avez insultés en les traitant de "c..." vous le rendent comme ils le font)

    RépondreSupprimer
  5. Et après avoir badigeonné de moutarde le crâne du type de l'Aéro ? A force, vous finirez tous au MacDo !

    RépondreSupprimer
  6. Vous avez raison, on n'est pas là pour se faire engueuler, sauf qu'un mystère bien épais n'est toujours pas éclairci, purée de poix, c'est la raison pour laquelle il vous a traité de gros con. Vous avez encore dit du mal des auvergnats, avouez !

    RépondreSupprimer
  7. Dorham,

    On trouve assez facilement des raisons valables pour traiter Didier de gros con, quand même !

    RépondreSupprimer
  8. Et pendant ce temps là la France profonde ( moua bien sur) bosse!!!

    RépondreSupprimer
  9. Yann : le chocolat, c'est pas popur boire, c'est pour foutre sur la gueule des fâcheux !

    (Encore qu'un chocolat madrilène dans lequel on trempe quelques churros...

    Passante : je donne des cours pas chers, pour apprendre à placer l'accent circonflexe sur le e...

    Balmeyer : réussir à être tricard dans TOUS les bars du KB, alors que je bosse à Levallois et vis en Normandie : voilà mon ambition.

    Dohram : pour l'éclaircir, il faudrait demander au patron de la Comète. Mais j'ai peur qu'il ne soit pas tout à fait objectif, pour ce qui me regarde...

    Nicolas : c'est parfaitement vrai. Mais ça n'est permis qu'à certaines personnes de mon choix.

    RépondreSupprimer
  10. Geargies : la France profonde bosse à neuf heures du soir ?

    RépondreSupprimer
  11. En résumé, vous nous expliquez que vous jouez à c'est celui qui dit qui y est.

    RépondreSupprimer
  12. Audine : en fait, en l'absence totale de souvenir, il m'est difficile de me prononcer...

    (Après tout, je l'ai peut-être grossièrement provoqué, ce garçon, ça serait assez mon genre.)

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Mais comment faites-vous pour être bourré à ce point ? Je veux dire : vous ingurgitez quoi, en quelle quantité et en combien de temps ? Excusez mes questions un peu technique, mais il y a là un mystère que je voudrais éclaircir.

    RépondreSupprimer
  15. Didier,
    Dites merci à Catherine, qui d'une part vous évite une deuxième visite du commissariat de MANTES LA JOLIE et de notre part, dites lui merci de faire de vous un comparse qui niquera mathusalem en longivité.

    RépondreSupprimer
  16. Et une bière à la gueule pour "un gros con", c'est pas cher payé. Dans le sud, la sentence aurait été TERRIBLE ! Oui Môssieur, car dans le pastis , on met des glaçons durs et acérés et que ça fait très mal !

    RépondreSupprimer
  17. Nicolas,
    tu va pas faire ta bêcheuse parce que tu as payé ton gorgeon!

    RépondreSupprimer
  18. Pluton, vous êtes médecin, n'encouragez pas les beuveries

    RépondreSupprimer
  19. Olivier, Didier,

    ce n'est pas le pb du prix du verre. C'est un outrage grave de jeter un verre offert. Ça mérite réparation. Dans le pré. Faut que je trouve un bistro qui s'appelle "le pré".

    RépondreSupprimer
  20. Savoureux fait d'arme !

    Je vous fiche mon billet que la prochaine fois que vous passerez par le KB sévèrement murgé, vous n'aurez qu'une envie : vous attabler fièrement à la Comète.

    C'est le genre de truc qui vous prend comme une envie de conduire ...

    RépondreSupprimer
  21. Videmment que c'est pas le prix du gorgeon, que celui qui n'a jamais versé un demi à la tête d'un cabaretier me jette la première pierre ( ou le premier demi)

    RépondreSupprimer
  22. Cher Yanka, consultez ce lien qui aiguisera votre curiosité, c'est ici
    Notez bien que Didier et votre serviteur sont des anges après avoir sifflé en apéro deux quilles de vin blanc du Sud (14°) chacun sous la houlette indulgente de leurs épouses respectives...

