vendredi 26 mars 2010

Les vieilles Corréziennes à cheveux mauves n'ont qu'à bien se tenir

Très éclairante discussion, chez l'honorable Mathieu, suite à son billet du jour. On y part de la fameuse phrase d'Éric Zemmour quant à à la surreprésentation des noirs et des Arabes parmi les (petits) trafiquants de drogue en France. Bon. Naturellement, pas plus chez Mathieu que nulle part ailleurs, il ne s'agit de nier la réalité du fait énoncé, qui crève les yeux. Non, il s'agit de botter en touche, d'ouvrir le parapluie, tout en reprochant à ceux qui voient la pluie tomber d'avoir de trop bons yeux et d'attirer l'attention de ceux qui préfèrent garder fermés les leurs. Comme le dit, en commentaire, l'excellent Manuel : « Quand on répète dix fois une connerie, les gens finissent par y croire. » Ce qui est problématique – et Manuel l'a bien vu, je pense – c'est que son axiome marche aussi, et encore mieux, avec la réalité. Mais revenons à l'argumentation de Mathieu.

Elle est tout ce qu'il y a de plus classique et rabâchée, mais elle reste intéressante tout de même. Que dit-il ? En substance, que s'il y a sept à huit fois plus de noirs et d'Arabes dans les prisons françaises (“à la proportionnelle”, évidemment), c'est parce que ces mêmes noirs et Arabes sont sept à huit fois plus contrôlés par la police. Quand on y songe, l'argument est vertigineux. Car, enfin, s'il était exact, il signifierait quoi ? Qu'il suffit de demander ses papiers à un individu pour qu'il devienne délinquant – la fonction qui crée l'organe. Ce qui induit que nous sommes tous des délinquants, mais que certaines catégories de la population passent au travers des mailles du filet policiers, simplement parce que personne ne songe à vérifier qu'elles fourmillent de gens en délicatesse avec la loi.

Par conséquent, si l'on pousse le raisonnement à son bout, on peut imaginer que si, demain, les policiers reçoivent pour consigne de leur ministre de tutelle de contrôler massivement les Corréziennes de plus de 70 ans, présentant des reflets mauves dans leurs cheveux et portant un cabas écossais, eh bien, après-demain, la population carcérale présentera automatiquement un net surnombre de septuagénaires corréziennes à cheveux mauves, et le greffe sera encombré de cabas écossais.

En un sens, d'ailleurs, Mathieu a parfaitement raison : si toutes nos futures brigades anti-corréziennes se désintéressent complètement des noirs et des Arabes pour se concentrer sur leurs nouvelles priorités, le nombre des noirs et des Arabes embastillés va chuter de manière très significative. Et nous autres, les drogués blancs, on aura moins loin à aller pour se ravitailler en dope.

71 commentaires:

  1. "Quand on y songe, l'argument est vertigineux. Car, enfin, s'il était exact, il signifierait quoi ? Qu'il suffit de demander ses papiers à un individu pour qu'il devienne délinquant – la fonction qui crée l'organe"

    Une statistique permettrait de vous éclairer : la hausse exponentielle depuis plusieurs années des peines prononcées pour "outrage à agent".

    RépondreSupprimer
  2. Et puis, cette comparaison entre le dealer noir et la mémée violette, c'est vraiment un argument à la con. C'est plutôt le coiffeur qu'il faut coffrer.

    D'ailleurs, cette polémique est une polémique à la con, ni Zemmour, ni ce dégénéré congénital de Guillon - faussement drôle, vraiment lourd - ne méritent un tel apesantissement.

    RépondreSupprimer
  3. Démonstration magistrale.
    Mes respects cher Maître.

    RépondreSupprimer
  4. Démonstration grotesque. Mes respects quand même.

    Grotesque parce que Mathieu a juste dit "C'est peut-être aussi..." et pas "c'est parce que ces mêmes noirs et Arabes sont sept à huit fois plus contrôlés par la police."

    En extrayant trois ou quatre lignes d'un long billet, vous tombez à côté.

    De même, d'ailleurs, pour la citation de Fabrice que vous ressortez, vous l'enlevez de son concept.

    RépondreSupprimer
  5. Dorham : je vois mal le rapport...

    D'autre part, je pense que les coiffeurs sont innocents : la plupart des vieilles dames se font faire ce type de teinture par leur entourage familial.

    PRR : merci bien...

    Nicolas : en quoi ma démonstration est-elle plus grotesque que l'argument qu'elle tente de démonter ?

    Vous avez raison, Mathieu a dit : "peut-être bien que...", mais ça sent nettement la prudence rhétorique. On voit bien qu'il a croit ou a très envie d'y croire.

    Quant à Fabrice... eh bien, au temps pour moi, car c'est Manuel qui a dit ça en commentaire, je cours rectifier dans le billet !

    RépondreSupprimer
  6. "réalité du fait énoncé qui crève les yeux"
    On est bien au comptoir ?

