lundi 5 juillet 2010

Le vertige totalitaire, V : Dîner de cons

On se sent toujours d'excellente humeur lorsque une poignée de crétins vous fait la grâce de confirmer ce que vous pensez d'eux, en vous fournissant obligeamment quelques arguments supplémentaires. Hier ou avant-hier, Marianne.fr a repris l'un des billets que j'ai écrits récemment sur Jan Valtin – celui-ci. Quelques-uns des commentaires laissés à sa suite ont confirmé magnifiquement ce que je disais dans cet autre billet, à propos des pénibles qui, dès qu'ils entendent le mot “goulag” ou l'adjectif “soviétique” ne peuvent que se mettre à trépigner en bêlant “naziiisme ! naziiisme ! ” Le premier commentateur, chez Marianne, pulvérise d'emblée le score de cette bêtise trépignante. Il bêle ceci :

super article ! MDR
Faites plutot des investigations sur qui a financé Hitler, Mussolini, Franco au lieu d'article creux comme celui ci !
Prenez donc les archives des années 30, le livre d'Annie Lacroix-Ritz et dites la vérité sur les années 30 ! Parlez aussi du financement de parti d'extreme droite Francais par les banquiers de chez Worms ! C'est un peu dérangeant à l'heure ou les banques dictent leurs lois aux gouvernants et où les politiques reçoivent leurs ordres du MEDEF, appelé CNPF dans les années 30 et d'ou sont issus les plus gros collabos de la guerre dont la famille Sellieres !

Son pseudonyme est Icare, mais, chez lui, on sent bien que ce ne sont pas les ailes qui ont fondu. Je lui ai, ainsi qu'aux suivants, laissé la responsabilité de son orthographe et de sa syntaxe. Ce garçon est une véritable petite unité de retraitement des déchets toxiques à lui seul : vous lui fournissez Jan Valtin à un bout, il vous ressort Ernest-Antoine Sellières en fin de chaîne. Il est immédiatement plussoyé par un dément de même famille :

Oui, le MEDEF, la pire organisation sévissant en France, une secte.

Là, de Valtin ou du communisme, il n'est déjà plus question. Vous en voulez encore ? Allez, un autre, pour faire plaisir. Celui-ci se pseudonomme Ramoneur de menhirs :

Le MEDEF ferait comme la cagoule , livrer le pays pour que les affaires durent.

À ce stade, on se dit qu'il va forcément en débarquer un, de commentateur, pour nous inviter gravement et doctement à balayer devant notre porte avant de dire du mal de ces communistes si bien intentionnés au départ. Le voici, justement :

Retenir de ce livre, que j'ai lu dernièrement, que l'image de Staline partisan du pacte germano-soviétique dès 1933 est, pour le moins, très réducteur.Ce fantastique livre donne de l'histoire du communisme, plus précisément du Komintern bras armé de l'internationalisme communiste, une réalité révolutionnaire qui déstabilise un communiste comme moi, non encarté, qui croit encore qu'un autre système économique est possible, si ce n'est indispensable, pour assurer l'avenir de notre monde.Cruelle leçon pour tous les miltants sincères qui pensèrent peser sur l'histoire, alors qu'ils n'étaient que les instruments de manipulateurs politiques pour des fins partisannes ne reculant devant aucune infamie pour arriver, et se maintenir, au pouvoir. D'accord avec icare, il faut aussi balayer devant notre porte, et lire Annie Lacroix-Riz, J. Kolboom ou encore Robert O. Paxton, pour ne pas oublier ce qu'une élte est capable de faire pour conserver ses privilèges...y compris en France.
Il n'est pas utile de dénoncer nommément des personnes, pour avoir ce droit encore faudrait il avoir vécu cette triste période de notre histoire, et moi, qui suis né en 1945, j'aurais bonne mine de jouer les résistants 70 ans après les faits.

