lundi 15 mars 2010

Face à Dieu (réflexion en cours)


Pour les croyants, c'est un Oui,
les athées disent “non” et détournent leurs regards.
Mais pour tous les autres, ceux qui scrutent sans voir ?
Dieu, c'est leur grand Peut Être.

35 commentaires:

  1. Les athées détournent le regard. C'est donc qu'ils ont vu et qu'ils refusent? Par orgueil? Par vanité?

    Il y a tellement de grandeur dans le "ni Dieu, ni maître". Volontarisme ou désespoir?

    RépondreSupprimer
  2. Ils ne veulent pas prendre le risque de voir ?

    RépondreSupprimer
  3. Dieu existe. Il est bonté, justice et amour. Je l'ai décidé. Ma décision est irrévocable, je n'en rendrai compte qu'à lui.

    RépondreSupprimer
  4. Ou autrement, certains ont une réponse et d'autres d'abord une question. Cela dit, quand on lit des textes de mystiques, on se rend compte que certaines personnes présentées comme croyantes peuvent être en fait dans le doute le plus complet, voire le désarroi face à l'absence d'une divinité, et ne sont pas si éloignées des agnostiques. Je préfère saint Jean de la Croix à Bernardo Gui, sainte Thérèse d'Avila à madame de Maintenon, quoi que tous fussent fort catholiques selon l'opinion de l'Église. Ne me demandez pas pourquoi, j'ai juste l'impression que certains ont moins fauté et se sont montrés plus honnêtes envers leur conscience.

    RépondreSupprimer
  5. et c'est qui alors qui a crée l'absinthe ?
    me demande Johnny Le Clodo, le pote à Nicolas

    RépondreSupprimer
  6. Insondable pensée...
    pas obligée de donner un avis, n'est-ce-pas Monsieur Goux ...

    RépondreSupprimer
  7. La foi serait donc un bloc de certitude et l'athéisme, un refus ? Ça me semble un peu plus complexe !
    :-))

    RépondreSupprimer
  8. PRR : à l'occasion, dites-lui un mot pour moi...

    Dominique : il me paraît difficile de préférer Mme de Maintenon à sainte Thérèse !

    Tonnégrande : c'est pas vous ?

    Jeffanne : on n'est obligé à rien, ici, vous savez bien.

    M. Poireau : évidemment ! Pour les athées, je pensais aux militants obtus, de ceux qui me collent la honte de pouvoir être assimilé à eux.

    RépondreSupprimer
  9. Tonnégrande: Mais kilécon, lui !

    Ce n'est pas l'absinthe, c'est l'absoute.

    Quand on nous aura mis dans une étroite fosse,
    Quand on aura sur nous dit l'absoute et la messe
    Veuillez vous rappeler, Reine de la promesse,
    Le long cheminement que nous faisons en Beauce.

    ***

    Allez en paix, et ne péchez plus.

    RépondreSupprimer
  10. Didier: ah, non, vous n'allez pas devenir bigot en vieillissant, tout de même !

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne,
    On peut être croyant, et/ou prier, sans être "bigot" !

    RépondreSupprimer
  12. Suzanne :

    Quand nous aurons joué nos derniers personnages
    Quand nous aurons posé la cape et le manteau
    Quand nous aurons jeté le masque et le couteau
    Veuillez vous rappeler nos longs pélerinages

    Moi aussi, je peux le faire !

    Geneviève : merci de prendre ma défense ! Et ravi de vous voir de retour en ce tripot mal famé...

    RépondreSupprimer
  13. D'accord avec Geneviève. Vous nous avez manqué, on s'inquiétait.

    RépondreSupprimer
  14. Geneviève: je sais bien, et c'est justement parce que je n'imagine pas Didier bigot que je le lui dis ainsi. Dommage, dans un sens, il n'y a pas de bigots verveux, tonitruants et rigolos. J'ai failli dire "décomplexés".