    RépondreSupprimer
  7. Il dit:
    "Il est âprement défendu par les habituels tenants de la bien-pensance, mais très attaqué à gauche."
    Je n'ai pas tout compris, là.
    Nous défendons Zemmour, jusqu'à preuve du contraire. Sommes-nous les habituels tenants de la bien-pensance, NOUS?
    Sommes-nous majoritaires dans ce pays à appeler un chat un chat?
    Sommes-nous dans le Camp du Bien?
    Vite, qu'on me rassure...

    RépondreSupprimer
  8. Carine : mais oui, c'est ça : dans le petit monde de Mathieu, la bien-pensance est forcément à droite, puisque les rebelles et les révolutionnaires sont à gauche...

    RépondreSupprimer
  9. C'est vraiment un petit monde sur mesure et bien clos. Sans meurtrières ni chemins de ronde.
    Il n'a jamais regardé Zemmour chez Ruquier ni sur I Télé ni sur France Ô? C'est qui le rebelle? Wolton la crécelle? (pardon, on a dit pas sur le physique, ni sur le nom, ni sur la voix)

    RépondreSupprimer
  10. Jacques Etienne26 mars 2010 à 15:52

    Vous m'avez bien fait rire. N'empêche, si la police s'intéressait davantage aux corrèziennes de plus de soixante-dix ans, je suis persuadé qu'on aurait des surprises. J'ai vécu à Brive, Monsieur Goux! Presque un an! Je n'en dirai pas plus...

    RépondreSupprimer
  11. Des révélations ! des révélations !

    RépondreSupprimer
  12. Jacques Etienne26 mars 2010 à 16:30

    Leurs pupilles hyper dilatées, ces étranges nuances bleu-violacé que prennent leurs cheveux, ça ne vous suffit pas?

    Et ces immenses cabas écossais en guise de sac-à-main?

    Un trafic portant sur des milliards d'euros. Stropharia, conocybe et psilocybe. Dûment sèchés. Voilà ce que la police trouverait dans les sacs des vioques qui disent aller au cèpes! Seulement, la police, avec votre soutien complice, elle préfère regarder ailleurs, vers ces pauvres divers qui n'en peuvent mais. C'est triste, M. Goux! Bien triste!

    RépondreSupprimer
  13. Vous voyez mal le rapport ? Il est pourtant simple voire élémentaire.

    Considérons qu'il y a augmentation des PV rédigés pour le délit suivant : outrage à agent.

    C'est un délit qui nécessite un rapport entre l'agent et un individu quel qu'il soit.

    La majorité de ces délits sont costatés pendant un contrôle d'identité. C'est donc le contrôle qui crée le délit.

    On pourrait ensuite s'interroger sur la nature particulièrement floue de cette notion : "outrage à agent".

    Dans ce cas, on voit bien que oui il "suffit de demander ses papiers à un individu pour qu'il devienne délinquant – la fonction qui crée l'organe""

    RépondreSupprimer
  14. "Sommes-nous majoritaires dans ce pays à appeler un chat un chat? "



    Sarkozy a été élu sur un discours ultra-sécuritaire avec 53 % des voix, donc oui, sur cet aspect précis, vous êtes majoritaires.

    Avant lui, Chirac a été élu sur le même genre de programme, avec Le Pen en face de lui au 2ème tour... Alors oui, vous êtes majoritaires.

    On voit bien également dans les sondages que sur la question de l'Islam, vous êtes également majoritaires.

    Parce que vous subissez les attaques d'une élite minoritaire très attachée aux préceptes du politiquement correct, vous en concluez que la société française est à cette image. C'est faux et c'est pure malhonnêteté (c'est une technique classique) que de prétendre le contraire.

    RépondreSupprimer
  15. coupable "comme il se doit". La révélation au pied de la lettre. Très bien, rien à dire, tout rentre dans l'ordre. Circulez.

    RépondreSupprimer
  16. Dorham
    Les media dans leur ensemble parlent donc une autre langue que celle du président de Sarkoland, sécuritaire selon vous? la justice aussi?
    C'est étrange, mais je n'ai pas la même oreille que vous alors, je n'entends pas la même chose au quotidien.

    RépondreSupprimer
  17. "On voit bien également dans les sondages que sur la question de l'Islam, vous êtes également majoritaires"
    Là-dessus, oui, nous sommes PEUT-ETRE MAJORITAIRES à le penser, minoritaires à l'exprimer. De toute façon, non-entendus et sans effet sur les décisions prises ailleurs.

    RépondreSupprimer
  18. Est-ce que ça n'a pas toujours été le cas, dans le passé, que l'on trouve plus de délinquance dans la population immigrée, à tort ou à raison?

    RépondreSupprimer
  19. La preuve : il y a plus de délinquance à l'étranger qu'en France.

    RépondreSupprimer
  20. Démonstration intéressante, ni magistrale (PRR) ni grotesque (Nicolas. Aie, pas sur la tête!). Mais néanmoins un sophisme.

