jeudi 19 février 2009

J'aimerais qu'on me plaigne

Soirée pénible, assurément : ayant (un peu) picolé à midi, me voilà contraint de dormir à Levallois-Plage. Du coup, alors que nul ne me demandait rien, je me suis porté volontaire pour aller vider quelques verres avec un gros blanc nanti d'une cravate à chier (en tout cas, j'espère) et un nègre à peine moins gros, généralement dénué de cravate comme le sont tous ces sombres sauvages que nous avons eu un mal fou à faire descendre de leurs cocotiers. Cela étant, il faut leur reconnaître une faculté d'adaptation étonnante : à peine au bas de leur arbre, ils ont rapidement maîtrisé la pompe à mousse – au point de nous dépasser rapidement. À demain.

14 commentaires:

  1. Condamné à boire en triste compagnie, vous êtes bien à plaindre. Ne forcez pas sur la dose afin d'oublier, cela pourrait vous empêcher de mettre les voiles demain matin et vous condamner à rester encalminé en cette triste situation.

    RépondreSupprimer
  2. Puisqu'il faut vous plaindre... Je vous plains

    RépondreSupprimer
  3. pas le temps pas le temps pas le temps.
    décalaminez-vous tout seul.

    RépondreSupprimer
  4. Vous aimeriez être plaint ou être plein ? Pour le second c'est presque fait non ? (je ne me fie qu'à ce que vous écrivez vous même ici :-) )

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que Darwin eût dit que "la fonction crée l'organe". Même si je ne suis pas sur que votre ami boive avec sa trompe

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  6. Pour vous consoler, je me suis permis de vous taguer, comme on dit, à propos de vos habitudes de lecture après boire…

    RépondreSupprimer
  7. oh mon pauvre Didier.

    Voilà c'est fait.

    RépondreSupprimer
  8. courage !

    santé, sobriété & gama gt

    ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Quelqu'un a des nouvelles du taulier ? La dernière fois que je l'ai vu, il errait dans Bicêtre à la recherche d'un taxi. Il avait sa valise.

    RépondreSupprimer
  10. Didier, je vous plains un peu tardivement mais le coeur y est.
    Ordonnance du matin si algie capillaire : eau pétillante , paracétamol ( générique j'insiste ) 1 g.

    RépondreSupprimer
  11. Ne jamais sous estimer un gros blanc nanti d'une cravate à chier (...) et un nègre à peine moins gros !

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas,
    T'as regardé du côté de la Laponie ?

    RépondreSupprimer
  13. Il n'avait pas l'esprit à baiser comme un lapon.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.