On notera que celui-ci, en plus, ne sait pas lire : à aucun moment je n'ai écrit que le Pacte germano-soviétique n'avait été envisagé dès 1933. Pas grave, y a que la foi qui compte. Mais c'est à l'impérial et glorieux Icare qu'il revient – à l'heure où nous mettons sous presse – de fermer la marche. Il le fait en se hissant à des sommets de crapulerie intellectuelle et de haine de soi quasiment célestiens :

@Kane et Jean: Rien ne sert de s'attarder sur les socialistes, communistes ou autres partis, le probleme n'est pas la. C'est la lutte des classes qui régie le monde. Les tres riches ont pactisé avec les nazis, les pauvres ont rejoint le maquis. Surtout en 1943 lorsque les tres riches voulaient faire travailler les pauvres gratis avec le STO.
"Mieux vaut Hitler que le Front populaire" résume bien encore la situation d'aujourd'hui. Ils sont pret à commettre des génocides en Afrique ou en Irak, ils jouent les esclavagistes en Chine et en Inde, ils mettent des dictateurs au pouvoir en Amérique du Sud, Afrique, Proche Orient, dans le seul but de faire plus de fric, alors que ces instigateurs sont déja milliardaires pour la plupart. Preuve en est que les nazis, l'holocauste, les 60 millions de morts n'ont servis à rien puisqu'on est tout de suite repartit sur les memes bases.

Et Jan Valtin dans tout ça ? Hein ? Vous dites ? Jan comment ? Encore un type monté en épingle pour nous détourner des vraies questions, ça ! Si ça se trouve, il n'a même pas existé, d'ailleurs...

29 commentaires:

  1. Tout simplement grandiose.

    Le Net, c'est avant tout ceci : une machine à produire des déchets, mais des déchets "choisis" (comme l'immigration de même nom). Vous appuyez sur un bouton (on a le bouton PAPE, le bouton ISLAM, le bouton SARKO, etc.) et, sans aucune surprise, les déchets sortent, calibrés, confectionnés, moulés à la louche.

    Le net c'est la confiserie du caca.

    RépondreSupprimer
  2. Rien que ça :

    « Les tres riches ont pactisé avec les nazis, les pauvres ont rejoint le maquis »,

    on a envie d'en commencer une collection.

    RépondreSupprimer
  3. "Tout simplement grandiose"
    INCROYABLE!!! J'étais justement en train de chanter la chanson de Brassens tout en cherchant avec désinvolture la référence du séminaire de Lacan sur la correspondance de Jean Genet, n'est-ce pas... Je n'ai trouvé que ce lien ci-dessous qui n'a rien à voir, mais peut-être pourriez vous m'orienter?
    En toute modestie.
    Bernadette.



    JG« L’humanité attend autre chose de nous que cette imitation caricaturale [...]. Il ne faut pas leur envoyer une image, même idéale, de leur société et de leur pensée pour laquelle ils éprouvent épisodiquement une immense nausée. » [21] Le combat contre la mimesis sociale continue :

    « Tout se passe comme si les révolutionnaires se disaient : “Nous allons prouver au régime que nous venons de renverser que nous sommes capables de faire aussi bien que lui.” Et alors, ils imitent les académismes. »

    http://refractions.plusloin.org/spip.php?article34

    RépondreSupprimer
  4. C'est grandiose, oui. La connerie à l'état quasi-pur. On ne sait si on doit pleurer aux évocations sénilo-nostalgiques du Communisme ou du Nazisme.
    D'un côté comme de l'autre, ce pays pourrit sur place. Pas de détail, n'est-ce pas Jean-Marie? Tous ces faux-débats pas stériles finiront bien bien par rejoindre les poubelles de l'Histoire, qui ,si je ne m'abuse, débordent de notre moderne connerie dans laquelle, réac' ou progressistes, nous nous vautrons.

    Monsieur Goux, quand on attire la merde, comme vous la décrivez, avec autant de talent, on se doit, enfin, on devrait, se poser des questions.

    Non? Ah bon.

    Sébastien

    RépondreSupprimer
  5. "Le net c'est la confiserie du caca"

    HAHAHAHAHAHA !!

    (c'est lourd, mais ça fait du bien)

    RépondreSupprimer
  6. "Le MEDEF ferait comme la cagoule , livrer le pays pour que les affaires durent."
    Pour ce qui est de livrer le pays...
    Il y en a qui pourraient donner des leçons de livraison à l'ennemi.

    RépondreSupprimer
  7. Faudrait surtout nous expliquer où et quand cette fameuse “Cagoule” a vendu le pays à l'ennemi !

    RépondreSupprimer
  8. Quelqu'un pourrait-il me traduire le message de Sébastien ?

    RépondreSupprimer
  9. « (c'est lourd, mais ça fait du bien) »

    Oh, lourd, lourd, faut pas exagérer. Prenez un peu d'Hépax après, vous verrez, ça passe tout seul.

