samedi 29 décembre 2007

Au nord, toute !

À M. Rogémi, grâce à qui j'ai ce livre entre les mains


Bravant le risque de passer pour un ridicule poseur aux yeux de mes lecteurs les plus sourcilleux, je succombe au plaisir de vous livrer ceci :

" À la fin, chacun se jugeait soi-même selon le code unique sans plus solliciter la vigilance des autres, se déclarait coupable et s'enfermait dans sa propre prison intérieure, le coeur et l'âme transformés en cachot nu et lisse d'où le prisonnier volontaire sortait définitivement métamorphosé. Ainsi avaient péri, de nation en nation, le goût de la singularité, la soif des différences fondamentales et jusqu'à la merveilleuse haine qu'engendraient naguère nos bienfaisantes inégalités divines. Quelles que fussent sa race, sa culture et ses origines, le même type d'homme peuplait désormais les deux tiers de la planète et le plus effrayant, c'est qu'il semblait satisfait ! " [Je souligne.]

(Jean Raspail, Septentrion, 1979, rééd. 2007.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.