dimanche 15 février 2009

Ils se pacsèrent et eurent beaucoup d'enfants, ces cons

Aujourd'hui, çà et là sur les blogs, on s'est beaucoup inquiété de l'avenir de la planète (les OGM, le réchauffement, les marronniers classiques) – manière d'avouer qu'on n'avait rien de bien passionnant à raconter ; on s'est aussi hautement indigné du très éventuel raccourcissement du congé dit "parental". Sans que personne ne songe à lier ces deux sujets de babillage. Et pourtant.

Quant au fameux congé, mon opinion est qu'il devrait être ramené au strict minimum, c'est-à-dire au temps nécessaire à la mère pour se relever de couches, ainsi que l'on a longtemps dit. Le reste n'est que confort et vacances maquillées, payées par le contribuable. À toutes les futures engendreuses de France : Rachida Dati doit désormais être votre unique modèle, au moins en ce domaine. Ou alors, que les parents prennent le congé qu'ils souhaitent, mais que cela se traduise par un surcroît de prélèvements sociaux individuels. Un salarié qui décide de prendre un congé sabbatique de 11 mois (cela m'est arrivé) doit se débrouiller pour vivre durant cette période avec l'argent qu'il possède déjà : que les parents fassent la même chose ; qu'ils économisent avant ou soient taxés ensuite.

On va bien sûr m'objecter deux choses (je vous vois venir). La première est que, dans ces conditions, seuls les "riches" pourront de fait se reproduire. À cela, je réponds qu'il vaut mieux reproduire de la richesse que de la pauvreté, voire de la misère et de l'alcoolisme congénital. Ensuite, après m'avoir traité de connard abject (vous voyez : j'ai tout prévu), on me dira que, dans ces conditions, la population ne pourra qu'aller en diminuant. Je répondrai : tant mieux, c'est le but avoué. Et c'est là que nos deux sujets de conversation du début se rejoignent et se complètent.

Car toutes nos petites simagrées écolos ne pèseront absolument plus rien (elle ne pèsent déjà pas gros), lorsqu'il s'agira de nourrir huit, douze, quinze milliards d'individus. Au moment – pas si lointain – où ceux qui ne mangent déjà à peu près rien se soulèveront, machette en main, parce qu'ils en auront un peu assez de voir leurs enfants crever de faim sous leurs yeux pleins de mouches, vous aurez bonne mine à venir leur expliquer que les OGM c'est caca et qu'il devraient plutôt penser à préserver la planète, en passant à la culture extensive du sorgho bio, plus respectueuse de l'environnement, et en remplaçant leurs troupeaux de bovins par des élevages de lapins nains qui, eux, ne niquent pas la couche d'ozone chaque fois qu'ils lâchent une louise.

Là, je sens poindre une troisième objection, celle qui est censée me terrasser : si on suit mon idée, les Françaises vont arrêter de faire des enfants, ou du moins considérablement ralentir le rythme de production ; et, à terme, les petits Kevin et Jessica seront remplacés par des petits Mamadou et Aïcha – justement le genre de scénario contre lequel le connard abject ne cesse de s'époumonner, au risque de fatiguer l'auditoire.

Je réponds non. Ca c'est là qu'interviennent ce que j'appellerais les allocations familiales à rétro-pédalage. Le principe est simple : au premier enfant, on alloue aux parents une somme mensuelle très confortable (ce qui, par ailleurs, leur permet de se payer une nounou et de retourner bosser fissa) ; au deuxième héritier, une somme déjà beaucoup plus modeste, mais restant plus ou moins attractive ; à la troisième naissance, rien ; au quatrième enfant, suspension de l'allocation du deuxième ; enfin, si ces crétins s'obstinent, suppression de toute aide dès le lendemain du cinquième accouchement. Vous verriez, dans ces conditions, les Mamadou et les Aïcha se clairsemer aussi rapidement que les Kevin et les Jessica.

