samedi 13 mars 2010

Ferrat tabasse (de “faire un tabac”)

Eh bien, non ! Je sais parfaitement ce que vous attendez de moi, en pourléchant vos babines violacées d'alcool et déformées par un rictus charognard, je le sais bien, allez ! Vous espérez qu'au milieu du concert de pleureuses dont les vagues lacrymales ont commencé d'engloutir la blogosphère, je sois celui qui piétine le saint laïque, qui déboulonne l'idole incontestable. Eh bien, non, ne comptez pas sur moi, pour une fois.

Je ne serai pas celui qui rappellera les génuflexions castristes du barde moustachu, non davantage celui qui soulignera la haute teneur poétique de vers tels que :

Entre l'ancien et le nouveau
Votre lutte à tous les niveaux
De la nôtre est indivisible

Et qu'on ne compte pas davantage sur moi pour ébruiter cette anecdote que me contèrent dans ma jeunesse plusieurs vieux reporters et photographes de la presse qu'on ne disait pas encore people. Je le ferai d'autant moins que je suis certain qu'il s'agissait d'une ignoble calomnie ; qu'un homme aussi honnête et aussi droit n'a pas pu, alors qu'il vivait déjà dans sa propriété de la vallée de Chevreuse, conserver durant plusieurs années son petit trois-pièces HLM de Vitry-sur-Seine (ou Ivry : la mémoire me faut) à seule fin d'y recevoir les journalistes et de leur jouer la grande scène du chanteur resté proche des travailleurs – non, ça, jamais je ne pourrai y croire, m'entendez-vous ?


Bon, allez, foin d'ironie facile sur ce grand dadais : je l'aimais bien aussi, finalement. Au moins entre 12 et 18 ans, en tout cas.

22 commentaires:

  1. Moi j'ai appris à chanter que la montagne est bêêêlle au lycée, c'était juste après 68 (oui je sais que juste après c'est 69) ça nous rajeunit pas.

    RépondreSupprimer
  2. Prétérition admise est à moitié pardonnée...

    RépondreSupprimer
  3. C'est un vice bien français que de juger un artiste à l'aune de ses opinions politiques. La véritable question est : Ferrat avait-il du talent ? Et la réponse : oui, énormément. De magnifiques textes, une voix grave et chaude, des arrangements au cordeau. Encore un paysage de la belle France d'avant qui s'en va. Rien que ça, c'est d'une tristesse... !

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas beaucoup de chanteurs d'aujourd'hui pour faire découvrir Aragon !
    :-))

    [Ça me rappelle ce que disait Ferré à ceux qui lui reprochait la vie de château et la Rolls… :-)) ].

    RépondreSupprimer
  5. Entièrement d'accord avec Yanka!
    Orage

    RépondreSupprimer
  6. Bon, allez, d'accord avec tout le monde !

    De toute façon, j'ai pondu ce billet pour faire mon intéressant : en fait, je dois bien connaître encore une vingtaine de chansons de Ferrat par cœur...

    RépondreSupprimer
  7. Vous avez de la chance que personne n'ait bien lu votre journal de janvier, parce que vous y écrivez écouter Ferrat/Aragon dans votre voiture...

    RépondreSupprimer
  8. Dorham : c'est vous qui l'avez mal lu : c'était Ferré/Aragon !

    Cela dit, j'ai beaucoup aimé le Ferrat aussi (bien que les arrangements en soient souvent un peu trop sirupeux) et je dois bien en connaître encore les deux tiers par cœur...

    RépondreSupprimer
  9. Je me demande encore comment on peut trouver du talent à un chanteur. Mais c'est mon côté intégriste camusien, cher Didier.
    (Henri).

    RépondreSupprimer
  10. Merci cher Yanka et merci également Didier, pour ce billet !
    P.S. : j'imagine RC donnant audience aux journalistes dans le petit studio parisien bien connu...

    RépondreSupprimer
  11. Mouhahaha,
    c'est vrai en plus... Ben, voilà, moi qui voulais jouer au plus fin... hahaha !

    J'adore, j'ai l'impression d'être Messire Gauvain devant le Pont-sous-l'eau...

    RépondreSupprimer
  12. Henri : mais si, on peut ! Certains chanteurs ont vraiment du talent. Mais un talent de chanteur : point n'est besoin d'essayer d'en faire des poètes immortels...

    Pluton : oui, l'idée est amusante !

    Dorham : dites tout de suite que ce blog est de la camelote...

    RépondreSupprimer
  13. Quoi, vous vouliez abîmer "mon" Ferrat?
    Ah non, ouf! Encore une provocation pour de rire...

    RépondreSupprimer
  14. Quoi, vous vouliez abîmer "mon" Ferrat?
    Ah non, ouf! Encore une provocation pour de rire...

    RépondreSupprimer
  15. « Ferrat avait-il du talent ? Et la réponse : oui, énormément. De magnifiques textes, une voix grave et chaude, des arrangements au cordeau. »

    OUI, ÉNORMÉMENT.

    Ah ah ah ahah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah

    RépondreSupprimer
  16. Il chantait "juste" c'est énorme pour un artiste. Si fausse note il y avait, c'était tout simplement que le contenu pouvait être dérangeant pour les "bien pensants"

    RépondreSupprimer
  17. bravo !
    http://legaysavoir.blogspot.com/2010/03/la-goche-en-deuil.html

    RépondreSupprimer
  18. Curieux procédé, M. Goux ! Vous rendez publique une petite calomnie relative à Ferrat, de très basse inspiration, du journalisme de chasse d'eau, puis vous exécutez le cadavre. Après tout, c'est votre droit de ne pas aimer un artiste : on trouve dans les glaviots colériques des perles rhétoriciennes. Mais ensuite, et très rapidement, dans le fil des commentaires, vous nettoyez vos postillons et vous avouez une manière d'admiration. L'exercice de détestation ne supporte pas le retournement injustifié. Jean Ferrat était de France, de la langue française, comme Renaud Camus d'ailleurs, dont vous êtes le Thuriféraire, et avec autant de grâce dans son art.
    Jean ferrat était communiste ! Et alors ? Moi non plus !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.