lundi 22 mars 2010

Sœur Anne, elle est où, leur putain de vague rose ?

Comme je ne suis pas particulièrement masochiste, même si je lis des blogs progressistes, il va de soi que je ne me suis pas infligé la soirée électorale télévisée d'hier : contempler une assemblée de clowns de différentes couleurs (mais en fait tous à peu près de la même : c'est un simple phénomène d'irisation sur les marges) venant rejouer les souverains poncifs en majesté, merci bien.

Donc, ce matin, je consulte les cartes de France, pour voir où on en est. Et je vois ceci : en 2004, toutes les régions socialistes sauf l'Alsace et la Corse ; six ans plus tard, toutes les régions socialistes sauf l'Alsace. Je me dis : « Tiens, une petite élection pépère dans laquelle, sauf unique exception (dans une région qui est elle-même une exception), on s'est contenté de reconduire les sortants. » Et là-dessus, ouvrant la boîte à blogs, que lis-je ?

Que la France aurait été submergée par une vague rose ! D'aucuns vont même jusqu'au raz-de-marée. Oui, oui, vous avez bien lu : à gauche, on n'hésite pas à déranger un raz-de-marée juste pour conquérir la Corse ! (Et quand on sait ce que vaut une conquête politique de la Corse, n'est-ce pas...) Raz-de-marée qui, de plus, aurait même été fichu de laisser une ou deux autres régions sur le sable bien sec, si le Front national n'avait, comme d'habitude, joué les gentils supplétifs, assis sur sa bouée à tête de canard nazi au sommet de notre fameuse vague.

En bref, on garde nos petits barons locaux et on continue comme avant. Ce qui autorise Mme Aubry à déclarer que les Français ont voté pour le changement. Après la vague rose qui garde les pieds au sec, le changement pour conserver les mêmes : c'est beau la foi.

28 commentaires:

  1. Elle a bon dos la boite à blog ! Toute la presse dit les mêmes conneries. A la limite, les blogs sont plus mesurés.

    Vous oubliez que la seule région perdue par la gauche est la seule ou souteniez les listes de gauche. Alors, hein ?

    RépondreSupprimer
  2. et la Réunion bordel ! n'allez pas dire que l'Ump n'a rien gagné ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Et la Guyane du gros Tonnégrande !

    En fait, la gauche avait 24 régions sur 26. Elle n'en gère plus que 21, auxquels ont peut, si on est de bonne humeur, ajouter la Corse et Languedoc-Roussillon (Titine a dit que c'est pas la gauche).

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : oui, mais je n'ai pas lu la presse ! Cela étant, vous avez raison : j'aurais pu souligner que la gauche c'était ramassée au seul endroit où je la soutenait officiellement !

    Du coup, je devrais peut-être me faire payer par l'UMP pour soutenir la gauche...

    Gaël : oui, j'aurais dû préciser que je parlais de la France hors Outremer.

    RépondreSupprimer
  5. Entre la gauche et la droite en Alsace, la frontière est mince : tout le monde est modéré ou presque dans cette région et se retrouve dans un grand centre démo-socialo-écolo-chrétien qui n'exclut à peu près que le PCF et les trotskystes (des curiosités régionales si on parvient à en voir quelques-uns parce que c'est depuis cinquante ans une espèce en voie de disparition aggravée). Même le FN y est de couleur plus pâle qu'ailleurs, il préfère y jouer la carte locale avec alsacienne à coiffe et défense du dialecte. Que ce soit Zeller hier ou Richert aujourd'hui, Pfimlin et Hoeffel avant-hier la particularité des hommes de droite alsaciens, c'est qu'ils passeraient pour des socio-démocrates à l'Intérieur. L'Alsacien vote surtout à droite (de préférence à la campagne), c'est incontestable, mais pas tout à fait la même droite qu'ailleurs. Il vote aussi parfois à gauche ou écologiste (cette fois de préférence à la ville) , mais ce n'est pas non plus la même gauche ou la même écologie qu'ailleurs. En fait, l'Alsacien vote d'abord Alsacien. Celui qui revendique un résultat de son camp en annonçant une victoire en Alsace se trompe lourdement, parce que le socialiste alsacien est plus de droite que celui de l'Intérieur et l'UMP alsacien plus de gauche qu'on ne le croit. La mentalité est germanique et on y aime les compromis ou on cherche à trouver un consensus, même si l'on peut se révéler têtus sur certains sujets.