Au bout d'une génération à peine, seuls les cathos tradis se risqueraient encore sur la famille pléthorique, poussés par l'action conjointe de leur foi et de leur surface financière, et l'on verrait un fort mouvement d'embauche se dessiner dans le textile, plus précisément dans le secteur des cols claudine et des jupes plissées, ce qui enrichirait le pays tout entier.

Mais, je ne sais pourquoi, on ne me demande jamais rien, à moi.


[Rajout de ce lundi matin : on me signale en commentaires que j'ai sottement confondu le "congé maternité" avec son petit frère "parental". C'est exact, mais cela ne m'embarrasse pas plus que cela, ni ne ruine mon implacable démonstration. Le congé de maternité sera maintenu, bien entendu, bien que tendant à des proportions rachidesques, cependant que le congé parental sera totalement supprimé ou, pour reprendre ma comparaison, assimilé à un congé sabbatique. Voilà, bonne bourre quand même. ]

48 commentaires:

  1. Si la «bombe P» est bien réelle, votre billet n'en est pas moins difficile à avaler, Didier!

    RépondreSupprimer
  2. Tonton, j'ai une super idée : déménage au japon.

    RépondreSupprimer
  3. C'est parce que vous n'avez pas assez mâché, glouton !

    RépondreSupprimer
  4. Nefisa : je l'ai dit ailleurs, je le redis ici : j'ai de plus en plus d'admiration pour les Japonais.

    RépondreSupprimer
  5. Nef, voir Didier faire des courbettes à longueur de journée, mdelol !

    RépondreSupprimer
  6. Putain, mais je suis d'accord à 100% avec ce billet!
    Mais comme je me méfie, ne serait-ce pas une façon déguisée de voir qui sont les affreux qui commentent?

    RépondreSupprimer
  7. vasectomie et ligaturage sont les mamelles de votre programme

    RépondreSupprimer
  8. Tant qu'à baisser la quantité, autant améliorer en même temps la qualité par une bonne dose d'eugénisme moi je dis.

    RépondreSupprimer
  9. Pas la peine de lire davantage que les premières lignes : la méconnaissance du sujet est flagrante puisqu'il y a là confusion entre congé parental et congé de maternité :-)

    RépondreSupprimer
  10. Ma foi, c'est une excellent riposte graduée !

    RépondreSupprimer
  11. Bien envoyé votre billet.

    RépondreSupprimer
  12. Me voilà hilare.
    Cet espèce de mélange de mauvaise foi, de vieux grognon, qui se veut autant bouffeur de curé que de bambin, et de fausse logique économique, ça me fait rire.
    Presque on dirait du second degré.
    (c'est bien écrit aussi faut dire)
    Mais vous manquez d'audace : vous auriez du exposer les allocations négatives.

    RépondreSupprimer
  13. Vous êtes un connard abject !

    Nan, je l'écris parce que si personne ne le fait, votre prévision se retrouve anéantie et du coup tout l'article tombe à l'eau. Ce serait dommage tellement c'est drôle !
    Si ça existe un jour penser aux pompes funèbres en supplément, il va y en avoir du suicide pour cause d'ennui mortel !
    :-))

    [Quand même, la vie c'est tout de même moins linéaire, les gens ne parcourent pas que des lignes droites ! C'est effrayant…].

    RépondreSupprimer
  14. Monsieur Goux, une fois encore, votre mauvaise foi est manifeste car vous ignorez superbement toutes les ressources que l'on peut tirer de lapins nains élevés au sorgho bio. Ainsi, rien que pour les problèmes de sudation plantaire, l'acide cyanhydrique naturellement contenu dans cette plante permet, en portant tous les soirs une paire de chaussons – par ailleurs fort seyants – en lapin nain sorghivore, de ne plus sentir des pieds dans la journée. Et ça, que vous le vouliez ou non, c'est bon également pour la planète.

    RépondreSupprimer
  15. Heu, il me semble que tout le confond congé maternité et congé parental...

    C'est grave docteur ?

