lundi 26 juillet 2010

La Nef des fous est en vue de nos côtes...

Dans tout juste une heure, la précieuse Nefisa débarquera du train de Paris, en gare de Vernon (Vernon, deux minutes d'arrêt ! Ce train desservira les gares de...), pour être notre hôte jusqu'à demain. Donc, probablement pas de billet aujourd'hui : vous pouvez reprendre une activité sensée – s'il en reste.

19 commentaires:

  1. Elle va vous aider fissa à rédiger votre prochain BM.

    RépondreSupprimer
  2. — Laroche Migennes, Laroche Migennes, deux minutes d'arrêt ! *

    — Si la roche t'y gêne, t'as qu'à l'ôter !!!

    (Avec l'accent bourguignon)

    (*) J'ai entendu ça pendant deux ans, chaque semaine.

    RépondreSupprimer
  3. un dîner de famille, en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
  4. Suzanne vous ne croyez pas si bien dire, il m'a enfermé à double tour dans la case et je n'ai le droit de manger qu'à chaque nouveau chaptire rédigé. A la moitié il m'autorisera peut être à me laver...

    RépondreSupprimer
  5. Catherine lui servira-t-elle la délicieuse terrine qu'elle nous avait fait??
    veinarde!

    RépondreSupprimer
  6. Cela me fait songer qu'il me faudrait ressortir mon exemplaire de "La Nef des Fous" de Sébastien Brant...

    RépondreSupprimer
  7. Pour abréger la torture de Nefisa, je lui offre un passage:

    ... quand il ouvrit la lourde porte métallique, la fille rampa vers lui. Laisse-moi me laver, supplia-t-elle. Si tu ne veux pas me laisser aller prendre une douche, apporte-moi un seau d'eau et un savon. Juste un seau d'eau".
    Il la scruta avec un mélange de mépris et de désir naissant. Cette fille, hier encore si fière, se tortillait à ses pieds. Ses seins blancs râclaient le sol malpropre. Il se demandait si , au fond, elle n'y prenait pas plaisir, comme toutes celles qu'il avait contraintes.
    L'odeur rance et ammoniaquée de la cellule se répandit dans le couloir. Ecris encore dix pages, lui assena-t-il, une main sur la poignée de la porte et l'autre sur son entrejambe qui se bombait sous la caresse. On verra alors pour le seau d'eau.

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne, c'est vous qui me semblez avoir besoin d'un seau d'eau !

    Sinon, pété de lol...

    RépondreSupprimer
  9. Ah c'est bien le style!
    Pourvu que les féministes ne lisent pas ça, Suzanne, sinon ça va saigner!

    RépondreSupprimer
  10. Carine, merci!

    Didier: un seau d'eau pour MOI ? Alors que le seul BM que j'ai lu était dix fois plus seau-d'eau-isable? C'est la Baltique qu'il faudrait vous envoyer par Canadairs à vous, alors!

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne, génial, on s'y croirait vraiment LOL

    RépondreSupprimer
  12. Oui, elle est repartie ce matin, quasiment aux aurores : elle avait un emploi du temps de ministre...

    RépondreSupprimer
  13. Catherine: enfin une âme qui réponde à mon âme! merci à vous.

    RépondreSupprimer
  14. Suzanne, voyons, je suis outrée.. et choquée même. (mon sein blanc ne traine pas encore au sol...) Sinon, oui, avec la complicité de catherine j'ai profité d'un vague assoupissement de mon bureau pour m'en retourner à Paname fricoter avec un demi-russe et un petit jaune suspect.

    RépondreSupprimer
  15. Nefisa: mais il ne s'agissait pas de vous, voyons.
    Rappelons les faits: vous avez connu, par le biais du Net, un homme qui écrit à intervalles réguliers des romans d'une série que je ne nommerai pas, je ne suis pas une balance. Vous écrivez vous-même. Un jour, et sans que vous le sachiez, cet homme sans moralité aucune a recopié de très longs extraits de vos textes, et les a intégrés dans un de ses ouvrages. Alors que les ventes déclinaient, cet exemplaire là a cartonné à donf. Télérama s'est même fendu d'un billet "si vous n'avez rien de mieux à lire, voici une surprise dans la collection XYZ..". Evidemment, son esprit pervers a échafaudé un plan qui ne l'est pas moins. Il suffisait d'attirer l'innocente écrivaine dans son pavillon normand fortifié, et, avec l'aide de sa diabolique compagne, de vous forcer à écrire intégralement le roman suivant.
    C'est bien le message de secours que vous adressiez dans le commentaire de 18h 16, non ?
    Comme j'ai l'âme compatissante, je vous ai écrit un petit bout de texte à intégrer dans ce roman, pour que vous alliez vous laver plus vite. C'est tout. Géraldine viendra vous tirer de là, moi je n'ai pas le temps.

    RépondreSupprimer
  16. (Didier va dire que je n'ai pas seulement besoin d'un seau d'eau, mais d'une petite promenade en ambulance vers un lieu où l'on me parlera bien doucement)

    RépondreSupprimer
  17. Vous savez qu'il est fichu d'en faire un BM de votre petit scénario là, je serai vous j'irai immédiatement le breveter.
    Et à ce jour je n'ai encore jamais été citée ou copiée dans un BM. C'est l'apanage de Nicolas, moi je croise les doigts :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.