dimanche 21 mars 2010

Si tu te laves sous les bras, tu es judéophobe !

« Ça y est, il recommence à s'acharner sur cette malheureuse ! », vont soupirer les bonnes âmes. Eh bien non, pas du tout. Si je vous invite à aller lire le dernier billet de Céleste, c'est sans l'ombre d'une arrière-pensée perverse et moqueuse à son endroit, dans la mesure où le fait divers qu'elle prend pour base de ses habituelles déplorations trahit effectivement, s'il est avéré, une solide et “crasse” bêtise.

Non, ce qui m'a laissé sans voix dans un premier temps, puis éclater de rire dans un second, c'est le premier de ses commentaires, pondu par un certain Vieil Anar, et qui affirme ceci :

« Absolument ignoble, d’autant plus que le savon a des relents d’antisémitisme marqués depuis 39-45… » (C'est moi qui souligne.)

Ah, vous voyez : vous aussi vous en restez le maxillaire béant ! Eh bien, il faudra vous faire à cette idée : désormais, grâce à Vieil Anar – maison de confiance –, nous n'oublierons plus que le savon est antisémite, et ce depuis la plus haute antiquité du XXe siècle. Bien entendu, j'ai compris comme vous par quels méandres inexplorés est passée la pensée de ce malheureux garçon avant de jaillir à l'air libre sous cette forme. Néanmoins, ça donne le vertige. Car si le savon est antisémite, cela implique qu'il véhicule des idées nauséabondes. Or, je m'excuse, mais si le savon lui-même se met à puer de la gueule, à quoi pourrons-nous désormais nous raccrocher ?

D'autant que le scandale ne s'arrête pas là. L'illustration que je vous ai dégotée prouve à l'envi que le savon est également un immonde raciste (notamment le savon de Marseille : voir les scores du FN dans cette riante cité). Si j'ajoute que, pour prétendre les laver correctement, il exige que nos sœurs musulmanes ôtent voiles et burquas, mais aussi petites culottes, tampons hygiéniques, boules de geishas, etc., on peut sans coup férir en déduire que le savon est en outre un enfoiré d'islamophobe compulsif. On comprendra donc qu'il a du souci à se faire et nous avec. Car quand le savon dérape, il ne reste plus rien à quoi se raccrocher. Alors qu'attendons-nous pour réagir, face à ce détergent hitlérien ? Il faut nous hâter, pensons à nos enfants et au monde que nous souhaitons leur transmettre !

Heureusement, j'apprends que le MRAP (alerté par mes soins : j'ai des accointances secrètes...) a d'ores et déjà dépêché toute une batterie d'enquêtes concernant le liquide-vaisselle, le Canard WC, les shampooings autoproclamés “ultra-doux” (dans ultra-doux, il y a ultra : restons vigilants), les crèmes adoucissantes qui-ne-tachent-pas-les-habits, les dépilatoires à foufounes, etc. Un rapport devrait suivre, comme d'hab'.

31 commentaires:

  1. A sa décharge, le savon n'est pas homophobe.
    (je te laisse deviner par quels méandres ma pensée est passée pour en arriver à une telle conclusion)

    RépondreSupprimer
  2. C'est normal car le savon est à l'origine de l'homosexualité masculine au même titre que la vaseline,
    tout comme le tampon jex est pour une large part responsable du lesbianisme,
    c'est prouvé

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Docteur Tonnégrande, pour ces éclaircissements éclairants !

    RépondreSupprimer
  4. le beurre non salé bien entendu donc à priori les Normands sont relativement protégés de la sodomie ?

    RépondreSupprimer
  5. Doit-on conclure de l'illustration que Tonnegrande ne se lave que les poils ?

    RépondreSupprimer
  6. Entre les opérations crétines des Duce de la Botte (ce pays là n'est pas l'Italie bien sûr) et les commentaires LOLiens du "vieil anar", j'en reste baba.

    Ils n'ont pas de Karcher en Italie ?

    La Celestine continuera de s'offusquer quand les premiers lynchages arriveront (ça va pas tarder à mon triste avis). Elle se mettre peut être à penser après l'incendie du Reichstag qui arrivera aprés celui du Vatican (mais celui-là la fera rire).

    Putain.

    NB : le vérificateur de mots (ben alors) me demande de taper : "GRAPPE". Pour du Chianti ?

    RépondreSupprimer
  7. Tonnégrande : tout faux : en Normandie on fabrique du beurre DOUX. Donc, on peut continuer de s'enculer joyeusement, contrairement à ces culs-serrés de Bretons (et je ne nomme personne).