    RépondreSupprimer
  16. Dorham,

    Didier a vocation à sauver la France. On ne pourrait pas l'envoyer en Inde ou en Chine, maintenant ?

    RépondreSupprimer
  17. Y a pas de raison, on peut délocaliser nos réacs, c'est une idée :)

    RépondreSupprimer
  18. Avec cet excellent billet, l'humeur terne du lundi matin rosit à vue d'oeil ! Merci Didier.

    RépondreSupprimer
  19. Dans tout ça vous oubliez la question des retraites....

    (Et c'est en Chine pas au JApon qu'on limite les naissances... Il me semble...)

    RépondreSupprimer
  20. Avec cette vision des choses, vous pourriez trouver un emploi à la SPA.

    RépondreSupprimer
  21. Catherine : vu mon peu de goût pour les contacts physiques, je trouve la courbette plus civilisée que la poignée de main.

    Orage : non, non, c'est un véritable cri d'alarme et de révolte !!!

    Marie-Laure et Dorham : vous savez, vu de mon observatoire, congé parental ou congé maternité, hein...

    Disons, alors, que je suis pour la suppression totale et dans tous les cas de votre "congé parental". De toute façon, moins vos enfants vous auront sur le dos, mieux ça vaudra pour eux.

    Il Sorpasso : j'ai eu beaucoup de mal avec la graduation, en fait...

    Audine : j'y avais pensé. Maisje me suis dit, peut-être à tort, que mon train de mesures était suffisamment dissuasif comme cela. Et puis, il ne saurait être question de pénaliser les cathos tradis...

    Poireau : qui vous a fait croire qu'on s'ennuyait sans enfant ?

    Chieuvrou : depuis ce matin, je regarde autrement les lapins nains, en effet.

    Nicolas et Dorham : pas d'accord ! c'est la réaction qu'il faut délocaliser,p pas les réactionnaires. Et puis, vous vous ennuieriez tellement, sans moi...

    Pluton : Merci !

    Zoridae : oui, mais je crois savoir que les Japonais ont un taux de fécondité très bas... et qu'ils s'en foutent. D'autre part, ils ont préféré – toujours à ma connaissance – allonger volontairement leur temps de travail, plutôt que de céder aux sirènes de l'immigration, ce qui, vous vous en doutez bien, les rend chers à mon coeur.

    Henri : il n'y a quasiment que des bénévols, à la SPA : pas mon truc...

    RépondreSupprimer
  22. Votre texte est désagréable à lire pour les objections supposées qui ne correspondent jamais à celles de mon moi-lectrice. Et comme disent les autres, renseignez-vous sur les congés.
    MAIS moi je suis d'accord avec votre système d'allocs à rétropédalage.
    Comme je suis de gauche, j'appliquerais une version spéciale riches :
    1er enfant rien puisque déjà riches mais une carte du président pour féliciter les heureux parents (frais d'envois prélevés par les impôts), 2è enfant rien, 3è enfant paiement de la TSFC(taxe de solidarité pour futurs chômeurs), 4è enfant la même chose + don mensuel obligatoire à la dass et au planning familial, etc.
    On pourrait quand même gagner un bonus pour le troisième à condition de passer un diplôme de parent modèle. Risqué : en cas de deux échecs successifs, le ministère de la logistique morts-naissances nommerait un médiateur parents-enfants avec rémunération à la charge du couple.

    (J'ai bien conscience qu'avec mon système les parents aisés tenteraient d'avoir d'abord un deuxième enfant avant le premier, légèrement plus coûteux. Tant pis.)

    RépondreSupprimer
  23. Marie-Georges, vous ouvrez des perspectives intéressantes ! Même si le syntagme figé "faire-payer-les-riches" a tendance à m'horripiler, et si je refuse de verser un sou au Planning familial – par principe et pour le plaisir d'être désagréable.

    Voulez-vous devenir mon secrétaire d'État à la famille réduite, lors d'un prochain remaniement ? J'ai décidé de m'ouvrir à gauche...