    RépondreSupprimer
  21. Carine,

    ai-je parlé vraiment de médias ou de justice ?

    Vous parlez de majorité, dans une démocratie, bêtement, j'y entends quelque chose comme la représentation populaire.

    De ce point de vue, vos idées ne sont pas du tout minoritaires, celles de Zemmour non plus. C'EST UN FAIT ! Et elles ne sont pas particulièrement rebelles non plus, c'est l'attitude qui à la limite pourrait l'être.

    Finalement, c'est un peu comme Guillon. Ce type n'est pas drôle, pas fin, pas talentueux, c'est sa façon d'exprimer les choses avec culot qui le rend remarquable aux yeux de certains.

    Zemmour énonce parfois des évidences, parfois des contrevérités ; ce mec est comme tout chroniqueur, il fait feu de tout bois, s'intéresse bêtement à tout, il ne peut donc être réellement intéressant. Ou clairvoyant. En revanche, il dit les choses sans détour, c'est ce qui vous donne l'illusion qu'il est un rebelle, un obstacle à la bien-pensance (un autre mirage que la bien-pensance (de droite comme de gauche) d'ailleurs)

    RépondreSupprimer
  22. Démonstration inspirogène, pour moi.

    J'imagine bien les Corréziennes aux cheveux blancs et cabas écossais, j'ai les mêmes à la maison. Après, je m'imagine lisant une nouvelle de Pierre Boulle alternativement avec une nouvelle d'un auteur de thrillers bien saignants. Et mes deux nouvelles se téléfilment toutes seules. Des mémés, des mémés aux cheveux bleus partout ! Des vieilles avec les pieds carrés, des sorcières qui ont des cutters au creux de la main et vous expédient ad patres en moins de temps qu'il ne vous faut pour sniffer une ligne, des vieillardes qui ont cent kilos d'héroïne sous la banquette de leur camping car où pendouillent trois crucifix et une Vierge de Lourdes. Des empoisonneuses, des kick boxeuses qui connaissent le coup de la mort qui tue qu'elles assènent sans effort avec un poing déformé par l'arthrite...ô, le regard impitoyable de femmes qui trafiquent des thymus de nouveaux-nés par cabas écossais entiers et s'en passent deux ou trois au mixeur chaque matin dans du lait de brebis pour conserver la vie éternelle...

    Bon, ok, j'ai eu une dure journée.

    RépondreSupprimer
  23. Jacques Etienne : toujours se méfier des vieilles : principe de survie numéro un.

    Dorham : pour l'outrage à agent, d'accord. Mais vous aurez plus de mal à me faire admettre qu'un contrôle d'identité puisse suffire à créer un dealer ou un crameur de bagnoles.

    Pour le reste, je rejoins Carine : je suis d'accord avec vous : nous sommes majoritaires dans la population. Mais c'est une population quasi muette, contre laquelle les médias parlent pratiquement d'une seule voix, et généralement pour la flétrir (de souchien à franchouillard, n'est-ce pas...).

    Quant à Sarkozy, seul son discours était sécuritaire, dans un but purement électoral. Pour le reste, il est tout aussi laxiste et immigrationniste que ses adversaires de gauche. D'où, probablement, la remontée du FN.

    Nicolas : bien sûr que les médias parlent de délinquance ! Mais pour en dire quoi ? Pour la présenter comment ? C'est toute la question. En général, c'est pour nous adjurer, nous sommer même, de n'en tirer aucune conclusion, et surtout pas celles qui viennent tout naturellement à l'esprit. La délinquance n'est qu'une succession de "cas uniques" qui-ont-toujours-existé.

    Le Coucou : c'est une question intéressante en effet : il faudrait aller fouiller dans les archives de la police et de la justice, pour toutes les années d'immigration "européenne".

    Et, même comme cela, ce ne serait pas définitif, car il ne s'agissait pas, alors, d'une immigration massive et continue, telle qu'on la vit aujourd'hui. Et encore moins d'une immigration dite de peuplement comme c'est désormais le cas.

    Dorham-bis : on rejoint ce que je viens de dire plus haut : Zemmour expriment très probablement une opinion majoritaire, mais il est quasiment le seul à l'exprimer dans les grands médias. Et encore est-ce trop puisque diverses associations font tout ce qu'elles peuvent pour le faire virer.

    Suzanne : vous devriez reprendre cela pour en faire un billet...

    RépondreSupprimer
  24. Didier,

    je plaisantais ! Cliquez sur mon lien.

    RépondreSupprimer
  25. Ah merde, oui ! j'avais tellement de commentaires en retard que je n'avais pas cliqué...

    RépondreSupprimer
  26. C'est remarquable. On se croirait chez les Simpson lorsque le chef Wigom demande sur Internet que l'on tape sur oui ou non à la question: "Avez-vous commis un crime?". Quand Homer tape non, Wigom répond: "Vous avez nié mais c'est parce que vous êtes honteux et que vous voulez cacher votre crime. Une voiture de police arrive. En attendant, vous pouvez commander nos nouveaux T-shirts".