    Nefisa : Vois directement avec lui, mais tiens-toi à distance et sans jamais lui tourner le dos.

    PRR : désolé pour le "vérificateur" (j'ai moi aussi horreur de ça), mais je suis submergé de spams depuis une ou deux semaines. Je vais attendre qu'ils se calment...

    RépondreSupprimer
  8. Tonnegrande, je propose une tartine de vaseline au peit dej pour notre ecrivain .
    Bises salées de Vendée.
    putain, c'est nouveau les mots à recopier????

    RépondreSupprimer
  9. Fidel : c'est temporaire ! (Explication juste au-dessus...)

    RépondreSupprimer
  10. Je signale simplement que le savon est une invention gauloise que les Romains exporteront (comme bien d'autres inventions gauloises comme la brouette, le chariot ou le tonneau). Est-ce que les autres peuples étaient forcément sales avant l'invention du savon ? Doit-on penser que les Grecs, ces phares de la pensée, étaient des malpropres (d'autant plus qu'ils s'enduisaient d'huile avant de se livrer à des exercices gymnastiques et pédophiles totalement nus) ? Après, on pense ce qu'on en veut, mais ce n'est pas bien de dire qu'il faut se laver les mains après avoir serré celles d'autrui, et pour dire une chose aussi simple on n'a pas besoin de recourir au point Godwin.

    RépondreSupprimer
  11. Merde, je voulais prendre un bain avant le dépouillement... Puis je y mettre du savon liquide ?

    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  12. Les parallèles abusifs avec la Shoah sont toujours énervants ; celui-ci plus encore car la fabrication de savon dans les camps de concentration n'a jamais eu lieu à grande échelle.
    Ce genre de conneries c'est du grain à moudre pour les négationnistes :

    Pendant la Seconde guerre mondiale, il y eut des rumeurs de fabrication industrielle de savon à partir des cadavres par les Allemands. Ces rumeurs étaient infondées, mais les sarcasmes des Nazis eux-même en étaient à l'origine. Cependant, il y eut bien une tentative de fabrication de savon humain à Danzig en 1944. Lors du procès de Nuremberg, les seules références à la fabrication de savon dans le jugement se rapportent à cette tentative. Les historiens, dans leur grande majorité n'ont jamais ajouté foi aux bruits de fabrication industrielle de savon. Mais ce savoir là n'est que progressivement entré dans l'inconscient collectif.

    Les négationnistes et les ignorants présentent cette prise de conscience par le grand public comme un revirement des historiens. Il n'en est évidemment rien. Aussi s'agit-il ici de rappeler les circonstances et les origines de la rumeur, ce que fut la réalité, et comment les historiens ont traité de ce sujet.


    (source)

    RépondreSupprimer
  13. Dominque,
    Johnny avait donc raison : on a pas tous en nous quelque chose de grec?

    Didier Goux,
    Vous pensez à Nicolas ?
    Ce n'est pas la rumeur que fait circuler le Vieux Jacques !

    fidelcastor,
    vous confirmez donc la rumeur ?

    FalconHill,
    oui,
    ça leur fera moins mal

    Néfisa,
    Oui mais du pubis et du cul !

    RépondreSupprimer
  14. Didier, je suis allée voir l'article et les commentaires. Je pense que vous devez avoir raison: c'est tellement con que ça ressemble à une provocation pour discréditer la Ligue du Nord. Plus c'est gros, mieux ça fonctionne... Enfin, c'est pas vrai pour tout, n'est-ce pas, mais c'est vrai en politique.
    A propos de discrédit, je pense que vous avez signé la pétition de soutien à Zemmour?
    http://soutenirericzemour.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
  15. A part ça,je me sens citoyenne responsable et anti-raciste, j'utilise des pastilles lave-vaisselle, garanties sans détergent (c'est pas dans la liste d'enquête du MRAP). Et avec une tite bouboule rose pour faire je sais pas quoi, mais je me suis jamais posé la question.

    RépondreSupprimer
  16. Nom d une pipe en bois qu'est-ce qu'on peut lire comme trucs cons, ici !:)

    Pardonnez leurs, ils ne savent pas ce qu'ils ... loupent

    RépondreSupprimer
  17. Tout n'est pas absurde dans ce que dit cette dame Céleste ; en effet, les gens de la Ligue du Nord ont l'habitude de mener des actions militantes dans les trains et les bus milanais ou turinois : il s'agit de se munir de chiffons et de produits nettoyants, de passer près des sièges occupés par des passagers noirs ou arabes (pas trop baraqués quand même, ils sont courageux, mais pas téméraires) et d'asperger les dits sièges (et leurs occupants) de produits nettoyants pour les "désinfecter". On a souvent vu ce genre d'actions fièrement revendiquées à la télévision italienne ; je vous assure que ce n'est pas un très beau spectacle !