    RépondreSupprimer
  24. "Disons, alors, que je suis pour la suppression totale et dans tous les cas de votre "congé parental"."

    Allons Didier, vous commencez à me connaitre. Vous devez savoir que je suis totalement de gauche. Donc, il va de soi que ce n'est pas "mon" congé parental.

    Le congé parental n'est pas de gauche, il est de droite. Si j'ai le temps, je compte d'ailleurs développer ça at my office !

    RépondreSupprimer
  25. pilule de l'apres lendemain19 février 2009 à 08:47

    petits enfants petits souscis

    grands enfants grands soucis

    vos parents ont du souffrir beaucoup ,je compatis sincerement avec eux !

    RépondreSupprimer
  26. Votre plan mériterait développement, il manque des détails pratiques me semble-t-il. Il n'envisage pas le cas de figure des familles recomposées pour ne citer qu'elles.

    Un parent avec plusieurs enfants d'une précédente union exporterait-il son allocation négative au nouvel élu lors d'un remariage/repacsage/reconcubinage ?

    Les couples homos adoptant un enfant recréditeraient-ils les compteurs des géniteurs biologiques ?

    Des couples décidant de ne pas avoir d'enfant pourraient-ils négocier leur quota sur un marché boursier de l'enfantement, à la manière des quota CO2 ?

    RépondreSupprimer
  27. Quand je lis votre programme pour les jeunes, j'imagine le pire pour les vieux.
    Provocations de façade mais au fond, toujours la vieille antienne libérale selon laquelle il faut punir les gens pour qu'ils changent.
    Je vous suggère une solution plus humaniste.
    Suppression des allocs MAIS Crèches gratuites, cantines gratuites, fournitures scolaires gratuites,transports scolaires gratuits (ils ne le sont pas partout), universités et Ecoles gratuites.
    Plus besoin de fonctionnaires à redistribuer les contributions mais des emplois publics utiles pour converger vers l'équité devant l'éducation.
    Plus de profiteurs des allocs non plus.

    Je dois être un dangereux bolchevique...

    pasgui

    RépondreSupprimer
  28. Didier Goux a pleinement raison sur le fond. Depuis le début du 19 siècle, la croissance démographique mondiale est en expansion exponentielle. Personne ne se préoccupe de ce problème. On va tout droit dans la mur car la terre est petite. Les religieux disent: Chaque enfant est un don de dieu. Mais le soi-disant Tout-Puissant ne se préoccupe pas de lui donner à manger ni de l'instruire.

    RépondreSupprimer
  29. Tout pour ma gueule et ma classe de petit bourgeois (car moi je le vaux bien) et la galère et la misère pour les autres, rien de neuf chez les vieux cons.

    RépondreSupprimer
  30. Vous avez certainement raison sur le fait que la planète ne peut plus supporter une augmentation de la population sans basculer dans le chaos, mais pas sur que vous ayez raison sur la fécondité d'Aycha ou de Fathma, car leurs fanas de mecs ont l'objectif de submerger le monde et il y aura bien des pétroliers du même avis pour les financer...

    RépondreSupprimer
  31. Vous avez raison, il faut laisser les gosses de riche se bouffer la gueule entr'eux. C'est tout ce qu'ils méritent. C'est terminé je ne fais pas de gosses.

    RépondreSupprimer
  32. Louée soit la femme. Provocante, insaisissable, nourricière. Au musée de l’homme, la Vénus de Lespugue veille sur le visiteur piqué de curiosité. La femme est généreuse, sa ronde harmonie évoque l’opulence de notre espèce autant qu’elle invite à la pérennité. Les seins culminants et maternels rappellent à l’homme son allégeance tandis que la cuisse généreuse attise fascination et désir. La femme civilisée ne s’oppose pas diamétralement à l’égérie : souvent digne descendante de cette muse mythique et charnelle.

