samedi 5 avril 2008

Portrait du militant en jeune homme

Dagrouik, hormis le ridicule de son pseudonyme (il n'a pas envie qu'on le repère, ce que chacun comprendra, l'ayant lu), est un jeune homme moderne, absolument moderne. Le passé, il n'en a rien à faire, il est tout tendu vers un Désir d'avenir, d'où son idolâtrie poitevino-charentaise.

M. Dagrouik veut faire gagner le parti socialiste Ségolène Royal en 2012 : c'est louable, en soi. Pour le coup, M. Dagrouik énonce des diktats : il est désormais interdit de penser l'histoire, en tout cas pas en deçà de 1971. Voilà : un matin, s'éveillant, il a décidé cela. (On comprend que, pour M. Dagrouik, 1971 est en gros la fin du pléistocène : une époque reculée, trouble, à laquelle on ne comprend rien.) Toute personne évoquant Jaurès, Léon Blum, voire l'inénarrable Guy Mollet (auquel M. Dagrouik fait pourtant irrésistiblement penser) sera déclaré coupable de vouloir faire perdre LA Gauche.

Mais pourquoi 1971 ? s'interroge le bon peuple. M. Dagrouik ne se souvient évidement pas que, cette année-là, un opportuniste génial, nommé François M., prit le parti à la hussarde, alors qu'il n'en était même pas encore membre douze minutes plus tôt. C'est-à-dire, en l'occurrence, s'est affirmé comme "leader" (chef, en ancien français désormais inadmissible...)

Non, non, pas de ça Lisette ! Ce que veut M. Dagrouik, c'est que ce soient les militants qui désignent leur leader. Comme si on avait jamais vu des colleurs d'affiches braillards et avinés choisir leur chef, désigner celui qui, peut-être, allait les emmener vers une victoire qu'aucun de leurs petits cerveaux n'était seulement capable de concevoir.

M. Dagrouik pense que c'est aux lampistes de choisir leur chef et que c'est comme cela que se construit une victoire. M. Dagrouik a tort de remonter pour cela jusqu'à une date aussi reculée dans le temps que 1971 : 2007 devrait suffire à son propos. On pourrait lui conseiller de lire (on a failli écrire "relire", mais ne soyons point trop cruel...) Le Fil de l'épée et La Discorde chez l'ennemi d'un certain militaire nommé de Gaulle.

Ce que veut M. Dagrouik, tout entier tourné vers l'avenir et faisant table rase d'un passé auquel il n'entend rien, d'où il n'admet tirer la moindre leçon, c'est la transparence. La transparence absolue. Celle du petit enfant dans son parc. M. Dagrouik est une sorte d'homo militantus militantus, à l'image de l'homo festivus festivus magistralement défini par Philippe Muray.

M. Dagrouik veut que la base discute, encore et encore, pour, à la fin des fins, désigner comme représentant, celui qui ressemblera le plus à M. Dagrouik et à ses petits camarades.

Je souhaite bien du courage à la gauche.

14 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Sans vous faire injure, vu que vous êtes légérement plus âgé que moi, je vous rappellerai que François Mitterrand avait été le candidat unique de la gauche en 1965.
    En 1971, quand tous les groupuscules socialistes (clubs, udsr, fgds, ont rejoint la SFIO moribonde...) et se sont réunis pour fonder le Parti Socialiste, FM a été désigné premier secrétaire sur la ligne qu'il proposait, celle de l'union de la gauche, et grâce au soutien du CERES de Chevènement.
    Mitterrand incarnait un choix, comme Rocard en incarnait un autreaprès 1974, lorsque il a intégré le PS.( socialiste ou social démocrate)
    Ségolène R n'incarne rien d'autre qu'elle même.
    Cela dit je n'en veux pas à Dagrouik, il est jeune et je lui conseille de relire l'histoire du socialisme depuis les utopistes, jusqu'à nos jours, en passant par Proudhon, Guesde, Blum...

    RépondreSupprimer
  3. Mouais, Didier, si je faisais une revue de presse de droite je trouverais des blogueurs tout aussi idiots et aveugles.

    Un jour, un type d'un blog néo conservateur m'a dit : "tout comme Ronald Reagan, je peux dire que je rejette Marx précisément parce je l'ai lu et compris !"

    C'est le truc le plus drole que j'ai entendu depuis dix ans...

    La bêtise est partagée par les deux camps, et pour l'instant, le plus abruti d'entre tous est quand même président...

    RépondreSupprimer
  4. En outre, je précise qu'à la réflexion, cette analyse n'est pas si bête. Comment Sarkozy a conquis le plus haut fauteuil de l'état sinon en reniant De Gaulle et Chirac ?

    Sur cette prétendue rupture...

    RépondreSupprimer
  5. Si Monsieur Darkvargrouik est un jeune, il faut effectivement l'informer au plus vite du vide sidéral que constitue (depuis des siècles) notre beau monde politique français (et autres d'ailleurs)
    Didier, vous êtes un troll sadique, mais une fois de plus, j'ai bien rigolé !