    RépondreSupprimer
  10. Je suis encore de l'avis de Georges. Inquiétant non ? Et je suis de son avis chez lui aussi ; partout finalement ! Je commente, je commente. Il reste un sachet de Treets... non plutôt des cachous, des "lajaunie", ça fait plus velu, ça lui plaira !

    RépondreSupprimer
  11. "Faudrait surtout nous expliquer où et quand cette fameuse “Cagoule” a vendu le pays à l'ennemi !"

    En effet, d'autant plus que le mot de De Gaulle est connu, bien que considéré comme apocryphe... ^^... quand il est arrivé à Londres et qu'il a été question de comptabiliser ses forces, peu nombreuses, il aurait dit quelque chose comme : "Ma Parole ! Mais y'a dans les parages que la synagogue et la Cagoule !"

    Autrement dit que du juif et du facho tout frais... tous prêts en tout cas à en découdre avec le boche.

    Je suis allé voir sur Marianne ! Putain ! C'est un cas d'école, y'a pas à dire.

    RépondreSupprimer
  12. Faudrait surtout nous expliquer où et quand cette fameuse “Cagoule” a vendu le pays à l'ennemi !

    Vos commentateurs semblent apprécier Annie Lacroix-Riz qui défend cette thèse : Le Choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930.

    "Outrancière et marginale", on retrouve cette historienne du côté des complotistes d'Axis for Peace.

    RépondreSupprimer
  13. Bon, je n'ai trouvé que ça là : ( http://www.ecole-lacanienne.net/section-clinique.php?id=1 ) mais c'est pas ce que je cherchais. Je me serais trompée de site?
    Bernadette

    "Jean Genet des mots trop beaux


    Jean Genet serait-il , dans sa vie et son œuvre, un théoricien ? Un théoricien de quelle théorie ? Une théorie de quoi ? Avec nos mots de psychanalystes, sans doute faut-il répondre : un théoricien de la déclaration de sexe ?

    Au lecteur qui ne se résoud pas à abandonner l'idée répandue de l'existence de deux sexes, Genet se prête, il se prête à son erreur. Il s'y prête même à fond, si on veut du foin, qu'on en mange ! Mais tellement de foin, servi dans un tel plat d'artifice, avec une telle cérémonie, que les mots, tellement trop beaux, vont s'insinuer jusqu'en ces régions inexplorées où les idées trébuchent. Homme ou femme ? Décidez-vous.

    Trop de grammaire pour une déclaration de sexe . Enfin, si un pédé, c'était comme cela, un être aussi léger, aussi fragile, aussi aérien, aussi transparent, aussi doux, aussi délicat, aussi brisé, aussi clair, aussi bavard, aussi mélodieux, aussi tendre, on pouvait le tuer, étant fait pour être tué comme un cristal de Venise n'attend que la main large du guerrier qui l'écrasera sans même se couper (sauf peut-être la coupure insidieuse, hypocrite, d'une aiguille de verre, aigue, brillante, et qui restera dans la chair). Si c'est cela un pédé, ce n'est pas un homme. Ça ne pèse pas lourd. C'est un petit chat, un bouvreuil, un faon, un orvet, une libellule dont la fragilité même est provocatrice et précisément exagérée afin qu'elle attire inévitablement la mort. En plus, Ça s'appelle Joachim.

    Entraînés dans la région la plus asociale de notre âme, nous ne distinguons plus ce qui faisait nos certitudes. On croyait déméler les morts des vivants, mais toutes étaient mortes. Ce que nous voyions se promener dans la rue, étaient des ombres retranchées du monde. Les Tapettes sont un peuple pâle et bariolé qui végète dans la conscience des braves gens. Jamais elles n'auront droit au grand jour, au véritable soleil.

    Mènerais-je une existence de vrai mort ? Ou de vraie morte ? Qu'est-ce qui parle au féminin ? Car Genet l'affirme, le féminin c'est ce qui rend sensible à la matière la plus dure et en même temps la plus délicate : les cors et les corps d'assassins. Le féminin, c'est-à-dire ce qui est un genre en grammaire ? pour ce qu'il en serait d'un genre des corps, on ne sait pas, ça laisse à désirer comme on dit en français.