    RépondreSupprimer
  27. C'est remarquable. On se croirait chez les Simpson lorsque le chef Wigom demande sur Internet que l'on tape sur oui ou non à la question: "Avez-vous commis un crime?". Quand Homer tape non, Wigom répond: "Vous avez nié mais c'est parce que vous êtes honteux et que vous voulez cacher votre crime. Une voiture de police arrive. En attendant, vous pouvez commander nos nouveaux T-shirts".

    RépondreSupprimer
  28. « La majorité de ces délits sont costatés pendant un contrôle d'identité. C'est donc le contrôle qui crée le délit. »

    (siclol)

    RépondreSupprimer
  29. Pour info (on rappellera que Rue 89 n'est pas spécialement un site de droite) :

    http://www.rue89.com/2010/03/19/noirs-arabes-et-delinquance-retour-sur-zemmmour-143594

    D'autre part imaginons un groupe A composé de 10 éléments bleus. Parmi ces 10 éléments, 6 sont des délinquants.
    Imaginons un second groupe B de 10 éléments rouges dont 4 délinquants.
    Imaginons que la police se focalise uniquement sur le groupe B (contrôles etc). Le travail policier s'avère efficace, les 4 délinquants rouges sont arrêtés. On a donc bien une sur représentation des rouges alors même que le nombre de délinquants est inférieur à celui du groupe A.
    Ceci dit dans le cas qui nous intéresse, si les contrôles peuvent jouer à la marge, la question reste posée de savoir pourquoi la police contrôle plus tel groupe plutôt qu'un autre. La réponse est que en toute probabilité elle y trouvera plus de délinquants. Reste donc la question ultime qui est celle de savoir pourquoi cette probabilité plus forte. Et c'est bien entendu sur cette dernière question que doit reposer le débat.

    RépondreSupprimer
  30. Le mieux, pour éviter la délinquance, et surtout pour éviter dans parler, serait de supprimer tous les contrôles...Et même de supprimer la police, ce à quoi Sarko s'emploie en supprimant des postes. Mais rassurez-vous, vous serez quand même radarisés sur les routes!
    Tout le monde est d'accord?

    RépondreSupprimer
  31. Euh... On pourrait contrôler tout le monde aussi.. Histoire de voir si la délinquance correspond bien aux statistiques dont on nous abreuve...

    RépondreSupprimer
  32. Anna Prucnal À Serge Essenine
    Poème de Vladimir Maïakovski

    Quoi, mourir n'est pas un vrai problème
    Vivre hélas n'est pas nouveau aussi.

    Vous êtes passé dans l'autre monde comme on dit
    dans le vide
    Vous piquez vers les étoiles
    Plus question de brasseries, d'avances ou de crédits
    c'est fini, lucidité totale
    Non Essenine, ne croyez pas que je plaisante
    dans ma gorge le chagrin est comme un sac
    Je vous vois de votre main sanglante
    Balancer vos os comme un hamac
    Arrêtez! Assez! Votre raison chancelle ?
    Vous laisse gagner par ce funèbre gel ?
    Vous qui nous en aviez fait voir de telles
    Qu'aucun autre au monde n'eût songé
    Pourquoi ? Qu'avez-vous ?
    Quelle mouche vous pique ?
    quelle raison vous a poussé,
    ou quel hasard ?
    Ah! j'entends déjà murmurer les critiques
    "Peu d'esprit de classe et beaucoup de pinard.
    Un peu plus d'action, un peu moins de bohème
    La classe ouvrière eût agi sur vous."
    Or nous savons bien que cette classe
    elle-même ne dédaigne pas parfois
    de boire un coup.
    Il fallait auprès de vous
    quelqu'un pour la ligne
    cela vous eût sûrement donné plus d'entrain
    vous eussiez pondu par jour
    plus de cent lignes
    fatigantes et ennuyeuses
    comme certains.
    Pour ma part, je crois que dans pareil cas
    Bien plus vite encore vous vous seriez enfuit
    Il vaut mieux mourir d'un abus de vodka que d'ennui...
    Vos raisons secrètes gardent leur mystère
    Ni la corde, ni votre canif ne parleront
    Qui sait, s'il y avait de l'encre à l'hôtel d'Angleterre ?
    Pour vous ouvrir les veines. Vous n'auriez pas de raison?

    Il est dur et malvenu de prêcher pour du vent!
    Le peuple créateur

    le peuple poète
    a perdu son apprenti chahuteur impertinent...

    En bonheur notre planète
    n'est pas très fertile
    Il faut arracher la joie
    chaque jour à la mort
    Déserter la vie n'est pas très difficile
    Commander la vie demande plus d'effort !

    traduction de Gabriel Arout
    (in "Quatre poètes de la Révolution" Editions de Minuit)

    http://www.facebook.com/pages/Anna-Prucnal/45675546488?ref=mf

    RépondreSupprimer
  33. Georges,

    Tu devrais porter des chemises.