    RépondreSupprimer
  6. Didier Goux et Nicolas,

    Sans vouloir polémiquer outre mesure, les journaux, en l'occurrence, se fondent à juste titre, pour décrire l'évolution politique de notre beau pays bétonné, non seulement sur le nombre de régions gagnées ou perdues, mais encore sur l'évolution du nombre de voix, et donc de sièges, qu'obtient chacune des listes en présence.

    RépondreSupprimer
  7. Chieuvrou,

    Oui ! Je répondais juste à Didier sur le fait qu'il mette les blogs en avant alors que je trouve, au contraire, qu'ils sont bien silencieux...

    RépondreSupprimer
  8. Dominique : oui, en somme, c'est de la politique "concordataire" !

    Chieuvrou & Nicolas : je le sais bien, c'était juste pour titiller un peu...

    RépondreSupprimer
  9. Allez un p'tit aveu : ça faisait une quinzaine d'année que j'avais pas voté... et v'là t'y pas que j'me suis dis :"bon, allons-y..." mais pourquoi en fait ? sachant que ces chers médias donnait déjà dans la gauche gagnante... et bien je sais pas pourquoi... et maintenant j'ai fort mal au dos... Vive la république !

    RépondreSupprimer
  10. c'est nouveau les p'tits mots idiots à taper ???

    RépondreSupprimer
  11. Et puis ça change à chaque fois. Et la couleur avec. Un coup bleu. Un autre vert. Et rouge. C'est joli. ça veut rien dire. C'est vraiment très con !
    Au fait, c'est réac ou gauchiste...?

    RépondreSupprimer
  12. Tiens bah celui là il est jaune. Pas évident à voir et à taper. 'regilif' Ah non. 'reglilif'.
    Ben dis donc...

    RépondreSupprimer
  13. Clotaire : le vérificateur de mots m'agace autant que vous ! Mais il se trouve que, depuis deux ou trois semaines, je suis envahi par les spams. Donc, il s'agit de leur faire barrage. D'ici une dizaine de jours, si ces petites bêtes sont parties jouer ailleurs, on supprimera tout ça.

    RépondreSupprimer
  14. "la seule région perdue par la gauche est celle que dans laquelle vous souteniez les listes de gauche"...
    Tiens, c'est vrai, ça, quelle (mauvaise) influence vous avez, je n'aurais pas cru cela possible (;@))!

    Ah? là non plus, l'ouverture droite-gauche et inversement, ça ne marche pas? Si personne ne peut plus retourner sa veste, dans ce pays, mais où va-t-on...

    Côté commentaires, cependant, ceux de droite (les politiques, notamment, mais pas seulement) détiennent le pompon de l'hypocrisie (ou de l'aveuglement, juste, seulement? nooonnn...): un exemple, un seul, pour ne pas trop en faire...
    Ecoutons X. Bertrand:"Je n'ai pas entendu hier les Français dire 'non aux réformes', ça c'est quelque chose de très important", a affirmé le No1 de l'UMP sur RTL"...
    Pour être exacts, on n'a pas entendu le contraire non plus, étant donné l'absence de vague bleue qui aurait dû exister si les Français avaient vraiment désiré que l'on continue ces "réformes"...

    Qu'il n'y ait pas de désaveu de la part des électeurs vis-à-vis des "gens de gauche" à la tête des Régions, malgré la crise, ça ne vous fait pas réfléchir? au lieu de répéter à l'envi cet argument sans moelle: "on s'est contenté de reconduire les sortants; (...) on garde nos petits barons locaux et on continue comme avant"...

    Franchement, c'est ce même argument qu'il aurait fallu mettre en avant juste après les présidentielles: rupture? peuh! Juste la continuité merdique entre les Chirac-Balladur-Sarkozy-Fillon... La, vraiment, en effet, c'était: "on s'est contenté de reconduire les sortants, petits barons locaux/nationaux".
    Petits barons? Oui, ceux-là même qui servent les "chevaliers" de l'industrie, la classe sociale, toujours la même, les mêmes courtisans, ceux-là même qui externalisent en Chine le travail français sans se poser de question sur le fait que leurs choix vont à l'encontre de la fameuse "identité nationale" dont on nous rebat les oreilles pour mieux culpabiliser ceux qui subissent (et non qui sont à l'origine de...) toute cette merde.

    RépondreSupprimer
  15. Le seul intérêt que je tire de ces élections, est de pouvoir mesurer - une fois de plus - en direct à la télé, l'insondable bétise de nos politiques. Bertrand est en tête, Ségo lui court aprés....

