mercredi 16 avril 2008

Le champ du cygne

Des mouettes ? Non, trop gros. Des hérons ? Non plus : ils ne vivent pas en bandes. Des moineaux albinos tchernobylisés ? Restons calmes... Alors, quoi ? De quelle espèce sont ces douze ou quinze grands oiseaux blancs, au milieu de ce champ cultivé, quelque part entre Houlbec-Cocherel et Saint-Aquilin-de-Pacy ? Je n'ai eu que quelques secondes pour en décider, vu les allures prostiennes auxquelles roule l'Irremplaçable quand je lui laisse le volant (ce que bien obligé). Et l'illumination vint...
DES CYGNES !

Moi qui croyais que ces anatidés ne poussaient que dans les mares des jardins publics et se nourrissaient uniquement de croûtes de pain lancées par des humains de moins de huit ans, je me trouve donc contraint à une violente révision de tous mes préjugés ornithologiques, y compris les plus profondément enracinés.

Que faisaient-ils là, au milieu de ce champ, à quatre heures de l'après-midi ? Étaient-ce au moins de vrais cygnes ? Pourquoi pas, après tout (l'abus d'eau minérale provoque de ces délires, parfois...), des monstres galactiques préparant une invasion de la terre et ayant trouvé finaud de prendre l'apparence de l'animal totémique et éponyme de leur lointaine constellation à la con ? Une horde féroce et sanguinaire, dont ceux-ci ne seraient que l'avant-garde, le sous-marin observateur et furtif ?

Le périscope à bec semblait malheureusement me donner raison...

Photos : Irrempe.

28 commentaires:

  1. Mèfi! Le second volatile est un radar en tenue de camouflage, le vilain petit canard en somme...

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas des éléphants roses ?

    A propos, j'ai passé la soirée d'hier avec votre troll Olivier P. : on a bu, ce n'est pas racontable sur un blog.

    RépondreSupprimer
  3. La vraie question à se poser, c'est "comment ils vont partir".

    J'ai vu des cygnes décoller sur l'étang d'à coté, il leur faut bien 100 mètres, 200 peut-être pour prendre de la vitesse et s'arracher.

    Dons leur prairie, là, ça va pas être simple.

    Je te conseille de te poser sur le talus et d'attendre.

    En plus, musicalement, c'est assez intéressant. Ca fait un potin du bordel de dieu, ces bestiaux, quand ça vole.

    RépondreSupprimer
  4. Après la contredanse, le cygne ! Votre vie est d'une logique implacable !

    [belles photos !]

    Franssoit : bien vu. Effectivement on se demande comment ils vont pouvoir décoller !
    :-)

    RépondreSupprimer
  5. L'avantage c'est que la deuxieme photo mise en noir et blanc, un léger rajout de grain (pas de pur grain hein!!!) peut servir à valider la thèse de l'existence du Monstre du Loch Ness...

    RépondreSupprimer
  6. Ils copulaient ignominieusement !


    iPidilbue aime les mots de plus de quatre syllabes

    RépondreSupprimer
  7. A propos d'"abus d'eau minérale", vous allez regretter de ne pas vivre en Belgique. Info toute fraîche : Benoît Poelvoorde a été condamné à 2 mois de retrait de permis et 688 Euros d'amende pour avoir roulé avec 1,42 g (au lieu de 0,5) et avoir embouti le mur d'une maison ...

    RépondreSupprimer
  8. Zoridae : je transmets à l'auteur...

    Pluton : mais puisqu'on vous dit que c'est un périscope extraterrestre ! C'est curieux, chez vous, ce refus des évidences...

    Nicolas : faites-moi un résumé par mail privé, pour réjouir ma soirée, retour de Levallois.

    Franssoit : en effet, je ne m'étais pas posé la question. Nous avons lu ensuite, Catherine et moi, qu'au printemps, les cygnes avaient l'habitude de se retrouver ainsi, en groupe, environ une heure par jour, durant quelques semaines.

    Monsieur Poireau : même commentaire que pour Zoridae, plus haut...

    Monsieur Arno : vous avez raison, il y a peut-être du blé (!) à se faire.

    iPidiblue : non, ils allaient l'air fort placides (mais on est peut-être arrivé après le départ de Léda).

    Flore : en effet, il a de la chance. Même sans avoir défoncé de mur, j'ai peur de ne pas m'en tirer aussi bien !

    RépondreSupprimer
  9. Anatidé, anatidée, j'ai une gueule d'anatidée moi ?
    Je n'ai trouvé qu' "anatife" dans le petit Robert (latin anas, anatis = canard).
    Vive la nourriture spirituelle !

