mercredi 5 novembre 2008

Lettre ouverte aux barackophiles de gauche

C'est ce que j'avais l'intention de vous tartiner : une longue « lettre ouverte » principalement destinée à me moquer gentiment de votre obamolâtrie, et des contorsions idéologiques qu'elle suppose. Et puis, pourquoi me fatiguer ? Je viens de tomber sur un article qui dit bien mieux - et plus sérieusement ô combien - ce que j'avais plus ou moins dans l'idée de bafouiller. Par conséquent, suivez le guide (non, pas le guide suprême, juste moi !) : vous êtes attendus au salon...

5 commentaires:

  1. Mouais,
    en fait, Obama est un corps jeté en pature pour qu'on se le dispute ardemment.

    Moi, de tout cela, je me fous complètement. La seule chose qui m'intéresse, ce n'est pas l'occidentalisation ou non, le politiquement correct ou non (ça, ce sont vraiment des préoccupations bidons de mec qui a du temps à perdre ; ça vaut aussi pour les gauchos dont on parle dans ce texte)...

    La seule chose qui a un intérêt, c'est 1 - quelle politique ; 2 - est-ce qu'on va enfin s'occuper du fossé qui sépare le nord et le sud (qui perdreront tant que les règles seront tronquées).

    Le reste, c'est débat de midnette...

    Si c'est le cas, viva obama, sinon...bof, on a l'habitude, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Vous tenez vraiment à ce qu'on perde du temps à démonter point par point cet article farci d'anneries, d'a-peu-près et de mauvaise foi, ou vous comptez vous retirer les doigts et vous y coller vous même ?

    RépondreSupprimer
  3. Dorham : ce que je trouve passionnant, c'est l'extraordinaire cristallisation qui s'est opérée sur lui, la messianisation dont il a été (et reste : il suffit d'aller traîner sur les blogs...) l'objet.

    Pour le reste, je vous rejoins : lui ou un autre...

    Pour la politique, il va évidemment faire (enfin, je crois) la même que ses prédécesseurs, à quelques petites variantes près.

    Quant au fossé nord-sud, j'ai l'impression qu'il ne revêt plus du tout les mêmes réalités qu'il y a encore 20 ou 25 ans. Il y aurait là matière à discussion plus approfondie, mais j'avoue que je n'en ai guère l'envie.

    Franssoit : mais je ne tiens à rien, moi ! Il se trouve que cet article me semble pertinent, et pas du tout farci d'âneries et de mauvaise foi, ainsi qu'il vous est apparu. Donc, je le diffuse, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  4. Ce Martin-Castelnau, il se la pète pas un peu, sur la photo? Profil de médaille, air de penser.
    Il fait pas dans l'humilité le type!

    RépondreSupprimer
  5. "ce que je trouve passionnant, c'est l'extraordinaire cristallisation qui s'est opérée sur lui, la messianisation dont il a été (et reste : il suffit d'aller traîner sur les blogs...) l'objet."

    Je ne trouve pas ça fascinant.

    Et Kennedy ?

    M'enfin, en France aussi, avec notre 5e République, on montre qu'on est fait pour ça, pour aduler un Guide, un, Père spirituel. Je ne vais pas citer "nos grands hommes la patrie reconnaissante" mais il y aurait de quoi rédiger une anthologie.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.