    Comment ? Comment ? Ne me dites pas que Mlle Dati, sèche comme un coup de trique, incarne la femme de notre temps à compter de ce jour ! Honte sur la gent masculine qui laisserait s’ériger une aussi peu illustre icône ! Honte sur la gent féminine amadouée par cette gueuse en Dior...

    La suite ici : http://oppressoir.net/Un-seul-cheveu-a-nos-enfants.html

    RépondreSupprimer
  33. Michel 45, on voit que vous ne savez pas de quoi vous parlez !
    Il n'y a pas que les Aïcha et les Fatima qui font des mioches en pagaille, regardez donc un peu du côté des français bien de chez nous qui sont élevés à la bière ou à la vinasse, je vous jure que chez eux aussi ça grouille !!
    Alors n'allez pas mettre tout sur le dos des arabes, ça me gonfle à la fin, cette manière de leur attribuer tous les maux de notre société...

    RépondreSupprimer
  34. Très bien dit, et surtout, il fallait beaucoup de courage de le dire parce que votre message fait mal, très mal ... et vous vous mettrez tous les bien-pensants, les conervateurs, les intégristes de tout poil contre vous.

    Et très franchement, je me n'attendait pas à une telle analyse, si lucide avant l'an 2020.

    On verra, mais je pense que vous aurez raison (c'est à dire que votre analyse est généralement admise et cceptée) dans 100 ans.

    wpjo

    RépondreSupprimer
  35. Didier : au pays des trolls aveugles, le troll borgne est roi !
    :-))

    RépondreSupprimer
  36. Je passe ici pour la première fois, mais la thèse de la "dénatalité volontaire", défendue ici par M. Goux, ne m'est pas étrangère et me laisse toujours autant dubitatif, même si le concept des alloc "à rétropédalage" n'est pas sans recueillir chez moi, une certaine adhésion.
    Tout d'abord, l'idée que seul les riches engendrent la richesse et que les pauvres n'engendrent que pauvreté me parait incongrue. Il n'y a , me semble t-il, pas de riches sans pauvres et vice versa. Un grand patron d'industrie ne vivrait que de sa seule chasse et cueillette s'il n'avait une armée de petits ouvriers prompt à travailler pour lui. N'y voyez aucune idéologie dans ce propos mais je pense qu'il s'agit là, un peu, d'une grande loi de la nature.
    Ensuite, force est de constater, avant tout, que ce sont les plus pauvres qui se reproduisent le plus, et plus encore sans allocation ni congé "parental". Si l'espèce humaine est par nature peu prolifique (si, si, comparée à bien d'autres espèces) elle est très résistante et les foyers de grandes natalités se situent avant tout dans les pays les plus pauvres du monde. A contrario, la natalité des pays riches n'est même plus suffisante (hormis la France) pour maintenir sa population. En clair, si le monde riche venait à stopper sa reproduction, cela ne changerai guère la face du monde à court ou moyen terme.
    Quant aux petits Mamadou et Aïcha, je pense, contrairement à vous qu'ils deviendrait de plus en plus nombreux: la nature ayant horreur du vide, il se produirait un transfert naturel de population des zones les plus difficiles et surpeuplées vers les autres. Un exemple à regarder est les États Unis, dont certains habitants redoutent déjà une hispanisation : les américains -blancs ou noirs- ne faisant quasiment plus d'enfant (pas ou peu d'alloc) ce sont les sud américains qui viennent repeupler ce vaste territoire fertile en apportant une main d'œuvre facile qui fait de plus en plus défaut. Là bas désormais, il existe de grands médias (TV et autres) exclusivement en espagnol, simplement parce qu'il s'agit bien plus que d'un marché de niche.

    Bref, je pense que la surpopulation est un fléau supplémentaire qui touche avant tout les pays pauvres, ajoutant à la misère et la famine et qui repose bien souvent sur l'ignorance et l'absence d'éducation (le corolaire étant la ferveur religieuse). J'ajouterai que les pays riches auront résolu leur propre problème d'empreinte écologique avant même que l'on puisse voir l'amorce d'un changement dans la natalité des pays pauvres, faute de leur allouer les ressources nécessaires ou plutôt de ne plus piller leurs seules ressources.

