mercredi 18 février 2009

La Gauche vue du salon

C'est à lire chez les causeurs...

8 commentaires:

  1. Votre post précèdent était, ô combien supérieur, à ces politologues qui n'en finissent plus d'annoncer la mort de la droite, la naissance de la gauche, ou la fin de ceci, ou le début de cela, qui font ça depuis des décennies, nous laissant croire qu'ils sont en train de faire des découvertes considérables ou des analyses fulgurantes, ce qui nous met à la tête de quarante ans d'éditoriaux de cet acabit, blancs ou noirs, noirs ou blancs, ou extrêmement au centre,sur les hebdos de droite et de gauche et qui nous foutent (à moi en tout cas) plus de nausées encore que les PF2H.
    Ah, parlez-nous de la course en culotte à travers bois plutôt que des balourdises de ces gros matous ennuyeux et pérorant.

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord avec Henri. Cette question est si vieille que je me demande quel âge j'ai.

    Droite et gauche sont des concepts qui existent indépendamment des gens qui s'en réclament. D'ailleurs, ce gars là l'effleure quand il exprime l'idée que les gens de gauche qui ont des idées de droite sont des gens de droite. Et c'est selon lui ce qui tue l'idée.

    Fadaises. Ce n'est pas parce qu'on vit sous un régime totalitaire que la liberté n'existe plus.

    Ce syllogisme est creux. De plus, Henri le dit très bien, c'est chiant comme la mort.

    RépondreSupprimer
  3. D'accord avec Henri et Dorham: tout cela, répété moult fois, finit par lasser!

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, le genre blasé : "ouais, ouais, on a déjà lu ça cent fois..."

    RépondreSupprimer
  5. Didier,

    peut-être...mais bien forcé de dire que c'est vrai.

    Cela dit, si l'on reprense à La Bruyère, c'est le cas de toutes choses. Alors...

    Mais ici, il s'agit quand même d'une erreur, mille fois répétée. Voilà qui fait beaucoup, je trouve.

    RépondreSupprimer
  6. La Gauche meurt, vive les Gauches !
    La pluralité voilà la stimulation dont la Gauche a besoin. De confrontation et de réinvention.
    Ce n'est pas la Gauche qui est morte c'est l'idée hégémonique d'une tendance qui tour à tour devait se partager le gâteau idéologique originaire.
    Après la fin du communisme, et la crise de la Sociale-Démocratie et de leur hégémonie, tout est réinventer à l' aune de l' Altermondialisme et de l' Ecologie Politique. La crise de l'idéologie du progrès et de la crise de la raison scientifique pervertie par l'intérêt, augmente l'esprit sceptique et le soupçon en ce qui concerne notre modernité intiale.
    Rien que de très normal ! La Gauche est plutôt en avance sur la Droite puisque celle-ci au contraire veut accélérer le mouvement qui nous propulse dans le mur.
    Oui, la Gauche se réinvente et elle subit une crise. Après la tentation totalitaire et la dissolution de la Sociale-démocratie dans le néolibéralisme, il y a comme une suspension de la théorie pour mieux regoûter à l'humaine pratique. Pas de desespérance dans ce mouvement mais une réinitialisation des préceptes et des actes antérieurement énoncés. Plus que de l'espoir en chambre, une pragmatique conquérante présente et à venir. La Révolution démocratique sera le jour nouveau. C'est l'humanité entière qui sera sereinement contrainte de se caler sur les nouveaux présupposés sinon... et bien sinon ce sera la guerre totale. un totalitarisme new-age radical car il n' y aura pas de jour "d'après".

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.