    RépondreSupprimer
  15. De toute façon, pour devenir bigot, il faudra déjà que je passe par la case "croyant".

    (Ou bien si je n'ai rien compris ?)

    RépondreSupprimer
  16. Je n'ose même pas imaginer ce que serait un bigot athée. (quoique, quoi que...)

    RépondreSupprimer
  17. Quand on lui parle de Dieu un athée ne détourne pas le regard, il lève les yeux au ciel !

    RépondreSupprimer
  18. Suzanne : mais vous n'avez pas besoin d'imaginer : des bigots de l'athéisme, il y en a plein les blogs !

    (Vous savez : ces crétins qui se font (ou croient se faire) débaptiser pour montrer à quel point ils ont l'esprit fort...)

    RépondreSupprimer
  19. Je vous vois bien en gros moine aux joues rouges et à l'oeil lubrique, la corde nouée bien haut sur la bedaine, vantant les mérites d'une quelconque chartreuse dont vous lèveriez la bouteille contre la lumière comme un calice.
    Vous n'auriez rien à craindre, puisque l'habit, n'est ce pas.

    RépondreSupprimer
  20. Didier: ceux qui se font débaptiser, ce n'est pas pour entrer chez les Témoins de Jéhovah, qui demandent la radiation des listes ? Sinon, à quoi bon, car si l'on n'y croit pas, qu'est-ce que ça peut faire d'être baptisé?

    J'achète des merguez à un petit boucher qui en vend d'excellentes sur le marché. Elles sont garanties halal, et pendant qu'elles grésillent, aucune prière pour le salut de mon âme (ou aucune malédiction pour la païenne que je suis) ne s'élève dans la vapeur parfumée, ou alors je l'avale sans y penser.

    RépondreSupprimer
  21. Se faire débaptiser: comme toute action (un peu) démonstrative, cela sert sans doute à ficher sa fléchette dans la cible des culs-bénis (j'imagine).

    Je le ferais bien, moi, si je n'étais pas aussi... velléitaire et procrastinatrice, histoire que les "autorités" des unes et des autres religions cessent de se prévaloir de tant de millions de croyants... Après tout, on ne m'a pas demandé mon avis au moment de me baptiser, pourquoi pas le droit de corriger cette erreur?

    Je ne les trouve pas si couillons que cela, les "débaptisés", finalement.

    Quant aux croyants et aux bigots, j'ai toujours du mal à les distinguer les uns des autres: en fait, tous superstitieux, et tous adeptes de l'une ou de l'autre de toutes ces sectes qui ont plus ou moins réussi. (tiens, je sens que je vais encore me faire des... amis!)

    Il est vrai qu'en regard de la mort qui "terrorise" quand elle arrive à grands pas, qui sait ce que le très prochain voué-à-disparaître aura envie de croire ou de ne pas croire... Après tout, comme ils sont nombreux ceux qui se sont convertis de fait ou de pensée afin d'apprivoiser l'idée du néant (ou du non-néant, ce qui leur paraît pire) aux premiers signes de boute-la-mort!
    L'Ankou et la Robe (Soutane, boubou, etc.) ont de beaux jours devant eux (ce sont bien les seuls)...
    Non?

    RépondreSupprimer
  22. Passante : si Dorham passe par ici, il vous expliquera qu'il est IMPOSSIBLE de se faire débaptiser...

    À tous : pour cause de visite attendue, plus de commentaires de ma part, ici ou ailleurs, avant onze heures demain matin.

    RépondreSupprimer
  23. Mère Castor, vous nous troussez là un portrait bien réjouissant !! N'est-ce pas Didier ?

    RépondreSupprimer
  24. Du strict point de vue de l'honneteté intellectuelle, les deux positions extrèmes, la croyance et l'athéisme sont deux positions intenables.
    Rien n'a prouvé qu'un ou plusieurs dieux existent.
    Rien n'a prouvé qu'un ou plusieurs dieux n'existent pas.
    Ne reste plus que l'agnostiscisme qui attend sereinement une preuve irréfutable.