    RépondreSupprimer
  34. Jacques Etienne26 mars 2010 à 22:43

    Je ne connais pas bien les techniques de la police, mais il me semble que pour qu'un contrôle de police mène à une incarcération, il faudrait peut-être que le contrôlé soit déjà recherché ou que ce contrôle amène à constater une activité criminelle. Par exemple, il permettrait de trouver sur le contrôlé l'arme d'un crime, de grosses quantités de drogue, que sais-je encore? Ce qui me paraît fortement improbable.

    Si ça se trouve, les contrôles ont surtout pour but de vérifier si les personnes en question sont en situation régulière sur le territoire national. Dans ce cas, il est un peu normal qu'on s'intéresse davantage à des personnes visiblement originaires des régions d'où proviennent de nombreux migrants qu'aux petites vieilles corréziennes aux cheveux mauves.

    RépondreSupprimer
  35. @ Didier

    Ah ah! Vous m'avez bien fait rire avec votre histoire de vieilles dames à cheveux mauves et cabas écossais, ça m'a sorti de ma morosité!

    RépondreSupprimer
  36. Désolée de répondre à Dominique chez vous Didier, mais Suzanne a comme par hasard fermé son blog aux commentaire sur l'article en question traitant du même sujet que le votre. J'espère que vous ne m'en voudrez pas d'utiliser le votre pour ce faire.

    Mais voici des mois que vous me traitez de cinglée, mon brave Dominique, que vous m'insultez sur tous les blogs, que vous claironnez à qui veut vous entendre que je serais folle à lier, et vous osez venir me faire votre morale de péteux frustré par votre rigide éducation ? Et vous avez été le premier à ouvrir les hostilités à mon égard par vos attaques personnelles mesquines. De quoi donc venez-vous vous plaindre? Je ne vous rends que la monnaie de votre pièce, votre monnaie de singe pourrie.

    Mais commencez par grandir avant de parler de ma supposée bassesse! Cessez de vous comporter comme un gamin hargneux enlaidi par ses pustules de puceau tardif avarié: ne vous rendez-vous donc pas compte de votre propre bassesse, de vos basses manœuvres infantiles ici même cherchant à amadouer piteusement Suzanne ou Didier. Et vous viendrez aussi nous parler de bouc-émissaire à propos des populations immigrées, mais vous connaissez fort bien cette tactique que pour ma part je n'emploie jamais avec mes contradicteurs, immigrés ou pas, et que vous êtes en train d'appliquer avec moi, minable que vous êtes!

    Ah, je me doute bien que ce ne sont pas seulement les animaux malades de la rage ou de la peste que vous piqueriez si vous le pouviez! Vous avez toutes les caractéristiques d'un inquisiteur de sinistre mémoire.

    Et c'est bien la raison pour laquelle je vous déteste, vous et vos semblables bonimenteurs, comme les Célestes et autres bonzesses pourfendeurs de petits-blancs et défenseur de pauvres immigrés.

    Tiens, et comment font-ils donc les chers pauvres immigrés qui constituent votre fond de commerce idéologique, pour se payer des pavillons à 250 000 euros dans les zones pavillonnaires de Seine-saint-Denis? Selon vous il s'agit de blanchiment d'argent sale du trafic de dope, ou des bienfaits de la finance islamique?

    RépondreSupprimer
  37. Désolée de répondre à Dominique chez vous Didier, mais Suzanne a comme par hasard fermé son blog aux commentaire sur l'article en question traitant du même sujet que le votre. J'espère que vous ne m'en voudrez pas d'utiliser le votre pour ce faire.

    Mais voici des mois que vous me traitez de cinglée, mon brave Dominique, que vous m'insultez sur tous les blogs, que vous claironnez à qui veut vous entendre que je serais folle à lier, et vous osez venir me faire votre morale de péteux frustré par votre rigide éducation ? Et vous avez été le premier à ouvrir les hostilités à mon égard par vos attaques personnelles mesquines. De quoi donc venez-vous vous plaindre? Je ne vous rends que la monnaie de votre pièce, votre monnaie de singe pourrie.

    Mais commencez par grandir avant de parler de ma supposée bassesse! Cessez de vous comporter comme un gamin hargneux enlaidi par ses pustules de puceau tardif avarié: ne vous rendez-vous donc pas compte de votre propre bassesse, de vos basses manœuvres infantiles ici même cherchant à amadouer piteusement Suzanne ou Didier. Et vous viendrez aussi nous parler de bouc-émissaire à propos des populations immigrées, mais vous connaissez fort bien cette tactique que pour ma part je n'emploie jamais avec mes contradicteurs, immigrés ou pas, et que vous êtes en train d'appliquer avec moi, minable que vous êtes!

    Ah, je me doute bien que ce ne sont pas seulement les animaux malades de la rage ou de la peste que vous piqueriez si vous le pouviez! Vous avez toutes les caractéristiques d'un inquisiteur de sinistre mémoire.

