jeudi 24 juin 2010

Billet pour ne rien dire...

Si la vie s'était goupillée autrement, on serait peut-être installé là, à l'heure présente, somnolant sur la galerie en regardant la mer être ce qu'elle est. Ou bien, si j'étais resté un âne gauchiste, on me verrait installé dans la Case, au Plessis-Hébert, car je serais en grève.

Mais rien de tout cela n'étant arrivé, je suis à Levallois-Plage, dans un immeuble à peu près désert, et dans un bureau en surchauffe pour cause de climatisation en rideau. De plus, Catherine étant venue avec moi, nous avons donc apporté deux bentos et, tout à l'heure, nous allons déjeuner en vis-à-vis, chacun devant un écran d'ordinateur : le tableau va être charmant.

Pendant ce temps, Ludovic garde les chiens – ou l'inverse, on ne sait – et s'occupe à désherber le jardin, tondre la pelouse, etc., toutes activités que le taulier n'a pas loisir de faire, vu le temps qu'il passe à vous raconter ses conneries.

Voilà, quoi...

12 commentaires:

  1. Et vous iriez couper du bois dans la forêt ? Pêcher le saumon à mains nues ? Vous bagarrer avec des indiens survivants ? Ferrer des canassons ? Apprendre la vie à cette jeune fille nattée que l'on appelle Laura ?

    RépondreSupprimer
  2. "en regardant la mer être ce qu'elle est."
    Faut se dépécher, tant qu'il y a encore un peu de bleu dans le pétrole.
    "toutes activités que le taulier n'a pas loisir de faire, vu le temps qu'il passe à vous raconter ses conneries."
    ...que nous sommes très heureux de lire. Et vous, vous n'êtes pas mécontent de refiler le bébé à Ludovic, non? Sinon, vous avez le week-end pour faire toutes ces tâches.

    RépondreSupprimer
  3. Dorham : ben non : on emmènerait Ludovic, pour ça !

    Carine : pas mécontent pantoute, comme dirait un Québécois.

    RépondreSupprimer
  4. Question à Pluton : travailler dans un bureau sans ventilation et à 30° (pour l'instant) n'est-ce pas dangereux pour le cœur de mon Gouzounours ? Et si oui, je peux demander un arrêt de travail auprès de son cardiologue ?
    Merci d'avance : )

    RépondreSupprimer
  5. rien dire ? Mais vous le dites si bien!

    RépondreSupprimer
  6. Catherine:
    De grâce, allez piquer de la glace dans le frigo-congélo de la boîte, et fracassez-la dans un gant de toilette que vous lui appliquerez sur le front, de gré ou de force (ou dans un torchon).
    Faut pas qu'il convulse!(vu dans Dr House...)

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi, je crois toujours quand je pars de mon petit chez moi que la vaisselle va être faite, que la pelouse va être tondue, que les chambres seront rangées. ^^

    RépondreSupprimer
  8. Catherine, je ne pense pas que ces conditions certes désagréables soient dangereuses, à la condition de bien s'hydrater et de ne pas faire d'efforts physiques excessifs ( mais là je n'ai aucune inquiétude...).

    Didier ; comme Olivier !

    RépondreSupprimer
  9. Quelle chance! Moi aussi j'aimerais avoir un Ludovic.

    RépondreSupprimer
  10. Zut, Pluton, pourriez faire un effort ! Et les petits doigts sur le clavier, c'est de l'exercice, ça !

    RépondreSupprimer
  11. Jolie maison !
    Pas de regrets ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.