    RépondreSupprimer
  23. Yanka : c'est assez simple. À mon âge, il n'est plus possible de boire le midi ET le soir. Or, hier midi, j'ai passé un délicieux déjeuner avec Jérôme Vebret : lui n'a rien bu, mais mois oui. Là-dessus, quelques bières suffisent à me mettre minable, désormais. Et minable je fus...

    Olivier P : non, non, je savais très bien être bourré et je n'aurais jamais pensé conduire jussqu'à la maison ! Je voulais juste parcourir, à 40 à l'heure, les deux kilomètres qui séparent le KB de l'avenue d"'Ivry...

    Pluton : d'autant moins cher payé que c'est cet excellent Nicolas qui l'a payée ! À part ça, je regrette un peu de ne pas avoir défoncé la gueule à ce connard. Mais, bon, c'est pas mon genre...

    Nicolas : jeter un verre à la face de ce connard n'est pas... enfin, n'est pas, quoi.

    Amiral Potiron : j'ai joui comme jamais ! L'impression d'avoir de nouveau 25 ans, quand je pissais contre le comptoir de crétins patrons de bar, à qui, en plus, je laissais des ardoises ÉNORMES !

    (Pardon : je ne suis pas un type très fréquentable...)

    RépondreSupprimer
  24. Bon je vais y aller de ma petit leçon de morale (je ne vais pas laisser une occasion pareille) :

    "un homme ça se retient" !

    RépondreSupprimer
  25. Pluton & Yanka : j'adorerais vous réunir (et avec nos trois femmes respectives, n'est-ce pas)...

    RépondreSupprimer
  26. J'espère que ça va fonctionner...

    ici

    RépondreSupprimer
  27. http://www.simu-alcool.com/mps/index.html

    oui oui je suis obstiné...

    RépondreSupprimer
  28. "Parce que ça brûle les têtes de nœud et que ça colle."
    et pis ça fait des taches.

    RépondreSupprimer
  29. @Passante:
    "Passante : je donne des cours pas chers, pour apprendre à placer l'accent circonflexe sur le e..."
    et même, avec un petit supplément, Didier vous parlera du bon usage des parenthèses et des crochets. Mais faut le mériter! Faites encore un effort...

    RépondreSupprimer
  30. Didier,

    l'hôpital qui se fout... (on est abonnés aux commentaires, pas la peine de supprimer). Z'etes encore saoul ? Au fait ! La Comète est calme, ce soir, vous manquez...

    RépondreSupprimer
  31. Nicolas : l'hôpital qui se fout de quoi ???

    Je suis doucement ivre (et je vais aller le coucher...)

    Néanmoins, j'aimerais bien savoir ce dont j'ai "parlé" avec l'autre connard, hier soir...

    À vous de creuser l'enquête...

    RépondreSupprimer
  32. J'ai creusé. Mais les conclusions ne sont pas à votre avantage, semble-t-il. Le patron et le gros Tonnégrande semblent être formels. Faites moi penser, demain, à vous envoyer la suite du commentaire par mail.

    RépondreSupprimer
  33. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  34. Pour la question de la boisson, je suis un diesel. Une fois que c'est parti, c'est parti, mais faut pas que je fasse des mélanges, surtout pas ! Je vomis partout, à gerbes longues, et je peux être obscène, voire agressif (j'ai déjà cherché noise à un gars deux fois plus épais que moi et s'il n'avait été un brave gars, je ne serais plus de ce monde). Quand j'ai ma dose, ça s'entend tout de suite : je m'obstine à parler en anglais. En fait, je n'aime pas me bourrer la gueule, je suis plutôt sobre. Une petite ivresse, ça me va. Sinon je panique vite, parce que je suis sujet au vertige.