    Le reste relève tout simplement de la foi, la bonne ou la mauvaise, de la naïveté, de la contrainte, de l'habitude, de l'illusion, de la paresse, du confort, du militantisme, du suivisme, de la tradition...pour imaginer que la divinité existe ou n'existe pas.

    Duga

    RépondreSupprimer
  25. « Rien n'a prouvé qu'un ou plusieurs dieux existent. Rien n'a prouvé qu'un ou plusieurs dieux n'existent pas. »

    Jusqu'à ce qu'un allumé prouve que la Terre était ronde, elle était plate pour tout le monde, sauf qu'en réalité, elle était ronde.

    Si Dieu existe, il est étranger à la raison, non examinable, non échantillonnable. Il EST, indéniablement, pour celui qui croit en lui.

    RépondreSupprimer
  26. La question n'est pas : Dieu existe-t-il (ou non), mais : « Ai-je la foi (ou non) ? »

    Et on peut toujours lire ou relire saint Augustin...

    RépondreSupprimer
  27. Ahh Yanka m'a coupé l'herbe sous le pied... J'allais dire qu'il y a un Dieu pour chacun de nous .. Y compris le Dieu absent bien sûr.. D'ailleurs les agnostiques ne s'y trompent pas et le vocabulaire non plus qui permet des remarques fines comme " ah, oui, tu as rencontré Dieu... C'est vrai.."

    RépondreSupprimer
  28. Didier et Catherine,
    J'apparais peu sur le blog, c'est vrai (le temps me manque cruellement !), mais je le lis quand même assez régulièrement.
    Cela étant dit, je suis un peu fâchée :-) car j'ai quand même fait une petite apparition le 22 février, à 10 heures 21 exactement, pour souhaiter bon rétablissement à Didier (avec un sketch de Devos)... apparition qui est passée inaperçue. Snif !

    RépondreSupprimer
  29. @ Yanka

    Effectivement, j'ai dit que les agnostiques attendaient une preuve tangible, rationnelle si vous voulez, pour se déterminer.

    Et que pour les croyants, c'était une question de foi ou d'autres choses que j'ai énumérées.
    Et qui peuvent les amener à croire à un dieu choisi parmi tout l'échantillonnage possible des divinités passées, présentes ou à venir.

    Duga

    RépondreSupprimer
  30. Dorham (passant par ici),

    Il est techniquement et administrativement impossible de se faire débaptiser comme il est impossible de se démarier.

    Aucun prêtre ne touchera à son registre sur quelque insistance que ce soit (cette procédure n'existe pas) et de toute façon, l'effacement du registre n'a pas le pouvoir de débaptiser.

    Un sacrement en tant que tel n'est que la marque d'un instant, pas la carte d'ahésion à un parti. Le baptême est une purification et une communication de l'esprit saint qui vous ouvre esgourdes et palpitant.

    Il suffit pour (théoriquement) contrecarrer son effet de renier Dieu, ce qui est de toute façon absurde quand on se dit athée. Dans ce cas là, qu'est-on ? Sataniste ? :)

    Bref, c'est un désir absurde et je le répète, si l'on est athée, c'est frôler le nihilisme que de souhaiter se battre contre quelque chose dont on prétend qu'elle n'existe pas.

    On peut se faire excommunier par contre mais faut faire un truc atroce comme manger des enfants, prétendre que la terre est ronde ou qu'elle tourne autour du soleil et non l'inverse.

    RépondreSupprimer
  31. Et voter socialiste, ça ne suffit pas ?

    RépondreSupprimer
  32. Didier,

    J'ai fait pire, non, ça ne suffit pas...

    RépondreSupprimer
  33. Oh, non ! Pas le facteur tout de même ?

    RépondreSupprimer
  34. Nooooon,

    ça va pas non...vous me prenez pour qui ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.