samedi 8 novembre 2008

Pédophilie à géométrie variable

Cet après-midi, l'Irremplaçable a lu France Dimanche. C'est bien, c'est une lecture très saine. Ce soir, elle me faisait part de son étonnement. Le dernier numéro contenait un article consacré à Yves Rénier (Commissaire Moulin, pour les attardés du tube cathodique), à l'occasion de la sortie de ses mémoires (ben oui...), livre dans lequel il raconte comment il s'est fait dépuceler à 12 ans, par une femme qui en avait 17 de plus.

« C'est curieux que ça ne fasse pas un scandale, s'étonna la chère et tendre : c'est tout de même de la pédophilie, non ? »

Si, en effet. Il m'apparut alors que la pédophilie était, en quelque sorte, à géométrie variable. Un homme qui initie une fillette ? Ignoble ! Révoltant ! Arrachez-lui les couilles ! Un homme qui déniaise un petit garçon ? Répugnant ! Inadmissible ! Pendez-le ! Mais une femme qui fait découvrir la volupté à un pré-adolescent ? Alors, là, les sourires fleurissent, les regards se teintent d'indulgence - voire d'envie, chez les mâles qui n'ont pas eu la chance de connaître cela. à cet âge tendre et dur à la fois. On notera, au passage, que le Rénier en question ne se croit pas du tout tenu de se déclarer traumatisé par l'expérience. On sent même, à le lire, qu'il en conserve un souvenir ému, pour ne pas dire émoustillé.

Pourtant, ça reste de la pédophilie, non ?

Carburant : deux whisky sec pour Irrempe, deux whisky-coca pour moi.
Environnement sonore : Shirley Horn.

20 commentaires:

  1. Vous êtes assez malin pour savoir qu'en réalité, la pédophilie choque peu de monde. Je parle évidemment de la pédophilie initiatrice, pas celle des violeurs et des tueurs. Le fait que des types violent des femmes (adultes) n'a jamais condamné l'amour entre honnêtes gens. Mais les enlèvements, les viols et les meurtres d'enfants de ces dernières années ont irrémédiablement condamné toute forme de pédophilie, même la plus douce, même celle des livres et des mots. Il n'est plus possible de parler de ça sans être soupçonné des pires pulsions, sans être traité verbalement pis qu'un chien. Le simple fait de dire qu'une petite fille peut être troublante suffit à vous cataloguer parmi les pires pervers (nourrissant des fantasmes affreux, menant à coup sûr une vie double). Parler du sexe des « anges » est excessivement dangereux. Alors, of course, faire joujou avec...

    RépondreSupprimer
  2. Bon, je pense exactement comme l'Irremplaçable. C'est à l'évidence de la pédophilie.

    Je crois avoir une explication simple concernant cette ambiguïté. A 12 ans, le corps d'un enfant n'est pas très formé. Imaginer une femme de près de 30 ans "déniaiser" un gosse de 12, je trouve cela répugnant. Maintenant, si l'on transpose les sexes, on a en plus la considération que l'acte sexuel est bien plus violent à subir pour la femme que pour l'homme, a fortiori si l'appareil génital n'est pas encore parfaitement constitué.

    Cette violence là rend dans les consciences l'acte bien plus ignoble.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, je pense un peu comme l'irremplaçable : à 12 ans, il est facile de faire croire à un garçonnet qui croit que dur comme fer que Zoroo ne se déplace qu'en musique et que son épée fait "zip" zip" "sclack" quand elle croise le fer, qu'il a très envie de faire l'amour à "maman" avec sa petite épée en bois ! Celui-là en est même très fier, mais il s'est fait abusé, trompé, utilisé pour satisfaire le désir d'une grande personne qui connait le tenant et tous les aboutissants de ses choix.

    RépondreSupprimer
  4. du ouiski coca ? du ouiski COCA ?

    C'est décidé, je vous plaque, vous et votre blog.

    je retourne lire Bolano.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  5. Suzanne, vous avez raison, c'est une hérésie ! Mais quand le whisky est très bon, quand même, il le boit sec.

    RépondreSupprimer
  6. Yanka : nous sommes d'accord.

    Les autres : est-il bien nécessaire de nous lancer dans ce débat, impossible par définition ?

    Suzanne : vous pouvez revenir : on repasse à l'eau minérale dès aujourd'hui, et pour les dix jours à venir !

    RépondreSupprimer
  7. C'est une tradition républicaine que les jeunes garçons soient dépucelées par une tante (dans le sens "la soeur ou belle-soeur du père ou de la mère") alors que la jeune fille doit arriver vierge au mariage.

    Non mais.

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas : je n'aurais su mieux dire !

    RépondreSupprimer
  9. Ah si on ne peut pas débattre alors !
    :-)

    Comme le dit Dorham, à 12 ans, une petite fille n'a pas les mêmes pulsions qu'un garçon et je ne pense pas que sur ces tranches d'âges, on puisse mettre en parallèle les deux développements. Il y a comme un décalage...
    Sur le principe technique, c'est de la pédophilie mais sur le vécu, je pense que c'est très différent.
    :-]

    RépondreSupprimer
  10. Poireau : mais si, on peut ! Je disais ça parce que, d'après mon expérience, il en va de la pédophilie comme du racisme : une discussion sereine est à peu près impossible (comme l'a souligné Ygor Yanka en premier commentaire).

    RépondreSupprimer
  11. Didier : Bah, que voulez-vous, il y a toujours des gens pour qui débattre c'est imposer son point de vue !
    :-))

    RépondreSupprimer
  12. Viens-là que je t'initie ! C'est-y pas mignon.
    Vous croyez que ça a un lien avec le fait qu'Yves Rénier soit devenu un macho à deux balles ?

    RépondreSupprimer
  13. Marie-Georges : pas impossible, en effet...

    RépondreSupprimer
  14. Et vous ne croyez pas qu'il se la raconte un peu aussi (genre, je déballe mes fantasmes plus que mes souvenirs, c'est toujours plus interessant !!) Moi ça me rappelle, à certains égards, un de vos récents billets sur les réponses archi-convenus des "célébrités". Ici il ne s'agit pas de légitimer sa place relativement aux soutiens dont on aurait pu bénéficier ou non, mais de justifier son statut de "star" par l'évocation de souvenirs "extra-ordinaires" ou "hors normes" (supposés tels en tous cas). Et cela a toujours quelque chose d'un peu précoce (depuis que je suis enfant ... bla, bla, bla), comme si on voulait signifier que trés tôt déjà, l'énérgumène en question était marqué par les signes de son "éléction" (forcément divine avant d'être sociale, c'est ça la légitimité...)
    Bon, cela n'a plus rien à voir avec le débat sur la pédophilie...mais à ce sujet je suis entièrement d'accord avec Yanka.

    RépondreSupprimer
  15. Bbl : vous avez raison : on ne peut exclure une vantardise pure et simple. Ce qui, du reste, n'enlèverait rien au fond du message (si tant est qu'il en est un, de fond...).

    RépondreSupprimer
  16. "la pédophilie initiatrice" ? De quoi parlez-vous Yanka ?

    RépondreSupprimer
  17. "Coucher avec un/une enfant, c'est une expérience hiérophanique, une épreuve baptismale, une aventure sacrée."

    Gabriel Matzneff

    RépondreSupprimer
  18. Tonnegrande a dit à peu près pareil mais il parlait de manger des enfants.

    RépondreSupprimer
  19. Ce n'est pas incompatible : on peut toujours les manger APRÈS... En plus, ça évite qu'ils aillent tout dégoiser.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.