mercredi 14 juillet 2010

Les mornes joies de trollus herpes simplex

La grande famille des trolls se divise en plusieurs sous-espèces, dont celle qui m'est échue n'est pas la moins divertissante : le trollus herpes simplex, dit encore “bouton de fièvre” ou “feu sauvage”. Il affecte principalement les sites capables, pour une raison ou une autre, de susciter la basse jalousie du virus. Lequel alors vient se loger au cœur du blog en question, afin de l'infecter régulièrement de disgracieux bubons, heureusement sans aucune nocivité et fort peu douloureux. Au bout d'un moment, l'organisme sécrète un anticorps (encore appelé “modération des commentaires”) et trollus herpes simplex disparaît à nouveau dans les profondeurs du blogorganisme-hôte. Pour réapparaître dès qu'il pensera – à juste titre – que tout le monde a oublié sa morne existence végétative.

Plaisanterie à part, la pitoyable créature qui régulièrement vient déposer ses petites crottes le long de ce blog, dans l'espoir j'imagine d'y marquer un hypothétique territoire, ne me dérange nullement. Nettement moins qu'un véritable bouton de fièvre en tout cas. Mais j'ai cru comprendre que ses multiples contributions à l'intelligence générale de l'humanité agaçaient ceux d'entre vous qui ont cette curieuse manie de “s'abonner aux flux RSS”.

Par conséquent, et jusqu'à nouvel ordre, on va lui remettre un petit coup de Baygon vert dans les naseaux. En attendant de disposer d'armes mieux adaptées à son cas, ce qui ne devrait trop tarder.

Car je suis assez immunocompétent, comme gars.

10 commentaires:

  1. S'abonner aux flux RSS ??? Faut être malade !

    RépondreSupprimer
  2. Mais les blogueurs sont des malades ! Sinon, ils joueraient au scrabble.

    RépondreSupprimer
  3. A chaque époque, ces virus. Pour cette nouvelle ère blogosphérique, nous avons toutes sortes de nouvel herpès à éradiquer rapidement avant contamination

    RépondreSupprimer
  4. Hé ho ! Si vous avez de l'Herpès, je vais arrêter de vous faire la bise.

    Et entre nous, je n'ai jamais "modéré" les commentaires chez moi (sauf un fois lors d'un voyage professionnel à Strasbourg), j'ai utilisé d'autres moyens pour virer les cons.

    En fait, je modère assez peu. Hips.

    RépondreSupprimer
  5. Un flux URSS ? Faut-il être chtarbé ! Un flux SS, ça c'est du flux !

    RépondreSupprimer
  6. Didier, certaines personnes normales s'adonnent également aux joies ineffables du bilboquet. Ne soyez pas réducteur!

    RépondreSupprimer
  7. Corto : On ne se débarrasse jamais de l'herpès...

    Nicolas : je vous signale que vous faites partie de ceux qui gueulent après l'envahissement de mon troll, parce que ses petits cacas polluent votre boîtamel !

    Yanka : le flux, en québécois, ça n'est pas la diarrhée ?

    Jacques Etienne : eh bien, offrons un bilboquet à cette pauvre fille et n'en parlons plus ! Du reste, c'est peut-être ça, son problème : une carence en bilboquet.

    RépondreSupprimer
  8. À mon avis, c'est exactement ça : carence en bilboquet.

    RépondreSupprimer
  9. Vous soignez l'herpès au baygon, vous?
    Sinon, courage, Swann!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.