    Croirait-on trouver l'équilibre sur le socle ferme des couples d'oppositions, (les inversés ?) bourreau/assassin, mort/vivant, homme/femme, actif/passif, qu'on est vite renvoyé dans les limbes, là où on s'invertit. Querelle de Brest est écrit pour les invertis, alors à le lire, ça m'invertit. Car l?nversion , me dit Genet, est un mouvement int?rieur tr?s singulier, par lequel le cadavre de moi-m?me me contemple"

    RépondreSupprimer
  14. Vos billets étaient sérieux, oserais-je dire profond (si, si) et là c'est la grande poilade.

    Tous ensemble : Mort de LOL !

    RépondreSupprimer
  15. "Quelqu'un pourrait-il me traduire le message de Sébastien ?"

    Je vais tenter l'affaire...

    Sébastien a beaucoup souffert... d'un mal personnel, profond, probablement psycho-socio-familial... il ne s'aime pas... mais pour survivre il retourne la haine qu'il éprouve envers lui vers les autres, il lui faut des boucs émissaires, les juifs... pardon, les sionistes, les patrons, la police, Sarkozy... et comme y'a plus beaucoup d'authentiques Nazis, il faut qu'il en invente, qu'il puisse trouver de la canaille à conspuer, parce que ça le rassure, ça lui permet de poursuivre sa vie rampante... car un Sébastien c'est un grouillement à lui tout seul.

    Cette Haine de Soi que l'on retourne contre autrui, c'est le principe de base du Ressentiment... un vague souvenir inassouvi et incompréhensible qui doit plus à l'inconscient qu'à la conscience... une Haine profonde et Radicale qui se pare de Vertu pour traverser la Scène avec un semblant de Panache. Certains parviennent à compenser par le sens du Verbe, de la Parole... d'autres se traînent comme des loques dans tous les domaines, voyez par exemple les religieux de la CGT, c'est du spectacle.

    RépondreSupprimer
  16. Moi je vautre nulle part.. C'est pas dans mes habitudes...

    RépondreSupprimer
  17. Merci pour le fou rire qu'a provoqué ce billet : je me le garde sous coude pour les jours gris.
    En récompense cela, pas triste non plus.
    http://www.youtube.com/watch?v=qeo5h_1ZKF4&feature=player_embedded#!

    RépondreSupprimer
  18. Du coup, j'ai acheté le livre de Valin, je le lis et je commence à comprendre ce pourquoi vous avez écrit. Merci de vos conseils de lecture en tout cas.

    RépondreSupprimer
  19. Fredi Maque : votre dernier commentaire n'a pas été refusé : c'est juste Blogger qui, pour le moment, ne veut plus rien savoir...

    RépondreSupprimer
  20. LE COMMENTAIRE DE FREDI MAQUE :

    « la pecnaude a dit...
    Du coup, j'ai acheté le livre de Valin, je le lis et je commence à comprendre ce pourquoi vous avez écrit. Merci de vos conseils de lecture en tout cas.

    C'est vrai que c'est un bon agent littéraire D. Goux. Une sorte de
    Bernard Pivot du web. Du coup j'ai une bonne dizaine de bouquins en retard et l'été n'y suffira pas. »

    RépondreSupprimer
  21. La Pecnaude : merci ! Si une personne au moins a envie de lire ce dont je parle, ça veut dire que je n'ai pas usé mes bouts de doigts en vain...

    Pour les autres, je suis un peu largué, je dois dire : je ne comprends pas un commentaire sur deux, ce matin...

    RépondreSupprimer
  22. @ Didier. T'as de ces passe-temps !
    Et si tout ça était la faute au clébard du voisin qui n'arrête pas de glapir 24/24 ?
    Cela dit, j'ai beaucoup aimé ta série.

    RépondreSupprimer
  23. Ah oui, tiens : mon commentaire "réussi" de tout à l'heure n'est plus là !

    Bof...

    RépondreSupprimer
  24. Didier, c'est Georges qui déteint sur nous ^^

    RépondreSupprimer
  25. Evidemment qu'on ne comprend rien, les commentaires disparaissent au fur et à mesure qu'on les dépose.

    On en a fusillé pour moins que ça.

    RépondreSupprimer
  26. T'ention, Carine, 'tention, j'ai encore deux molaires en état de marche !

    RépondreSupprimer
  27. BP, c'est Dominique?
    Ferait mieux de colmater son puits de pétrole.

    RépondreSupprimer
  28. Georges, ce qui a causé l'ire de vos deux molaires rescapées, c'est ma réponse à ceci:
    "Pour les autres, je suis un peu largué, je dois dire : je ne comprends pas un commentaire sur deux, ce matin.."
    Voilà l'affaire.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.