    RépondreSupprimer
  18. Je dois être mal embouché ce soir mais je ne fais guère de différence entre " faire des recherches et produire à petite échelle" et " produire à grande échelle" quand il s'agit de transformer des cadavres de juifs en savonnette... Mon côté facilement irascible, sans doute...

    RépondreSupprimer
  19. Je voulais dire: l'horreur commence à l'idée ...

    RépondreSupprimer
  20. Faucon : je ne peux rien dire : l'enquête est en cours...

    Malavita : je serais assez d'accord avec Geargies, plus bas dans les commentaires : en ce domaine, la quantité importe assez peu...

    Carine : ç'a été mon premier réflexe, tellement c'est con. Mais, d'un autre côté, les bas-du-front d'extrême-droite, les petits nazillons shootés à la mauvaise bière, ça existe aussi...

    Pour la pastille lave-vaisselle : on a les mêmes à la maison !

    Corto : une pipe en bois ? Vous nous couvez quelque chose ?

    Emmanuel : j'ai bien dit dans le billet que, pour une fois, j'étais à peu près d'accord avec Céleste. Même si je trouve, contrairement à elle, que la chose est tellement stupide qu'elle ne parvient même plus à être ignoble.

    Geargies : d'accord (voir plus haut mopn commentaire à Malavita).

    RépondreSupprimer
  21. Si le coeur vous en dit, je peux vous allouer un tube de crème analgésique camphrée dont la provenance vous ferait pâlir... wouarff !!
    Par ailleurs, billet excellent !

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. (Pluton se livre à de louches trafics à base d'organes volés et d'enfants mort-nés sans baptême)

    RépondreSupprimer
  24. Mais si, il y a de vaines colères !
    :-))

    Je n'ai pas le temps de lire les commentaires mais pour l'histoire du savon humain, remettons les choses à leur place :
    http://www.phdn.org/negation/savon.html
    Encore un mythe qui tombe…
    :-))

    RépondreSupprimer
  25. Ah ! Tonnégrande se souvient avec nostalgie du temps où il était jeune éducateur et assistait aux douches des jeunes garçon notamment ceux qui laissaient tomber le savon.

    Le savon est donc homophobe, contrairement à ce que prétend Nefisa.

    RépondreSupprimer
  26. Moi, ce qui me fait rire, c'est la pub pour le savon qui "lave plus blanc". Vu le graphisme, elle doit dater des années 50, non ? Eh bien, grâce à elle, je me suis rendu compte que l'anglais avait déjà pénétré le milieu de la publicité à cette époque-là. En témoigne le nom du savon : DIRTOFF. DIRT OFF = (à peu près) au loin la saleté !

    RépondreSupprimer
  27. @Geneviève: l'affiche du savon Dirtoff m'a l'air d'être plus ancien, d'avant 1914. Dans le genre du bon goût Banania.

    L'historiographie française a elle aussi des relents savonneux (trouvé sur http://www.africamaat.com/Pourquoi-a-t-on-blanchi-Bertrand )

    "Chose extraordinaire, sur la plupart des sites et des documents qui lui sont consacrés, Bertrand Dugesclin est présenté comme un breton notoire. Or (...) surnommé le « Dogue noir de Brocéliande », les auteurs anciens nous apprennent qu’il était certes petit, avait les jambes courtes et noueuses, les épaules larges, les bras longs, une grosse tête ronde et ingrate. Mais surtout, il avait je cite « la peau noire comme celle d’un sanglier".

    Pourquoi, s’il était noir, il est toujours présenté avec une physionomie européenne ?"

    ;-))

    RépondreSupprimer
  28. Il me vient un doute: Le Pen est bien propriétaire d'une usine de savon? Ah non! c'est le ciment Lambert. Quand le maçon qui faisait de petits travaux à la maison nous a appris qu'il foutait du ciment frontiste dans nos murs, vous n'imaginez pas le drame moral que nous avons vécu! Mais vous parliez de savon, je crois. Vous imaginez dans quel état seraient la moitié des Français, si les savonneries appartenaient à Le Pen?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.