jeudi 6 novembre 2008

Léporicide involontaire : les aveux du suspect

Catherine et moi, ce matin, sur l'autoroute A 13, roulant vers Paris. Qu'est-ce qui lui a pris, à ce petit con outrageusement auriculé ? Les lapins ont-ils des pulsions suicidaires ? Prennent-ils parfois conscience que ce n'est pas une vie de bouffer uniquement de l'herbe, de sa naissance à son dernier bond ? Ou bien, ils la fument et perdent tout sens des réalités ?

Toujours est-il que celui-là, précisément celui-là, à la hauteur de Gargenville, a décidé qu'il voulait quitter le bas-côté pour rejoindre le muret de béton central ; et de mettre son projet à exécution (c'est bien le cas de le dire), à une cinquantaine de mètres en avant de ma calandre. Je l'ai vu franchir la ligne blanche de la bande d'arrêt d'urgence, tranquillement, par petits soubresauts du croupion, comme on traverserait un chemin creux bordé d'aubépines. Je me suis déporté sur la gauche, mais pas trop cependant : la circulation était dense, sur la voie médiane. Mal m'en a pris car, au lieu de passer entre les roues droites et gauches, mon vivant civet s'est pris soixante tonnes d'acier dans la tronche.

Il en est résulté ceci, cette double image : dans le pare-brise, un lapin sautillant, ramassé sur lui-même, oreilles dressées ; dans le rétroviseur, un pelage informe, une étole brute et sanglante, un souvenir de lapin. Catherine a eu beau faire valoir que, se dirigeant vers le milieu de l'autoroute, l'animal était déjà virtuellement mort avant la percussion, il s'est produit chez moi un léger accablement (oxymore) que seul le bouchon de l'A 14 a réussi à dissiper, pour le remplacer par un énervement plus facile à maîtriser, parce que banalement humain et ne débouchant sur aucune étrangeté, nul abîme creusé en entonnoir dans le macadam.

11 commentaires:

  1. Soixante tonnes ? C'est un Panzer, votre 4L ?

    RépondreSupprimer
  2. Pas de chance! Ça aurait pu être un noir!
    Hé, attention, un lapin noir, je veux dire.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime la collision entre passé et présent. Puisque qu'on ne peut guère parler d'avenir pour la pauvre bête.

    RépondreSupprimer
  4. Franssoit : la vitesse augmente la masse, selon une formule qui m'échappe... mais bien réelle.

    Henri : un lapin noir ???

    Nicolas : on s'en fout, je l'ai déjà transformée en poubelle... un certain soir... il y a six ou sept mois...

    Mère Castor : moi, j'ai moins aimé.

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes trop sensible pour conduire, la prochaine fois, laissez le volant à Catherine

    RépondreSupprimer
  6. Vous en avez choisi un trop joli pour illustrer le billet. On ne peut s'empêcher d'être abattus aussi...

    (Vous voyez quand vous voulez...)

    RépondreSupprimer
  7. Consolez-vous en pensant que cela aurait pu être un gros sanglier, noir et fracassant.

    RépondreSupprimer
  8. Pauvre bête toute plate !
    Enfin je veux dire : pas d'inquiétude, tout va bien. Il n'a pas souffert, il est au paradis des lapins maintenant.

    RépondreSupprimer
  9. Etait-ce un lapin ou lui avaez vous fait mal à lapine?

    RépondreSupprimer
  10. Vous auriez dû vous arrêter pour le ramasser et le manger par la suite : c'est quand même plus goûteux qu'en enfant..

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.