    RépondreSupprimer
  37. Démonstration intéressante en effet, mais tout simplement irréalisable dans les faits. Didier Groux, vous êtes quand même un sacré démagogue... Facile avec un tel discours de vous mettre simultanément dans la poche l'extrême droite et l'extrême gauche. Bilan : une construction intellectuelle dangereuse que j'assimile à de la paresse car en s'appuyant sur des réalités aussi douloureuses que la fin dans le monde, vous faites passer l'affect au premier plan, au détriment du raisonnement, et mettez ainsi tout le monde en boite. Ah, si tout pouvait être aussi simple... Cela dit, vous avez une assez belle plume pour un gauchiste de droite.

    RépondreSupprimer
  38. Didier,

    Pour mon information, et bien que vous ayez viré votre compteur de visites, vous savez d'où ils viennent, tous ces trolls ? Où avez vous été cité récemment ?

    RépondreSupprimer
  39. Vous avez, je le crains, oublié de mentionné l'élégante suggestion que formula jadis M. J.Swift dans son opuscule intitulé " Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d'être à la charge de leurs parents...".
    Il est vrai qu'elle offre une alternative à vos suggestions.

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  40. Certes on comprend vite le manque de sérieux de ce billet. Mai quand vous reconnaissez vous être trompé entre "congé parental" et "congé maternité" c'est pour asséner que le congé parental devrait être un "congé sabbatique".
    Mais c'est déjà le cas ! "le congé parental d’éducation n’est pas rémunéré mais le salarié peut utiliser les droits acquis sur son compte épargne temps pour le « financer ». Le bénéficiaire du congé peut également, s’il en remplit les conditions, bénéficier du complément de libre choix d’activité servi par la Caisse d’Allocations Familiales"...

    Vous pensiez être insulté pour votre non-conformisme, mais votre billet est probablement trop nul pour attirer ces "justes" remarques... :)

    Signé : PeutMieuxFaire !

    RépondreSupprimer
  41. Plutôt que de supprimer le droit à enfanter, on ferait mieux de se débarrasser des vieux cons.

    Leur avenir est derrière eux, ils ne nous (r)apporteront plus rien.

    En les éliminant avant qu'ils ne soient trop décatis physiquement, on pourrait mettre un terme à la pénurie des dons d'organe.

    Leur bas de laine inutile pourrait servir à boucher le trou de la sécu, sans compter les économies de médicaments et de soins.

    Même leurs vieux corps momifiés pourraient servir de combustible dans les centrales à charbon.

    Quoi de mieux que de transformer la connerie en énergie.

    Mais quelqu'un l'a déjà dit avant moi : "Les vieux, ils faudraient les tuer à la naissance"

    RépondreSupprimer
  42. Démonstration interressante, sauf qu'elle ne prend en compte que la france, comme s'il n'y avait pas d'autres pays avec une politique de natalité différente. Et quelle politique migratoire préconisez vous pour préserver cette dénatalité française ? parce que, si les portes sont grandes ouvertes, c'est comme si vous organisiez un nettoyage ethnique de l'intérieur...