    RépondreSupprimer
  35. Si on ne peut plus insulter calmement sans se prendre un demi dans la tronche… Tout fout le camps !
    :-))

    RépondreSupprimer
  36. Rires... En toute objectivité, lisant les commentaires à cette heure matinale, j'ai l'impression d'être non pas à la Comète (que je ne connais pas), mais au comptoir d'un petit bistrot/tabac/PMU, à la sortie de l'usine (au temps où les gens fumaient encore dans les bars)... c'est très sympathique ce brouhaha.

    Didier... Il ne s'agit pas plutôt de Joseph Vebret, et non Jérome ?

    RépondreSupprimer
  37. Oui Olivier, vous avez tout à fait raison. Mais il n'y a rien de plus chiant que de donner des conseils hygiéno-diététiques aux autres. Promis , je ne commenterai plus sur ce terrain là.

    RépondreSupprimer
  38. En fait, Nicolas se trompe car au moment T de l'incident il comtemplait le cul de Nadia qui venait d'entrer, mais moi étant présent, j'affirme que le patron a dit gros con après que vous l'eussiez préalablement qualifié par cette phrase inoubliable et définitive en le regardant stoiquement face à face et dans le blanc des yeux : je cite "vous êtes un con".
    C'est à partir dfe là que ça a dégénéré

    RépondreSupprimer
  39. Tonnégrande,

    Merci pour ta contribution mais admets quand même que le cul de Nadia est plus intéressant à regarder qu'une conversation d'ivrognes.

    RépondreSupprimer
  40. C'est vraiment gâcher du houblon.

    Je trouve réellement ce genre de comportement parfaitement intolérable, tu lui demande de sortir de derrière son bar et vous vous battez en hommes, mais mettre un verre dans la gueule d'un barman, c'est juste très bas.

    Si un jour je redeviens barmaid, et que tu me jettes un demi à la gueule, t'auras plus assez de doigts, ni de dents pour le raconter. Tiens toi le pour dit.

    RépondreSupprimer
  41. Un anonyme sans alcool.12 mars 2010 à 09:51

    Vous avez profité de votre état pour tenter de vous reproduire ? La France a besoin d'électeurs pour lutter contre le "grand remplacement climato-génétique".

    RépondreSupprimer
  42. Bon, je me suis laissé déborder par les commentaires, là ! Et je me demande bien quel petit démon m'a poussé à affubler l'excellent Joseph Vebret du prénom de Jérôme : j'espère qu'il me pardonnera...

    RépondreSupprimer
  43. Répondre à : vous êtes con
    Par : vous êtes un gros con
    Il y a eu escalade dans l'injure, c'est incontestable.

    RépondreSupprimer
  44. Elle vient quand à la Comète la Nadia en question ?

    RépondreSupprimer
  45. Pluton,

    Tous les soirs, où presque. Mais je ne l'ai pas présentée à Didier. Tiens, je vais envoyer une photo de son cul à Didier (elle lit mon blog).

    RépondreSupprimer
  46. @ Didier Goux. Pas de problème Cher Didier pour le Joseph transformé en Jérôme : nous savons tous que les vignes du Seigneur transforment parfois les claviers azerty en querty...

    RépondreSupprimer
  47. On peut se demander où est passé Auguste.
    Auguuuuuuuuuste !

    RépondreSupprimer
  48. bin Auguste, interdit de vomir ici, hein! Un peu de respect pour le taulier.

    RépondreSupprimer
  49. Néfisa,
    le jour où vous redeviendrez barmaid, pourra-t-on sous l'emprise de l'alcool, vous toucher la poitrine et eventuellement les fesses si vous vous aventurez derriere le comptoir,
    me demande Nicolas ?

    RépondreSupprimer
  50. Nef,

    Ma pure, tu n'es pas sans ignorer que le gros Tonnégrande est un vulgaire obsédé sexuel, certes largement membré d'après la rumeur.

    Et totalement obsédé sexuel. Même moi, son ami d'enfance depuis deux ou trois ans au moins, il a essayé de m'enfiler comme une chaussette usagée. J'ai résisté.

    RépondreSupprimer
  51. Tonnegrande : ok. Mais juste vous. (Ca m'embêterait de devoir taper sur Nicolas)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.