    Et c'est bien la raison pour laquelle je vous déteste, vous et vos semblables bonimenteurs, comme les Célestes et autres bonzesses pourfendeurs de petits-blancs et défenseur de pauvres immigrés.

    Tiens, et comment font-ils donc les chers pauvres immigrés qui constituent votre fond de commerce idéologique, pour se payer des pavillons à 250 000 euros dans les zones pavillonnaires de Seine-saint-Denis? Selon vous il s'agit de blanchiment d'argent sale du trafic de dope, ou des bienfaits de la finance islamique?

    RépondreSupprimer
  38. Téléchargement illégal + succès local: Fichage informatique avec avertissement. S'il y a flagrant délit malgré les avertissements: Coupure + amende +prison ferme s'il y a trafic. C'est grave, très grave !

    RépondreSupprimer
  39. Ce qu'on se marre tout de même !

    RépondreSupprimer
  40. 348587476248321110527 mars 2010 à 00:09

    @dominique Pourquoi perdre son temps à parler à ce crétin ? C'est usant non? Quel intérêt puisque vous avez raison? Réglez plutôt ça à Ok Corral et finissez le une bonne fois pour toutes. A moins que vous n'y preniez un malin plaisir... je ne vois pas l'intérêt.
    Le contrôle donc.

    RépondreSupprimer
  41. Les Juifs eux, depuis 1945, y sont jamais contrôlés
    c'est la raison pour laquelle que y sont jamais délinquants.
    Signé Dieudonné.

    Allez hop! en prison Dieudonné !

    RépondreSupprimer
  42. Allez lâche toi je sens que ça te fait du bien...
    T'en as gros sur la patate, tu veux me cracher dessus? vas-y j'adore ça! C'est mon rôle!

    RépondreSupprimer
  43. C'est vrai que c'est sympa chez vous!

    RépondreSupprimer
  44. Toi le matricule écrase. Personne ne t'a rien demandé. Et je suis une femme, pas un homme, abruti. Sinon tu penses bien que ton connard de pote champignacien qui se dit "féministe" n'oserait jamais me traiter comme il le fait!

    RépondreSupprimer
  45. 348587476248321110527 mars 2010 à 01:03

    Mais nan, tu confonds, c'est "question pour un champignon" La réponse est
    "Prouve moi que tu m'aimes pas"
    Bis

    RépondreSupprimer
  46. Anna Prucnal Les années fatales

    Poème d'Alexander Blok
    traduction de Gabriel Arout
    (in "Quatre poètes de la Révolution" Editions de Minuit)
    Musique: Gérard Daguerre

    Ceux qui sont nés dans les années banales
    Perdent de vue la trace de leurs pas
    Nous, les enfants d'une époque fatale
    Vivons des jours que l'on n'oublie pas.

    Années, au goût de cendre et de poussière,
    Folie, espoir, quel est votre message ?
    De la libération et de la guerre
    Reste un reflet sanglant sur les visages.

    Et quel mutisme ! Oui le jeu des lèvres
    S'est arrêté à l'ordre du tocsin
    Et dans les coeurs, jadis battant de fièvre
    On sent le vide d'un fatal destin.

    Qu'importe, viennent, viennent sur nos couches
    S'abattre les corbeaux en vols funèbres.
    Seigneur, que les élus, par notre bouche
    trouvent votre Royaume en ces ténèbres.

    Ceux qui sont nés dans les années banales
    perdent de vue la trace de leurs pas
    Nous, les enfants d'une époque fatale
    Vivons des jours que l'on n'oublie pas.

    8 septembre 1914

    Répertoire

    RépondreSupprimer
  47. Dans mon âme pas un cheveu blanc

    Poème de Vladimir Maïakovski
    extrait de "Le nuage en pantalon"
    d'après la traduction de Gabriel Arout
    musique: Anna Prucnal et Max Colliard

    Votre pensée
    qui se prélasse
    dans une cervelle molle
    comme un laquais gras
    sur sa couche sale
    je la harcèle
    avec un lambeau sanglant de mon coeur
    je me gausse de vous
    avec insolence et aigreur
    Dans mon âme pas un cheveu blanc
    aucune douceur sénile
    écrasant
    le monde
    sous le tonnerre de ma voix
    je marche beau
    j'ai vingt-deux ans

    Jonglant avec des mots
    je m'arracherai l'âme
    je la piétinerai
    pour l'agrandir
    et je vous la donnerai
    ensanglantée comme un drapeau

    Je ne crois pas en "Nice Fleurie"
    je glorifie sans réserve
    les hommes pourris
    comme des asiles
    les femmes usées
    comme des proverbes

    Si vous voulez
    je serai ivre de chair
    ou
    comme un ciel changeant de ton
    je puis être,
    si vous voulez
    l'incorrigible douceur
    non pas un homme, mais un nuage en pantalons.