    Et permettre de mesurer l'insondable, n'est donné qu'aux cons, aux vrais cons, aux cons grandioses !

    Vive la France

    RépondreSupprimer
  16. Beau Dimanche ensoleillé à ne pas voter et à ne surtout pas subir ces heures de tortures télévisuelles.
    Pour fêter çà, je suis aller au cinéma voir le dernier....Polanski.

    Franchement, je vous le conseille chaudement!

    Sébastien

    RépondreSupprimer
  17. Faux, seules les têtes de listes ont été vraiment reconduites, mais dans la plupart des règions les conseillers sont des "petits nouveaux" et c'est eux que l'on doit surveiller. Dans mon département j'en connait quelques uns, ils n'ont pas intérêt à s'endormir !
    Pour moi, la principale raison de mon vote était de contrer le sïde du nain, ensuite bien sûr de conforter le bon boulot effectué ces dernières années. Les gens ne savent pas, pour la plupart le véritable rôle de la région, mais il est très important. Maintenant c'est à eux, avec notre aide de faire echec à cette foutue réforme territoriale !!!
    Amitiés Didier !

    RépondreSupprimer
  18. Un anonyme qui me présente ses amitiés : curieux...

    RépondreSupprimer
  19. J'ai été obligée de passer mon commentaire sur "anonyme", c'est rectifié maintenant.

    RépondreSupprimer
  20. Comme on est à peu près dans l'état des régionales précédentes, où l'on avait pu parler de "vague rose", ce n'est pas totalement illogique. Après la victoire, il y avait eu le reflux, et revoici une vague… C'est une bête histoire de surf, pour arriver à l'Élysée, il suffit de prendre la bonne vague.

    RépondreSupprimer
  21. Zut, je n'ai un calendrier des marées de 2012 !

    RépondreSupprimer
  22. zut, je n'ai pas de calendrier de 2012 !

    RépondreSupprimer
  23. Ah oui. L'importance des régions. Dans la mienne, celle tout en haut à gauche, face à la carte, la région nous ouvre à la France. Donc, on construit des lignes électriques pour un TGV qui s'arrête à Amiens... (sauf celui qui passe sous le tunnel normal les anglish ont plus de tunes), elle paye des formations très couteuses aux branleurs de chômeurs (comme moi) qui ne servent à rien car trop désuètes, elle repeint toutes les cités en bleu pâle rose déconfit, et paye des campagnes de publicités 'humoristiques' pour combattre le fléau des crottes de chiens sur les trottoirs et inviter les ploucs à créer leur entreprise. Tout cela dans la tonalité hyperfestive de Lille 3000 !!!
    Entendez par là : 'bom ! bom ! bom ! bobom ! bom !' (x2) !
    Moi je suis pour la refonte totale des régions. Et en restant dans mon coin, j'aimerais bien appartenir aux îles Mayottes. Il y a autant de Belges...

    @ Didier : Mais comment avez vous des spams, sur mon blog, y a rien, mais vraiment rien, même personne...

    RépondreSupprimer
  24. Pour ceux qui ne sont pas satisfaits des résultats en Corse,et qui veulent se consoler, je citerai cette phrase extraite de mon livre histoire quand j'étais au collège: " la Corse fut souvent conquise mais rarement soumise".

    RépondreSupprimer
  25. Certains commentateurs n'ont jamais remarqué que ce blog n'est pas un blog de soutien à Sarko et sa clique.
    C'est assez rigolo, quand même ^^

    RépondreSupprimer
  26. La Pecnaude : ah, c'était vous !

    Le Coucou : Vu comme ça, évidemment...

    Clotaire : Saint-Pierre-et-Miquelon, y a que ça de vrai !

    Sniper : il me semble que, à part les Corses eux-mêmes, et encore, personne ne comprend trop comment "fonctionne" la politique, là-bas.

    Carine : c'est des p'tits nouveaux, faut être indulgents...

    RépondreSupprimer
  27. oui, c'est ça, soyons indulgents...

    RépondreSupprimer
  28. C'est à dire que dans le climat de soutien pro-actif de ce gouvernement tel qu'on nous le présente dans le royaume communicant et dans l'ambiance du ps quasi mourant et sans idées tel qu'on nous le rabache sur les plateau des cireurs de pompes ministérielles, voir les régions rester franchement à gauche, c'est une belle surprise.
    On sent bien chez les porteurs officiels de la parole présidentielle que c'est un peu contrariant pour leurs grands projets !
    :-))

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.