    RépondreSupprimer
  43. Très drôle votre papier - Vous avez le surmoi féroce mais on va pas vous le reprocher, à chacun son "pape intérieur " tendance sarkozyste ou pas.
    Un sou est un sou n'est-ce pas ? Votre vision n'est pas très mutualiste mais confondante de naïveté.
    Comment vous expliquez que la problématique OGM dépasse la seule question de " LA SCIENCE " comme on disait autrefois " LA FEMME " - Et pour paraphraser M.LACAN on pourrait dire aujourd'hui que "LA SCIENCE " n'existe pas. La démarche scientifique oui, et LES Sciences bien évidemment. Mais "LA SCIENCE " à vrai dire, de moins en moins tant les appétits sont aiguisés et que les données sont de plus en plus privatisées.
    En reprenant le style de votre papier ( Cynico - doux-amer ) je peux vous dire que vous pouvez vous rassurer question démographie : Les paysans du Sud se suicident par milliers - en Inde ou ailleurs - car ils ne peuvent plus rembourser les prêts qu'ils avaient contracté auprès des firmes de biotechnologie ou auprès de leurs usuriers en achetant des semences OGM. Car je vous le rappelle se lancer dans les cultures OGM n'a jamais augmenter aucun rendement contrairement à la propagande des multinationales qui ne cessent de le claironner par médias interposés, mais pousse parfaitement les paysans bernés à la faillite. Des centaines de milliers d'exploitants pris au piège du rachat de semences brevetées chaque année se suppriment en effet. Il n'ont d'autres choix, acculés à la ruine, que de s'auto-annuler et de se dissoudre dans les statistiques des suicidés. Dommages collatéraux invisibles pour les tenants de l'agriculture Scientisto -intensive. Le but pour la poignée des multinationales qui se partagent le marché planétaire des semences est bien d'avoir le contrôle alimentaire des populations mondiales. Force de frappe gigantesque à l'échelle planétaire. le sujet est vaste. Les paysans libres américains et canadiens ne peuvent plus exercer leurs métiers car Monsanto les poursuit en justice pour -tenez-vous bien - VOL DE SEMENCES - sous prétexte d'avoir trouver dans leur champ des cultures OGM. En fait la dissémination par le vent des OGM pourrie les cultures normales de ces paysans qui ne veulent pas de cette contamination, mais ils se voient condamnés par les firmes pour Vol de semences homologuées et dont quelques firmes se partagent les droits d'exclusivité. Alors ? ça vous en bouche pas un coin cette histoire confortablement installé depuis votre café parisien ?
    Vous m'accuserez sans doute d'une trop grande émotivité et douterez de mes propos avec le détachement d'un citoyen modéré et satisfait. Il faudra alors me dire pourquoi l' association Kokopelli a été condamné par les tribunaux Français pour vente illégale de semences, à 120 000 euros d'amende! En effet cette association se voulait un conservatoire de semences anciennes et avait pour philosophie le don de semences entre paysans. Toute une autre philosophie très loin de celle des agro-managers et du calibrage de nos denrées. Loin de la rationalité anesthésiante et financière qui s'empare de la planète et la détruit à vitesse Grand "V". Mais vous reprendrez bien un peu de thé ? Avec un nuage de lait ou sans ?

    RépondreSupprimer
  44. Tiens tiens, vous savez que pour ça, vous pouvez être inquiété pour intelligence avec l'ennemi ?

    RépondreSupprimer
  45. Pour certains, la procréation lapinesque est à défaut de naturalisation une garantie de rester dans le pays béni de l'assistanat des siffleurs de Marseillaise. Car ils se foutent d'être français et de la France. Il veulent gagner du pognon et rentrer au pays pour vivre comme des nababs tandis que ceux qui auront cotisé pour leur gloire resteront ramer ici.

    RépondreSupprimer
  46. Oui, bof, ce genre de discours ramasse tout et rien, avec des amalgames douteux ne m'inspire pas vraiment..... franchement cela manque sérieusement ..... de sérieux: je me répète: BOF, je dirait même beauf, oui c'est cela: BEAUF!

    RépondreSupprimer
  47. D'après le compte-rendu qu'a fait Jovanovic de son récent voyage en Grèce, la réalité là-bas est en train de dépasser votre fiction : les Grecs sont maintenant sanctionnés financièrement dès le troisième enfant. Bien sûr, la sanction n'a d'effet que sur les Grecs payant des impôts, les Pakistanais et autres clandestins n'étant de toutes façon pas solvables.

    On peut bien sûr prendre http://www.jovanovic.com en général avec des pincettes, mais malheureusement ce compte-rendu-là a les accents de la réalité. Quitte à détruire un peuple, autant y aller sans complexe aucun.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.