    Refrain

    Comme on dit, l'incident est clos
    la barque de l'amour s'est brisé contre la vie courante
    Je suis quitte avec la vie
    Soyez heureux

    V. M. 19 avril 1930

    RépondreSupprimer
  48. Il me semblait que Matthieu s'écrit avec deux t, non ?
    Pour le reste, votre argumentation à base d'exagération est en dessous de tout. Nier le contexte social comme influence dans la constitution d'une personnalité, c'est quand même énorme !
    Il est temps d'apprendre aux correziennes, les régles de bonne coiffure !
    :-))

    RépondreSupprimer
  49. Maaaaais .. que fait le taulier?? Y'a pu de modération sur ce blogueuuu?

    RépondreSupprimer
  50. Eh bien, pour répondre au dernier arrivé, Geargies, le taulier a regardé La Ligne rouge de Terrence Mallick à la télévision, puis il est allé se coucher.

    Et, ce matin, il se retrouve pris dans un feu croisé de commentaires pis qu'à Guadalcanal.

    Du coup, il envisage de retourner se coucher.

    RépondreSupprimer
  51. @Didier:
    "et surtout pour éviter dans parler":
    1 partout!
    Dure journée...

    RépondreSupprimer
  52. @Didier:
    vous disiez, en répondant à Dorham:
    "Dorham : pour l'outrage à agent, d'accord."
    Un mauvais jour, au volant,je me suis fait surprendre avec un téléphone, à l'arrêt, à un feu. Oui, je sais, c'est mal.
    Bref, une prune [que heureusement je n'avais pas bue, parce qu'on m'a fait souffler dans le ballon tant c'est inimaginable qu'une nana normale( blanche quoi), se fasse surprendre avec un tel au volant, la conne]et 2 points.
    Evidemment, vous me connaissez, j'ai râlé, en toute mauvaise foi puisque j'étais hors-la-loi. Et bien, j'ai failli aggraver mon cas, qui était déjà bien pendable. On m'a dit: continuez Madame, et je vous en remets une pour outrage à agent. Faut dire que je leur avais craché "pendant ce temps-là, ça crame en banlieue et les dealers dealent" . Oui, je sais, c'est idiot, mais j'aime vivre dangereusement. Tout juste s'ils n'ont pas vérifié que leur alcotest fonctionnait bien, puisqu'il était négatif.
    Tout ça pour dire que l'outrage à agent n'échappe pas qu'aux contrôlés répétitifs, je ne dois pas être la seule à leur balancer ça par les temps qui courent, en bonne automobiliste excédée.

    RépondreSupprimer
  53. Carine,

    Voilà. ça va vite, c'est ce que je voulais dire et si Didier a raison de dire qu'un contrôle ne vous transforme pas en dealer, il peut très vite faire de vous un délinquant.

    Sinon, pour rester dans le ton de la conversation, j'ai comme des envies incompressibles de procéder à de longues litanies d'insultes.

    Chez Didier, c'est comme l'effet d'un jeu vidéo violent sur un gosse de 12 ans :)

    RépondreSupprimer
  54. @Dorham:
    Vous avez envie de m'insulter?
    Merci de vous retenir ;)

    RépondreSupprimer
  55. @Dorham:
    oui, je comprends, l'outrage va vite.
    Mais moi, j'ai su ravaler ce que j'avais envie de dire! Mon regard a parlé pour moi, mais on ne verbalise pas encore pour un regard.
    La vie en société, à partir du moment où vous en connaissez et comprenez un minimum les règles (même si vous ne les acceptez pas), vous force à avaler souvent votre chapeau. Si vous savez ça et si vous êtes contrôlé, vous pouvez éviter l'outrage à agent, et vous n'êtes que délinquant mineur avec votre tel au volant. Pourtant c'est gravissime ;)(ça, c'est pour les gendarmes qui lisent les blogs)

    RépondreSupprimer
  56. Dorham,

    Tu l'as trouvée où, celle-là ?

    RépondreSupprimer
  57. Bien sûr que c'est "gravissime et vrai" mais aussi beau-et drôle"

    RépondreSupprimer
  58. Masquer
    Anna Prucnal Le vol arrêté (La fin du bal)

    Texte et musique: Vladimir Vissotski
    Texte français: Maxime le Forestier

    Comme le fruit tombe sans avoir pu mûrir
    La faute à l'homme, la faute au vent
    Comme l'homme qui sait en se voyant mourir
    Qu'il n'aura jamais plus le temps

    Un jour de plus: il aurait pu chanter
    Faute au destin, faute à la chance
    Fautes à ses cordes qui s'étaient cassées
    Son chant s'appellera silence

    Il peut toujours le commencer
    Nul ne viendra jamais danser
    Nul ne le reprendra en choeur
    Il n'aura jamais rien fini
    A part cette blessure au coeur
    Et cette vie

    Pourquoi. J' voudrais savoir pourquoi.. Pourquoi?
    Elle vient trop tôt la fin du bal
    C'est les oiseaux, jamais les balles
    Qu'on arrête en plein vol