    RépondreSupprimer
  10. Et voilà comment le petit Robert se fait laminer par le grand Didier ! :)

    RépondreSupprimer
  11. Pour mettre tout le monde d'accord :
    ANATIFE, subst. masc.
    ZOOL. Crustacé cirripède, famille des Lepadidae, muni d'un pédoncule qui lui permet de se fixer sur les objets flottant en mer. Synon. pousse-pieds ou pouce-pieds
    Prononc. ET ORTH. : [anatif]. GUÉRIN 1892 écrit anatife ou anatif. On trouve également la graphie anatiffe
    Étymol. ET HIST. 1808 (BOISTE). Dér. régressif de anatifère*.

    ANATIFÈRE, adj. et subst. fém.
    ZOOL., vx. Conque anatifère ou anatifère. Synon. de anatife* :
    Étymol. ET HIST. XVIIe s. zool. conque anatifère « crustacé »
    Composé du rad. du lat. anas, anatis « canard » et du suff. -fère*.
    Anatiféracé, 1838 zool. (Ac. Compl. 1842); Anatifériforme, 1838 zool. (Ac. Compl. 1842).

    ANATIDES (anat-, du lat. anas, anatis « canard »). « Famille d'oiseaux caractérisés par des pattes courtes aux pieds palmés, un bec muni de lamelles, des mœurs souvent aquatiques et dont les principaux représentants sont les canards, les cygnes, les oies » (id.)

    Ce n'est pas moi qui le dis :-) Voir le site du TLF : http://atilf.atilf.fr/

    RépondreSupprimer
  12. "des mœurs souvent aquatiques" : visiblement, il y en a d'autres qui se sont mis à l'eau.

    RépondreSupprimer
  13. Prost, c'est pas celui qui a écrit "A la recherche du temps perdu à cause d'un changement de pneus" ?

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas II : exact ! Pendant que, à Rouen, Corneille écrivait sa tragédie, Cenna...

    RépondreSupprimer
  15. D'un autre côté, les changements de pneus ça ne vous concerne plus.

    Si non homonyme avait été délicat, il aurait écrit : "A la recherche du temps perdu à cause des commentaires auxquels il faut répondre dans les blogs".

    RépondreSupprimer
  16. @Flore
    merci pour le site du TLF.

    RépondreSupprimer
  17. Vous êtes sûrs que ce ne sont pas les albatros de Baudelaire revenus nous hanter ?

    iPidiblue Albator et les chants les plus purs sont les plus désespérés

    RépondreSupprimer
  18. Au vrai Nicolas : Me cherche pas, hein ! (ou "Me cherchez pas, hein !", parce qu'on est des gens bien éduqués).
    Sauf que le jeu de mots (avec Marcel Fangio) ne fonctionne plus très bien. Je sais qu'il n'a pu vous échapper : vous avez de l'humour pour quelqu'un de vigilant.

    RépondreSupprimer
  19. Nicolas éxagère. Si on avait bu, comme il le dit, je m'en souviendrais!

    RépondreSupprimer
  20. Olivier,

    Tu ferais mieux de te rappeler comment tu es rentré pour que je puisse finir mon mail à Didier.

    RépondreSupprimer
  21. Vous m'auriez invité, sobre comme je suis, j'aurais pu tout vous raconter. Comme je l'ai fait les fois précédentes.

    RépondreSupprimer
  22. Oui ! Mais vous ne pouvez pas être partout. Par exemple, expliquez moi comment je peux être saoul ce soir sans avoir vu le moindre blogueur ivrogne ?

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  24. Nicolas
    Désolé de répondre seulement maintenant. Je regagne à l'instants mes pénates poinçonnoise.
    Pour te répondre, je suis rentré à pied, j'ai le souvenir d'une interminable marche de 800 m.
    Eh, oui, quand il existe un risque potentiel, si minime soit il de dépasser les 0,25g par litre d'air expiré, je joue petit bras, et pas comme certains, je marche...

    RépondreSupprimer
  25. L'Irremplaçable vient de recevoir cette réponse, de la part d'une dame de la LPO (ligue de protection des oiseaux) :

    « Bonjour Madame,

    C'est intéressant, toute observation est intéressante du reste.
    Concernant les cygnes, nos cygnes nicheurs (Cygne tuberculé) sont normalement cantonnés sur leurs site de nidification à cette époque de l'année (d'après l'Inventaire des oiseaux de Haute-Normandie), les couples sont formés très tôt en saison (parfois dès décembre).
    Votre photo montre une douzaine de cygnes dans un champs, ce qui s'observe régulièrement en hiver (ils y broutent de l'herbe pour se nourrir) ... serais-ce encore un groupe de migrateurs (autre espèce que le Cygne tuberculé) en route vers le nord ? peut-être, ce qui serait une donnée intéressante !
    Auriez vous un photo plus grande, de plus haute définition afin d'éventuellement identifier les cygnes ?

    Cordialement. »

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.