jeudi 27 novembre 2008

De qui est-ce ?

« Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.

« Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.

« L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.

« Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit, et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue !

« Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé. »

33 commentaires:

  1. Victor hugo. Nabo... euh...Napoléon le petit

    RépondreSupprimer
  2. Avec des majuscules là où elles manquent, et un point.

    RépondreSupprimer
  3. Même pas, pour une fois.
    J'ai l'air si inculte ?
    vilain.

    RépondreSupprimer
  4. La photo... c'est Blücher ?

    Marcel

    RépondreSupprimer
  5. Non, mais moi j'avais trouvé avec google !

    RépondreSupprimer
  6. Bé c'est de Buzz Wire, cteu blague tiens.

    RépondreSupprimer
  7. he ben deux fois que je lis du Victor Hugo le même jour...

    j'vais m'coucher ou alors j'vais retourner lire des blogs de filles

    RépondreSupprimer
  8. Ca fait un moment que ça circule.

    Et pourtant, quand j'ai lu les premières lignes, j'ai pensé : "Quel talent, quand même !"

    Est-ce que sur le fond l'hôte de ces lieux revendique le propos ?

    RépondreSupprimer
  9. Arrêtez moi si je dis une bêtise mais je galoperais bien sur C.... !

    RépondreSupprimer
  10. Vive Hugo, et vous êtes déroutant! Le rapprochement avec Napoléon s'impose, en effet.

    RépondreSupprimer
  11. On moque Gatsby et on vénère Hugo, c'est quoi c'te crémerie?

    RépondreSupprimer
  12. Mtislav : sur le fond, il me semble que ce texte est aussi excessif concernant Napoléon III (qui fut loin de correspondre au portrait-charge qu'en a fait Hugo) qu'il le serait appliqué à Sarkozy. Mais, enfin, les points de concordance sont troublants...

    M'sieur Marc : d'une part, je ne moque pas votre idole (que j'ai très peu fréquenté, je dois bien l'avouer...), d'autre part je ne vénère nullement Hugo, même si j'aime beaucoup le premier volume des Choses vues.

    Coucou : Déroutant ? Pourquoi donc ?

    RépondreSupprimer
  13. Oui, j'avais bien compris ! Mais qu'est-ce qui est déroutant ? Que je cite Victor Hugo ? Que je ne sois pas en pâmoison devant Nicolas Sarkozy ?

    RépondreSupprimer
  14. Hmm, pour Hugo, vous venez de donner une réponse à Marc, pour Sarkozy: oui, vous me déroutez, parce que je vous imaginais indifférent.

    RépondreSupprimer
  15. Indifférent, non, ce serait trop dire. Ce qui vous fait peut-être cet effet, c'est que je ne le considère pas comme l'incarnation de l'antéchrist, ainsi qu'il est de bon ton de le faire sur les blogs que vous fréquentez le plus volontiers (et moi aussi, du reste...).

    RépondreSupprimer
  16. Vous avez tout à fait le discours des gaullistes avec qui je m'entends très bien d'ailleurs ;-)
    Sont fous de rage les gaullistes de Sarkozy, l'UMP ne peut être le PS, nan l'UMP, trop de courants divergeants...

    RépondreSupprimer
  17. Didier,

    Vous avez les compliments de Toréador, blogueur influent parmi les zinfluents : Victor Hugo écrit bien.

    RépondreSupprimer
  18. Avant de lire les commentaires :
    Ah oui, bien envoyé !
    En tout point d'accord avec chacun des mots employés !
    :-))

    [Bravo !]

    RépondreSupprimer
  19. Est- ce qu'il avait eu un procès le Hugo, à l'époque ? Nan mais je demande, quoi !
    :-))

    RépondreSupprimer
  20. Heu ! Moi aussi, dès la première lecture, j'avais trouvé Not'Totor ! Premier billet chez DG, un autre spécialiste de René Girard (c'était ma thèse à la fac, quand j'étais en sociologie!). Ha ! Le désir mimétique, et tout ça !

    RépondreSupprimer
  21. Vous n'êtes pas plus Hugo, que lui n'est Napoléon...
    Diffuseur de pamphlet recyclé, cela fait l'économie d'une vraie réflexion.

    RépondreSupprimer
  22. Toréador : oui, c'est tout de même le minimum...

    Nicolas : j'en rougis jusqu'au scrotum !

    Poireau : pas de procès, à l'époque : directement l'exil ! On n'était pas des bisounours...

    Jeandelaxr : les girardiens ont droit à une boisson gratuite sur ce blog : qu'est-ce que je vous sers ?

    Che : quelle stupéfiante découverte ! J'en suis scié, là...

    RépondreSupprimer
  23. On ne s'affole pas, c'est Chevènement...

    Avant de lire les commentaires, j'hésitais entre d'Ormesson et BHL...

    On peut se tromper, non ?

    RépondreSupprimer
  24. Didier Goux : bien parlé. Napoléon III a beau avoir un peu profité de la démocratie par plébiscite (ce en quoi on pourrait le comparer a Ségolène plutôt qu'a Nicolas), il n'empêche qu'on lui doit l'industrialisation de la France, les grands boulevards qui font aujourd'hui la fierté de Lille ou Paris, et plein d'autres choses que j'oublie

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.