    Comme ces disputes commencées le soir
    Faute à la nuit, faute à l'alcool
    Et dont il ne restera rien plus tard
    Que quelques mégots sur le sol

    Il aurait tant voulu frapper pourtant
    Faute au couteau, faute à la peur
    Il n'aura fait aucun combat au sang
    Juste le temps d'un peu de sueur

    Lui qui aurait voulu tout savoir
    Il n'aura mêm' pas pu tout voir
    Lui qui avait l'amour au corps
    Pour la seule qu'il aurait gardée
    Il a rendu sa barque au port
    Sans l'embrasser, sans la toucher
    Juste y penser jusqu'à la mort



    Pourquoi. J' voudrais savoir pourquoi...Pourquoi?
    Elle vient trop tôt la fin du bal
    C'est les oiseaux jamais les balles
    Qu'on arrête... en plein vol

    Il écrivait comme on se sort d'un piège
    Faute au soleil, faute aux tourments
    Mais comme il prenait pour papier la neige
    Ses idées fondaient au printemps

    Et quand la neige recouvrait sa page
    Fautes aux frimas, faute à l'hiver
    Au lieu d'écrire, il essayait, courage
    D'attraper les flocons en l'air

    Mais aujourd'hui, il est trop tard
    Il n'aura pas pris le départ
    Et son souvenir ne sera
    Que la chanson d'avant la lutte
    De l'évadé qui n'aura pas
    Atteint... son but

    Pourquoi. J' voudrais savoir pourquoi... Pourquoi?
    Elle vient trop tôt la fin du bal
    C'est les oiseaux, jamais les balles
    Qu'on arrête en plein vol

    Répertoire

    RépondreSupprimer
  59. Didier,

    En espérant que la mémoire n'est que l'arme absolu de l'oublie des égarements des âmes.

    Je ne vous souhaite pas de n'aitre qu'ici et seulement las,,,

    Puissiez vous aller au dela

    RépondreSupprimer
  60. Peut-être, mais le plus tard possible!

    RépondreSupprimer
  61. À propos de dames arrêtées par des flics, je trouve que vous vous y prenez mal. Une mienne amie , qui a tendance à pleurer des qu'un flic lui parle, le regarde , lui demande ses papiers au volant, n'a du coup, non pas jamais payé une prune, mais surtout jamas attrapé une prune quand elle est arrêtée... Ouais encore une discrimination abominable!!!

    RépondreSupprimer
  62. @ Geargies:
    elle demande les papiers du flic au flic?
    Elle le fait souffler dans le ballon aussi?

    RépondreSupprimer
  63. Anna Prucnal Ballade von der « Judenhure » Marie Sanders
    (La ballade de Marie Sanders « la putain à juifs)
    texte de Bertolt Brecht/musique de Hanns Eisler
    texte français de Maurice Regnaut

    À Nuremberg ils firent une loi
    Plus d’une femme en pleura
    Qui dormait avec un homme impur

    La chair à canons tremble dans les faubourgs
    Le tambour sonne puissamment
    Mon Dieu, s’ils préméditaient un mauvais coup
    Ce serait pour cette nuit

    Marie Sanders ton amant
    A les cheveux trop noirs
    Mieux vaudrait ne plus être avec lui
    Celle que tu étais hier

    La chair à canons tremble dans les faubourgs
    Le tambour sonne puissamment
    Mon Dieu, s’ils préméditaient un mauvais coup
    Ce serait pour cette nuit

    Mère, donne-lui la clé
    Tout cela n’est pas très grave
    La lune brille comme toujours

    La chair à canons tremble …..

    Un beau matin à neuf heures
    Elle traversa la ville
    En chemise, une pancarte au cou
    La tête rasée
    On braillait dans la rue
    Elle passa sans rien voir

    La chair à canons tremble dans les faubourgs
    Le Führer parlera cette nuit
    Grand Dieu s’ils avaient des oreilles
    Ils sauraient ce que d’eux on fera

    (spectacle et cd "Monsieur Brecht")

    RépondreSupprimer
  64. Ruine circulaire a tout dit. On ne peut pas déduire du SEUL pourcentage d'arabes et de Noirs parmi les petits délinquants des prisons leur participation réelle dans le trafic.
    On pourra au mieux présupposer qu'ils sont effectivement majoritaires dans le trafic cité. De fait, la phrase de Zemmour ne me choque pas plus que ça, mais chercher à la fonder de manière incontestable est ridicule.

    2 exemples :
    Il a été démontré que l'augmentation des agressions sexuelles s'explique par le fait que les plaignants étaient bien mieux accompagnés que par le passé et témoignaient avec beaucoup moins de réticence contre leur accusé.

    Une augmentation de l'activité policière engendre un nombre supérieur d'arrestations et partant, du taux de criminalité.


    Les chiffres sont des petites choses fragiles etc... vous connaissez la suite.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.