vendredi 28 décembre 2007

Chiens d'infidèles !

Trouvant sans doute que notre vie manquait de piquant, d'aventure, l'Irremplaçable nous avait concocté aujourd'hui un déjeuner à très haut risque. Carrément blasphématoire et sacrilège, n'ayons crainte de le dire.

En effet, les yeux dilatés par une horreur très-sainte, j'ai vu arriver devant moi une assiette fumante. Les fumées de l'Enfer, à n'en pas douter. Car cette femme inconsciente (démoniaque ?) n'avait pas reculé devant la confection d'un couscous accompagné de boulettes de porc !

Avalant tant bien que mal le plat impie, je voyais déjà des hordes de barbus dépenaillés et de rappeurs encagoulés aiguiser les coupe-coupe dans le jardin, lorsque je me suis rendu compte que la situation, la nôtre, était encore pire que ce que je pensais. En effet, avec le reste de l'animal-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, l'Irremplaçable avait confectionné, pour un repas ultérieur, des fricatelles, assaisonnées d'épices orientales.

Or, nul n'ignore, et les enturbannés moins que tous autres, que les fricatelles sont un met nous venant du Danemark, ce pays abject où la moitié de la population est occupée à dessiner des caricature de certain bédouin du haut Moyen Âge, afin de faire rigoler l'autre moitié.

Depuis ce funeste repas, je tremble à chaque fois qu'approche de la grille un gamin chevauchant son tricycle : et s'il s'agissait d'un vélo-suicide monté par un petit garçon piégé ? (Ou l'inverse ?)

On a eu beau tenter d'apaiser le juste courroux de ces braves religieux en dînant d'un bouillon au vermicelle et au poulet, je ne me sens pas encore tout à fait rasséréné...

12 commentaires:

  1. On va vous couper quelque chose vous, et vous les faire manger en fricassée aux oignons !

    RépondreSupprimer
  2. Je suggère d'élargir le débat sur un forum bien-pensant, voyons voir... Cauzcafay?
    Des bizettes, uh, elle a pas eu le coude lourd sur les oignons Irrempe?

    RépondreSupprimer
  3. Arktur Rimbo, rappeur29 décembre 2007 à 11:01

    Woâ, t'es ouf, toi : on a pas des kââgouls, on a des kââpuchs.

    RépondreSupprimer
  4. Pour une meilleure contrition, je suggère un camembert frit (et sa gelée de groseilles) et le matin une confiture de harengs au paprika.
    Du reste, ce n'est pas forcément mauvais, même si c'est diabolique quelque part. Je le sais, car je l'ai fait !
    Alors...

    RépondreSupprimer
  5. Martin, il y a des jours où vous m'effrayez...

    Plus sérieusement, vivant avec une femme qui a passé une douzaine d'années au Danemark, et en a donc rapporté quelques principes culinaires curieux, je suis assez blindé en ce qui concerne ce genre d'associations a priori hasardeuses !

    RépondreSupprimer
  6. ptin toi le ouf rimbo ki rap je te kif tro grav t2kel6T ?
    G u 2kgoul a noel, ptdr !
    1 meuf kitador tro

    RépondreSupprimer
  7. Arktur Rimbo, rappeur,29 décembre 2007 à 17:06

    Yo, Meuf,

    Mâ cité c'est l'MOrier d'âbord, â JOUÉ-lès-Tours, lââ. Mais aTTENtion, lââ, moâ je parle pââ le SMS, je suis un POète, lââ :

    La KÂÂgoul, c'est MÂÂboul,
    Ça piqu', ça grââtte,
    C'est pââ d'lâ ouââte !

    La kââPUCH, pas d'emBÛCHES,
    C'est doux, c'est fin,
    On s'y sent BIEN.


    Bon, tout ça nous éloigne quand même un peu de la grande question qu'a posée M'sieur Goux : un couscous au porc est-il sacrilège ? Pour apporter ma modeste contribution à ce passionnant débat, je poserai quant à moi la question qui s'impose : le couscous, plat d'origine berbère, n'aurait-il pas été inventé, à tout hasard, avant l'invasion de l'Afrique du Nord au VIIe siècle par les Arabes ? Dans ce cas, son origine pré-islamique ne rendrait-elle pas ce prétendu sacrilège moins grand ?

    J'attends avec fébrilité la réponse des experts.

    RépondreSupprimer
  8. C'est curieux comme ce Rimbo me fait penser à M. Chieuvrou... Le côté poète, sans doute !

    En tout cas, la question posée est intéressante, quant à l'origine pré-islamique du couscous...

    RépondreSupprimer
  9. Mélina, si vous voulez porter le débat sur Cauzmachin, faites-le ! Quant à moi, pauvre banni, la chose m'est impossible, vous le savez bien...

    RépondreSupprimer
  10. Eh, quoi ! Suis-je donc le seul, parmi la masse innombrable de vos lecteurs, à avoir grandi dans le riant quartier du Morier ?

    Je ne peux le croire.

    Et puis, merde, vous me cassez la baraque, là. C'est vrai, quoi, couscous ou pas, cette dénommée Meuf m'avait l'air tout à fait charmante.

    RépondreSupprimer
  11. Hé ! hé ! hé ! démasqué le Toureangeau félon !

    RépondreSupprimer
  12. Yo man vroucheu tu gR trop la rime !
    Sorry si j'ai vécu à Neuilly (alto-séquanaise suis-je) aux confins de la cité nap !
    Ce porc, donc, est-il soluble dans la semoule bio ?
    Non, si le bouillon qui l'accompagne contient du meuhhhh ou du bêêêê, question de goût, et de compatibilité grasse.
    Oui, si le maître queux en a décidé autrement, mais cela ne s'appellera plus "couscous".
    Ce seront des boulettes de porc à la semoule et le problème (lequel ?) n'existe plus.

    Pourkoi se KC la teuté ? Vozi boufon bougedela.
    La pizza royale au blanc de dinde, ça c'est sacrilège, Ctrodu lirdé san la kapuch.

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.