    RépondreSupprimer
  6. Didier Goux, avez vous lu le billet en question ? le point CA(RA)MBA sera attribué à tout propos d'éléphants ou de lionceaux selon les appellations non contrôlées.

    Ca ne concerne donc qu'une population de 20 ou 30 individus.... Ce n'est pas une interdiction, c'est une moquerie ! A croire que vous avez un problème avec le sens de mots comme le dit un certain homme d'1m63.

    Avez vous saisi l'humour autour de cette idée Surtout en lisant les commentaires : Non.

    Savez vous que je ne me planque pas? Mon nom de domaine est régulièrement enregistré, un WHOIS est renseigné avec mon nom et adresse. J'ai une adresse mail de contact avec mon nom et ma localisation géographique sur mon blog. On me trouve ainsi dans l'annuaire en 30 secondes, avec numéro de téléphone qui répond.

    Oui, la gauche a du courage, celui du débat. Mais nous sommes de plus en plus nombreux a en avoir assez des lettres de X à Y avec rappels historiques inutiles dans le contexte actuel. Leurs auteurs n'en sortent pas grandis.

    RépondreSupprimer
  7. Olivier P. : mon billet était de nature polémique et mon intention n'était pas de refaire l'histoire du PS. Il reste vrai que François Mitterrand représentait un courant très minoritaire (la FGDS, donc), et qu'il y a eu de nombreuses tracxtations et accords dans l'ombre avant qu'il réussisse ce qui ressemble tout de même beaucoup à un coup de main - ce que je ne songe d'ailleurs nullement à lui reprocher.

    Dorham : qui a dit que tous les idiots étaient de gauche ? Certainement pas moi ! Ce doit d'ailleurs être ce qui reste de gauche en moi qui s'afflige du spectacle offert en ce moment, et qui va aller se dégradant encore, c'est à craindre.

    Monsieur Dagrouik : la petite pique sur votre pseudo était facile et gratuite, je vous l'accorde volontiers.

    Pour le reste... Il est possible qu'il y ait "débat", où je ne vois, moi, qu'une empoignade. Et, une fois de plus vous évacuez le fond du problème : ce n'est pas à la base de choisir son leader, mais à celui-ci (s'il existe) de s'imposer à la base.

    Après, et après seulement, on discute de ce qu'on va proposer au peuple afin de tenter d'obtenir ses suffrages.

    RépondreSupprimer
  8. C'est l'heure où les Goux vont boire et où les Lions les mangent !


    iPidiblue envie féroce de manger du socialo-coco

    RépondreSupprimer
  9. Didier, des 1965, Fm s'est imposé, servi par un charisme certain, mais aussi, parce qu'il proposait était clair.
    Ce que je voulais dire, simplement, c'est qu'il faut connaître l'histoire (y compris récente du socialisme et de la social-democratie) ce qui d'évidence n'est pas le cas des ségoroyalistes.
    Le SPD en se jetant dans les bras de la droite allemande a t-il gagné quoique ce soit?
    Les Ségoroyalistes m'emmerdent Ils ne connaissent rien et croient avoir découvert le socialisme dans un sondage du nouvel obs'.
    Moi j'aime ce parti, avec lequel je ne suis pas toujours d'accord, et je conchie la Evita Peron du Poitou Charente

    RépondreSupprimer
  10. J'avoue, cher Olivier, que si on voulait me faire revenir vers le socialisme de ma jeunesse, il vaudrait mieux m'appâter avec autre chose que Mme Royal...

    Quant à la "clarté" de Mitterrand, hum... hum...

    RépondreSupprimer
  11. Epinay (1971) c'était également le choix stratégique de l'union de la gauche proposé par François Mitterrand VS l'alliance avec le centre droit proposé par Savary et Defferre. La stratégie de Mitterrand a été payante. De 5% en 1969, le PS est passé à 49.8% en 1974 et à 52% en 1981.
    Les ségoroyalistes n'offrent aujourd'hui comme possibilité que l'alliance avec le Modem, mais qu'est-ce que le Modem?
    Bayrou est un homme seul, pas un jour ne se passe, sans que ses cadres ne le quittent.
    Pourquoi a t-il obtenu 18,6% au présidentielles, si ce n'est à cause de la médiocrité de la candidate socialiste.

    RépondreSupprimer
  12. La clarté de Mitterrand...
    Si on regarde sa vie, effectivement, c'est pas trés linéaire, notamment ses jeunes années. Sous la Vème la ligne Mitterrand est quand même assez lisible, au moins jusque en 1983.
    Je vous concède que le deuxième septennat, celui d'un homme malade n'est pas celui que je préfère.
    et pour en revenir aux deux conceptions que j'évoquais, pas plus la deuxième gauche incarnée par ROCARD que l'intérim de Edith.

    RépondreSupprimer
  13. "S'il y a bien une chose que je déteste autant que la droite, c'est la gauche !" (Desproges)

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.